21/04/2016

Nuit Debout arrive jour après jour dans le nouveau monde

Ils ont joué! Un orchestre Nuit Debout et une symphonie très connue ont résonné musette sur la Place de la République hier soir.

Il est né le divin monde! Et il faudra compter sur lui. Finies les moqueries et la condescendance. Le Mouvement est une symphonie durable même si les dissonances et parfois même la cacophonie règnent encore dans les actions Nuit Debout. Dans les chambres, en solo, on fait aussi sa Nuit Debout. Exemple ci-dessous même si le gars en question n'avait peut-être pas pensé être récupéré un jour pour une action Nuit Debout. On fait écolo dans le mouvement. Rien ne se perd. Tout se recycle. Et la Civilisation devient soudain plus belle et plus désirable...

  photo: Beurno Bredin, Twitter, 51 mars 2016

 

 

 

20/04/2016

Fascisme: une certaine idée de l'exclusivité, au final totalitaire, de la pensée

Le fascisme est beaucoup débattu en ces temps de Nuit Debout. Et pas seulement de l'extérieur du mouvement. A l'intérieur aussi, ça tangue fort et parfois des activistes syndicaux et des activiste freeelance s'invectivent et se lancent des fascistes à la figure en pleine réunion d'un petit groupe discutant des moyens de combat pour faire plier le pouvoir capitaliste pour le remplacer par un pouvoir plus redistributeur des gains et des bénéfices produits par la masse populaire ou indirectement générés par des activités sur le net ou des participations en masse à de grands événements sportifs, culturels, ou autres qui rapportent énormément à quelques-uns tout en ne laissant rien à la masse ni même aux sportifs de second rang qui doivent même mettre de leur porte-monnaie pour jouer aux alentours de la 300ème place mondiale comme en tennis... Une aberration de notre système qui veut qu'on donne tout au premier et quasi plus rien à partir du 100ème et rien du tout en retour à tous les spectateurs qui génèrent les bénéfices grâce au nombre de vues... Est-ce encore la démocratie, cela? Où la victoire d'une caste qui organise et distribue les gains entre eux... juste parce qu'ils se considèrent les meilleurs du monde, les plus grands , les plus géniaux... N'y a-t-il pas là quelque chose de l'ordre du fascisme aussi? C'est une interrogation, pas une réponse.

Le fascisme se rapporte d'abord à un groupe d'individus ou même un parti politique qui exclut d'emblée l'impureté à l'intérieur des dogmes établis. Hitler et son parti sont fascistes parce qu'ils ont décidé que les juifs doivent être exclus et spoliés, que les tziganes et les handicapés n'ont pas le droit de citer, que les intellectuels et artistes qui défendent l'impureté et vouent aux gémonies la pureté du nazisme doivent être éliminés, leurs oeuvres considérées comme dégénérées et volées sans scrupules...

Le fascisme est donc totalitaire et il ne faut pas le confondre avec l'exclusivité de pensée d'un(e) jeune révolutionnaire qui se révolte à fond et ne veut pas entendre parler de ce qui le/la tourmente et le/la fait souffrir constamment. De fait, l'état de notre société actuelle, ces dérives scandaleuses, et l'impossibilité de changer de route par des élections démocratiques classiques qui passent par les partis et les urnes.

Est exclusive une étudiante amoureuse qui refuse toute idée d'impureté dans sa relation amoureuse. Cela ne fait pas d'elle une fasciste mais une passionnée de l'amour. Par contre, si son fantasme de pureté passe du fantasme à l'acte criminel, à la possession de l'autre transformé en objet de consommation et à la fin en crime passionnelle, nous approchons forcément d'une idée fasciste de l'amour, de cette pureté criminelle qui amène quelqu'un, un groupe de personnes, un parti, de s'octroyer toute la vérité et de nier à l'autre sa part de vérité et de liberté.

Je reviens rapidement sur ce que j'ai vu lors de la Nuit Debout du 35 mars. Un petit groupe d'une dizaine de personnes discutent entre elles, avec beaucoup d'ardeur, des moyens de lutte révolutionnaire. Ils sont assis. Debout, quelques autres personnes assistent à la discussion. Soudain un homme, la cinquantaine, interrompt le groupe. Il se présente comme syndicaliste et se plaint de n'avoir pas été accepté avec son drapeau syndical lors de la première Nuit Debout. Il rappelle ses combats syndicaux. Il est accompagné d'un de ses amis syndicalistes qui prend lui aussi la parole. Ils ne comprennent vraiment pas pourquoi ils ne peuvent pas montrer leur identité citoyenne à travers leur drapeau. Une fille du groupe commence à s'énerver et de demander de quel droit ces deux mecs interrompent la discussion et son sujet pour parler de leurs propres luttes. Les syndicaux rappellent qui si Nuit Debout veut le soutien des syndicats, il faudrait que le mouvement face preuve de respect par rapport à tout ce qui a été fait pour les ouvriers et ouvrières. Une autre fille, debout, intervient à son tour et dit comprendre parfaitement le mouvement. Elle-même est membre d'un mouvement écolo et ne revendique pas sur la place avec son drapeau mais en citoyenne. Finalement, la fille dans le rond central traite les deux mecs de fascistes qui à leur tour retournent à la fille qu'elle est fasciste. Elle est à bout de patience et quitte alors le petit groupe.

Il faut rappeler ici pourquoi cette jeunesse lutte et garde espoir. Cela fait neuf ans, on ne compte pas le règne de Jacques Chirac, que deux présidents se moquent de la "Rue". Et la "Rue" c'est vaste. Cela va des banlieues, en passant par les quartiers défavorisés, en passant par le monde ouvrier et agricole, les étudiants précarisés et sans perspectives de travail autre que des stages à la limite de l'esclavage économique, et finissant par les travailleuses et travailleurs du sexe qui ont été criminalisés, ainsi que leurs clients sous Hollande, comme des gens déviants, des personnes perverses dont il fallait punir le comportement répréhensible.

"La Rue" ce n'est pas l'Elysée et ses dorures élitistes. Ce n'est pas non plus le monde des diplômés des écoles sup sup comme l'ENA. "La Rue", ça se vit, ça se dit, ça se contredit, ça raconte une histoire humaine faite de réussites et d'échecs qui ne sont jamais révélés par les médias où alors dans la rubrique fait divers quand survient un drame. "La Rue" est formée de tous les anonymes à qui l'on dit: travailler plus pour gagner moins et encore moins dans deux ans avec en plus un régime de flexibilité, de contrats précaires tandis que les grands patrons et leurs cadres s'en foutent pleins les fouilles et que les actionnaires se dorent sur leurs chaises longues en bord de mer en analysant la Bourse sur Internet et les surplus virtuels acquis sur leurs actions...

Il faut donc se mettre à la place de cette jeunesse qui angoisse et qui cherche des solutions pour tous avec une certaine haine des élites en place. Il faut non seulement la comprendre mais aussi l'écouter et reprendre certaines de leurs idées. Parce que sinon, ce sera l'impasse pour la République et le vrai fascisme s'exprimera alors et prendra qui le pouvoir qui le maquis. Soit à droite avec le FN au pouvoir. Soit à gauche avec des groupuscules terroristes qui sèmeront la terreur tout en prenant le maquis en s'appelant "Résistance 3.0".

La réalité est là. Et l'Elysée ferait bien d'en tenir compte pour de vrai. Nous n'avons plus beaucoup de temps pour changer le monde de façon non-violente...

 

 

De petits Pol-Pot traînent-ils à Nuit Debout?

Cette expression a été utilisée par l'écrivain Jean-Christophe Rufin sur BFMTV en rapport à l'expulsion d'Alain Finkelkraut de la Place de la République.

C'est une bonne question parce que toute radicalité révolutionnaire comporte son risque de dérives violentes et terroristes. Le risque de dictature révolutionnaire parcourt toute l'Histoire des révolutions et cela partout dans le monde.

Nuit Debout tente par tous les moyens d'expression d'empêcher d'avoir des chefs qui pourraient être tentés par un processus de décapitation des gens qui ne pensent pas comme eux. Pour l'instant, et nous l'espérons pour toujours, Nuit Debout ne se transforme pas en groupuscule d'extrême-gauche révolutionnaire qui rejoindrait dans ses méthodes la malheureuse dérive de la tristement célèbre RAF, Fraktion Armée Rouge de la Bande à Baader qui a sévi dans les années 70.

Il faut rappeler ici à celles et ceux qui ne connaissent pas bien l'histoire de ce groupuscule terroriste que tout a commencé par le cinéma, l'art, et les plateaux télés avant de finir dans l'horreur sanglante que l'on connait et la fin tragique de jeunes gens et jeunes filles pleins d'imaginations et de révoltes qui avaient tout en eux pour développer leurs idées de façon démocratique et populaire mais qui ont soudain compris que leurs idées resteraient à jamais trop marginales pour faire masse populaire. Ils ont alors pris les armes et ont décidé de terroriser l'Allemagne entière...

Et Nuit Debout, qu'est-ce que cela va devenir? Une authentique façon démocratique de changer le monde? Ou alors une terrible dérive de certains déçus qui, voyant le processus avorté en cours de route, vont décider d'abandonner crayons, papiers, pinceaux, pour se lancer dans une nouvelle aventure folle et sanglante?

Nous connaissons le potentiel violent de l'anarchie révolutionnaire. Nous en connaissons les dangers. Et nous savons qu'au final, la terreur n'aura pas raison du peuple démocratique qui refuse ce genre de méthode pour imposer ses idéaux. 

Nuit Debout doit se concentrer sur ses objectifs qui sont d'abord la démocratie plurielle, une meilleure redistribution du Capital, une plus grande égalité entre les citoyens et les citoyennes. Les participants et participantes aux manifestations ont le devoir de rester non-violents s'ils et elles veulent que le mouvement soit légitimé du plus grand nombre et qu'il porte ses fruits à terme.

Patience, sérénité, abnégation, combativité, créativité, détermination, solidarité, doivent être les maîtres-mots du Mouvement. Il faut oublier les mots terrorisme, fascisme, nihilisme, mission commando par la violence, et autres termes qui ne nous appartiennent pas.

 

19/04/2016

Nuit Debout: la nuit des Bouteilles Debout pour oublier leurs démissions

Dis papa,

pourquoi qu't'es président

et qu'tu t'en prends aux sans-dents,

aux sans-familles, aux abandonnés du système?

 

Dis maman,

pourquoi qu't'es ministre

et qu'tu ponds une connerie

qui va précariser et mettre la pression

sur les employés plutôt

que leur donner plus de pouvoir

pour finir leur fin de mois difficile?

 

Dis papa,

pourquoi tu dis que je vais à une kermesse

qui est nulle à pisser  et que je suis un échec

qui va se retrouver dans la rue

pour non intégration à ta politique

alors que je refuse la dégradation

de nos vies, de notre société?

 

Dis maman,

pourquoi c'est l'état d'urgence

et que des terroristes tirent dans la rue

et que les CRS empêchent de manifester

et que les pouvoirs se barricadent

et que les riches prennent peur

et que moi je ne suis plus une urgence

dans ton coeur, dans tes priorités,

dans ta politique qui donne

encore plus aux riches

et défoncent les plus précarisés?

 

Dis papa,

dis maman,

là je suis Debout.

Je passe la Nuit Debout

dehors sous la pluie.

Il fait froid mais je m'en fous.

J'ai trouvé des soeurs et des frères

qui me redonnent confiance

en moi, en ma façon d'imaginer la vie,

en notre démocratie,

en notre liberté d'exprimer

les horreurs de l'ultra-capitalisme

et de transformer ce monde

en ultra-humanité pour tous.

C'est pour cela que Paris devient un Océan

et les places publiques des plages

où nous laissons nos pavés

dans des bouteilles abandonnées.

 

A toi Papa de les retrouver.

A toi Maman de les lire en public.

 

Chaperon Rouge

Marre de vos discours démocratiques

qui pédalent dans la Finkielkraut

lors de vos kermesses entre vous,

votre entre-soi à protéger au garde-à-vous

à n'importe quel prix

même au prix des populations sacrifiées

avec vos forces armées,

vos munitions qui dézinguent les désarmés,

vos terribles prétentions à diriger

sept milliards de personnes sans les consulter,

sans les écouter, sans leur donner

les moyens de leurs ambitions,

de leur éducation,

de leur scolarisation,

les laissant vides, abandonnés de tous,

sans avenir autre que criminaliser

leur existence pour survivre.

 

Marre de vos discours iniques

qui font prout prout

et qui dégagent des puanteurs

bien au-delà de vos fausses pudeurs.

 

Les garçons jettent du rouge

sur les lèvres des filles qui bougent

et hurlent de joie leur joli slogan:

 

La France faut qu'ça bouge!

Faut que'ça bouge!

Faut qu'ça bouge!

et si rien ne bouge

je finirai dans un bouge

avec Chaperon Rouge

le rappeur au grand coeur

qui n'a pas peur

des grands méchants loups

bouffant ma planète,

des oligarques et des monarques,

qui tuent notre papillon monarque

mon Chaperon Rouge

qui rappe tout seul dans son coin

et qui fait coin-coin

au monde entier

en jouant les canards sauvages

 refusant de se faire canarder

par votre mitraille

pour vos minables batailles

de riches qui mettent à feu et à sang

les entrailles de la Terre

et qui laissent les populations

démunies dans la rue, à Calais,

à Vintimille, à Paris. à Stalingrad,

partout où elles sont les valets

des rois mages sans Christ sauveur,

vos Hérodes qui massacrent les innocents

sans que cela ne brise vos coeurs,

sans que cela agisse sur vos consciences.

 

Nous, on veut du discours érotique

qui sabotent vos tristesses uniques.

Nous on veut du discours lyrique

comparable aux grandes aventures homériques.

Nous, on veut notre Amérique

et on l'aura sur les ruines de vos résistances brisées

qui ont encore besoin des CRS pour faire illusion

pour faire diversion

aux ailes du papillon

aux battement de coeur

de Chaperon Rouge

qui bouge encore pour une Nuit Debout

qui bouge encore pour Mille Nuit Debout

qui passera de Mars à Vénus

à la Mille et unième nuit

après avoir fait une ultime fois l'amour

à une fille papillon.

Après ses ébattements d'ailes

sur le pollen d'une fleur

qui portera plus loin son discours

et qui fera du miel de sa nuit d'amour

avec Monarque

le papillon des ethnocrates qui arrivent

au pouvoir et qui vont changer notre monde.

 

Chaperon Rouge

le rappeur qui bouge

 

Souviens-toi de lui

si par hasard tu le croises dans la rue

et qu'il ne représente personne

mais qu'il danse à Nuit Debout.