26/10/2017

Pourquoi avoir des raisons de croire Henda Ayari plutôt que Tariq Ramadan

Ce sera parole contre parole...avec, peut-être, quelques e-mails conservés comme preuve de menaces sur la personne de la part de Tariq Ramadan.

Henda Ayari a engagé un combat d'une portée qui dépasse sa relation malheureuse avec le gourou des Frères Musulmans. Elle risque vraiment sa vie et celle de sa famille. Parce qu'elle a soulevé le couvercle d'une haine retenue et contenue dans une sorte de discours politico-religieux des communautarismes musulmans qui prêchent en faveur de l'islam politique contre la laïcité de la République française.

Cette femme va devoir affronter un tsunami d'insultes et des torrents de boue qui risquent de la submerger et la conduire vers la folie si elle ne ne rencontre pas les soutiens nécessaires à son combat.

Pourquoi alors s'engager en faveur d'une femme qui nous placent tous dans une situation inconfortable (on attend que la Rédaction de Médiapart sorte de son silence effroyable pour connaître son enquête de fond...et peut-être sa position dans cette affaire explosive) parce que s'engager en faveur de cette femme serait en fait une marque d'islamophobie flagrante et de soutien à un complot sioniste selon celles et ceux qui ont toujours traité les femmes et les hommes critiquant l'islam politique comme des personnes racistes, fascistes, haineuses détestant tout autre chose que le club des Franchouillards fiers d'eux et chez eux...à défaut d'être ailleurs...

D'un point de vue purement psychologique, il est tout-à-fait possible que Tariq Ramadan se soit comporté de façon sadique et perverse avec cette femme malgré les dénégations de ses idolâtres qui le placent sur un piédestal. Pourquoi prétendre affirmer cela? Tout simplement à travers les discours politico-religieux de l'idéologue islamique...voir islamiste. 

Une femme qui sort du carcan religieux, une femme pieuse ayant été séduite par le salafisme et qui soudain le rejette ne peut pas être une femme d'Allah mais une sorte de chose répugnante dont il faut marquer le corps d'un crachat...d'un viol...d'une prise de contrôle absolue... Une infidèle doublée d'une traîtresse à la cause en pactisant désormais avec "l'ennemi". Du temps du Prophète, elle aurait sans doute connu le viol, et la lapidation, puis la mort sous cette torture barbare exercée de ses frères très charitables et de ses soeurs en pleine empathie pour elle...

Aujourd'hui, ce sont les réseaux sociaux qui la violent mentalement en la traitant de la pire des prostituées, la lapident et l'exécutent...en attendant sans doute qu'un fou d'Allah réalise le fantasme haineux de tous ce fan club d'un islam radical. Elle est devenue la collabo de l'Occident et des infidèles (Henda est pourtant restée musulmane "progressiste" dans son coeur et ne s'exprime plus en public sur ses croyances intimes). 

Soyons précis dans notre pensée intuitive. Tariq Ramadan est devenu un maître en double discours donc il peut tout aussi bien être un homme au double visage... Mais l'écrire c'est déjà être sanctionné de traître à l'islam et raciste islamophobe. Donc, j'invite celles et ceux qui ont de la peine à croire cette femme à lire cet article éclairant dans le Figaro (suivre le lien en bas de page) concernant le rapport de Tariq Ramadan à...l'excision où nous pouvons très bien comprendre la perversité de son discours qui mène au communautarisme radicalisé et au rejet de la laïcité. Au final, Tariq Ramadan prêche bien pour une parole ne reconnaissant pas la priorité des avancées humaines hors d'un strict respect de sa religion sous la gouvernance des imams et des docteurs de la foi (dont lui est bien entendu un membre imminent...). En faisant de la sorte, Tariq Ramadan oppose bien la communauté musulmane "supérieure" à la société française "inférieure" parce que non liée par un pacte religieux à Allah et ne suivant pas les principes religieux et règles religieuses édictés par les maîtres et docteurs de la foi.

En voulant soumettre par la violence et l'agression sexuelle la gazelle Henda Ayari, Tariq Ramadan a voulu lui montrer de façon radicale qu'elle était dans l'erreur intellectuelle par sa défiance à sa religion, qu'elle pratiquait un culte à Satan par sa déviance psychologique en cherchant à se libérer du carcan religieux; enfin il a voulu lui faire payer sa trahison à la cause de la communauté musulmane dirigée par les gourous et les docteurs de la foi. Aucune femme ne saurait remettre l'autorité des gourous en question. Henda l'a payé par le viol et l'avilissement de son ex-gourou et maître à penser. Elle risque désormais l'ensevelissement sous des tonnes de tweets haineux...avant un possible attentat terroriste contre sa personne et même les membres de sa famille.

Bravo Monsieur Tariq Ramadan. Je vous rappelle ici ce billet et votre position sur l'excision au cas où vous auriez pris connaissance de ce billet blog qui ne doit bien entendu pas vous plaire du tout.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/06/23/31003-20170...

 

25/10/2017

Tuer la philosophie de Sade pour sauver la philosophie des Lumières

Le Marquis m'en voudrait s'en doute de s'attaquer à son oeuvre protéiforme, pornographique, et sadique. Maintenant qu'il est en plein triomphe partout dans le monde, Orient et Occident confondus, c'est la Civilisation dans son ensemble qui risque sa peau.

Sade a voulu un retour à la nature et fonde toute sa philosophie autour de cet état de nature. La liberté totale pour s'extraire des lois et des contraintes de l'Etat. Ici, l'Etat de droit démocratique et non l'Etat féodal ou l'état dictatorial qui rejoignent l'état de nature du fait que les dominants s'octroient toutes les libertés et tous les pouvoirs, disposent de la vie et de la mort des personnes, s'amusent dans leurs palais dorés dans des orgies pharaoniques.

Sade a voulu casser le carcan des rois, de la religion, en reniant l'Etat et Dieu tout en même temps... Mais il le fait d'une façon si aristocratiques et si libertine que sa liberté à lui revient à remplacer la dictature d'Etat par une autre dictature "ultra-libérale" où ce sont quand même toujours les dominants qui mènent une sorte de bal absolutiste mortel menant à la déchéance et à la chute de la Civilisation. La différence, c'est qu'au lieu d'un Etat central qui donne ses ordres, le Républicain de Sade est citoyen d'une République de castes qui domine et légifère pour obtenir les plus grands avantages pour celles et ceux qui ont déjà tout...au détriment des dominés soumis à des lois de plus en plus flexibles en faveur des dirigeants ainsi que soumis à l'impôt alors que les riches planquent leur argent ou trouvent des artifices comptables pour en payer le moins possible grâce à des lois "libertines" qui s'offrent à l'évasion fiscale et au moins d'Etat possible.  

Rappelons que pour Sade, le modèle c'est le culte païen des Romains, soit le Veau d'Or. Et constatons que d'Orient en Occident c'est le Veau d'Or qui l'emporte absolument partout y compris sous couverture de la religion utilisée comme moyen de soumettre encore et toujours les peuples.

Si les humains s'offrent toutes les libertés qui leur conviennent, ce sont alors forcément les plus forts qui vont écraser les plus faibles ou les moins combatifs ces derniers refusant le jeu pervers et sado-maso proposé qui s'amplifie dans l'horreur avec les inégalités de plus en plus criantes qui s'établissent entre citoyens et citoyennes du monde.

On peut trouver du plaisir à vivre des idées du Marquis. On peut y trouver jouissance et orgasme à user d'un certain sadisme et d'une certaine cruauté sur des proies consentantes mais aussi et souvent pas du tout consentantes. Parce que dans le sado-masochisme il y a cette part de douleur, cette souffrance avec laquelle nous vivons au quotidien dans nos rapports à la vie et à la fréquentation de l'Humanité.

Mais ce plaisir est d'une perversité qui se retourne un jour ou l'autre et beaucoup de victimes des petits marquis ouvrent alors les yeux sur l'horreur et se rendent compte jusqu'à quel point elles ont été abusée, voir violée, par le dominateur, leur maître, leur gourou (affaire Tariq Ramadan étant une illustration proche de la perfection). Les dérives sado-maso ne sont jamais anodines et peuvent conduire au pire. Il y a une grande différence entre la domination-soumission soft dans les rapports amoureux et la domination-soumission hard qui impliquent des rapports complètement pervers et dégradants mêlant jusqu'à jets d'urine sur son ou sa partenaire et défécation sur le corps...

Il en va de même dans nos rapports au quotidien. Nous pouvons supporter une certaine dose légère de souffrance morale due à une condition sociale inférieure et dans laquelle un patron nous paie au rabais et pas de manière pleinement équitable. Mais nous ne pouvons pas supporter des dirigeants qui pissent et défèquent sur le peuple comme c'est le cas aujourd'hui dans bien des pays du monde; des politiciens qui nous prennent de haut et qui se croient tout permis en cassant un code du travail chèrement acquis par les travailleurs et travailleuses en insistant sur le fait que c'est pour le bien de l'emploi et de l'économie. Certes, plus les gens seront pressés comme du raisin dans son pressoir, plus le vin des puissants sera enivrant, de haute lignée, et leurs bourses bien remplies.

Le Marquis de Sade, plus que tout autre philosophe des Lumières est en parfaite symbiose avec notre temps. Les néolibéraux, et les communistes chinois aussi, copient dans la réalité quotidienne l'oeuvre d'un philosophe qui, sous couvert de liberté, a donné en réalité naissance à une race d'être humain hors normes qui se permettent les pires sévices (en Chine, le commerce d'organes sur des prisonniers politiques est d'une abjection totalement sadienne) et vivent comme des dinosaures avec leurs cerveaux reptiliens qui fonctionnent à plein régime au détriment, bien entendu de la Civilisation humaniste, cet être humain qui s'élève et tente d'équilibrer son existence entre sa nature de primate et sa connaissance de l'âme et du coeur grâce à une spiritualité qui s'ouvre sur l'état de beauté et de grâce.

Il faut opposer à la totalitaire liberté sadienne et son absence d'Etat social et solidaire, un état de beauté et de grâce qui soutient nos démocraties en grands dangers et une Civilisation pas loin de son auto-destruction. D'autres philosophes que Sade ont donné quelques pistes intéressantes plus en accord avec ce que nous a offert le siècle des Lumières... Sade vivait dans un univers carcéral. Sortons-nous tous de cet univers carcéral qui aura finalement notre peau si nous ne faisons rien du tout pour changer nos rapports humains et nos lois.

 

 

24/10/2017

Grâce à toi

Quand tout devient plus glauque

et plus poisseux qu'une mer de pétrole

étalée sur les bleus de ton corps,

je lis à chaque fois dans tes yeux

que, grâce à toi,

notre amour survit à tout;

que, grâce à toi,

je n'ai pas perdu la foi

d'aimer la liberté

des femmes indépendantes;

que, grâce à toi,

je n'ai pas perdu ma route

sur les bitumes de l'amertume

et les saillies que l'on écume

dans les bars qui s'enfument

d'un peu trop de pipes et d'opium

pour être labellisés du sceau de l'amour;

que, grâce à toi,

je ne me suis pas perdu

dans les brumes

et le rhum des filles

que les hommes entubent

comme s'ils enfilaient

une pièce de deux dollars

dans un mauvais juke-boxes

qui propose des chansons à l'eau de rose

 puant le rance et la décadence

alors que chaque fille qui danse

sur le bar de la nuit

devrait avoir droit

à son quart d'heure

de grand amour

avec un poète tombé du ciel.

 

Si Leonard n'était pas un connard

ni un queutard mais un sacré veinard

d'être aimé des femmes

c'était parce que son amour à lui

n'était pas ce glauque toxique

des hommes dominants sur la planète,

leur tout-puissant désir de soumettre les femmes

à leurs lois masculines

mais bien ce désir géant de poète

qui rend fière et libre

chaque femme sur Terre

afin que demain

la haine et le sexisme

ne deviennent que des tristes souvenirs

dans la mémoire de l'Humanité.

  

Frère Tabit du Ramdam

A travers le plaisir de Narcisse

contemplant son visage

dans le reflet des eaux divines d'Allah,

Frère Tabit du Ramdam

doit soumission à son Créateur

en Lui demandant Sa permission

de soumettre la femme

à sa propre domination.

 

Je suis Frère Tabit du Ramdam

et je crée un assourdissant vacarme.

Je suis Frère Tabit

depuis la nuit des temps

et la femme est mon objet de contentement,

mon plaisir de la soumettre

à mes bons plaisirs.

J'ai reçu ce droit absolu d'Allah

et je ne vois pas qui m'en priverait

puisque c'est écrit dans le Coran

en long, en large, et en travers.

Et que depuis la naissance du Coran

au 7ème ciel de notre temps,

dont la Parole d'Allah, pourtant, ne pouvait remonter

logiquement sa naissance aux origines de l'Humanité

parce que Lui-même devait construire sa mémoire

sur la mémoire humaine des hommes...,

des milliers de petits prophètes mâles

ont en rajouté des tonnes,

des très sales et des très pourries,

des très compromettantes

et des très machistes

avec l'art du crime organisé et autorisé

sur toutes femmes de toutes origines,

les fidèles comme les infidèles,

les soumises comme les insoumises.

 les belles comme les moches,

les mariées comme les putains,

les vieilles comme les jeunes

et même les filles-enfants.

 

Je suis Frère Tabit du Ramdam

et j'aurais du finir ma vie

dans un bordel d'Amsterdam

en louant mon corps à des hommes

afin que leurs bites me pénètrent

et me soumettent à tous leurs fantasmes

les plus outrageants.

 

Alors j'aurais compris que la soumission

à la domination des hommes

ne peut pas être l'expression du divin

mais un subterfuge diabolique,

mais une supercherie satanique

mais la dégradation de la femme par l'homme

inventée par les humains masculins,

cette perversité narcissique des hommes

prenant le pouvoir sur les femmes

et rejetant leurs obsessions libidinales,

leurs propres fautes et leur dérives ancestrales

sur la culpabilité supposée des femmes,

leur attirance, leur beauté,

ce désir pour l'homme de posséder

cet objet afin de satisfaire leur domination

et les sécuriser dans leur rôle

de mâles dominants et tout-puissants,

non trompés, non bafoués

par des traîtresses et des insoumises.

 

Sécuriser tous les mâles à travers leurs bons droits

reçus de droit divin

en les autorisant à commettre l'inadmissible

et ensuite à retourner la plainte des femmes

par une plainte en calomnie contre elles

finissant de les punir et de les outrager.

 

Je suis Frère Tabit du Ramdam

et il est temps de sonner le tam-tam,

de faire du vacarme,

de produire ce charme divin

sur la conscience des humains

afin que la femme cherche le chemin de sa liberté,

obtienne son statut d'égalité,

et puisse faire ses choix de vie

sans la tutelle des hommes,

sans la domination des hommes,

sans la contrainte des hommes,

afin que nos maladies mentales sensuellement transmissibles

remplacent nos maladies mentales sexuellement transmissible

et que nos histoires d'amour

existent désormais au travers de l'égalité

homme-femme

et non à travers des rapports de force

de domination et de soumission.

 

Changer le Créateur

est impossible à l'Homme.

Mais changer sa façon d'imaginer

le Créateur

et la perception de son Amour

est toujours possible

dans un monde non-soumis

à cette loi actuelle de Dieu faite pour les hommes.

 

Ouvrir nos discussions à la démocratie

et aux échanges entre femmes et hommes

afin de chasser l'enfer

de la la domination et de la soumission.

 

 

23/10/2017

De la nécessité d'admiration et d'être sous l'emprise de...

Henda Ayari a eu à faire à un grand manipulateur sadique et pervers en la personne de Tariq Ramadan.

Mais pourra-t-elle prouver devant les juges que ce dernier l'a violée?

Blessée, manipulée, outragée, violentée, choquée, trompée par un homme qu'elle admirait, tout cela elle l'a sans doute vécue dans sa chair et dans son intimité de femme.

Peut-on parler pourtant de viol quand une femme très récemment "libérée" du carcan salafiste consent à rejoindre un homme, son ex (?) gourou salafiste, dans sa chambre d'hôtel sur son invitation, qu'elle se pense donc toujours importante aux yeux de cet homme, un homme avec qui elle a entretenu des rapports religieux du type femme soumise à son gourou qui lui enseigne le "bon usage" de l'islam durant des années et qui soudain s'est transformée en femme "libérée" de la tutelle du voile et de la mouvance salafiste? 

Peut-on parler de viol quand une femme se laisse surprendre par cet homme qui se saisit d'elle et se met à l'embrasser avec fougue puis à exiger d'elle de pratiquer des choses qui l'a bouleversent intérieurement et qui la salissent mais dont elle ne fait pas l'effort mental et spirituel de rejeter catégoriquement parce que toujours sous l'emprise et le charme du gourou; parce que trop faible pour résister aux exigences perverses de l'homme?

Nous sommes clairement dans un rapport d'homme dominant et de femme soumise à son gourou, son "dieu", son prince adoré... Si viol il y a effectivement, il est d'ordre d'abord mental où l'homme domine très clairement l'esprit féminin, par le fait qu'une idéologie, une secte, enferme et annihile la personnalité et la volonté d'une femme au profit du gourou auquel elle soumet son intelligence et son indépendance, et finalement se livre à son désir sexuel de mâle sadique et pervers.

Quand Henda Ayari se rend dans la chambre de Tariq Ramadan, c'est une femme surprise et étonnée que leur rendez-vous n'ait pas lieu au bar mais qui pense qu'elle peut néanmoins être en totale confiance avec son ancien gourou pour avoir droit à une discussion d'égal à égale avec lui...avec sans doute ce petit piment supplémentaire et cette petite excitation interdite d'être invitée dans la chambre du gourou tant idéalisé... Le charme de l'homme n'a jamais fini d'opérer sur elle malgré sa nouvelle liberté de femme musulmane laïque et assumée comme telle.

Si Henda Ayari se serait trouvé devant un homme libre, un penseur, un magicien qui dévoile des sentiments profonds et sincères, au contraire des fables qu'il racontent à toutes ses maîtresses en jurant sur Allah qu'il va bientôt divorcer de sa femme pour favoriser les coïts avec elles; si Tariq Ramadan avait été cet homme, ce personnage placé au sommet du panthéon d'Henda Ayarai, gentil, doux, et attentionné, laissant le charme entre lui et elle s'opérer naturellement jusqu'à l'éventuel envie de tomber en extase amoureuse pour cette femme, Henda Ayari, Henda Ayari aurait peut-être été aux anges et elle n'aurait jamais parlé de viol mais plutôt d'un rapport amoureux. Mais voilà. Tariq Ramadan n'est pas un prince charmant. C'est un gourou dominant comme les autres avec toutes ses prérogatives de gourou qu'il s'octroie d'office sur son harem potentiel de femmes grâce à sa médiatisation et son aura de leader spirituel...

Tout va alors basculer très vite dans la glauque attitude du gourou. D'homme admiré par une femme, il va devenir une bête immonde se servant du corps, d'un objet féminin dont il a déjà tué le sujet par ses prêches et son endoctrinement, comme ultime moyen de soumission, comme plaisir sadique d'abuser d'elle en lui faisant subir tous les outrages chers au marquis de Sade. Et maintenant que cette femme s'est réveillée et révélée à elle-même en quittant son voile et le salafisme, il faut d'autant plus qu'elle paie son audace par un viol brutal qui souffre d'aucune discussion possible. Il faut la soumettre par le corps puisque l'esprit se rebelle et veut revendiquer sa liberté. Il faut l'humilier, la sodomiser de force et lui faire sentir la puissance mâle du gourou tout-puissant et tout-pissant afin qu'elle se souvienne que l'on ne peut pas quitter la confrérie comme ça juste par goût de la liberté et de l'indépendance. Il faut une saillie qui lui rappelle qu'elle est la femme soumise et lui l'homme dominant.  

A partir de là, le charme se rompt. Tariq Ramadan n'est plus l'homme spirituel adulé. Il devient un abuseur, un violeur, un salaud qui a trompé durant des années une femme de plus qui l'admirait et le plaçait tout en haut dans son estime de femme.

Suivant l'interprétation qu'en fera la justice, Tariq Ramadan pourra en ressortir blanchi d'une accusation de viol ou alors sali d'une condamnation pour contraintes sexuelles et viol. 

Nous sommes dans un temps de basculement où ce procès retentissant permettra de faire parler la planète entière sur les rapports de domination et de soumission entre hommes et femmes. Le couvercle sur les "affaires" ne devrait plus se refermer de sitôt et si à la fin c'est la liberté et l'égalité dans le couple qui l'emporte, alors ce sera vraiment mieux pour l'Humanité toute entière.