26/08/2017

Les dominants et les soumis, histoire de l'Humanité

Emmanuel Macron et Pierre Gattaz ne peuvent pas transformer un loup en agneau...Ils le sont eux-mêmes...

Leurs bobards, pris comme argent comptant (contents les patrons?...) par un peuple trop naïf toujours soumis aux lois néolibérales qui ne font, depuis plus de 30 ans, que démanteler les acquis sociaux des 30 glorieuses pour donner plus de profits aux multinationales et aux actionnaires, ne dupent pas les salariés et travailleurs informés qui oeuvrent jour après jour dans un contexte de plus en plus difficile et nerveux sur le marché du travail.

L'agneau qui veut négocier en direct, faire du pear to pear entre lui et le loup (son gentil patron prêt à tout négocier sur la flexibilité au travail, le paiement des heures supplémentaires, les vacances, l'augmentation réelle de salaire dans son sens à lui, son statut social qui exige un porte-monnaie de mieux en mieux garni) se fera dépecer en morceaux si la réforme du code du travail passe en France.

Rien n'indique dans l'Histoire de l'Humanité qu'un dominant s'est mis à faire preuve de complaisance et de plus d'égalité avec ses fidèles (!) collaborateurs et collaboratrices dans le cadre du travail. Seuls les rapports de force ont toujours dominé et la compétence de l'employé(e) par forcément pris en compte. La preuve exacte est dans le cas des salaires féminins qui, à compétence exacte, ont un salaire inférieur aux hommes de l'ordre de 20% tout simplement parce la loi du travail n'impose pas de façon stricte l'égalité parfaite homme-femme. Tous les patrons cherchent le profit maximal, la survie de l'entreprise pour ne pas se faire bouffer par la concurrence. C'est la loi du système capitaliste n'importe où dans le monde.

Donc le projet de réviser par ordonnance le Code du Travail largement au détriment des salariés est une fumisterie de premier ordre dont les prêtres et gourous de la finance veulent nous faire croire les miracles qui sortiront de ce chapeau présidentiel. Emmanuel est peut-être un magicien qui sait faire surgir les lapins au profit des plus riches mais qui assurément prépare le coup du lapin pour les salariés.

On s'attend au pire du pire cet automne dans les rues de Paris. L'état d'urgence actuel serait de renoncer à cette réforme catastrophique. Mais Emmanuel Macron l'a promis à son petit 23% d'électeurs et d'électrices sans doute les mieux au courant des avantages qu'ils obtiendront. Disons que 13% des votants et votantes étaient de gros naïfs et de grosses naïves qui ont cru aux miracles de Jésus-Christ super Jupiter, il en restait un 10% qui savait que le prophète présidentiel allait les enrichir des dons du Ciel.

Dans la rue, il y aura des papillons virevoltants pour dire non à la réforme du Code du Travail. Des papillons qui ne quittent pas le peuple pour l'argent...

 

Le Complet Bleu

Une nouvelle étoile brille

sur Hollywood Boulevard.

Monsieur Charles est presque vieillard

mais jeune comme un sacré veinard.

Monsieur Charles rôdait

avec les jolies starlettes

et les filles à claquettes,

ces filles à soldat

faisant du rodéo porno

avec des taureaux tempo

leurs douze travaux d'Herr Cule

tout en mimant les filles renoncules.

 

image1 (6)1111111111.jpg

Monsieur Charles

vit comme toi ou moi,

toujours populaire

mais jamais la star

de celles et ceux

qui n'ont point connu

la bohème,

la dèche,

et les sandwichs pas trop beurrés.

 

image1 (6)111111111.jpg

Monsieur Charles

vit comme un poète

ou une fille de joie

et comme moi l'errant

il a fréquenté sa vie durant

les poètes qui rendent coi

et les filles de joie

 qui rendent silencieuses

leurs nuits licencieuses.

 

Monsieur Charles

a planté son étoile

sur Hollywood Boulevard

comme un garçon romantique

et c'est un sacré veinard

qui chasse vaniteux et cyniques

de la Cité des Filles de Joie.

 

Monsieur Charles

est comme toi et moi.

Un enfant de la bohème.

 

image1 (6)111111.jpg

 

 

Mad Mad Madagascar

Ils sont nés pour chanter

en l'honneur du peuple.

Ils sont des enfants

qui racontent la vie

telle qu'elle est

avec ses brises d'espoirs

et ses espoirs brisés;

ses amertumes et ses écumes;

ses passions et ses prisons;

ses rêves et ses désillusions.

 

Ils habitent

Mad Mad Madagascar

ce sont de sacrés lascars

qui ne fument jamais le cigare

avec Rastapopulos

mais sont devenus populos

auprès du vrai peuple.

Rastafalas de coeur

ils sont les Bob Marley

de l'île de beauté.

 

Mahaleo sonne comme Paléo

mais leur festival à eux

est gratuit et vient du coeur

sans compter le cachet,

l'exploitation de leur public,

et les nuits passés

dans les cinq étoiles.

 

Ce sont eux

les cinq étoiles du peuple.

Ce sont eux

les artistes du coeur

qui enchantent la vie

et donnent du bonheur

aux gens de rien

aux gens de peu

aux gens qui souffrent

dans leur coeur

mais qui gardent toujours

leur coeur

sans jamais sombrer

dans la folie de la violence

et du crime de haine.

 

Antra en Malgache

ça veut dire

garder un coeur

quoiqu'il arrive.

Compassion et beauté,

noblesse et grandeur d'âme.

Ne pas sombrer dans la haine,

et la violence, 

les chaînes de la corruption,

de la domination,

et de l'exploitation.

 

Ces lascars sont nés dans un bar

mais ne les confondez pas.

Ce ne sont pas des barbares

détruisant tout avec des barres

en se vengeant

d'un monde qui les rejette.

Ces lascars sont nos frères

de liberté et d'amour,

de fraternité et de révolution.

 

Si tu vas à Mad Mad Madagascar

n'oublie pas Mahaleo,

les lions indomptables.

Si tu vas à Mad Mad Madagascar

n'oublie pas les médecins,

les paysans, les seigneurs de coeur

qui ont travaillé toute leur vie

et n'ont joué de leur musique,

chanté de de leurs paroles

que pour faire plaisir au peuple

avec un succès énorme.

 

Mahaleo Festival

Le Paléo que j'espère

quelque par sur les terres

de mon petit pays

pour des artistes

qui oublient un peu leur cachet

mais pensent d'abord

au bonheur d'être ensemble.

https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/230817/mad...

 

 

 

25/08/2017

Sexte

 

Il ne faut plus écrire

en ce monde

qui ne sait plus rire.

Il ne faut plus écrire

de textes qui sentent

la naphtaline et le formol,

le conservatisme et le botulisme.

 

Il faut écrire des

mots qui sont en chaleur

comme des chiennes,

des mots qui explosent

à la gueule des culs bénis,

des bégueules, des coincés

de la braguette et des tordus

de la kalachnikov.

Il faut écrire des

mots qui sentent le foutre,

la baise, et les nuits torrides.

Il faut écrire du

 

Sexte

et non plus du texte.

 

Il faut du

 

Sexte

et non plus du texte.

 

Du sexte dans ton sextant,

du sexte

qui donne de l'ampleur à nos sens.

Du sexte

sexte

sexte

sexte

sexte

pour casser leur secte

apocalyptique

du sexte

sexte

sexte

sexte

sexte

pour briser leur secte

leur cercle vicieux

pire que des insectes

et le fléau d'Egypte

nuisibles à la cause humaine,

nuisible à la liberté,

nuisible à l'amour,

nuisible à l'érotisme,

nuisible au cinéma,

nuisible à la littérature,

nuisible à la poésie,

nuisible à la musique,

nuisible à la peinture,

nuisible à la danse.

 

Du sexte,

sexte,

sexte,

sexte,

sexte

et toi dans le contexte

de ma vie et de mon sexe.

 

Je t'écrirai des sextes

le restant de ma vie

pour que le monde entier

sache combien notre amour

est grand, puissant, unique,

infaillible et irrésistible.

 

 

 

Visite à la Dame de Haute-Joie

Il existe une ville éternelle

dans mon coeur d'étincelle.

Il existe un ville sentinelle

et tous les chemins mènent à elle.

image1 (8)111111.jpg

C'était au temps

de la ruée vers l'amour,

au temps du Far-West

où les hommes tiraient au colt

à armes blanches

plus vite et dans l'ombre,

plus gangster qu'hommes rangés

dans des petites cases

marquées du sceau

de la fidélité

à leur épouse.

image1 (8)11111111.jpg

J'étais multirécidiviste

mais célibataire.

J'étai multirécidiviste

et le saloon m'accueillait

comme Lucky Loser

l'homme qui déglingue

les filles en laissant

la trace de sa brûlure

sur leur coeur.

image1 (8)11111111111.jpg

J'étais multirécidiviste

et je méritais la pendaison

quoique que...

la pendaison

tu bandes plus dur que jamais

au moment de suffoquer

en pensant toujours à elle,

la fille du Far-West.

image1 (8)111111111111.jpg

J'étais muiltirécidiviste

et dans les alcôves médiatiques,

politiques, économiques,

et religieuses

paraient que j'étais wanted

comme l'homme qui a la trique

la plus pornographique

depuis Hug Hefner,

l'homme qui courait

les petits lapins verts,

les miss de perlimpinpin,

et les filles du tapin

plantées dans les jardins

exotiques de Play-Boy.

 

image1 (8)1111111111111.jpg

Mais ils n'avaient encore rien vu

les stars de la bourgeoisie

et de la bien-pensance.

Ils ne savaient pas

que leurs rosaires

de bonnes prières

bien hypocrites

et leur silence perpétuel

allait déboucher

sur le plus grand casse amoureux

du millénaire.

image1 (8)1111111111111111.jpg

Quand tu es entrée

dans ma vie,

ma jolie Dame de Haute-Joie,

Lucky Loser

a tout de suite su

que toi et moi

c'était comme mettre

le feu à tout l'establishment

et leur stupide volonté

de garder le silence

sur le poète le plus dingue

de l'Histoire moderne,

le poète qui dézingue

séance tenante

et sur le zinc

les filles les plus sulfureuses,

les filles les plus vénéneuses,

les filles les plus pulpeuses,

les filles les plus dangereuses,

comme l'amour.

 

image1 (8)11111111111111.jpg

Il a fallu du temps

mais dieu que le temps fut ensoleillé,

érotique, brûlant

sur ta peau extatique

avant que tu te lâches

de tous tes sentiments

et que tu deviennes

cette supernova explosant

son amour pour ce type,

ce Lucky Loser

qui n'avait rien

sauf son amour,

qui n'avait rien

sauf son talent,

qui n'avait rien

sauf être un vrai homme,

un homme magnifique

que tu découvrais

tandis que les autres le rejetaient

comme un fruit pourri,

un fruit corrompu,

un fruit perverti,

un fruit défendu.

image1 (8)111111111111111.jpg

"Tu fais quoi dans la vie?"

"Je suis dans la musique."

"Ah bon? Et tu fais quoi exactement?"

"Je suis producteur de musique romantique."

"Et tu viens au bordel pour trouver de l'inspiration?

C'est une drôle d'idée. C'est même comique"

"C'est une idée fixe depuis que mes femmes m'ont quitté."

"Tes femmes?"

"Oui. Elles ont été au nombre de trois.

Et la dernière n'a fait que trois mois."

"Laisse-moi rire. Tu dois être un mauvais coup

ou alors c'est elle qui était un mauvais coup."

"Non. Même pas.

Trop instable dans sa croyance,

elle a préféré un athée à un homme de foi."

"Et tu viens au bordel

trouver des filles qui n'ont plus foi en l'amour?"

"C'est pour faire diversion.

Je suis Saint-Bernard de nature

et j'ai l'habitude des filles prises

sous l'avalanche de mecs glacés.

Je suis venu chercher

celle qui remportera le casting

de mon coeur

pour ma nouvelle comédie romantique."

"Je crois que vous l'avez trouvée,

Mister Lucky Loser

mais je dois tourner pas mal

avant d'être sûr d'être celle

que vous recherchez

pour réussir votre casse du millénaire."

"Et combien est le montant de votre cachet

pour tourner avec moi

chaque scène du film,

Miss Sara Cristina?"

"Mon prix est le vôtre.

C'est vous qui décidez."

"Damned. Vous êtes bien audacieuse.

J'ai la poche trouée

et les poursuites au cul."

"Mais vous êtes Lucky Loser.

Alors vous savez comment faire

pour me satisfaire."

"Right Miss Sara Cristina.

Je sais comment vous satisfaire."

 

image1 (8)11111.jpg

Il existe une ville éternelle

dans mon coeur d'étincelle.

Il existe un ville sentinelle

et tous les chemins mènent à elle.

image1 (8)111.jpg

C'était au temps

de la ruée vers l'amour,

au temps du Far-West

où les hommes tiraient au colt

à armes blanches

plus vite et dans l'ombre,

plus vilain gangster

qu'hommes rangés

dans leurs petites cases

marquées du sceau

de la fidélité

à leur épouse.

image1 (8)11.JPG

La Dame de Haute-Joie

ce petit sexte (mot inventé en ton honneur) a été inventé pour te dire que l'amour avec toi c'est le paradis.