20/02/2017

Jeannot Lapin aux très grandes oreilles et la Petite Marmotte

 

 

20170220_184901.JPG

Maître Jeannot

sur sa Marmotte embranchée

lui tint à peu près ce langage:

Oh ma jolie Marmotte

je ne vais pas te mettre les menottes

et te lâcher à ces chiens enragés.

Je garde notre fromage pour nous

et nul n'aura droit à nos bisous.

Mais le voyeur

de passage au bouge des rappeurs

alléché par un tel langage

exerça son petit chantage:

"Maître Jeannot au passé renversant

peux-tu avouer tes actes fracassants?"

Mon bon Monsieur Cinéma

sachez que chacun vit son cinéma

à ses dépends

et que la corde qui me pend

à l'aire du I-Phone

et des images cochonnes

me semble tellement exagérée

que j'ai une pierre chaque jour à digérer

depuis si longtemps

que mon temps est d'antan.

Je suis prêt à défendre

ce qui fut pierre à pourfendre

et sans mentir à votre ramage

qui se rapporte à votre plumage

vous êtes le phénix

des séries X

et moi je n'ai de proie

que la vie qui me broie.

Apprenez un peu tard

que je suis de retour au plumard

et que pour vous c'est bien dommage

vous n'aurez plus de fin fromage

à vous mettre sous la pupille

car dans mon lit vit une fille

qui n'a de public

que sa pudeur érotique.

20170220_184711.JPG

Le Voyeur langue pendue

20170220_184833.JPG

20170220_184825.JPG

Soleil érotique

20170220_184552.JPG

 

 

L'Horloge du temps

Nos amis les Gaulois,

Astérix et Obélix,

Vercingétorix,

Divico,

la France, la Suisse, l'Italie,

le triumvirat qui règne

sur mes origines identitaires.

 

La Gaule, c'est si loin.

Et pourtant.

Les années 1920 c'est si loin.

Et pourtant.

La modernité est là,

sous vos yeux

s'ils savent la trouver.

La Gaule n'a-t-elle rien à voir

avec les années 20 de notre temps?

Et les années 20 n'ont-elles rien à voir

avec les années 2017 et suivantes?

 

Cherchez le faux et le vrai intrus.

Si vous ne trouvez pas,

allez jusqu'au bout du billet-photo.

Je vous donnerai la réponse.

 

20170220_125523.JPG

L'Horloge du temps

20170220_125559.JPG

 

20170220_125629.JPG

Objet 1

20170220_125644.JPG

Objet 2

20170220_125652.JPG

Objet 3 A

20170220_125706.JPG

objet 3 B

20170220_125712.JPG

objet 4 A

20170220_125721.JPG

objet 4 B

20170220_125743.JPG

objet 5

20170220_125802.JPG

objet 6

20170220_125914.JPG

objet 7 A

20170220_125930.JPG

objet 7 B

Un peu de musique le temps de vous laisser réfléchir en consultant l'Horloge du temps...

 

 

 

Vous avez la réponse? Comme vous êtes cultivés et intelligents, vous n'êtes pas tombé dans le piège. Le faux intrus c'est ma sorcière bien aimée en objet 7 A et 7 B qui fait bien partie de mes fouilles archéo mais qui ne se trouve pas sur les clichés de l'Horloge du temps. Et le vrai intrus c'est la pièce centrale de l'Horloge du temps. Cet objet rare comme les autres uniques ne fait pas partie de la fouille mais vient par magie compléter le tableau. Il s'agit donc d'une pièce gauloise originale et magnifique. Et c'est l'objet 3 A et 3 B qui est donc le vrai intrus.

Vous savez pourquoi maintenant l'Histoire nous réunit tous et tous ensemble nous faisons l'Histoire par nos petites histoires perso qui font partie de la grande Histoire de tous. Si vous apercevez quelques résidus jaunâtres sur les clichés c'est que la moutarde me monte au nez et que je donne là un truc inestimable aux archéo en herbe pour nettoyer leurs pièces de monnaies antiques enfouies dans la terre avec une gangue de terre et de calcaire. C'est gratuit mais le truc du chef cuistot vaut une fortune. Une brosse à dent et un tube de moutarde de Dijon (de préférence mais les autres vont aussi je suppose).

"Ce libéralisme est extrême", journalistes au combat!

Si on te gifle une fois et que tu ne réponds pas, on te frappera une seconde fois et tu seras crucifié.

36 journalistes de l'Hebdo et du Temps restent sur le carreau. La restructuration de la presse romande "haut de gamme" est...radicale.

Les grands groupes de presse travaillent d'abord pour de juteux bénéfices dont profitent aussi leurs actionnaires. Ils ne travaillent pas pour enrichir le peuple d'idées révolutionnaires qui vont contre leurs intérêts. Hors être journaliste c'est d'abord vouloir être un homme ou une femme de justice qui se bat pour la vérité des faits et qui exerce son métier avec indépendance et non soumission à des annonceurs publicitaires ou des lecteurs et lectrices qui veulent être caressés dans le sens du poil...

Un bon lectorat c'est d'abord un lectorat qui prend de la hauteur sur ce qu'il lit et qui aborde le choix de la critique avec humour, avec élégance, mais aussi quelque fois avec le tomahawk entre les mains pour dire combien il ou elle trouve des choses aberrantes qui lui semblent incorrectes ou qui va contre les intérêts de la démocratie et du peuple à ses yeux. Un journal ne peut jamais être tout à fait objectif. Son caractère, son affirmation, ne peut pas se noyer dans une soupe insipide qui noie tous les poissons. Un journal peut prendre des accents libéraux contre un socialisme trop étatisé et dogmatique. Un autre peut prendre des accents marxistes quand il constate les abus terrifiants du libéralisme sauvage... Mais un journal qui se dit libre se doit d'être libre économiquement même s'il a des dettes et ne devoir rien à personne si ce n'est à ses créanciers qui eux ne doivent pas se mêler de la ligne éditorial du journal. La faillite comme la réussite du journal ne doit dépendre que du contenu et non de la publicité. Si des annonceurs font le chantage de retirer leur publicité parce qu'un article ou l'autre à déplu au chef de l'entreprise, la Rédaction ne doit pas céder. Elle doit rester ferme. Mieux vaut un journalisme mort au combat qu'un journalisme vivant dans la compromission qui finira de toute façon par être licencié un jour ou l'autre... "Un jour ou l'autre, le temps vous donnera raison" reprenait le Temps dans ses pages journalistiques, paroles prises de la bouche de Nelson Mandela, donc d'un sacré combattant contre le système de l'apartheid. Et contre le système d'apartheid du néolibéralisme, qui répond présent?

36 journalistes de haute formation sont à la rue en Suisse Romande. Il est temps de créer un journal en ligne pour eux dont seuls leurs lecteurs et lectrices pourront acheter les articles pour mener le vrai combat qui nous attend tous: changer la société et nos comportements démocratiques en profondeur...

Voeux pieux? On attend pour voir.

«Une subvention directe aux journaux serait perverse. Mais l’Etat se doit d’intervenir face aux géants de l’Internet qui pillent le gâteau publicitaire suisse sans rien produire localement. Ce libéralisme est extrême.»

C'est Guy Mettan qui le dit ici:

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/saignee-mediatiqu...

Les Etats ultra-libéraux deviennent des pyramides de Ponzi

Vive la liberté! Vive l'indépendance financière! Vive le moins d'Etat!

Avec cette belle formule, nous avons été des millions et des millions a adhéré aux principes des libéraux. Qui aime être assisté par un Etat? Personnellement, je n'aime ni aller pointer le bout de mon museau à une caisse de chômage, ni profiter de fonds de subventions de l'Etat. J'aime me débrouiller seul avec mon indépendance financière même si je suis en état de faillite perpétuelle depuis bientôt 30 ans...

Seulement voilà. L'Etat libéral va offrir des avantages certains aux riches, y compris remplir le coffre des banques avec les impôts des gens en cas de risque de faillite de ces dernières...to big to fail...fameuse autre formule libérale. Je suis un dinosaure. Si je tombe, ce sont des milliers d'emplois avec moi qui tombent et l'économie du pays qui prend du plomb dans l'aile. 

Pendant très longtemps, nous avons cru à cette logique, à cette magie, qui fait qu'au final le libéralisme a créé des monstres plus riches que le budget annuel de gros Etats. 8 milliardaires détiennent autant que la moitié de la population la plus pauvre de la planète. 8 personnes à richesse égale avec 3,5 milliards de personnes! La question est: ces 3,5 milliards de personnes sont-elles si nulles, si dépendantes, si irresponsables, si profiteuses, si catastrophiques pour résume le tout qu'elles méritent leur déclassement et que les huit personnes qui ont gagné autant d'argent sur le dos de la bête sont les rois adulés qui méritent d'être là avec leurs milliards de milliards?

On demande à Mélenchon comment il va financer son programme à milliards. Europe 1, ce matin, se gausse du "Vieux" qui veut faire djeun et se moque de lui, de ses airs prétendus autocratiques à la Hugo Chavez dont il serait l'élève en tant que grand démagogue marxiste. Le type d'Europe 1 pousse la chansonnette jusqu'à donner toute la faute à Mélenchon, le roi archi perclus d'égocentrisme dans l'échec du rapprochement avec Hamon. Les médias font leur travail de fossoyeur de la Révolution. Ils veulent garder le système et la caste des milliardaires qui font les malheurs des peuples bafoués, relégués, contraints de service la loi du fric et de leur mafia au pouvoir.

La France insoumise a dit non à ce système. Nous ne voulons plus de ce système qui nous raconte des balivernes grosses comme des cavernes d'Ali Baba où les riches sont les seuls privilégiés d'un système qui ne redistribue plus rien au peuple.

Il y a un problème grave avec leur système: il crée une petite élite obtenant tous les privilèges de l'Etat tout en détournant les gains pour éviter le fisc de façon optimale. On nourrit cette petite élite, on la dorlote, on l'admire devant nos écrans TV. Et nous, nous mourrons en silence, acceptant la flexibilité, les horaires, les brimades pour un Smic dérisoire ou une somme un peu plus élevé. Nous avons été éduqués dans la liberté de faire de nos personnes de purs produits de consommation. Mais personne dans le système ne nous a appris la vraie liberté humaine. Il a fallu lire et apprendre par nous-mêmes.

Le système a besoin de petits robots qui ne réfléchissent pas par eux-mêmes mais qui obéissent aux injonctions du système. De liberté, plus rien ne reste. D'indépendance, nous croulons sous la dette. D'Etat, nous avons tous les jours les poursuites aux fesses, le fisc qui nous rappelle nos dettes, les banques qui nous refusent les prêts, les cartes de crédit qui nous ont listé et pisté comme mouton noir, les propriétaires qui ne nous laissent que les appartements les moins avantageux, ceux que quasi personne ne veut à ce prix de location ou alors ne nous donnent aucun appartement même si nous payons notre loyer depuis 30 ans aux différents propriétaires successifs avec qui nous avons eu un bail à loyer tout simplement parce que nous avons des dettes...

Moins d'Etat. Vous vous fichez de nous les pauvres! Nous sommes surveillés, poursuivis par vos chiens fiscaux jusqu'à la fin de nos jours. 

Alors s'il vous plaît. N'ayez pas l'indécence de me dire que le système néolibérale est le meilleur qui soit dans le meilleur des mondes possibles. Aucun milliardaire ne m'a jamais écrit pour me dire qu'il se proposait d'être mon mécène pour me sortir de mes dettes.

Pourtant j'écris depuis bientôt trente ans et trente mille pages laissées ici et là dans les médias et sur l'Internet. Putain ce que je dois être nul comme mec et très mauvais écrivain pour mériter mon sort d'homme libre, indépendant, et capable de faire encore de petits cadeaux à celles et ceux que j'aime.

Mais pour cela, il a fallu que je sorte de leur pyramide de Ponzi et que je n'y fasse plus allégeance. La liberté d'un homme contre leur système pourri de pyramide à la con. 

 

19/02/2017

Farinet, rêveur, poète, et anarchiste

«...Je dis qu'on a le droit de faire de la fausse monnaie si elle est plus vraie que la vraie. Est-ce que, ce qui fait la valeur des pièces, c'est les images qui sont dessus, ou quoi? Ces demoiselles, ces femmes nues ou pas nues, ces couronnes, ces écussons? Ou bien les chiffres, disait-il, les chiffres qu'y met le gouvernement? Les chiffres, on s'en fout, pas vrai Ce serait pas la première fois que le gouvernement vous tromperait sur la valeur et sur le poids, tout aussi bien qu'un particulier. Demandez seulement à ceux qui s'y connaissent. Le gouvernement vous dit: «Cette pièce valait tant et puis, maintenant elle vaudra tant...» Le gouvernement n'a qu'à changer un chiffre; ça s'est vu, ça peut se revoir. C'est moins honnête que Farinet, les gouvernements, parce qu'à lui, ce qu'on lui paie, c'est en quoi ses pièces sont faites et à eux, c'est ce qui est dessus... »

Paroles bibliques de Farinet aux habitants et habitantes de Miège ébahi(e)s par son discours révolutionnaire...

«C'est une chose qu'il fait bon avoir sous sa paillasse ou sous une pierre dans son jardin pour l'occasion. Une chose qui ne vieillit pas, qui ne pourrit pas, qui ne se gâte pas, qui ne change pas de couleur, qui ne change pas de poids, une chose fixe, quoi, quand toutes les autres ne sont pas fixes; une chose pas seulement d'aujourd'hui, ni d'hier ou de demain, mais de toujours...» A cela, les habitants de Miège répondaient émerveillés: «Alors est-ce juste qu'il soit en prison et qu'on l'y laisse? C'est les voleurs qu'on met en prison. Lui, c'est le contraire d'un voleur... ».

Poésie et réalité de l'affaire Farinet, faux-monnayeur - E-Periodica

Quelle leçon du peuple à l'Etat de ces Messieurs d'alors... Et quelle démonstration de Joseph-Samuel. Lui le proscrit montre la vraie beauté et la valeur de l'argent. Pas seulement la valeur qui fait que l'on peut s'acheter des choses. Non. La beauté intrinsèque, quasi intérieure et mystique de la pièce de monnaie.

Les gens sont pauvres mais ils refusent la corruption de l'Etat et des puissants. Les gens veulent du beau, de l'authentique, voir de l'unique. Quelque chose qui fait chavirer leurs coeurs. Quelque chose qui emporte le torrent d'injures et de mensonges. Farinet donne au peuple pas seulement du pain. Il leur rend la monnaie et met en pièce l'Etat central non parce que l'Etat c'est le mal personnifié. Non. Parce que l'Etat a démissionné de ses obligations devant le peuple qui souffre et parfois meurt de malnutrition, de traitements médicaux auxquels ils renoncent faute de moyens, d'enfants qui meurent par négligence de l'Etat central.

Farinet, c'est une grande façon de redistribuer et battre la monnaie à nouveau dans du bon argent et du bon or afin que le peuple soit soulagé et libéré des tyrans et des puissants qui dominent le monde.

Dégage! qu'ils disaient lors de la Révolution de Jasmin en Tunisie. Mais si eux dégagent alors ceux et celles qui arrivent doivent agir en conséquence pour que l'on ait du regret à les voir quitter le pouvoir quand leur mandat arrive à expiration et non la rage de devoir les dégager à leur tour. C'est le but de la Révolution...

En image les trouvailles d'un faux-monnayeur moderne, de sa sorcière bien-aimée et de Madame la Justice avec sa feuille de laurier-mousse.

20170219_223655.JPG

La Fausse Monnaie 

(Marmotte à son balai volant, Madame Justice, l'Anarchiste)

objets trouvés ce jour dans le lit de la rivière magique.

 

20170219_223851.JPG

 

20170219_223750.JPG