20/06/2018

Donald Trump rejoint Adolf Hitler dans l'horreur

Il faut qu'une administration suive toutes les décisions de son leader. Et le leader de l'Amérique, le nouveau Führer, c'est lui, Donald Trump.

Pour le grand chef fasciste d'Amérique, le mal c'est la migration et son exportation de germes toxiques, criminalité, mafias, drogues, prostitution, etc. Il faut arrêter de salir et de tromper l'Amérique blanche et pure dominatrice du monde. Un leadership qui ne doit souffrir d'aucune discussion. C'est l'Amérique d'abord. C'est l'Amérique partout. Y compris sur la lune et y compris sur Mars et pourquoi pas sur l'univers entier. US dans le ciel comme aux enfers. Quand on se prend pour Dieu et le peuple élu de Dieu, on sait où cela mène le peuple et le monde.

Les petites mains sont au travail et font du mieux qu'elles peuvent pour suivre leur chef. Elles prennent les ordres et les accomplissent avec zèle de façon mécanique. Maman, papa, venez par là qu'on vous poursuivent en justice. Et vous, les enfants, par ici, venez il y a une gentille dame qui vous accueillera avec des jouets et qui vous donnera une nouvelle vie. Vos parents sont déjà condamnés. Vous ne les reverrez plus.

Mais dans quelle société vivons-nous pour toujours se taire et se soumettre à des décisions de plus en plus inhumaines, à des choix de société qui excluent une grande partie de l'Humanité?

Cela fait 50 ans que l'on parle des pays en voie de développement et que la situation empire dans beaucoup de pays. Aujourd'hui, c'est 85% des migrants qui sont recueillis dans les pays dit "en voie de développement" et la plus grosse partie des gens en migration pour cause de guerres reste dans les pays en conflit. Le reste des migrants "illégaux" échouent chez nous, en Europe ou en Amérique du Nord (migration économique). 

Et qu'est-ce que décide le führer? De criminaliser tous les migrants et migrantes et de les séparer de leurs enfants... Comme dans une certaine Allemagne sinistre dirigée par le sinistre Adolf Hitler qui allait nous mener à la pire des catastrophes...avant la nôtre annoncée...

Le Donald avance sa surpuissance comme idéal américain. C'est le signe que quelque chose cloche dans sa tête et qu'il rêve d'Amérique comme Adolf Hitler d'une Allemagne hégémonique, überalles, pure, supérieure en tout, et très sûre de son bon droit d'imposer sa folie et sa vision suicidaire pour le futur de notre planète.

Qui va stopper le Führer d'Amérique dans sa course à la grande Catastrophe?

 

17/06/2018

La Gallega, la Pinta, et la Nina, nouvelle histoire d'Amérique

1492, une date maudite pour les Indiens d'Amérique. Des colons Blancs venus d'Europe débarquent pour la première fois. Les tribus sauvages ne savent pas encore qu'un grand malheur s'abat sur elles en cet instant précis. La Civilisation débarque. Une autre, beaucoup plus proche du lien à la nature, va se voir décimer par les guerres, les maladies, son refus de se soumettre au nouvel ordre mondial imposé par des étrangers venus d'ailleurs.

Que nous raconte aujourd'hui l'histoire de l'Aquarius et de ces deux petits vaisseaux des gardes-frontières italiens? Le même scénario? Le même drame à venir pour nos populations occidentales?

Probablement que non et même définitivement non. Nous ne vivons pas un temps où trois bateaux débarquent avec une nouvelle technologie inconnue des autochtones, un autre dieu, une autre religion, inconnue des autochtones, une autre culture inconnue des autochtones.

Nous sommes en pleine mixité culturelle mondiale. Et le refus de cette mixité culturelle par tous les fascismes du monde (d'ici et d'ailleurs), c'est à cette guerre-là que nous participons.

L'Aquarius a entraîné, de gré ou de force, l'Italie fasciste du nouveau gouvernement a participé au sauvetage des nouveaux arrivants, des êtres humains avant tout, en obtenant d'eux ces fameux bateaux qui ont accompagné l'Aquarius jusqu'en Espagne devant le refus des mêmes autorités italiennes d'accueillir désormais sur le territoire transalpin les migrants et migrantes d'Afrique.

Il n'est pas question de vivre en direct l'affrontement d'une civilisation contre une autre civilisation comme au temps de Christophe Colomb bien que la France se soit dotée d'un ministre de l'Intérieur qui porte un patronyme identique à un l près. Les fake news qui sévissent par millions sur la Toile et qui sont délivrées par des gens fascistes ou apeurés devant l'arrivée de toutes ces personnes d'une autre couleur de peau sur notre Continent sont effectivement et définitivement à mettre en sourdine. Nous savons tous que des différences culturelles, des approches spirituelles autres, des comportements sociaux autres, existent entre eux et nous. Mais en aucun cas, ces gens venus d'ailleurs vivent sur une autre planète comme à l'époque de Colomb.

Alors, aujourd'hui, il est temps de se raconter un autre mythe, une autre légende que celle de l'invasion et de la colonisation du monde par des êtres humains qui n'auraient rien à voir avec notre univers. Nous sommes à l'heure de la globalité du monde. Le monde se mêle au monde. Les gens apprennent d'autres gens de n'importe quelle couleur et culture d'origine. Nous regardons les mêmes matchs de football, les même match de Roger Federer qui est aimé jusqu'en Afrique noire pour son aide à travers sa Fondation humanitaire.

Sus à tous les fascismes! C'est contre ceux-ci que nous devons absolument combattre par la solidarité, le contact, les échanges, la chute de ce néolibéralisme qui poussent les gens dans les bras du fascisme, la peste brune planétaire qui est train de s'imposer avec les haines de tous contre tous.

C'est un cri d'alarme. Si nous ne voulons pas l'entendre et le rejeter dans les tréfonds de notre conscience, c'est notre Civilisation toute entière qui ira à la Catastrophe.

Il est temps de narrer autrement l'Histoire merveilleuse qui nous arrive. Celle d'une rencontre improbable entre une vieille Europe qui vit dans sa graisse et son abondance en oubliant la générosité humaine et la jeune Afrique qui vient à notre rencontre pour redonner du sens à nos humanités et mettre à bas le néolibéralisme destructeur de confiance en l'Humanité et pourvoyeur des maux d'un l'individualisme exacerbé qui se noie dans son nombril et invente des contes bruns à dormir debout pour se barricader, traiter les autres de sous-hommes. de sous-femmes, de les expulser, de les mettre en camps de rétention, en alimentant des pouvoirs de plus en plus fascistes dans le monde entier.

Nous somme à un tournant de l'Histoire. L'Aquarius, le Dattilo, et l'Orione sont nos nouveaux bateaux qui nous racontent une nouvelle histoire d'Amérique bien différente que ce que certains journaux et médias ainsi que certains réseaux sociaux diffusent à longueur d'ondes et de journée.

Médias du monde entier, unissez-vous! Mettez en avant des sites et des histoires qui racontent un rêve, une utopie, de paix, de prospérité, d'amour, au lieu de flageller notre humanité, de titiller nos bas instincts, nos peurs, nos tentations de prédation, qui nous mèneront à la destruction de nos humanités. Il en va de notre survie, de notre salubrité morale, de nos élans de coeur vers la rencontre et le partage plutôt que notre défaite mondiale et les guerres de tous contre tous.

Il est temps de lire autrement ce qui se passe aujourd'hui et si nos savants archéologues ont su déchiffrer les hiéroglyphes, nous devons bien être capable de déchiffrer notre propre langue commune à tous et à toutes pour réussir la Civilisation mondiale d'un peuple humain qui a vaincu l'individualisme outrancier proposée par cette idéologie néolibérale mortelle qui nous fait foncer dans le mur de l'Atlantide et nous coulera tous et toutes à fond de cale et dans les abysses de l'Océan si nous restons inactifs et ne proposons pas d'autres politiques internationales.

Lire aussi mon billet de la nuit dernière:

http://pachakmac.blog.24heures.ch/archive/2018/06/17/entr...

  

Entre nous, pas de frontière...tout le monde s'en foot!

16 juin 2018, grande manifestation fédérale à Berne sur le droit d'asile... Au final, 2'000 personnes, une majorité d'origine étrangère et des activistes de la cause... Très peu de personnes sans lien direct avec l'accueil et travaillant dans le domaine...

Les Suisses, comme les étrangers de Suisse, dorment sur leurs deux oreilles et regardent la Coupe du Monde de football. Alors passe parfois des poètes, des migrants de l'âme, des artistes qui ne dorment jamais tranquille sur leurs deux oreilles. Le poème-images, vidéo, et commentaires sont dédiés aux passagers et passagères de l'Aquarius qui arrivent aujourd'hui à Valence, en Espagne...après avoir joué une corrida contre les politiques anti-migratoires de l'Europe, continent des droits humains... ou plutôt de l'incontinence des coeurs qui prend des proportions dramatiques parmi nos populations.

 

 

 

2018-06-16 17.13.144.png

Le monde d'Aquariusland

 

2018-06-16 17.11.37.png

 

2018-06-16 17.16.47.png

Bienvenue au demandeur d'asile (drone du migrant)

de la Schützenmatte, Berne le 16 juin 2018

 

2018-06-16 17.18.27.png

Le vigile de l'Aquarius: "Terre! Terre! Terre!"

 

2018-06-16 17.19.46.png

"Ahh mais ils ont dressé le drapeau de la quarantaine

comme sur le Pachakamac. Il paraît que nous avons la peste!"

 

2018-06-16 17.20.41.png

"Ah! Ah! Ah!. Paraît qu'on va jouer la Coupe de l'America

contre Alinghi à Valence. Va y avoir du sport!"

 

2018-06-16 17.13.14.png

Le logo de notre voilier à 20 millions de francs suisses.

 

20180616_143543.JPG

Notre meilleure supportrice!

 

2018-06-16 17.11.37.png

Sur le pont! Sur le pont! Sur le pont! Tous ensemble! Tous ensemble!

Yé! Yé!

 

2018-06-16 17.07.51.png

Nous sommes des revenants! Plus fort que la mort!

 

2018-06-16 17.02.16.png

Nos ailes de la victoire. Seul, seule au monde, nous traversons les frontières comme des oiseaux migrateurs.

 

2018-06-16 16.49.07.png

Nous avons une échelle. Celle de la grâce céleste.

L'Espagne est en vue!

 

20180616_142116.JPG

Combats pour tes droits, Mademoiselle Africa!

 

20180616_141408.JPG

 

20180616_142000 (1).JPG

 

2018-06-16 16.50.43.png

Le drone du migrant a fait des petits...

L'amour, la vie, la joie, le bonheur d'aimer.

 

20180616_142000.JPG

 

20180616_142025.JPG

 

20180616_142107.JPG

 

20180616_142142.JPG

 

20180616_142247.JPG

 

20180616_142440.JPG

 

20180616_142532.JPG

 

20180616_142538.JPG

 

20180616_142738.JPG

 

20180616_142847.JPG

 

20180616_143315.JPG

 

2018-06-16 16.53.46.png

Roger est partout! Même en manif!

 

20180616_143412 (1).JPG

 

20180616_143412.JPG

 

20180616_143751.JPG

 

20180616_143822.JPG

 

20180616_143938.JPG

 

20180616_150759.JPG

 

20180616_151404.JPG

 

20180616_151528.JPG

 

20180616_151737.JPG

 

20180616_151753.JPG

 

20180616_153855.JPG

 

20180616_155917.JPG

Place du Palais fédéral: la guerre des banderoles...et des mots.

 

Merci à toutes et tous les participant(e)s de la manifestation.

C'était un bel après-midi quelque part en Suisse

en attendant l'arrivée au port de l'Aquarius du côté de Valence.

 

16/06/2018

Aquarius: la pluralité humaine en grand danger

L'Humanité est-elle au bord de s'auto-détruire à force de superficialité, de distractions et de grands shows mondialisés?

Est atteint du mal celui et celle qui use d'artifice et de superficialité dans ses rapports humains pour élaborer un système économique qui lui est exclusivement profitable. Le mal n'est pas radical. Il est extrême disait Hannah Arendt. Le mal n'est pas démoniaque. Il touche au banal, à ce que l'homme et la femme agissent en fonction de ce que la société leur tend comme miroir et comme volonté d'agir: aujourd'hui, le matérialisme et l'individualisme outrancier qui exige de la femme et de l'homme à être performant, à se faire une place hiérarchique et ordonnée dans la société, à user de tous les charmes et artifices pour réaliser et prendre cette place dans cette société au détriment de celles et ceux que l'on va exclure de notre champ de vision embarrassés par leur présence dérangeante et/ou coûteuses en argent, soit les chômeurs, les cassos, les vieux, les moches, les gros, les exclus du système, les minorités sexuelles, les "étrangetés de la nature humaines", trans, lesbiennes, homos, les noirs, les jaunes, les rouges, les migrants, les étrangers, les "celles et ceux qui ne sont pas comme nous", les rêveurs, les poètes, les créateurs d'utopie amoureuse qui dérangent, les prostituées, les marginaux, les chiens d'humains, les chiennes de femmes, les mal pensants, les mal baiseurs, les contestataires, les révolutionnaires.

Les gens passent et trépassent et l'idéologie néolibérale demeure le centre de l'attention de notre monde avec ses ravages, ses malédictions sous couvert de bienfaits matériels d'abord et surtout pour ce fameux 1% de personnes, l'élite, les "SS de notre temps", qui ont un idéal élevé: celui de devenir très très riches et faire partie du top 100 des plus grandes fortunes du monde.

Certes, les SS de notre temps n'envoient pas les dérangeants en camps de concentration ni dans des chambres à gaz pour les éliminer définitivement de leur champ de vision parce que justement ils dérangent inutilement leur petit confort intellectuel et matériel. Ils se contentent simplement de pourrir et d'entraver la vie de celles et ceux qui n'ont déjà presque rien, plaçant les dérangeants en camps de rétention, en prison, à l'asile psychiatrique, et finalement à l'expulsion finale en des terres d'abandon qui verront les dérangeants mourir en accéléré supérieur en se faisant torturer psychiquement et physiquement, violer, exploiter comme esclave de mafias locales, ces autres porno stars du système capitalistes qui utilisent des méthodes plus radicales et super rapides pour se payer villas luxueuses, yachts, et vie de pacha.

Nous naissons actuellement dans un monde de superficialités extrêmes et nos enfants grandissent et s'abreuvent à ce monde de superficialités extrêmes où seuls sont reconnus la performance, l'efficacité, l'accomplissement de soi à travers des rites d'atomisation extrême de l'individu au service de pouvoirs néolibéraux qui dirigent le monde à la Catastrophe.

Car oui, cette idéologie, sous couvert de grande réussite sous prise pharmacologique d'euphorisants, de calmants, de dopes, de rapports amoureux vus sous l'angle d'un bien-être sexuel à travers la commercialisation des corps, crée le mal sans le savoir, sans avoir la capacité de réagir à l'horreur qu'elle est train de créer, cette horreur qui est une reproduction parallèle à l'idéalisme hitlérien, soit la suprématie des corps beaux, athlétiques, intellectuels, créant une culture élitiste de la discrimination, du rejet, de la haine de l'autre, du faible, du révolté, du différent, du venu d'ailleurs, du sans argent, du sans dent, de celui qui ne veut pas se soumettre à cette volonté tragique du tout commercial sous couvert d'une mondialisation dont le récit angélique nous raconte qu'elle serait ouverte à tous et à toute, multiculturelle, prospère, propre sur elle-même, hygiéniste à l'extrême, et surtout invincible comme Hitler et les nazis ont voulu être en leur temps afin d'imposer leur vision décadente de l'être humain...alors même que pour ces nazis l'art dégénéré et le mal se tenaient dans le camp des artistes humanistes...

Hannah Arendt: 

"Si la pensée nous prémunit contre le mal, c'est à la condition d'être conçue non pas comme une faculté solitaire de la rationalisation de l'expérience - cela, Eichmann n'en était absolument pas dépourvu - mais comme l'expérience d'un dialogue avec soi-même au travers duquel chacun se sent mis en demeure de lui-même devant un autre, actualisant dans sa psyché la pluralité, qui est la condition première de l'humanité."

Que nous raconte cette indifférence effroyable de la plupart des gens face aux drames des migrants, à ce navire marchand qu'est l'Aquarius transbahuté des côtes italiennes, corses, françaises, pour aboutir en Espagne alors que la Coupe du Monde de football enfièvre désormais la planète entière et que tous les yeux de la planète Terre sont rivés sur les performances athlétiques de nos meilleurs acrobates du ballon rond?

Elle nous raconte que cette indifférence monstrueuse est absolument banal, banalisé dans notre quotidien et dans notre rapport au monde. Les gens, au mieux, s'en foutent royalement que d'autres gens venus d'ailleurs se noient ou sont finalement rejetés de partout; au pire, vouent une haine profonde pour ces "voleurs de territoire", cette fameuse théorie brune de l'invasion et du grand remplacement de la population continentale chrétienne européenne blanche par une population noire, à majorité musulmane.

Le mal n'est alors pas vu comme un mal mais comme un bien suprême qui protégerait nos enfants des mauvaises fréquentations, des contaminations humaines venues de l'extérieur qui vont détruire un mode de vie, un mode de pensée, une culture de souche. Et plus la population se persuade de ça et s'imprègne de cette peur, de cette angoisse métaphysique, plus elle donne raison au fascisme et à l'horreur qui est en marche et va en s'accélérant.

Pendant ce temps, les gens vaquent à leurs occupations, se rendent dans les fan zones pour assister au grand spectacle fraternel du foot mondial qui encaisse des milliards et fait vivre grassement quelques initiés du cercle d'or, dirigeants, entraîneurs, footballeurs, agents, publicitaires, mafias locales organisatrices du spectacle, Gazprom, gloire à la Russie de Vladimir Poutine et de ses chiens de garde.

Ainsi va la mondialisation pendant que l'Aquarius tente de sauver quelques âmes humaines en perdition dans l'indifférence générale de notre société.

  

15/06/2018

La fille que j'aime

Elle a illuminé

le centre de ma ville intérieure.

J'ai le coeur qui fait bambam

et ma vie qui joue du tamtam

à chaque fois

qu'elle revient au pays

pour me donner son amour.

 

Mais la fille que j'aime

est une hôtesse de l'air

qui a les jambes en l'air.

Mais la fille que j'aime

loue ses charmes

à qui veut du feu et des larmes.

Mais la fille que j'aime

garde sa liberté de libertine

et vole d'homme en homme

qui voudra payer

le prix du voyage

au bout de la nuit.

 

La fille que j'aime

reviendra un jour,

demain, plus tard,

nous nous donnerons

comme deux amants éperdus.

La fille que j'aime

se suspendra à mon coeur

avec ses je t'aime

dans les yeux.

Et j'y croirai encore et encore

quand son corps

prendra d'assaut mon corps.

Et j'y croirai juste encore

pour ne pas croire à la mort

afin de rester vivant

dans ce monde

qui bafoue l'amour romantique,

l'amour des poètes,

l'amour des naufragés,

des marins, des migrants.

 

Et je répondrai présent

à son amour,

heureux quand elle viendra

poser sa tête

contre mon épaule.

Et je serai tellement

malheureux quand elle repartira

en mer pour d'autres voyages,

d'autres paysages,

d'autres rivages.

Et je serai encore tout

ce qu'un homme

est capable d'offrir

à une femme par amour

quand elle revient

d'une longue traversée du désert.

 

2017-11-06 23.47.01111.png

 

2017-08-06 14.08.288.png

2017-08-06 14.08.288_Long_Long_Long_Long.mp4