16/03/2017

Nicolas Sarkozy se prépare à un retour impérial

Tapi dans son coin, le verbe haut, l'élocution assassine, il parle avec agilité de la mort et de l'oraison funèbre que François Fillon se prépare à lui-même.

Nicolas, c'est plus fort que lui, est sûr de son destin de "Come back Kid" à la présidence de la France. Mais pour cela, la France doit tomber encore plus bas, se désintégrer, partir en guerre civile, et faire des morts, des centaines, voir des milliers de morts...

Revenir tout en haut par l'espoir d'une France tout en bas... C'est hallucinant cette vision apocalyptique de son pays par Nicolas Sarkozy. Et cela en dit long sur ses ambitions et sa vanité d'être l'homme providentiel qui sauvera la nation. Il n'a pas un mot pour l'espérance et l'expérience révolutionnaire représentée par la France insoumise. Pour lui, ces gens-là sont la chienlit qui ne peut porter que de la mauvaise graine en elle. De mépris total il porte à tout ce qui voudrait apporter plus de chances et d'égalité pour tous les citoyens et citoyennes et une atmosphère moins étouffante, moins polluée, moins cynique.

"Dans deux ou trois ans, quand cela sera le chaos". Pense-t-il que Le Pen va passer et imagine que les feux de la violence vont s'allumer partout en même temps que l'Europe tombera? Pense-t-il à Macron qui subira tous les blocages à droite, à gauche, et au centre, et qui restera paralysé dans sa mélasse institutionnelle avec des soutiens de moins en moins appuyés comme ceux de François Hollande qui a finalement subi le sort qu'il méritait pour tous les parjures et les trahisons qu'il a commis envers son camp? En tout cas, il ne dit pas qui sera Président(e) selon lui. Mais tous, sans exception, conduiront la France au chaos.

Et alors? Quand lui était au pouvoir, qu'a-t-il fait pour éviter la chute et le chaos du pays? Monsieur Sarkozy a trempé dans le bain de ses propres affaires sans jamais se considérer coupable de quoi que ce soit. Il n'a bien sûr pas fait payer le mariage de ses enfants par le Sénat, donc le peuple français, comme ce François Fillon. Il a quand même joué dans le scénario du bal des pendus de la République et pour cela il est inéligible selon les voeux de la VIème République proposée par la France insoumise.

Imagine-t-on combien d'années encore la France dirigée par des gens qui se comportent comme des parrains de la mafia? Imagine-t-on combien d'années les petits caïds et les grands caïds soumettront la France à ce régime où la loi du plus fort contraint les plus faibles à se soumettre et à se taire dans les quartiers des banlieues comme dans les arcanes de l'Elysée? Nicolas Sarkozy ne veut pas du chaos. Il en fait partie intégrale. Nicolas Sarkozy est la Catastrophe et il l'aime et la désire encore et encore. Histoire de mettre son grappin d'empereur des temps modernes et de continuer à diriger la France comme un parrain de la mafia.

Passons à la VIème République, les gens. Histoire d'essayer de faire autre chose de la France et du monde qu'un vaste cloaque où toutes les mafias et le fric l'auront emporté sur toutes les valeurs démocratiques.

 

15/03/2017

"ça"

"Débarrassez-moi de ça".

Il est là, le regard perdu dans ses pensées. Il semble abandonné du monde et son visage ne revendique déjà plus rien. Il fait parti du monde des morts même s'il est encore vivant. Il n'a plus de projet en tête, plus de gens qui prennent sa défense, plus d'horizon autre que celui auquel on l'a condamné. Les murs l'enferment et les barbelés l'écorchent vif. 

A-t-il été un criminel ou un bandit de grand chemin? Même pas. A-t-il commis des actes délictuelles tellement monstrueux qu'il mérite la cage et l'isolement? Même pas. Va-t-il mourir sans condamnation à mort mais condamné à mort par le silence qui l'entoure?

Lui voulait avoir sa petite place au soleil en échange de travail bien fait. On la lui a volé. Lui voulait rire, aimer, grandir, s'éduquer, échanger larmes et plaisirs. On lui a fermé la porte. Il n'était même plus lui. Il s'abandonnait déjà et se condamnait à n'être plus rien d'autre que "ça".

On l'avait jugé sans le juger devant un tribunal. On l'avait rejeté sans même savoir le fond des circonstances. Il était juste pas des nôtres mais on ne savait pas trop pourquoi il n'était pas des nôtres.

"Débarrassez-moi de ça" avait dit Adolf leur chef à la meute médiatique.

Et ça continue encore et encore.

 

14/03/2017

Le 18 mars, je ferai Bastille depuis...ma Bastille!

Chers Insoumis,

Chères Insoumises,

 

Le 18 mars arrive et peu me chaut les problèmes des LR ou du PS dont nous allons tailler un costume à leur mesure de leurs indécences crasseuses.

Il va chaloir la Révolution sur le peuple de France. Il va falloir la choyer avec toute notre chaleur humaine et nos convictions intimes qui font que oui, cette fois, nous allons gagner et que non, nous ne serons pas encore une fois les dindons de la farce du néolibéralisme et de leurs metteurs en scène.

Soyons fous mais lucides et intelligents. Soyons audacieux mais sûr de notre choix politique et de notre réussite future. Nous ne pouvons plus accepter notre lente descente vers la mort en étant bafoués et rejetés d'un système dont nous avons pourtant soutenu parfois la bêtise parce qu'amoureux de la liberté individuelle et oublieux d'être d'abord amoureux de la responsabilité collective du partage des richesses non seulement de façon privée mais aussi au niveau de l'Etat. Je dis nous, parce que je peux aussi dire je. Personne n'aime être sous tutelle de l'Etat...sauf les mous et les paresseux. Mais la France insoumise est tout sauf ça. Personne n'aime vivre aux dépends des autres...sauf celles et ceux qui qui n'ont pas de projet dans la vie et aucune vision de la nécessité du combat permanent de la vie. Et la Révolution, c'est le combat permanent de la vie contre la mort que l'on nous signifie parce que la caste, comme désormais il sied de l'appeler, nous consigne dans des dépôts où notre paroles et nos actes ne sont pas reconnus à leur juste valeur, où nous devenons peu à peu des gêneurs et des empêcheurs de tourner en rond pour eux plutôt que des êtres humains qui lançons de justes alarmes scientifiques ou poétiques envers un système devenu fou à plusieurs égards. Ils se moquent de nous mais nous, nous ne nous moquons pas des erreurs graves qu'ils commettent en mettant non seulement en danger des personnes mais aussi toute l'Humanité et notre planète Terre à cause de leur irresponsabilité et de leur soif de pouvoir et d'argent.

Ils ne nous entendent pas. Ils ne nous écoutent pas. Pire. Ils nous maintiennent au silence ou nous raillent avec une haine profonde et une envie de nous voir disparaître à tout jamais.

Nous, ce que nous voulons, ce n'est pas de les voir disparaître à tout jamais et qu'ils se noient dans leurs propres erreurs programmatiques. Non. Nous n'avons pas cette soif de revanche contre leur personne mais contre leur système de penser la société avec cette "élite" qui bouffe tout et ne nous laisse que les miettes. Pire, avec cette "élite" qui provoque l'appauvrissement du monde à des niveaux d'abjection incroyable (les stars du foot ou du tennis qui portent des équipements fabriqués à des niveaux d'exploitation éhontés et eux qui font sponsorisés à coûts de millions de dollars pour porter les vêtements alors que cela n'est pour eux que la cerise sur le gâteau de leurs revenus mirobolants) et le réchauffement climatique à outrance (parce que leur seule logique c'est faire consommer davantage pour qu'eux s'enrichissent davantage en maintenant le peuple à un niveau d'esclavage matérialiste jamais atteint dans le passé).

Nous ne voulons pas de révolution sanglante. C'est pourquoi nous faisons un révolution non-violente physiquement mais contraignante et engageante concernant les devoirs et les droits dont nous avons tous la responsabilité devant la loi et la Constitution. Être anarchiste, c'est défier la loi quand elle est mauvaise et injuste au risque d'être puni sévèrement par les juges. Etre révolutionnaire, c'est d'abord vouloir changer la loi par la politique rationnelle et réfléchie, la force des idées, et la conviction que cela ira mieux dans le futur...pour les anarchistes aussi. C'est l'objectif de la France insoumise. Et cet objectif est noble au sens le plus juste du terme.

Chers insoumis, chères insoumises, j'aimerais partager avec vous la marche qui vous conduira de Bastille à République, cette marche dont le parcours, improvisé, fut aussi celle des premiers manifestants et manifestantes qui ont bravé l'Etat d'urgence décrétée par le gouvernement Hollande après les attentats de Paris. Cette marche, j'y étais participant à l'époque. Et je l'ai trouvée surréaliste parce que d'une part nous ne savions pas si nous allions réussir à bouger vu que les CRS nous maintenaient à Bastille et que d'autre part, nous ne savions pas non plus si, une fois la marche qui s'est lentement dessinée à Bastille avec des CRS un peu affolés de nous voir braver l'interdiction, nous allions arriver à République tant les CRS nous poursuivaient et tentaient de nous bloquer au milieu des véhicules privés qui venaient en face de nous sur le boulevard.

Et pourtant, nous sommes arrivés à République, tous et toutes sain et sauf, avec une joie immense et la conviction que cette manif, à la base organisée en faveur des migrants et migrantes mais qui s'est transformée en marche pour la liberté de manifester, avait été le déclencheur de quelque chose de plus grand et de plus fort. C'était une danse dans les feuilles mortes de l'automne, une danse qui affolait l'Ancien Régime et montrait déjà les prémices d'un printemps nouveau et d'une libération nouvelle sans acte de violence et de goût du sang.

C'est donc la mort dans l'âme que je ne serai pas avec vous, physiquement, le 18 mars. Je serai à ma Bastille ou plus précisément dans ma cuisine de restaurant. Et pourquoi je ne ferai pas Bastille avec vous? Tout simplement parce que Paris c'est loin et que dans l'état actuel d'esclavage de nos sociétés, un travailleur se doit d'abord tout entier à son travail et n'a quasi plus le droit de lui faire un bras d'honneur de temps à autres pour justes motifs sous peine d'être aussitôt condamnés de ses collègues de travail et éjectés par un patron qui ne supporte pas la maladie des employés et encore moins la volonté politique de changer un système qui lui est bien entendu favorable.

Je suis malade sans droit à l'arrêt maladie, d'une maladie romantique qui fait que de ma Bastille je penserai très fort à vous tous ce 18 mars en particulier. Pour tous les embastillés qui ne viendront pas ce jour-là à cause de leurs obligations professionnelles, tenez haut vos pancartes et vos coeurs. Et je vous donne au passage mon petit mot coloré pour la manif. Si l'un ou l'une d'entre vous à envie de porter une pancarte en pensant au poète anonyme que je suis, voilà mes mots pour ce jour:

TAILLONS UN COSTUME

A LA 5ÈME RÉPUBLIQUE!

MÉLENCHONS-NOUS

A LA 6ÈME RÉPUBLIQUE!

Mathematics Phi 1680x1050 Wallpaper 806886

 

13/03/2017

Romulus et Rémus, la légende et l'Histoire

Jean-Luc Mélenchon était à Rome pour le plan AB. Je vous laisse à vos journaux pour comprendre ce que ces deux lettres signifient en langage de politique européenne pour le tribun français candidat à la présidence.

Mélenchon s'est beaucoup plu à Rome et nous avec lui...sans y être vraiment mais quand même un peu. Se revendiquant du Césarisme et du charisme populaire de César contre les patriciens qui l'auraient fait assassiner par Brutus, son fils, le 15 mars 44 av. J.-C., le leader de la France insoumise s'est refait un moral d'acier en touchant des pieds et des mains cette Rome antique qu'il affectionne.

Dans ce billet, je vous invite à prendre connaissance de la page Wikipédia (5 minutes de lecture c'est pas la fin du monde) et de vous remettre en mémoire la légende de Romulus et Rémus, Un Romulus fondateur de la ville de Rome, assassin de son propre frère, et personnage qui a atteint le pinacle politique et l'immortalité face à l'Histoire et la légende.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Romulus_et_R%C3%A9mus

Un Romulus qui, à l'image de César, était un tribun plutôt populaire et qui aurait lui aussi été assassiné durant un complot ourdi par des patriciens. L'Histoire se répète souvent au tragique et avec des crimes en tous genres.

Je vous laisse avec une pièce de monnaie romaine qui appartient au trésor archéologique de la France. Un trésor qui me coûte et auquel j'attache toute l'importance qu'il mérite. La France insoumise a sans doute des trésors cachés un peu partout parmi ses soutiens et ses donateurs. Les dieux le veulent probablement ainsi...car tout semble tomber par miracle de l'au-delà... Le hasard n'existe pas et les voies de la victoire de la France insoumise sont absolument impénétrables aux gens qui n'ont pas un idéal révolutionnaire chevillé au corps.

La louve sauveuse (la prostituée) allaitant les deux frères Romulus et Rémus

(lire la très bonne page wikipédia pour prendre connaissance des différentes versions de la légende...)

 

20170312_235153.JPG

monnaie romaine authentique

 

Le soir quand descend

la vestale sur l'arène,

il y a une fille qui fait le trottoir

et sauve le genre humain.

Ce soir, un nouvel empire

vient de naître.

C'est celui de ton amour

qui mérite la pleine lumière

et le succès

loin du bouge sordide

qui anime tes jours et tes nuits.

Il y a un avenir pour toi;

un avenir radieux

qui te conduira là

où tu rêves d'aller.

Ne les laisse jamais

te détruire et t'empêcher d'être.

Tu es la vestale de mon coeur.

Et jamais ils ne pourront

détruire ce que j'ai déjà

construit avec toi

dans le secret de nos deux vies.

Tu es la louve.

Je suis le berger.

Et ensemble nous aurons

donné une impulsion décisive

à la victoire de l'amour sur la haine.

 

12/03/2017

Le PS va sans doute finir en pièces détachées avant le premier tour

Ils ne voulaient pas mourir. Mais ils mourront. Hamon va perdre peu à peu les cadres du parti qui fileront vite fait du côté de la Caviar House Macron parce qu'ils espèrent encore bouffer du caviar et boire du champagne tous les jours avec celles et ceux qui tirent les ficelles économiques: les grands patrons et le Médef.

Les éléphants n'ont jamais été de gauche ou si peu. Une façade d'apparences sociales. C'est joli dehors. C'est complètement corrompu à l'intérieur. DSK n'a pas été un hasard dans le parcours du PS. Il correspondait parfaitement à cette façon partouzarde de profiter des autres et des femmes en particulier.

C'est très dur ce que je dis mais cela est assez vrai rien qu'à voir la défense du patron du PS dans l'affaire Diallo-DSK ou Banon-DSK. Ce n'est pas que je prenne systématiquement la défense des femmes. Je sais très bien que celles-ci peuvent aussi faire preuve de machiavélisme et d'ambivalence ainsi que de mensonges éhontés dans certaines situations. Mais quand même. La violence sexuelle de DSK était connue et reconnue autour de lui et pourtant il était le candidat socialiste à la présidence. C'est dire la chute de respect envers les gens mis en condition inférieure et soumis à la loi du plus fort.

Le PS le paie totalement aujourd'hui après ce quinquennat calamiteux de Hollande qui n'était pas à la hauteur d'un parti de gauche solide et réellement au service des travailleurs et travailleuses mais au service du capital, de l'actionnariat, et de la finance.

Hamon va très bientôt se sentir très seul et peut-être aura-t-il cet éclair de lucidité avant le premier tour en se désistant au profit de la France insoumise et Jean-Luc Mélenchon. Tout reste possible dans une période de grands troubles et révolutionnaire.

Ce qu'il reste de Gauche du PS n'aura pas trop de peine à rejoindre les rangs des révolutionnaires. Pour les autres, il y aura le fourre-tout Macron et les langues fourrées avec le capitalisme le plus scandaleux.

C'est mon point de vue à quelque 40 jours du premier jour. Benoît Hamon serait bien inspiré de réfléchir vraiment à son retrait. Cela au nom de la révolution nécessaire. Aura-t-il cette volonté de braver au dernier moment les carcans du PS en lambeaux pour donner sa chance à la révolution?

Rien n'est moins sûr. Mais au moins c'est dit.