28/09/2017

#TakeAKnee

Insoumis de tous pays, de toutes conditions sociales, unissez-vous contre celles et ceux qui veulent tuer la démocratie partout dans le monde.

S'il faut rappeler à Donald Trump, et au passage à Emmanuel Macron, que la rue ne fait pas à elle seule la démocratie mais qu'elle y contribue largement, les mouvements de rue antifascistes, les mouvements sociaux antiracistes ou syndicaux, les mouvements féminins et marginaux (LGTB et minorités ethniques) revendiquant régulièrement la pleine égalité de leurs droits et la non discrimination sociale, en étant la preuve manifeste du fonctionnement normal d'une démocratie qui s'oppose à tout élitisme fascisant, à tout souverainisme racial, et à tout gourou dirigeant sur ordonnances ou 49.3 élevé en tant que führer autocratique, monarchique, et guide spirituel du peuple (Jean-Luc Mélenchon, fais gaffe aussi de ne pas prendre le melon devant tes fidèles insoumis et de sombrer un jour ou l'autre, en aveugle, dans la poursuite de buts inavouables et super autoritaires...).

Donc, pour en revenir au début de ce billet, je propose à chacune et chacun, sportifs en tête, de mettre un genou à terre dès qu'un drapeau de sa nation se dresse dans un stade sur la diffusion de l'hymne national de son pays. Histoire de dire à tous les puissants qui nous gouvernent et qui veulent toujours plus d'avantages et de puissances financières que nous ne sommes plus d'accord avec ce système ultra-capitaliste qui nous entraîne à la ruine, aux violences civiles de plus en plus fréquentes, et aux guerres internationales, y compris nucléaires.

#TakeAKnee Insoumis, insoumises qui vous rendez au stade voir le Paris Saint Germain gagner ses matchs internationaux grâce au milliards d'une dictature du Golf, il est temps de s'opposer vraiment à cette façon d'applaudir aux exploits de nos équipes favorites tout en acceptant de donner les pleins pouvoirs à une minorité de milliardaires qui se moquent bien de nos états d'âmes et de nos idéaux démocratiques. Stop aux guerres impérialistes! Stop aux élites qui nous enfoncent de plus en plus et s'arrogent des pouvoirs insensés qui tueront définitivement la démocratie et le siècle des Lumières.

  

Partout des baisses d'impôts pour les plus fortunés et les entreprises...

L'Amérique de Trump s'apprête à spolier le peuple, celui de la classe moyenne (qui n'existe bientôt plus et qui  conduit donc les peuples à la révolution...) et des plus pauvres qui toucheront de moins en moins d'aide sociale de l'Etat.

Trump veut alléger les impôts sur les entreprises de 15%!...Ce qui revient à boucler le bilan annuel avec une marge bénéficiaire nettement plus confortable...qui sera divisée entre cadres supérieurs de l'entreprise et les actionnaires... Les salariés de base de l'entreprise pourront toujours pleurer, ils n'auront que leur petit salaire de misère.

Quant aux plus riches, ils obtiendront des avantages certains en payant moins d'impôts grâce au plafonnement du pourcentage fiscal et ils pourront fièrement créer des dynasties familiales hyper puissante puisque l'impôt sur les successions sera banni.

Vive les néolibéraux! Ils arrivent de plus en plus à leur fin, soit la disparition de l'Etat solidaire avec le peuple. L'Etat au service des puissants et des armées, des polices payées par la classe moyenne et inférieure protégeant les intérêts des plus puissants. Cela s'appelle l'Etat fasciste au service d'une caste, d'une élite, d'une bande de salauds qui a su vendre de la merde au peuple sous l'illusion de la liberté économique et démocratique... Pas mieux que le communisme sous la direction de Staline et des autres dictateurs qui ont sévit et sévissent encore et appartenant prétendument à l'International Socialisme...

La vraie démocratie attendra encore son Grand Soir. En attendant, on peut écouter un peu les paroles de Michel Onfray qui ont un certain intérêt général...

 

27/09/2017

Prélude à Sara et Charlie Chaplin

Générique de notre film,

notre histoire d'amour a débuté

comme deux grandes solitudes.

 

Ce prélude numéro 4 de Chopin

qui tourne en boucle

sur la platine

et toi, mon ultime blonde platine,

ma femme idéale, ma douce romancie

au pays d'Einamour.

 

Et Charlie Chaplin

qui surplombe désormais ton lit voyageur.

Il y a quelque chose du voyeur,

de Kafka et de Prague,

du théâtre de marionnettes

sur fond de comédie désuète

qui protège ta vie de jeune femme

et tes rendez-vous galants clandestins

avec ces faux marins

venus chercher tes chants alizés

et s'échouer sur tes fonds marins.

Il y a quelque chose

qui fait mal au coeur

et qui arrache notre amour

à son idéal de fidélité,

à ces fêlures, à ces piqûres

qui sont autant de brûlures

quand ton corps frôle un autre corps

et qu'il lui offre ses splendeurs,

quand ton corps va et vient

comme un bateau ivre

planté sur le mât d'un homme

en perdition,

quand ton corps feint l'amour vrai

avec cet autre homme

et que je reste à distance

comme suspendu au fil de nos attentes

longues et douloureuses 

qui rassurent pourtant nos blessures

et notre amour sali des éclaboussures

d'un temps fait d'écorchures,

de littérature rouge sur la devanture

d'une librairie qui livre

ses pages d'érotisme libéré,

de cette boue moderne

de ces immondices, de ces ordures

peuplant nos fantasmes et nos orgasmes,

qui habitent et hantent nos corps,

nos orages infidèles,

nos jouissances débridés

qui fuient l'art romantique

et se réfugient dans cet art pornographique

pour faire moderne et libéré sexuel,

pour faire comme si

Roméo et Juliette étaient morts

inutilement,

bêtement,

stupidement

d'un amour parfaitement irréel

puisque que chaque femme et chaque homme

du XXIème siècle

ont renié l'amour romantique

au profit de la baise hyperbolique et charnelle,

des partouzes gaies dans les bars

avec bitures et extasy,

eletro house et filles délurées surnaturelles.

 

ça fait déjà des plombes

que l'amour n'est plus colombe

au fond de nos plumards.

Une sorte de Sunset Boulevard

l'a remplacé

pour égayer tous les ravagés du sexe,

tous les obsédés du cul

qui courent la ville

comme des chiens après des chiennes.

 

ça fait déjà des plombes

que Charlie est venu te sortir

de cette tombe

à chaque fois

qu'il te regarde faire l'amour

avec tes étrangers de passage.

 

Alors si Charlie Chaplin

sort de sa boîte de cinéma

et assiste muet

à tes spectacles érotiques

qui se font la malle et claquent

comme des coups de fouet

infligés aux esprits lourds

embués dans leurs tristes brumes

d'un monde superficiel et matériel

où chaque fille est devenue matériel

à confectionner leurs fantasmes,

où chaque relation se joue au tarif près,

où l'épouse d'un président mondial

est regardée comme une bonne affaire

par son mari,

commerciale s'entend,

mais pas au plumard, évidemment.

 

J'attends donc le coup de canif

dans le contrat publicitaire.

J'attends la femme suicidaire

qui dira non

à son milliardaire de mari

et oui à l'amour romantique

d'un poète lunaire,

d'un poète lunaire

qui viendra lui redonner

goût à l'amour,

le vrai, le puissant,

l'immortel Amour.

 

Je te dis que Charlie,

dans ce prélude à notre amour infini,

pleure avec Sara

le soir, à la maison,

quand Sara rentre seule

à la maison

et que Charlie reste seul

dans ton studio peuplé d'ombres chinoises

et ce lit vidé de ses coïts grivoises

avec son désir de te garder

tout près de son coeur,

de te serrer entre ses bras,

de te bercer comme un bébé

et te câliner ton petit Alhambra,

ta petite grenade de Séville,

tes splendeurs orientales

prêtes à s'épanouir

sous les doigts magiques de Charlie.

 

Charlie Chaplin t'aime

comme toi t'aime Charlie Chaplin.

 

 

Ces bons vieux J.O. réservés aux amateurs de sport sain...

La France de Macron croule sous la dette publique mais l'argent public coule à flots continus pour les privilégiés de la caste. C'est ce qui s'appelle le ruissellement financier par le bas en direction des manants, des mendiants, des diamants de la haute bourgeoisie parisienne.

Mais vive la République Macron et ses sbires en marche pour enrichir davantage les plus riches et écraser pour toujours les plus pauvres (l'argent public, y'en a plus pour certains, alors les pauvres peuvent crever dans la rue et si, à tout hasard, vous voyez un Marcheur pointé devant vous, faites gaffe, vous êtes dans The Walking Dead et les Marcheurs sont les zombies de Macron et Gattaz).

Quelle fumisterie le sport de haut niveau de nos jours! Il fut un temps où le sport était romantique... Las... Le sport est devenu une grande industrie du vice et de la perversion, un méga bordel rose où les dizaines de millions de préservatifs font bon ménage avec les performances sportives et les millions volés au peuple payant impôts pour financer le spectacle et se privant du minimum afin de satisfaire leur goût des Jeux... Méga-partouze...sportive et communautaire. Et le peuple en redemande tous les 4 ans, comme pour le football. Faut croire que le peuple de la Révolution française ne comprend toujours pas que le maquereau est à l'Elysée et que les poules sont en représentation dans les stades. Oui, bien sûr, il y a quelques Justine qui pratiquent fort bien la vertu. Malheur à elles! Pourront-elles jamais faire le deuil de leur isolement et rejoindre, dans leur propre intérêt, la bande des Juliette qui s'adonnent à toutes sortes de cultures physiques fort impressionnantes et fort envoûtantes pour les créatures mâles profitant pleinement de cette situation de débauches inédites créées en leur faveur grâce aux théories du Gang Bang néolibéral? 

Mais le sexe c'est la santé alors que l'abstinence, quel calvaire! Et le sport, idem. Comment être privé de compétitions sportives en tous genres sous prétexte qu'elles ne seraient plus vertueuses et absolument dévouées au vice du pognon et du cul? Quel ennui! Quelle sinistrose pour les névrosés aux passions tristes qui se retirent à demeure et s'isolent dans des boudoirs romantiques afin de contrer les déferlements de libertinage aveugle, les abandons glacés, les adieux définitifs à la vertu, et les dévouements les plus ignominieux aux vices scélérats! 

La France, mon bon ami, sous sa majesté jupitérienne Macron, se redresse. La France a du caractère, de l'audace, de l'imagination, et des hommes qui en ont pour assouvir toutes les débauches et toutes les extases du néolibéralisme. La France s'en sortira à la force du poignet, des masturbations énergiques, des pipes royales, des sodomies bancaires, et des rapports vaginaux avec un Etat français copulant fièrement avec les maîtres du sadisme, de la barbarie, et de la dictature mondiale.

Nous sommes en 2017. Et nos amis sportifs français sont bien contents d'avoir obtenu les Jeux Olympiques à Paris. Ce sera du 24 heures sur 24 heures, trois semaines de folie, du lumière, de beauté...durant une méga partouze pornographique qui réjouira tous les corps en peine devant leur écran géant en couleur et rendra encore plus moroses les névrosés aux passions tristes.

Monsieur Emmanuel Macron, vous êtes un bon roi qui avez été bien élu par un peuple libertin et joyeux comme jamais dont la référence absolue en matière de sport est devenue Jackie et Michel TV.

Quant aux névrosés aux passions si tristes, aux romantiques de belles histoires d'amour nées sur le fumier des libertins, ils ont Justine et sa naïveté, son désir d'amour, d'extases divines, et de volupté bafoués par tous les salauds et les salopes de la Terre.

Dur de vivre en résistance. Roméo, le petit coquin érotique, aime Juliette la petite coquine divine qui sait être, à ses heures un brin égarées, une Justine qui renaît de ses cendres dans les bras de Roméo.

Espérons, pour leurs amours... et pour la révolution, que tout cela ne sera pas qu'un feu de paille mourant sous les projecteurs d'un peuple tombé sous tous les outrages de la liberté sadienne...

https://www.mediapart.fr/journal/france/260917/paris-2024...

 

26/09/2017

Respecte les peuples et ta planète avant ton drapeau

J'ai des choses importantes

à dire à Donald Trump,

des choses qui ne passeront

ni à la télévision

ni dans les journaux du matin,

des choses qui sont essentielles

aux êtres humains

mais dont les médias

n'en ont que faire

parce qu'il vaut mieux

entendre le puissant parlé de façon immonde

que le marginal éclairé le monde.

 

Alors, je te le dis à toi,

Donald,

dans le silence de mon écriture.

Tu fais fausse route

sur toute la ligne.

Si je mets un genou à terre

avec tous les footballeurs

d'Amérique et les artistes

de partout,

c'est que je respecte

la démocratie,

l'égalité des êtres humains,

l'égalité des femmes devant les hommes,

des minorités devant les majorités,

des marginaux devant les gens installés,

des handicapés devant les bien-portants,

des prostituées devant les bourgeoises bon chic bon genre,

des anars devant les bourgeois stricts et réglos,

et même des connards devant les intelligents et les éclairés.

 

Si je mets un genou à terre

devant le drapeau américain

c'est que je respecte la terre des Anciens,

celle des Indiens disparus dans un génocide

perpétré par les envahisseurs européens,

cette Mère Terre qui était respectée

par les tribus de Sioux ou d'Apaches

avant que les Blancs ne dévastent tout

au nom du fric et du Capital.

Si je mets un genou à terre

comme devant ma propre mère

ou la femme que je désirerais épouser

c'est que j'ai le sens du respect et de l'honneur,

du partage et du bonheur,

de l'égalité et de la chaleur

entre femmes et hommes

de toutes origines et de toutes nations

de toutes conditions sociales

et de tous styles de vie.

 

RESPECT THE PEOPLE,

THE WOMEN,

AND THE EARTH

BEFORE YOUR FLAG,

DONALD TRUMP.

POETIC TWEET