11/09/2017

11 septembre

Kim n'a pas bougé d'un missile et Donald n'est pas tombé de la brocante au saut du lit. Ma vieille tocante tourne toujours.

Kim n'a pas voulu faire sa fête à l'Amérique sur les pas de Ben Laden. Et Donald n'a pas atomisé son dictateur ennemi préféré. Les deux terroristes d'Etat restent, pour le moment, tranquille.

Il y a des jours comme ça où on se demande ce qu'on fait le 11 septembre de chaque année. Un vol en avion? Assez flippant ce jour-là pour celles et ceux qui se souviennent encore. Tenir sa place au travail, c'est lundi cette année, et ne pas penser que le 11 du 9 ou le 9 11 est un jour particulier. Mais si on y réfléchit bien, chaque jour de l'année pourrait être un jour particulier, pour un événement majeur bénéfique ou catastrophique à l'Humanité.

Par ma part, c'était juste un jour de travail et un rendez-vous au Tribunal afin de protester contre une relance de poursuites fiscales des années fatales où je me suis aventuré un peu loin dans le glauque avec mon ex-épouse pour tenter d'échapper à la catastrophe fiscale. J'avais juste besoin de dire ma vérité à deux êtres humains, la juge et le greffier, qui ont écouté avec attention la parole d'un homme bafoué dans sa vie par un Etat qui envoie froidement sa douloureuse sans prendre le temps de vraiment comprendre une situation familiale.

Je crois que ces deux personnes ont écouté avec humanité mon 11 septembre de cette année avant de confirmer, par la force de la loi, la continuation des poursuites fiscales cantonales bernoises et fédérales des années catastrophes d'alors. C'était une protestation juste pour la forme histoire que l'on reste des êtres humains même quand on ne sait plus comment faire pour sauver sa propre famille de la dèche.

Je ne suis ni Ben Laden, ni Donald, ni Kim. Juste un type irradié par la catastrophe personnelle tombée sur son couple d'alors. Cela dure depuis bientôt 25 ans. Mais comme je l'ai dit à Madame la Juge, ma résilience dure depuis un quart de siècle aussi. Alors, j'ai assez l'habitude de supporter un cas comme moi. Et avec sourire, j'ai signé pour retirer mon opposition à cette dette. Cela m'a évité quelques centaines de francs de frais supplémentaires. Et cela m'a surtout permis de parler à des êtres humains qui n'avaient aucune solution satisfaisante à me proposer mais suffisamment de compassion pour comprendre que ce type était sans doute un survivant de l'abandon social, un espèce d'homme sauvage et un indépendant farouche dans sa vie de tous les jours.

 

Mon héroïne

 

Je passe du soleil à la tornade.

Je sème des fleurs,

je récolte des grenades.

Je prends une balle en plein coeur,

je prends tout ça à la rigolade.

Et pendant que je tombe,

l'amour creuse ma tombe.

 

Passe-moi la limonade,

chérie,

passe-moi mon tord-boyau,

mon coeur.

Tout autour de moi

ça pète la guerre ou l'amour.

Tout autour de moi

c'est le silence des agneaux 

quand j'écris mes ballades.

Et si je te fais l'amour cannibale

c'est parce que j'ai peur

que tu me jettes de ton bal.

Et si je te fais l'amour animal

c'est parce que j'ai peur

que soudain tout s'arrête

entre toi et moi,

que jamais plus

tes yeux plongent dans mes yeux

quand tu me fais l'amour,

que jamais plus

tu me regardes et me dis je t'aime

et que j'y crois

comme cet amant

qui n'aurait jamais fini carbonisé

par l'amour trahi.

 

Je suis comme Villon.

Un vieux con

qui a tord de l'ouvrir

et de dire la vérité.

Un vieil anar

qui baise ton lupanar

en espérant t'emmener

sur une plage à Zanzibar

loin, très loin

de ces nuits cruelles sans toi,

un amoureux

qui croit à l'amour

quand ta réalité

montre ton emploi du temps

qui s'occupe d'une cour de garçons.

 

J'ai jamais eu froid aux yeux.

C'est pour ça

que je regarde la vérité en face.

J'ai jamais eu peur de mourir

parce que mieux vaut mourir

que, putain, manquer d'amour.

 

J'ai jamais eu chaud sans une fille

accroché tout près de mon coeur.

Et aujourd'hui la fille qui brûle

mon corps et ma vie à trois cents

à l'heure sur notre plumard volant

c'est toi, rien que toi,

toujours toi.

 

Tu es ma chance.

Mais est-ce que ma chance va durer?

Tu es ma chance.

Mais vais-je garder le ticket du gros lot

ou un autre me le volera-t-il

au contour de tes courbes?

Quand une fille joue au juke-boxe

tous les jours,

toutes les nuits,

et que les garçons posent leur intox

on ne sait jamais

quelle chanson triste ou d'amour

sortira de la X-box.

 

J'ai confiance en ma force d'amour.

Mais l'amour est-il suffisant

devant l'argent?

J'ai confiance en ma force d'amour.

Mais l'amour peut-il vaincre

les assauts d'un jeune prétendant?

J'ai confiance en ton amour.

Mais ton amour survivra-t-il

à nos ébats fugitifs

et aimera-t-il notre vie à deux?

 

C'est moi qui pose les questions.

C'est toi qui donne les réponses.

C'est moi qui ne ferme pas les yeux.

C'est toi qui plonge ton regard

planté dans mes yeux.

Et qui me montre

jusqu'où ira notre amour.

Et qui me montre

si oui mon amour,

je finirai bientôt

roi de ton juke-boxe

pour vivre avec toi

et te composer

mille chansons d'amour.

 

Je passe du soleil à la tornade.

Je sème des fleurs,

je récolte des grenades.

Je prends une balle en plein coeur,

je prends tout ça à la rigolade.

Et pendant que je tombe,

l'amour creuse ma tombe.

 

Station 13,

mission impossible

mais pour toi et pour moi,

est-ce la fin ou le commencement

d'une autre vie?

 

 

Te mettre sur un piédestal

 

 Si un jour,

je perds les pédales,

que je me perds dans les dédales

du labyrinthe intérieur de ma vie

et que le Minotaure me détruit

parce que j'aurai perdu

ton amour magnifique,

celui qui réjouit mes jours et mes nuits,

je veux que tu saches

que tu seras toujours

sur un piédestal dans mon coeur,

toujours cette fille incroyable

qui m'a redonné confiance

en l'amour,

aux vrais sentiments du coeur,

aux vrais sensations de bonheur.

 

Si un jour,

la société me fait perdre les pédales

à cause de cet abandon et de ce terrible silence,

à cause de mon isolement et de cette potence,

à cause surtout du fait

que jamais je ne voudrais

que tu souffres dans ta vie

de la projection médiatique,

et des déjections abjectes,

sans fondement, et dégradantes,

de gens maléfiques,

ainsi que de ta peur panique du rejet

de celles et ceux que tu aimes

à cause de ton passé,

je n'oublierai jamais

que tu as été la femme de ma vie,

la femme qui m'a redonné

goût à la vie à deux,

au partage des vrais sentiments,

à la chance de recréer un couple

beau, sain, et incassable.

 

Pour le moment,

j'y crois encore

et je veux réussir

ce pari impossible

de refaire surface

dans ce monde

grâce à ton amour.

 

Pour le moment,

j'explore avec toi les moyens

de nous créer ce petit nid d'amour.

Mais je sais que j'ai

un passé.

Et je sais aussi que tu as

un passé.

Et je sais que ce monde est dangereux,

imprévisible, et que les pires coups

arrivent en traître

sans que l'on s'y attende.

 

Comment expliquer

sa nouvelle vie

sans faire référence

au passé?

Comment échapper

à son passé

sans changer d'identité,

sans devenir

une autre femme,

un autre homme?

Cette question, je me la pose

à l'heure où il faudrait

tout oublier du passé.

Cette question, je te la pose

à toi ma bien aimée

qui a tant envie

de construire un couple

avec ton poète.

 

J'ai peur de l'accident,

du petit détail qui nous tueras,

toi et moi, dans notre grand amour,

du cyclone déclencheur

qui emportera tout et brisera notre bonheur.

J'ai peur de l'indiscrétion,

d'un petit rien

qui fera dérailler notre projet en commun.

 

Nous sommes bel et bien

des papillons en ce monde.

Nous sommes très résistants

et pourtant si fragiles

face à la monstruosité,

la haine, la méchanceté,

la jalousie, le désir de faire du mal

de certaines personnes.

 

Un poète peut garder le silence.

Mais il ne pourra pas garder

le silence des autres,

de celles et ceux qui peut-être

casseront le pacte tacite

qui existe depuis si longtemps

entre eux tous et moi.

 

J'ai prévu encore

50 ans de silence

autour de mes écrits.

J'ai prévu encore

tout ce temps

pour protéger

celles et ceux que j'aime.

Et j'espère qu'ils accepteront

tous le pacte du silence,

qu'ils sauront transmettre

dans le secret le message d'amour

de ton poète.

 

J'ai prévu 50 ans

de silence.

Et j'espère que ce silence

nous permettra de fonder

un couple hors du commun,

un couple magnifique,

un couple qui garde un secret

incroyable,

un couple qui s'aime,

qui s'estime,

qui s'entraide,

qui avance fort

et lumineux dans la vie.

 

Quand nous serons ensemble,

j'arrêterai d'écrire.

Quand nous serons ensemble,

il y aura 50 ans d'oubli

entre aujourd'hui et demain.

Et peut-être même

un oubli éternel

si personne ne transmet

plus loin

les écrits du poète.

 

Ce n'est pas si long,

50 ans,

et si cela permet

de nous aimer

sans être poursuivi des projecteurs,

des fureurs, des haines,

ou même de l'amour des gens,

alors ce sera très bien.

 

Tu es celle

que je veux protéger

et celle

que je veux aimer

tout le reste de ma vie.

 

Alors nous allons essayer

de réaliser quelque chose

de magique et hors du commun:

 

un couple ordinaire et anonyme

qui a laissé une trace éternelle

dans le temps.

 

10/09/2017

Girl Selfie

 

 Des milliers de jolies filles

se déshabillent,

montrent leurs jolis petits seins

à des saints meurtriers

qui,

ne pensant qu'à baiser

à l'heure du petit-déjeuner,

qui,

ne pensant qu'à baiser

à l'heure du dîner,

qui,

ne pensant qu'à baiser

à l'heure où je n'imagine qu'à rêver

de t'aimer pour la vie,

alunir sur ta lune d'amour

et revenir vers la Terre

avec toi main dans la main;

 

montrent leurs jolis petits seins

à des saintes-nitouches

qui,

se croyant intouchables,

qui,

se croyant impeccables

en sincérité amoureuse,

en jugements assassins,

condamnent

ces chairs de lune en chagrin

montrant leurs jolis petits seins

qui,

demandent reconnaissance

qui,

demandent aux garçons et aux filles,

une quittance pour la lumière,

une quittance pour le bonheur,

une quittance pour l'amour

en quittant leur vie passée

abandonnée à l'ordre du vice,

à l'ordre capitaliste,

à notre ordre économique

qui,

prétend qu'être libre de son corps

c'est aussi être libre de le donner

à n'importe qui,

qui,

prétend qu'être libre de son corps

c'est aussi être libre de le donner

n'importe comment,

qui,

prétend qu'être libre de son corps

c'est aussi être libre de le donner

n'importe quand

à des brigands

pour autant que le cul

rapporte monnaie sonnante,

monnaie sonnante

et trébuchante,

trébuchante,

trébuchante

jusqu'à la mort.

 

Et les garçons se moquent

et ne pensent qu'à te baiser.

"C'est qui cette bonne salope?

T'as son numéro de téléphone?

allez, dis-nous, elle suce bien?

Elle pratique la sodomie,

la double pénétration,

le bondage?"

 

Et les filles se moquent

et ne pensent qu'à te détester.

"C'est qui cette moche?

Quelle pute! Quelle bitch!

Regarde! Elle porte de faux seins.

C'est impossible que ce sont des vrais.

Et puis elle a bien une grosse bouche

à sucer des bites

dans sa pute de gorge profonde.

Beurk! Elle me dégoûte cette nana."

 

Mais moi je dis

ces paroles ne valent rien, rien,

ces paroles ne valent rien.

Mais moi quand je tiens, tiens,

mais moi quand je tiens

Là dans mes deux mains éblouies,

Tes deux jolis seins me redonnant vie,

Là je dis rien, rien, rien, rien

ne vaut tes petits seins.

 

Ton girl selfie

passeport pour la vie.

Ton girl selfie

me redonne le souffle de vie. 

Ton girl selfie

est plus encore un coup de poing

dans la gueule

des garçons et des filles

qui te décrient

et racontent n'importe quoi,

des clichés, des stéréotypes,

des idioties parce qu'ils et elles sont

devenus zombies

d'un monde abandonné,

d'un monde sans amour,

d'un monde pornographique

 remplissant les fosses septiques

de baises glauques et cyniques.

 

09/09/2017

Et si votre fond de pension payait pour Irma et autres babioles naturelles?...

Je ne savais pas ce qu'était un catbond avant le passage d'Irma.

Grâce à elle, j'ai appris que ce n'est pas les bonds de chatte d'une gazelle (quoique que chatte et gazelle ne sont pas de la même espèce) mais un fond en obligations qui financent les assureurs, et les protègent, contre les coût faramineux des catastrophes naturelles.

 

Petite explication. Imaginons que votre fond de pension où vous cotisez chaque moi pour votre retraite future décide de placer votre argent dans un de ces catbonds très à la mode, voir ici: http://www.lemonde.fr/planete/live/2017/09/09/irma-suivez...

vous avez quelques bonnes chances pour que votre fond de pension vous fasse quelques jolis intérêts. Limités dans le temps (2 ans, 3 ans, plus?), cet investissement en obligation est intégralement remboursé avec les intérêts annuels au bout du temps déterminé. Mais si par hasard une catastrophe naturelle détruit le ou les parties du globe pour lequel le fond assure les assurances, votre caisse de pension perd toute la mise investie.

Géniale comme trouvaille. Vous pouvez avoir une meilleure rente mensuelle pour vos vieux jours grâce aux catastrophes pour autant qu'elle choisissent les bonnes années et les bons endroits pour se manifester. Sinon, couic! Votre retraite sera plus douloureuse parce que votre fond de pension fera peut-être faillite à cause d'un gestionnaire mal avisé...

Voilà où mène la Bourse et la spéculation. Vous pouvez mieux vivre des catastrophes naturelles...ou alors en mourir directement sous ses effets ou à petit feu en ayant perdu tout votre argent...qui financera peut-être la reconstruction de la villa luxueuse de Donald Trump. Ce que les milliardaires et les banquiers sont ingénieux et astucieux, tout de même. D'autant que vous, cher(ère) donateur et donatrice de votre deuxième pilier, vous n'avez pas le contrôle du portefeuille collectif de votre caisse de pension!

Lire ici ce qu'est une obligation catastrophe (catbond) pour les détails techniques:

http://moneystore.be/2014/obligations/questce-quune-oblig...