24/12/2018

Noël néolibéral, Mac rond-point final

 

A la croisée des routes,

nous sommes là

tous ensemble

à changer le monde.

A la croisée des destins,

nous sommes là

comme des femmes,

comme des hommes,

qui nous battons

chaque jour et chaque nuit

pour croire encore

qu'une autre société peut renaître

sur les cendres de leur monde.

 

Nous ne sommes pas 

des produits marketing

pour médias en manque

de buzz et de publicité.

Nous ne sommes pas

des produits de masse

au service de princes et de rois,

d'empereurs égocentriques

et de dictateurs méga-médiatiques.

 

Nous sommes nous,

libres comme le vent

avec des elles et des ils

qui ont des noms et des prénoms,

des corps et des âmes,

des coeurs à corps solidaires.

Nous sommes nous

avec nos peines et nos joies.

Et tant pis si ça énerve

les rabats-joies, les cyniques,

les 100% iniques

qui cherchent toujours

à nous niquer la cervelle

en niquant les frangines

dans des usines à sexe

en nous la glissant à l'index

pour que jamais,

oh non jamais,

notre utopie voit le jour.

 

Est-ce qu'il t'a déjà demandé pardon

le con pour ne pas ranger ses caleçons

quand tu lui fais sa leçon

sur sa République Macron?

Est-ce qu'il sait que t'as pas un rond

et qu't'es marron

dans son système à la con?

  

C'est Noël.

Mac rond-point final.

Ecris-le en bon français

sur ton gilet jaune.

 

Tu vois la vie quand c'est ta mort

Tu ne vois rien de la vie

si tu n'as pas vu la mort

de très près,

de trop près.

En face de toi.

En face de moi.

Il y a comme la mort

par inadvertance

et l'anonymat d'une vie

bousillée par leur règle d'or.

Il y a.

Des murs de sang, des silences de plomb,

des monstres hideux, des âmes mortes,

des êtres sans coeur,

des paradis perdus

qui ont fait naufrage

durant les suffrages universels,

des rendez-vous incroyablement manqués,

des illusions anéanties pendues

au gibet de la fausse révolution

du jeune empereur Macron

et de tous les autres.

 

Ci-gît Gilet Jaune.

Ci-gît la femme et l'homme

tombés héroïques au combat,

relevés par le combat de leur vie

dans les rues de Paris,

marchant sans entraves

brave, très brave Gilet Jaune.

 

Brave les interdits en marche

sur les ronds-points,

aux péages autoroutiers, monte et montre

que l'argent volé

est bien l'argent dérobé au peuple

au profit de grandes familles bourgeoises;

aux frontières ouvre ton esprit,

montre-toi citoyen mondial,

citoyenne mondiale

partout où tu vas

mais reste patriote de ton pays.

 

Et dessine

partout du jaune,

du jaune cocu,

du jaune infidèle,

du jaune fluo

qui annonce la couleur,

la couleur de leur trahison,

de leur abandon,

de leurs prisons,

de leur idéologie assassine

qui nous dirige vers le brun,

vers la fin de la liberté,

alors qu'ils prétendent

qu'elle se dirige vers la belle démocratie,

ah ben oui Monsieur Macron,

votre belle démocratie à la con

avec ses 80'000 forces de l'Ordre

dans tout le pays

pour réprimer le peuple en jaune,

pour la défendre

contre le peuple en gilets jaunes;

le brun des salauds

se colore au-dessus des gens

et prend lentement le pouvoir

pour s'enrichir sans fin

en assassinant la liberté,

l'égalité, la fraternité.

 

On n'en peut plus

de vos fausses paroles,

de vos délires obsessionnelles

rivés sur la Finance, la Bourse,

et les oligarques du monde.

On n'en veut plus

de cette loi abjecte

qui ne vise que la prospérité

de la consommation,

zombie consommateur,

zombie consommatrice,

la croissance au profit

d'une minuscule minorité

d'êtres humains

qui vendent des femmes,

des animaux, des hommes,

des enfants,

des forces de production,

des esclaves poings et pieds liés

à l'impôt et le travail.

 

On n'est pas des lâches.

On n'est pas des antisémites et des racistes.

On n'est pas des fachos.

On n'est rien de tout ça.

On est en jaune

pour dire la trahison de la démocratie.

On est en jaune fluo

pour écrire le scénario

d'un monde meilleur,

celui des invisibles

qui ont de la vraie culture et des histoires,

des vertes et des pas mûres

écrites avec le sang des révoltés,

une vie de bagne et de bagnards,

une vie chaude et sèche comme

le vin jaune du Jura,

le meilleur vin du monde,

une vie de misère enivrante

et liquoreuse comme

un vin élevé

sur un lit de paille

et finir très riche

dans un verre d'amour.

 

On est tout ça.

On est bien plus que ça.

Nous sommes des femmes,

des enfants, des hommes,

qui savons ce qu'est

la démocratie pour tous et toutes,

la liberté, la solidarité, l'égalité,

la fraternité.

 

STOP MACRON!

 

 

23/12/2018

Demain dès l'Aube...

De jaune tu entretiens

toutes tes douleurs et tes rancoeurs.

Ta colère jaune tu la jettes au vent

dans la rue

face à tes soeurs,

face à tes frères;

puisque tout, à l'intérieur de toi,

rue dans les brancards.

il n'y plus aucune place

pour la confiance en eux,

ces femmes et ces hommes

qui nous ont jeté dans un traquenard,

ces députées et députés

qui nous gouvernent

pour notre bien (sic)

en nous dépossédant de tout

même de notre dignité.

 

Eux, qui n'ont jamais connu

de la laideur du monde

qu'une piètre image de la réalité.

 

Eux, qui ne savent pas

la douleur.

Jamais leur épouse

n'a du relever ses jupons

pour donner un peu de couleur

aux repas des enfants.

Jamais leur mari

n'a du accepter la douleur

de livrer son épouse aux riches

pour tenter de sortir

de la misère noire

et de la faillite perpétuelle.

 

Eux, qui se croient beaux et intelligents,

supérieurs et impériaux,

tous montés sur leurs chevaux énarquiens,

ils ne savent rien de la douleur.

ils font la guerre aux gens de peu, aux gens de Riens,

aux Terriens qui n'ont pas fait d'études supérieures

ni n'ont obtenu de situations enviables.

Eux, qui demandent la concorde,

nous leur tendons la corde

pour qu'ils se pendent

avec leur argent et leur système

de merde intellectuelle.

Eux, qui n'accordent jamais

une once de leur coeur endurci

aux plus petits d'entre nous tous.

 

Ils s'aiment exclusivement dans leur milieu,

entre gens bien élevés,

entre personnes distinguées,

entre élites qui se comprennent

pour partager le gâteau commun

de leur domination sur le peuple.

 

Ils voient dans les filles au bordel

leurs esclaves sexuelles

qui les contentent;

et ils se contemplent

dans leur toute-puissance

en dominant

le beau matériel de chair et en os

qui enrichit leurs vices, leur dépravation,

leur prédation, et leur triste perversité.

 

Ils ont aussi vendu l'Etat

à des privés

qui font du gros bénéfice

leur seul et unique but.

Les routes sont leurs vaches à lait

et les usagers leurs esclaves communs.

Les routes peuvent s'écrouler un jour.

Des ponts Morandi

il pourrait bien en tomber par dizaines

dans les cinquante années à venir

et sonner la fin de l'Empire maudit,

la fin de notre Civilisation démocratique.

Mais l'Etat se tait et laisse faire

l'enrichissement éhonté de quelques familles

possédantes et de possédés du pognon

tous et toutes très avares.

C'est si mignon cet énorme trafic d'argent

entre personnes de haute intelligence.

L'Etat sera là, de toute façon, pour reconstruire

avec diligence en demandant de toute urgence

de l'aide aux citoyens et citoyennes

avec l'argent des cochons de contribuables.

Comme en 2008

à la chute de la Bourse.

 

Mais l'Etat ne veut pas voir.

L'Empereur Macron se tait et attend.

Il idéalise l'ultralibéralisme,

ses prédateurs,

ses dominateurs,

ses menteurs et ses profiteurs.

 

Gilet Jaune bats-toi

et n'abandonne pas le combat.

Ce régime n'est pas le régime du peuple.

 

Demain, dès l’aube…

Victor Hugo
 

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Victor Hugo, extrait du recueil «Les Contemplations» (1856)

20181223_155106.jpg

La Renationalisation des biens du Peuple

 

 

21/12/2018

Le Dauphin Gilet Jaune

 

Il a survécu au temps, à la corruption, à la disparition. Il a été retrouvé par un chercheur, un autodidacte, un homme qui passait son temps sur le terrain à trouver les trésors d'antan.

C'est un petit dauphin de bronze, un petit dauphin emblème de l'intelligence du mammifère marin avec son chant mystérieux et son goût prononcer à sauver les êtres humains en train de se noyer.

Il était vénéré des anciens, des Grecs, des Romains, des Gaulois.

Donne-lui ta prière pour réussir notre révolution. Nous en avons besoin en ces temps de grande confusion.

20181101_173149.jpg

2000 ans de survie et toujours vivant!

(trésor gallo-romain remis à l'Association pour la promotion de la villa romaine Yvonand-Mordagne, Suisse)

 

20181101_1731499.jpg

Gilet Jaune,

je remonte le fleuve du Temps

et j'arrive jusqu'à toi

pour t'aider à sortir le monde

de son naufrage.

Je suis là,

présent,

sans exigence pour moi,

sans revendication personnelle,

juste là pour t'aider

par la poésie et la philosophie

à trouver et à prendre

les bonnes décisions

durant ton chemin révolutionnaire.

20/12/2018

Comme un emplâtre sur une jambe de bois

Le Gouvernement du Président Macron parsème son règne de petits cadeaux de Noël pour apaiser la colère.

Les smicards auront leur cadeau. Les automobilistes n'auront pas à payer une surtaxe sur l'essence. Les gendarmes verront leur salaire gratifié de 150 euros mensuels brut afin qu'ils continuent à servir l'Etat ultra-libéral contre les Gilets Jaune; un Macron qui fait donc payer l'Etat mais ne fera rien payer aux plus fortunés. Les patrons eux-mêmes ne paieront pas l'augmentation du SMIC. C'est donc l'impôt et rien que lui qui apaisera très partiellement la douleur des plus infortuné(e)s des travailleurs et travailleuses. Donc les citoyens et citoyennes qui soutiendront l'effort salarial...des néolibéraux ayant la sale habitude de demander à l'Etat de payer. Les assistés, ce sont d'abord eux...

L'Etat surendetté met en application un programme fait de petites touches surréalistes à des travailleurs et travailleuses touchant déjà toutes sortes d'aides étatiques, des assistés obligés qui ne devraient pas l'être puisqu'ils travaillent mais que leurs salaires restent très insuffisants en rapport des charges communes et obligatoires de toute citoyenne et tout citoyen de notre temps.

Ce n'est plus l'Etat Providence. C'est l'Etat au service des grands actionnaires qui ainsi peuvent empocher plus de dividendes comme des grands patrons et cadres supérieurs qui peuvent ainsi continuer à percevoir des salaires mirobolants sans aucune mesure avec les salaires les plus bas. On continue le cirque néolibéral en disant dans les hautes sphères de l'élite intelligente que la France est un Etat arriéré qui ne s'ouvre pas au libéralisme... Ces Gaulois réfractaires selon les termes mêmes de Macron. C'est un gros scandale et les Gilets Jaunes ne devraient pas céder aux petits cadeaux qui ne touchent que peu de gens au final.

Il n'y a en réalité et dans la situation actuelle qu'une bonne vieille révolution pour tenter de changer les lois de ce néolibéralisme dévastateur et prédateur.

C'est en tout cas la seule issue de secours possible à mes yeux pour éviter l'autoritarisme grandissant voir une dictature militaire et fasciste si nous allons, bon gré mal gré, jusqu'aux prochaines élections présidentielles dans un tel contexte et avec une telle situation.

Prendre les mêmes candidats et recommencer ce grand cirque républicain encore une fois dans 3 ans risque bien de donner un résultat plus catastrophique encore qu'une démission imposée et rapprochée de Macron et de son Gouvernement par la force du mouvement des Gilets Jaune. Un Macron qui n'a pas su faire la révolution dont ils prétendaient détenir les clefs lors de son élection. C'est normal. Il s'est fait élire par les riches et pour les riches. Et les plus démunis n'avaient absolument rien à attendre de cette élection présidentielle.

Donc, chères amies et amis Gilets Jaunes, ne lâchez rien. Vous travaillez pour une meilleure démocratie et une meilleure société...libérale, mais réellement libérale au sens de la liberté démocratique au sens citoyen et citoyenne du terme.