27/05/2018

Carmen, cette foule du coeur à marée basse, et notre révolution

Edouard Philippe a ironisé:

"La marée populaire du 26 mai était une marée à faible coefficient".

On ne peut guère lui donner tort sauf à être de mauvaise foi. Les gens ne sont pas venus au rendez-vous de leur propre révolution. Ils semblent préférer celle, maudite, de Macron, la dure, la pure, la néolibérale qui continuera son jeu de massacre et de simulacre.

Est-ce la faute à Mélenchon qui a joué ces derniers jours à l'identique du malheureux gardien de Liverpool contre le Réal en finale de la Champion's League: un dégagement des mains dans les pieds du cher lider maximo Nicolas Maduro pour signifier aux Français que leur révolution sera faite demain d'un peu plus de répression contre les opposants et la presse traîtresse aux idéaux révolutionnaires; de beaucoup de restrictions alimentaires et matériels parce que les Français ne miseront que sur l'exemple de la rente du pétrole qu'ils n'ont même pas, au contraire des Vénézuéliens, pour la redistribuer en manquant de réflexions judicieuses pour aider les pauvres sans travail ou trop mal payés (ce qui ne devrait pourtant plus arriver sous l'ère Chavez-Maduro); et, cerises sur le gâteau qui se profile comme avec un ciel si bas qu'un canal s'est perdu en soumettant une tonne d'interdit de jouir en paix et en toute liberté pour les putes qui n'auront pas plus le droit sous Mélenchon que sous Macron, Hollande, et Sarkozy à la dignité et au respect de leur travail parce qu'elles pratiquent un job prohibé dit "honteux" et fort mal vu des cathos, paternalos, et autres machos, maquereaux et j'en passe...alors que pourtant le marché du sexe et de la prostitution se porte à merveille et que le "matériel", cher à DSK, s'échange toujours aussi bien en cachette ou en fermant des yeux très hypocrites...Perso, j'ai d'ailleurs pas vu Macron mettre ses escadrons de CRS en chasse dans la zad du Bois-de-Boulogne pour soulever les lièvres à coups de gaz lacrymos et de grenades de désencouplement.

Et donc Macron a marqué, contre le cour du jeu, un but réflexe sans le vouloir, juste d'un seule patte blanche de loup traînant sur la trajectoire de la balle transmise à Maduro pour rendre le projet Mélenchon aussi repoussant qu'une chasse aux sorcières et mettant ainsi un but gag de loup alpha dans la bergerie insoumise qui fait abolument marrer le Médef et tous les autres cyniques millionnaires.

Deuxième bourde en quelques jours du leader de la France insoumise: il s'est jeté à corps perdu (c'est le cas de le dire) dans les bras d'un Russe, en boxant mal le cuir hors de portée de l'artiste Macron en soutenant assez bêtement cet opposant russe très nationaliste...contre Poutine, un opposant vraiment pas trop gauche libertaire, tout en souhaitant, pour son projet à lui, une France protégée mais internationaliste qui sème les graines d'une révolution mondiale...et anticapitaliste mais quand même assez ouverte aux échanges commerciaux avec la responsabilité des us et coutumes de cette révolution naissante redistributrice et partageuse des principes concernés: soit la redistribution directe (par le travail) ou indirecte (par l'impôt) de la majorité des bénéfices aux travailleuses et travailleurs et non aux actionnaires et aux trop riches directeurs et cadres d'entreprises toujours plus privilégiés par Macron. Un auto-goal involontaire pour faire la paix avec les Russes et faire perdre notre camp.

Et c'est ainsi que l'on perd une manifestation prévue de très grande ampleur. Mais de Macron, on n'a même pas pu voir un but magistral à la Gareth Bale pour justifier la victoire provisoire et cette petite claque révolutionnaire pour nous tous les insoumis et insoumises à ce régime monarchique.

Comme je me suis déplacé à Paris pour me prendre avec tout le monde le gadin et le gourdin sur la gueule des Macronistes ricaneurs d'une finale perdue en tant que citoyen extra-territorial français d'adoption (faut dire qu'avec la magie des décomptes des uns et des autres, un et une manifestant,e, peuvent compter jusqu'à 10 fois leur poids initial. Ce n'est certes pas négligeable). Mais bon. 1 de gagné pour la révolution contre 700'000 de perdus dans les barbecues et dans la moiteur et les touffeurs de ce samedi après-midi 26 mai, ça faisait vraiment pas son poids de grillades pour brûler Macron.

J'en ai ramené tout de même mon petit reportage perso. J'ai donc fait, comme promis, la manif avec le syndicat "Strass" et Act Up. A tout casser 25 personnes dans le groupe, donc 1 de plus pour elles et eux, ça comptait énormément pour donner de la voix en faveur des filles, des trans, des garçons qui se prostituent et aimeraient avoir le droit de pratiquer leur métier sans qu'on les juge dans leur travail et surtout qu'on leur accorde enfin les mêmes droits de protection de l'Etat que les autres travailleurs et travailleuses sans gêner en plus leur profession en pénalisant leur clients...et clientes. C'est pas demain que la prostitution disparaîtra de ce monde, et c'est ni Mélenchon, ni la Gauche, ni les bonnes consciences qui arriveront mettre un terme au marché du sexe. A-t-on mis fin au marché de la consommation d'alcool et de stupéfiants en pénalisant? Alors, autant protéger les filles et les garçons qui mettent leur vie en danger en se prostituant afin de leur garantir au minimum les droits et la protection sociale qu'ils et elles demandent. Et puis, à dire vrai, je n'ai toujours pas vu Macron envoyer ses braves CRS dans la zad du Bois-de-Boulogne pour chasser les hors-la-loi qui fréquentent la zone et s'adonnent à la chose prohibée. Ni gaz lacrymos ni grenades de désaccouplement, est-ce que Macron a parfois de la peine à faire respecter la loi de feu le Président Sarkozy et feu le Président Hollande?

Bon, place au reportage photo. Et pour l'accompagner un duo que j'aime bien et dont j'ai appris l'existence durant la manif du jour. Le groupe s'appelle Fanch et ils ont su mettre la bonne humeur à Bastille malgré ce truc qui trotte dans la tête des révolutionnaires en ce soir du 26 mai 2018: nous n'y sommes toujours pas et Macron mène largement au score des réformes, pour le moment... Carmen ne semblait vraiment pas faire le poids dans ce cortège révolutionnaire pour renverser la donne. N'est-pas Bale qui veut. Et pourtant, l'Histoire peut-être renversée par un ou une artiste. Il suffit d'en prendre son point de vue assez fabuleux.

 

 

 

20180526_135420.JPG

ça se voulait être le sarcophage du pharaon Macron;

ce fut sans doute le sarcophage des Communard(e)s (pour ce jour)

avant que Carmen nous sorte

un de ses instants érotiques bien à elle

qui a transformé la défaite en victoire.

 

20180526_135701.JPG

Elle, c'est Carmen la future marqueuse

du but génial à la Bale. Mais silence, elle se concentre

et boit de l'eau en attendant que Macron

boive la tasse dans son frigo.

20180526_141511.JPG

Et c'est le départ de la Gare de l'Est

en direction de Bastille.

20180526_154651.JPG

Silence de mort dans les rangs de l'Hiver Poule.

Les filles de joie sont assassinées en silence

parce que l'Etat ne protège pas du tout

le droit à la prostitution et, de fait,

met les filles en état de mise en danger

permanent

et sous la coupe des proxénètes...

(interview par "Le Média" en principe

contre le droit à la prostitution)

20180526_155012.JPG

Paillettes et Strass.

Elles et ils ont créé le surnombre.

22 au départ, 23 à l'arrivée,

avec un intrus venu de Suisse

pour tirer le coup décisif.

Ce sont les membres du Syndicat non désiré

Strass (parce qu'il défend le droit à la prostitution)

et quelques personnes d'Act Up

(et dire que certains et certaines étaient des transfuges

ne vivant même pas à Paris. C'est dur d'être si peu

nombreuses et nombreux alors que la prostitution

se porte comme un charme et rapporte

des milliards à la pègre

avec des parties fines jouées parfois

à très haut niveau

(Remember DSK Les Présidentielles, Champion's League)

20180526_155031.JPG

Nous, on a bien rigolé durant la manif

et on a même eu droit à quelques applaudissements

du public...

 

20180526_165642.JPG

Le Char de la Commune.

Le plus beau et tellement poétique.

Le plus féminin aussi.

 

20180526_165646.JPG

Avec son gouvernail de marin

 

20180526_165656.JPG

On arrive à la Bastille.

Il est l'heure pour nous

de mettre Macron au frigo

et de l'empêcher d'en ressortir

une bonne fois pour toute.

 

20180526_165714.JPG

Tout en musique, s'il vous plaît!

 

20180526_165809.JPG

Couronne révolutionnaire.

 

20180526_170434.JPG

Elles et ils sont belles, heureux, et beaux, les révolutionnaires...

 

20180526_165830.JPG

que même l'Ange de la Bastille danse avec nous.

 

20180526_165924.JPG

On va finir par la gagner, cette finale révolutionnaire.

 

20180526_165928.JPG

Robin et Marianne,

sont des noms qui vont si bien ensemble,

si bien ensemble.

Et si Ruffin rôde dans les Bois de Sherwood,

on les aura définitivement à la fin.

 

20180526_170034.JPG

Elle prend. Et même bien!

C'est Carmen, notre championne

sur la pointe de l'attaque.

 

20180526_170304.JPG

Attention! C'est le final. On la joue tous et toutes collectif!

 

20180526_170609.JPG

Carmen vient de recevoir le centre

d'un anonyme citoyen

et, d'une bicyclette très érotique,

elle retourne complètement le match.

Macron se retrouve...

 

2018-05-27 06.49.18.png

pieds et poings liés dans son frigo

sous l'enclume et le sceau de la Bastille.

Nous avons plié le match

(retour vers le futur).

 

(histoire à suivre dans vos médias préférés...)

25/05/2018

La fille de Sherwood

 

Marianne vit dans la forêt,

et elle rêve, elle rêve, elle rêve

des filles et des garçons

qui dansent et chantent

la liberté, l'égalité, la fraternité.

 

Marianne est la fille de Sherwood.

Elle prend aux riches

et redonne aux plus pauvres.

Marianne aime Robin

même si on la traite de putain

à la Cour du Shérif de Nottingham.

Marianne aime Robin

et trouve que le monde

est chagrin et en manque d'amour.

 

Marianne, petite Française,

aime les sucettes à la fraise

et envoie aux pives

ceux qui font la loi injuste

en faveur des riches

en volant aux pauvres

leur dignité et leur liberté.

 

Marianne aime la liberté.

Et personne ne peut

lui dicter sa vie

et sa façon d'aimer.

Marianne aime Robin.

 

Dans le cortège de tête

à la Marée populaire

avec Act Up et Strass.

 

Stop aux hypocrisies!

Strass Debout, où comment exclure les filles de joie...

Organe indépendant des prostituées de France, le Strass (qui porte pourtant bien son nom, la Strasse égale la rue en Allemand), l'organisation syndicale du travail sexuel a été bannie de la marée humaine sous la pression des Effrontées, entre autres...

La France a-t-elle envie de perpétuer les hypocrisies et les non-dits sous l'ère de la France insoumise et autres mouvements de gauche? La France ne veut-elle pas, une bonne fois pour toute, accepter que les filles de joie indépendantes et solidaires sont mieux protégées par l'Etat et mieux respectées si elles savent se faire respecter de leurs clients et en ayant éliminé les sales intermédiaires que sont les maquereaux et autres mafieux qui les soumettent à la prostitution?

C'est une erreur que de vouloir exclure un syndicat qui donne de la dignité au métier de prostituée, prostitué. Jean-Luc Mélenchon a dit, et redirait sans doute, qu'aucun parent digne de ce nom n'aimerait que leur fille ou leur fis fasse de la prostitution un métier temporaire ou longue durée. Ce qui est exact. Mais il oublie de dire que faire le métier d'actrice porno ou même actrice à Hollywood passe bien souvent par des petits arrangements avec son corps sous la pression des mâles dominants qui détiennent le pouvoir économique...

Alors la discrimination envers les prostituées de la rue est un gros scandale et ça suffit! On peut à la fois lutter contre la prostitution en éduquant nos filles et nos garçons et accepter dans le même temps (je sais, ça fait Emmanuel Macron et c'est pas bien du tout) que parfois des filles et des garçons choisissent ce métier par accident de parcours ou simplement par désir de vivre des aventures (comme dirait  François Ruffin, et là c'est une meilleure référence pour la gauche gauche anarchiste) qui sortent de l'extraordinaire et rentrent même dans la marginalité de l'existence.

Quand il y aura une ex-prostituée présidente de la France, on pourra dire que l'esclavage sexuel et la soumission des femmes aux hommes seront définitivement actés dans le passé de la France. C'est ce que ne comprennent pas forcément les mouvements féministes de la Gauche française.

http://ma.lumiere.rouge.blogs.liberation.fr/2018/05/24/ma...

2018-05-25 07.38.422.png

La Marée humaine et les maquereaux

(Strass Debout 26 Mai 2018)

24/05/2018

Vas-tu venir à la maison?

Les saisons passent.

Le printemps s'en va

et s'en vient

mais je t'attends

en ces lieux secrets

où tu viendras cet été

t'étendre sur ma peau

pour prendre d'amour

ce que tu convoites

dans tes rêves galopins 

quand tu t'en vas si loin,

si loin, si loin de mon corps.

 

Troisième été,

je ne suis toujours pas

tombé sur la tête.

Je suis toujours celui,

celui qui n'a pas été

mais celui qui est,

et celui qui sera

encore dans ta vie.

Troisième été,

je ne suis toujours pas

lassé de nos saisons,

de nos baisers floraison,

de notre déraison,

de notre passion,

de nos corps qui batifolent,

de nos nuits très très folles

qui n'existent que dans nos rêves

et qui ne durent jamais plus

que le temps d'une heure

volée à l'horloge 

de notre époque

qui a oublié l'amour

sur les autoroutes

de la consommation.

 

Cet été, oseras-tu

venir t'étendre sur le divan

pour prolonger

tous nos moments de bonheur?

 

Cet été, seras-tu enfin

un peu plus que mon ange

et un peu plus mon amour

osant se poser sans crainte

quelque part dans ma vie

en déposant tes valises

sur les ailes de mon coeur

afin de voler à deux

dans l'existence?

 

Trois saisons d'amour

pour oublier l'enfer

d'une vie solitaire.

Trois saisons d'amour

pour apprendre la confiance,

la solidarité, la vie à deux

en toute liberté,

en toute indépendance,

en toute harmonie.

 

J'ai toujours dit

que tu étais la femme de ma vie.

Et tu l'es toujours.

Je me fous de mon âge

mais je te comprends.

Je me fous de mes dettes

mais je te comprends.

Je me fous de tout

parce que toi je t'aime

et que toi tu m'aimes.

Je me fous de la mort

parce que j'aime la vie

avec toi.

Je me fous de tous les cancans

et des

"T'as-vu cette blonde?

Elle sort avec un vieux.

Il doit être plein de fric

pour qu'elle sorte

avec ce vieux chauve." 

 

La genèse d'une Civilisation mondiale

Les gens pensent

que le Marché a gagné,

que le Veau d'Or est partout,

omniprésent, omniscient, omnipotent.

Cela fait beaucoup d'hommes

et très peu de femmes au pouvoir.

Cela fait gouvernement brutal,

casse sociale, éducation vandale,

le chacun pour soi,

Facebook,

Google,

Windows,

Apple,

le mur des illuminations

au service du Grand Capital

sous couvert de civilisation mondiale.

 

Mais chacun,

mais chacune

essaye d'aller à la rencontre

de son moi narcissique

pour prendre et obtenir ses "like"

et devenir quelque'un.

Chacun, chacune

y va de son tweet

et suis la route du mégalomaniaque

Donald sur le chemin

de l'extase perverse

de son petit moi,

de son pouvoir,

de son illusoire pouvoir

personnel,

le temps d'être cité,

le temps d'être intégré

dans la fenêtre médiatique

l'espace d'une fraction

de seconde

où "Je" a obtenu

une parcelle de lumière

dans le monde des Ténèbres.

 

J'étais quelqu'un

sur la Toile

il y a deux minutes

parce qu'un média

a parlé de mon tweet.

J'étais quelqu'un

sur la Toile

parce que la photo

de mon visage apparaît

sur Facebook

ou à la télévision.

J'étais quelqu'un

et pour rester quelqu'un

je dois continuer

à me montrer

de toutes les façons,

même de façon indécente,

même de façon peu glorieuse,

même de façon terrifiante

en devenant tueur et terroriste.

 

Plaire au Veau d'Or

et s'en repaître.

Plaire et s'enrichir

de biens matériels.

Plaire et s'appauvrir

de vie intérieure,

de connaissance, de culture;

créer son masque,

créer son image,

et prétendre

que je suis beau, belle

comme elle,

blindé, verrouillé,

sans aspérité,

telle une poupée,

vide et absente

de contradictions,

de passions divergentes,

de feu intérieur

qui veut crier sa révolte

contre ce monde

qui détruit l'intime

pour préférer la marchandisation

de tout,

des corps,

des esprits,

du vivant,

au service de la petite élite

qui vole tous les pouvoirs

y compris en s'appuyant

sur la légitimité

du vote démocratique.

 

C'est pas ma façon d'agir.

C'est pas ma façon d'être.

C'est pas moi ni toi.

C'est pas vous.

C'est pas nous.

 

Alors tous et toutes

aux marées populaires

du 26 mai 2018.

 

C'est notre seule chance

de créer la genèse

d'une Civilisation mondiale

qui sorte de la barbarie consumériste

et propose une nouveau savoir-faire,

une autre façon de vivre,

une vision du monde

qui s'oppose à la vision totalitaire

des quelques milliardaires

qui imposent de plus en plus

brutalement et cyniquement

leur monde

à la Terre entière.

 

Le collectif est seul capable

de répondre

à cette individualisation forcenée

de notre civilisation à bout de souffle

à force de tout donner

aux marchands du temple

et plus rien à l'essence

de ce qui fait notre essentiel,

soit l'amour et l'échange,

le partage et la gratuité du geste,

la spontanéité de l'être

qui casse l'image médiatique

et le tout intérêt économique.

 

Je ne suis pas produit

de consommation.

Je ne suis pas une machine

qui produit sans savoir

pourquoi et pour qui je travaille,

sans savoir qui mérite

les fruits de notre travail collectif,

sans savoir que je suis responsable

du monde dans lequel

je veux que mes enfants

et petits enfants grandissent

et vivront demain

ou mourront alors

dans des catastrophes naturelles

créées de la main de l'Homme,

dans des guerres atroces

à cause de la Haine

du tous contre tous

toujours plus manifeste,

toujours plus débordante,

toujours plus envahissante,

toujours plus la seule réponse

détestable et animale

des femmes et des hommes blessés

par ce mur du Capital

qui se dresse et veut

nous impuissanter,

nous réduire à néant

en nous soumettant définitivement

au monde des Macron,

ces cyclopes au coeur violent

qui ne voient que d'un oeil avide,

alcoolique, et insensé 

cette vision rivée sur la Bourse

et les profits faramineux

comme seule vérité d'existence,

la Vérité du fric tout-puissant

et la mort lente de la Terre,

de l'Humanité 

au bout du chemin.

 

Tous et toutes

aux marées populaires

du 26 mai 2018.

 

C'est notre réponse collective

au monde que nous ne voulons plus

et au monde que nous voulons

construire par nos rêves,

nos forces vitales

d'êtres humains qui reprennent

leur destin en mains.

 

Warren Buffet n'a pas gagné

le rapport de force.

Le peuple est de retour.

 

"Si jamais vous vous retrouvez dans un bateau qui coule, l'énergie pour changer de bateau est plus productive que l'énergie pour colmater les trous."

Warren Buffet

 

 

"Leur Titanic financier coule sous le poids de leurs richesses. Mais eux regardent encore le migrant se noyer dans la mer en se marrant cyniquement sans imaginer que celles et ceux qui lui portent secours déploient des énergies tellement puissantes, novatrices, et solidaires qu'ils vont finir par être tous renversés et terrassés par le fruit de nos humanités et de nos marées populaires." 

Un participant à la marée populaire du 26 mai 2018

 

Change de bateau! Le leur est pourri 

et entraîne le monde dans la Catastrophe.