12/04/2018

ZAD, Zone humide à défendre...attention gaieté et joie de vivre

Bel hommage de Marc Hatzfeld, sociologue et ethnologue, aux zadistes.

Par les temps qui courent et face à la désinformation des médias et des gouvernements, cela fait toujours du bien de lire quelques vérités autres que la propagande officielle qui sévit partout...

A celles et ceux qui ont envie de lire autre chose c'est ici. L'ouverture d'esprit ne se limite pas à ouvrir tous les micros à ce cher Emmanuel Macron et de faire passer sa parole pour parole d'Evangile néolibérale.

http://www.liberation.fr/debats/2018/04/11/honneur-aux-za...

On enterre Jacques Higelin cet après-midi au Père Lachaise. Alors honneur au poète.

 

Mais nous sommes déjà morts, cher Pascal!

Ensevelis par l'ultra-libéralisme,

décriés et démolis par l''ultra-catholicisme,

nous sommes bien morts

et j'étais déjà mort

dans les bras de maman

entre son curé de Dieu et son pape Paul XI

et les révolutionnaires maoïstes

qui m'entraînaient en enfer;

entre culpabilité du péché

de jouer avec mon zizi

et jouissance sans entrave

promue par les chevelus de Satan.

 

Allons Pascal.

Ne faites pas semblant

de croire que nous avons existé

ne serait-ce qu'un jour

au coeur de votre média.

Nous n'avons tout simplement

jamais existé,

rayés de la carte par les opportunistes

genre Dany le Rouge justement.

Rayés de la carte, hier,

par celles et ceux qui sont au pouvoir,

qui ont laissé et même bien participé

à la jouissance sans entrave

des dinosaures de l'ultra-capitalisme.

Rayés de la carte, aujourd'hui,

à notre Dame-des-Landes

pour insubordination à la Loi,

rêves utopiques d'amour et de paix,

d'amour et d'eau fraîche.

 

Éradiqués de nos droits

de vivre légers comme l'air

par ces poids super lourds

ces gougnafiers de la Bourse,

ces bons à rien

qui vivent de la rente

sur le dos des travailleuses et travailleurs;

ces Présidents providentiels

qui ont su leur octroyer légitimité tous azimuts,

leur droit d'écraser le peuple

sous des tonnes d'injures et de mensonges,

des plans médias diaboliquement tentant

pour le peuple qui y a cru si longtemps,

malgré des décennies de déclassement social,

des mises aux oubliettes

de leurs conditions sociales exécrables

mais bien secrètes.

 

Je suis un rescapé de la rue.

Je suis un revenant du bordel.

Donc, je peux en témoigner.

Je suis un miraculé de la dèche

et de l'oubli par les médias.

Mais j'ai tout perdu

dans cette affaire

sauf le goût du combat

et de la justice.

Et surtout tout perdu

sauf l'amour.

 

Allons Pascal.

N'écrivez pas

"Ouste. Encore une décennie

et ils seront tous morts

ces vieux croûtons soixante-huitards."

Nous avons été si souvent

morts plutôt que vivants

quand le fond du trou

nous appelait.

Alors, dans une décennie,

nous serons plus vivants

que jamais

nous les seul(e)s rescapé(e)s

de ce joli mois de Mai 68.

 

J'avais 9 ans en ce temps-là.

Mais Gavroche était aussi gamin

et mon petit frère m'appelait

justement "le gamin"

même quand j'eus, plus tard, 17 ans.

 

Qui sont nos gamins d'aujourd'hui,

cher Pascal?

Zadig le zadiste de la Lande?

« Paris a un enfant et la forêt a un oiseau ; l'oiseau s'appelle le moineau ; l'enfant s'appelle le gamin.
Accouplez ces deux idées qui contiennent, l'une toute la fournaise, l'autre toute l'aurore, choquez ces étincelles, Paris, l'enfance ; il en jaillit un petit être. Homuncio, dirait Plaute.
Ce petit être est joyeux. Il ne mange pas tous les jours et il va au spectacle, si bon lui semble, tous les soirs. Il n'a pas de chemise sur le corps, pas de souliers aux pieds, pas de toit sur la tête ; il est comme les mouches du ciel qui n'ont rien de tout cela. Il a de sept à treize ans, vit par bandes, bat le pavé, loge en plein air, porte un vieux pantalon de son père qui lui descend plus bas que les talons, un vieux chapeau de quelque autre père qui lui descend plus bas que les oreilles, une seule bretelle en lisière jaune, court, guette, quête, perd le temps, culotte des pipes, jure comme un damné, hante les cabarets, connaît des voleurs, tutoie des filles, parle argot, chante des chansons obscènes, et n'a rien de mauvais dans le cœur. C'est qu'il a dans l'âme une perle, l'innocence, et les perles ne se dissolvent pas dans la boue. Tant que l'homme est enfant, Dieu veut qu'il soit innocent.
Si l'on demandait à la grande et énorme ville : Qu'est-ce que c'est que cela ? elle répondrait : C'est mon petit. »

Victor Hugo

 

http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2018/04/11/soi...

 

Pour vous, cher Pascal,

une chanson de gamin.

 

 

11/04/2018

Tu es Zad?

Tu es Zad?

Tuer la Zad?

Tu es Zad?

Je suis Zadiste.

Si je suis mort

alors je défie la mort.

J'occupe la zone à défendre

et la zone à défendre

c'est la France,

c'est Paris,

c'est Marseille,

c'est l'Hexagone

et puis les épigones de Zadig

nés de nos contes paysans.

 

Tu es Zad?

Ah oui. Tu es Zad?

Ah ça alors. C'est pas vrai!

Tu es barjot à ce point-là?

Ils veulent ta mort,

ta disparition, ton éradication

parce que tu déranges la Loi.

Ils veulent t'envoyer

les pitbull fachos

et dire que ce n'est pas eux

les responsables de ta mort.

Rigoles pas!

Ils sont les responsables

de tout ce désastre

qui rend fous les gens

et les font virer extrême-droite

dans ce climat de défiance permanent.

 

Mais qui détient la loi

quand c'est la loi du plus fort

qui domine ce monde

avec ces hommes de lois

qui défendent les plus riches?

Mais qui détient la loi

quand les pauvres sont réprimés,

pris pour des imbéciles,

méprisés et envoyés

dans les oubliettes

de leur grande Histoire;

leur légende mensongère

qui donne toute la place

à l'élite, à l'élite,

rien qu'à l'élite qui se prend

pour la crème Dubarry

avec leurs petites manières

aguichantes de te dire

de façon si vulgaire:

 

"Moi je pète plus haut que ton petit cul

de merde qui patauge dans la gadoue.

Je te pète donc au visage

pour te signifier ton insignifiance."

 

Ils évacuent la Zad?

La Zad s'installera à Paris

au joli mois de Mai.

Il évacuent la Zad?

C'est la faute à Voltaire,

à Zadig et ses nouveaux contes paysans.

 

Vous ne connaissez pas Zadig

le Zadiste?

Faudra vous y faire.

Il est partout.

Il est nulle part.

Il est partout

et sa seule loi

est une justice

à une seule vitesse.

Une femme pour une femme.

Un homme pour un homme.

Un pour tous tous pour un.

Pas d'empereur ni de roi,

pas un seul milliardaire

pour dix milles syriens

morts sous la torture et les bombes.

Pas un seul oligarque

pour dix milles abandonnés

dans la jungle moderne

de nos villes ghettos.

 

C'est la loi de Zadig

le Zadiste.

Et c'est la loi universelle

de la démocratie.

 

 

 

 

Poudre, canon...et goupillon

Ah la belle alliance

est de retour,

la sainte alliance

et la France éternelle

des rois et des empereurs.

 

La divine alliance 

est de retour.

Ne trouvez-vous pas cela

terrifiant?

Emmanuel Macron

prend Dassault l'Eglise

Dassault Mystère

Dassault Falcon

comme maître à penser.

Macron tire en rafales,

tirs tendus de grenades

sur les occupants de la ZAD.

Il veut peut-être changer

le nom révolutionnaire de  la Zad,

cette zone à défendre

contre tous les prédateurs

et vieux dinosaures friqués

en Macronzad ou Pétrozad

zone à exploiter militairement,

religieusement,

avec sa petite église,

son curé respecté,

son maire respecté,

son prof respecté,

sa loi respectée,

De Gaulle et toute la chanson

des réactionnaires

qui pensent que la vie s'arrête

à pognon, religion, respect de la loi,

respect des maîtres,

respect de la Curie,

respect des faiseurs de guerres,

de prisons, d'inégalités sociales,

de viols sur les enfants et les femmes,

droits de cuissage

et silences entendus,

et complicités bienvenues,

et petit club des puissants

dominant tout

du haut de leur châteaux Cartier

avec leur Cour Christian Dior.

 

Ce pouvoir est-il légitime?

Ce pouvoir est-il légitime?

Ce pouvoir qui appelle au crime

contre les plus faibles?

Ce pouvoir qui libère la parole

des fascistes en leur donnant

le bon dieu sans confession

quand ils frappent la jeunesse

et bientôt tueront la chienlit,

les parasites, les cafards

comme ils le déclament

avec leur très haute poésie? 

 

Macron n'est pas fasciste

mais il donne le vent en poupe

aux fascistes.

Macron ne voulait pas être fasciste

mais il fait tout pour le devenir.

la Sainte Alliance

entre Macron et le goupillon.

Comme sur un vieux Microsillon

mais en pire.

De Gaulle n'était pas fasciste.

Il avait combattu le fascisme.

Macron n'est pas fasciste

mais il donne des ailes

aux fascistes.

C'est bien pire encore.

 

Rien de ce qu'il prend comme décision

ne le rapproche du peuple d'en bas.

Mais tout ce qu'il prend comme décision

le rapproche des milliardaires

et des fascistes camouflés

qui lanceront bientôt leurs hordes

de pitbulls

sur nos enfants égorgés.

 

Doit-on dire merci

à ce Gouvernement

ou fuck you?

Doit-on monter sur les barricades

ou regarder passivement devant nos TV

se faire assassiner

 cette jeunesse désespérée

de ne pouvoir mettre en pratique

leurs rêves et leurs utopies?

 

J'ai ma réponse.

Avez-vous la vôtre

amies lectrices, amis lecteurs?

 

 

10/04/2018

Jamais un rêve brisé

La nuit peut tomber

sur nous,

je peux même mourir

dans la révolution qui arrive,

je peux disparaître

dans les gaz lacrymo

et les tirs de grenades

mais jamais

oh non jamais

notre rêve ne sera brisé

par leur monde rétrograde,

primitif, prédateur,

mortel pour l'Humanité.

 

Toi, tu resteras dans mes yeux

sur les barricades

comme mon étendard,

mon égérie au sommet

de ma liberté,

de mon honneur,

de ma conscience.

 

Toi, tu resteras dans mon coeur

même si le sang coule

et que je sens la vie s'en aller

loin de mon corps.

 

Je te ferai encore l'amour

quand je serai à terre.

Je te ferai encore l'amour

comme une putain de sans-terre,

un Jean Valjean

protégeant sa Cosette

pour une noble cause plus grande

que la nôtre,

pour une cause qui défend

les derniers remparts

d'une démocratie défoncée

par les oligarques,

les milliardaires qui ont arraché

tous les pouvoirs

au peuple d'en bas

et qui commettent

tous les abus d'autorité

en s'apprêtant à commettre

d'autres crimes atroces

d'envergure mondiale.

 

Toi et moi,

nous serons toujours ensemble

main dans la main

coeur contre coeur,

bouche contre bouche,

à rêver de notre maison

au bord de la mer

avec un joli enfant

qui portera notre nom.

Ne pleure pas

si je meurs.

Sois fière de m'avoir aimé,

¨d'avoir aimé un poète

qui vivait de ses idéaux.

Sois heureuse dans la vie

en te souvenant de nous,

de notre folie amoureuse

au milieu du bordel,

et de tous nos moments

volés à la mort.

 

Toi et moi,

c'est nous

pour l'éternité.

 

Il est temps

d'aller voir la mer et le soleil

là où les femmes et les hommes

se battent pour leur liberté,

leur dignité, et leurs idéaux.

 

Tu es devenue

la femme dont je rêvais.

Jamais ce rêve ne sera brisé

par leur pouvoir tout-puissant.