25/06/2018

Kaliningrad-Kosovo, même combat...

Qui se souvient de Königsberg, ville créée par les Chevaliers teutons et ville convoitée de l'Union Soviétique sous domination, alors, du IIIème Reich d'Hitler?

A part les gens de là-bas, à peu près plus personne. Kaliningrad, la dernière ville renommée par l'empire soviétique qui porte encore son nom, et qui n'a jamais retrouvé son nom d'origine après la chute du régime totalitaire, nom par ailleurs découlant d'un dignitaire de l'époque, Kaliningrad a connu un destin similaire à l'histoire et la naissance du Kosovo durant le XXème siècle.

Adolf Hitler appelait Königsberg "le bastion imprenable de l'âme allemande"... Cela rappelle tellement comment la Serbie ultra-nationaliste de Milosevic nommait alors le Kosovo: l'âme, le berceau historique de la grande Serbie.

A la fin de la guerre mondiale, les habitants Allemands de Königsberg ont été obligés de quitter à tout jamais la ville et ils ont été remplacés par des populations de l'empire soviétique qui avaient subi la domination hitlérienne.

Il faut se rappeler ici la lutte du Kosovo pour son indépendance après le plan ignoble de génocide et de déportation des populations albanophones par l'ex-régime de Milosevic. Il faut se rappeler combien, sans l'intervention malheureuse mais nécessaire de l'Occident, le Kosovo aurait été vidé de sa population albanophone soit par génocide soit par déportation. Aujourd'hui, le Kosovo existe pour certaines nations du monde mais il est aussi ignoré par d'autres nations qui ne l'ont toujours pas reconnu comme pays libre et indépendant. Son équipe de football ne peut toujours pas jouer les compétitions officielles internationales.

Si certains de nos joueurs de football binationaux ont appris à voler très haut dans le ciel pour s'imposer sur la scène mondiale, ils le doivent d'abord à leur caractère et leur force d'esprit. Ils oeuvrent au succès d'un pays multiculturel fier de ses diversités ethniques. Ils oeuvrent au succès d'un petit pays qui s'appelle la Suisse, un pays plus tenté par la paix, la concorde, les échanges culturels, économiques, spirituels, que par les nationalismes, les fascismes, les haines.

La Suisse qui a joué sur le terrain de Kaliningrad est à mille lieues des divagations des milieux fascistes et ultra-nationalistes. C'est une Suisse qui gagne et qui fait du bien. C'est aussi une Suisse aux mille visages du monde. Une Suisse qui ne se laisse pas dominer par un esprit de repli sur soi, chemin tenté par un nombre croissant de personnes qui pensent que l'immigration est le grand mal de notre temps, le mal qui va détruire l'Europe ici, l'Amérique là-bas.

Hors rien n'est plus faux. Nous venons d'une Histoire commune à toutes et tous. L'Histoire de peuples qui se retrouvent, grâce à la technologie, vivre sur la même planète, avec le même devoir de solidarité et de responsabilité vis-à-vis de la marche du monde.

Si les joueurs suisses sont pénalisés fortement pour leurs gestes ailés et que cela porte préjudice à l'équipe et au pays, c'est à la liberté et aux cultures multiculturelles que les instances de la FIFA porteront un grave coup.

Les ailes de la victoire sont à la Suisse. Désolé si cela ne plait pas à tout le monde et à ceux qui sont tentés par un nationalisme brun propre à faire des êtres humains des catégories entre bons humains et bons citoyens et mauvais humains qu'il faut tout faire pour les rendre invisibles et négligeables, dans l'idée la plus répugnante d'extermination et de déportation de gens du voyage qui dérangent leur vision du monde et leur nationalisme étroit, borné, et très dangereux pour la commuanuté humaine toute entière.

 

2018-06-25 09.57.17.png

Niké, la déesse ailée de la Victoire

(Kaunos, Carie, Grèce antique, Turquie actuelle)

 

Les ailes sont accordées

aux anges du ciel

qui libèrent les peuples

et portent le chant

de la Victoire de l'amour

sur la haine,

de la justice sur l'injustice,

de la paix sur la guerre.

 

Merci Banksy

Lentement, je sombre,

je sombre vers la folie.

Je refuse d'adhérer

à ce monde qui rejette

sous prétexte

que certains peuvent disparaître

sans laisser trace d'eux-mêmes

et que d'autres peuvent

tout prendre, tout accaparer,

au nom de leur justice,

de leur beautiful attitude,

de leur beaufitude,

de leurs manières distinguées

et aristocratiques

de se prétendre maître du monde,

maître de la pensée,

maître de la directrice brune

que prend notre monde.

 

Merci Banksy.

Quand la censure menace

devant la vérité,

il ne reste que l'anonymat

pour s'exprimer

et dire la réalité

de cette pensée brune

qui envahit la planète

telle les Ténèbres

qui s'annoncent pour nous tous.

 

De lumière,

je ne distingue que le ciel.

D'amour,

je ne distingue que le ciel.

De liberté,

je ne distingue que le ciel.

 

Tout le reste n'est

que beautiful attitude,

beaufitude et décrépitude

du sens moral,

du sens profond de l'amour,

de ce coeur que l'on donne

à cette fille qu'on aime

et qui nous a oublié

sur le chemin

pour prendre l'autoroute standard

de la beautiful attitude,

de la beaufitude, de la décrépitude

du sens moral,

du sens profond de l'amour,

de ce coeur que l'on a donné

pour finir bouffé et anéanti

par les chiens de la solitude,

titubant sur le trottoir,

ivre de tristesse,

mort à la vie,

et tombant devant une oeuvre

de Banksy, le street arteur

qui remue la merde

en plein Paris.

Ce dessin de la petite fille est apparu en bordure du périphérique parisien, au nord de la capitale, près de l'ancien «centre de premier accueil» des réfugiés Porte de la Chapelle à Paris.

Ce dessin de la petite fille est apparu en bordure du périphérique parisien, au nord de la capitale, près de l'ancien «centre de premier accueil» des réfugiés Porte de la Chapelle à Paris.Image: AFP

 

24/06/2018

Shaqiri, Xhaxa, Behrami: et s'ils nous avaient inventé notre signe de ralliement national?

Soyons juste avec nos joueurs de foot. Ils nous offrent des émotions magiques par petites touches de génie, rares, mais tellement précieuses pour remporter de grandes victoires.

Et sur les buts helvétiques, je n'ai voulu regarder, comme un commentateur brésilien, que la beauté du geste de leurs mains, ses battements d'ailes pour la paix. Oubliant le contexte, les sifflets serbes pendant notre hymne national et durant tout le match contre les joueurs albanophones de notre équipe, je n'ai voulu voir que l'énergie fantastique et l'élan magique de ces ailes déployées sur le coeur, le torse de nos joueurs.

Et puis pour éteindre toute polémique et niquer tous les racismes et les haines entre voisins balkaniques, j'aimerais souffler un mot à l'oreille de notre équipe national: 

Leur mouvement des mains représentent "Niqué" la déesse ailée grecque qui personnifie la Victoire, déesse exceptionnelle que le créateur de la firme "Nike" a mis le nom en évidence au moment de créer sa marque de chaussures de foot et de courses à pieds. 

La Victoire, Niké, et notre drapeau national flanqué de cette déesse mythologique, quoi de plus motivant pour réussir un pari fou? 

Cher Monsieur Petkovic, vous pouvez faire circuler et perdurer cette idée afin de sauver ce geste magnifique et en faire la marque de fabrique de la Nati.

Nous n'avons pas actuellement, comme l'Islande, une attitude qui nous distingue nous, notre nation, des autres nations.

Alors voilà que nos trois mousquetaires plus Lichsteiner ont introduit quelque chose de magique dans l'Histoire de notre football helvétique et plus encore dans l'Histoire de notre mixité culturelle.

C'est Niké, la belle déesse de la victoire qui nous porte vers les sommets multiculturelles de notre peuple helvète.

Une vidéo assez marrante pour la route et pour donner un peu plus d'énergie encore à notre équipe nationale. Ne lâchez pas Niké! Vous tenez la Victoire historique entre vos mains...et vos pieds, chers joueurs.

 

 

22/06/2018

Mélania Trump aux portes de l'Amérique

Qui peut dire de qui ou de quoi Mélania Trump s'en fiche?

Est-ce de son mari et de sa mégalomanie, de ses infidélités répétées, de sa façon grotesque de traiter les affaires intérieures et internationales avec la plus grande désinvolture et crétinerie que jamais un autre Président d'Amérique n'aura égalé et ne pourra égaler dans toute l'Histoire de l'Amérique?

Ou est-ce finalement d'elle-même avec un sens de l'ironie délicieuse, ce volte-face, cette révolte intérieure qui ne dira jamais son nom, que Mélania Trump s'est envolée avec cette fameuse veste qui annonce qu'elle s'en fiche royalement et demande à chacun et chacune si nous aussi on s'en fout?

Elle détient peut-être l'arme atomique contre son mari, du genre: "si tu insistes encore dans tes horreurs, je divorce sur le champ". Et lui, ne pouvant voir la femme de son existence lui échapper, de peur de tomber dans un vide existentiel incommensurable, il recule et ne fait plus ce qu'il a dit. 

Peut-être détenons-nous en Mélania Trump notre arme fatale, et mondiale, de dissuasion massive, celle qui nous évitera une guerre universelle atomique comme dernier recours avant l'acte fou de son mari? 

En attendant, elle a déjà réussi à empêcher la séparation des enfants de leurs parents migrants. C'est beaucoup mieux que rien. C'est vraiment beaucoup. Peut-être, avec le temps, devrons-nous décerner le prix Nobel de la Paix à Mélania Trump pour ses actes de liberté et de révolte envers son président de mari.

En attendant, la dame circule avec votre poète dans les manifs contre ce monde pourri où il a inscrit la légende latine "in libertate sumus" (en liberté nous sommes). Cela dans le but de faire un pied de nez géant à son arrogant et stupide mari. Et si cela peut le faire enrager de voir défiler son épouse en toute discrétion dans les manifs des révoltés, c'est tant mieux. 

Voici l'image du t-shirt incriminé. Si vous voyez ce t-shirt dans la rue, c'est que le poète n'est pas loin. Il a été créé à partir du premier portrait de Mélania à la Maison-Blanche, retouché et photo chopé par le mort. N'est-elle pas surréaliste, la Mélania?

Et quand mon frère a pensé que l'image représentait un utérus sans savoir quel avait été le modèle d'inspiration, j'ai trouvé cela excellent de sa part...mais je ne lui ai pas dis qui c'était. Juste pour le laisser imaginer quelques temps encore et faire la surprise... L'aparté a eu lieu devant un certain match de foot Suisse-Brésil...

Aujourd'hui, je pense que Mélania mérite de savoir que c'est elle qui est cachée derrière cet artefact.

2018-06-15 12.07.40 (1).png

 

21/06/2018

Donald Trump ou la destruction des liens universels

Donald Trump veut domestiquer les esprits et rendre impossible toute contradiction à son discours. Il détruit systématiquement les liens de ce qui a fait l'Amérique, sa force, son combat pour la liberté, le ciment de la démocratie et de l'ouverture universelle en commençant par réduire à néant la politique de son prédécesseur à la Maison Blanche, Barack Obama qui a tenté, en pure perte, de rétablir et renforcer les liens sociaux inter-communautaires et internationaux dans un pays de plus en plus malade de politiques ségrégationnistes et exclusives.

Le but de Donald Trump est identique à celui d'Adolf Hitler qui considérait l'Allemagne d'avant l'arrivée du Führer totalement humiliée par les nations et la communauté internationale à cause de politiques ayant les apparences de la soumission de l'Allemagne à la marche du monde. Il fallait donc rendre de toute urgence sa grandeur bafouée à l'Allemagne et pour cela il fallait une culture de combat qui exclut toute faiblesse et tout contradicteur. Le juif représentant de tous temps l'universalité de la société humaine, il fallait s'en prendre à lui en premier. Le tzigane représentant la liberté de circuler en liberté, contre le dogme des frontières, semant ainsi les germes du désordre, du manque de contrôle de l'état bureaucratique et de la libre circulation de la pensée anarchique, insoumise, il fallait l'empêcher de circuler et l'éradiquer comme le juif. Le handicapé, le malade, le vieillard, le "taré", le "raté" ne suivant pas le rythme mécanique de la glorieuse aventure nazie et coûtant trop chers et trop d'énergie à un pays tourné vers la guerre et la reconquête, il fallait le pourchasser et lui signifier son insignifiance, son inaptitude au service du Reich, en le soumettant soit à son propre suicide par dépression soit à la disparition dans des camps de concentration, rendre invisible la prétendue "monstruosité", l'obsolescence, la disgrâce, qu'il représentait aux yeux du peuple sain, fort, glorieux, efficace, sans remise en question de la beauté parfaite de la pensée nazie et entièrement tourné vers l'édification de ce Troisième Reich mythifié et même mystique.

Donald Trump a sept ans (de malheur) devant lui pour éduquer les foules américaines à son travail de sape des fondements de la démocratie. Il pourrait être arrêté sur sa route lors des prochaines élections. Mais Donald Trump est assez malin, assez sûr de lui, assez machiavélique pour inventer une histoire de menace imminente planant sur l'Amérique pour faire peur et obliger les Américains et Américaines à voter pour lui. Pour cela, il lui suffit d'engager une guerre prétexte contre n'importe qui dans le monde, une guerre qui, par effet domino, pourra entraîner les nations du monde, de plus en plus tentées par de nouvelles formes de fascisme, dans les abysses des haines inter-communautaires.

Le peuple allemand a cru en Adolf Hitler et Donald Trump espère bien que l'Amérique croira encore en lui jusqu'au suicide collectif de la première démocratie du monde. Et, pour couronner le tout, il entraîne dans la perte et l'anéantissement de la civilisation mondiale les juifs à vocation universaliste à travers son soutien total apporté au régime d'extrême-droite qui sévit depuis de nombreuses années en Israël et dont le gouvernement actuel est entièrement redevable de la politique de Trump. 

Les Allemands n'ont pas su se débarrasser d'Adolf Hitler ni eu la force morale de suivre les intellectuels qui avaient prévenu du danger imminent. L'Amérique osera-t-elle se débarrasser du fossoyeur d'Amérique? Rien n'est moins sûr. Le Donald galvanise ses troupes, donne de la puissance au prétendu rêve américain complètement dévoyé aujourd'hui sous son règne. Le Donald sait se montrer charmeur et séduire le monde quand cela lui paraît nécessaire avant de griffer et d'abuser tout le monde pour établir sa propre gloire personnelle.

Il faut lire cette page pour bien comprendre les similitudes entre Adolf Hitler et Donald Trump:

https://www.en-attendant-nadeau.fr/2018/03/27/certaine-al...