06/12/2018

Y'a du vent chez les Gaulois

Y'a du vent chez les Gaulois

et Gilet Jaune donne le tempo

pour changer le temps

des invisibles,

des sans-paroles,

des sans-voix.

 

Y'a du vent dans ses voiles

et sous les alizés.

Gilet Jaune monte, monte, monte encore

pour inverser la direction sonore,

redonner

de la joie, du bonheur,

de la lumière dans les chaumières

et remplacer cette sale pétaudière

de misère créée par le roi Pétaud

pilleur, voleur. et exploiteur de travail.

 

Y'a du vent chez les Gaulois

et dans la lyre de Gilet Jaune

on entend la rage électrique,

l'envie d'inverser la nique

en inventant de la zizique

pour détraquer leur système

de profiteurs et de maquereaux,

effacer la courbe

de la désintégration

physique et morale,

tracer sa route jusqu'à l'Elysée.

 

Gilet Jaune marche,

marche d'un pas ferme

dans l'adversité,

et le front levé.

Gilet Jaune a trouvé le tempo

et son mouvement

est le mouvement

de tous les peuples

¨méprisés et désavoués par les rois,

les tyrans, les voleurs d'argent,

les assassins de démocratie.

 

05/12/2018

Macron-Néron: des gilets jaunes-bruns et des gilets jaunes-rouges

Toutes et tous en gilets jaunes! Mais si à la fin c'est la République qui est cocue et la dictature fasciste qui prend le pouvoir, ce sera encore pire que jamais.

Du calme, du calme, et encore du calme comme dans un poème baudelairien. Rien ne sert de mettre Paris à feu et à sang, d'envoyer Brigitte et Emmanuel à la guillotine, si les gilets jaunes s'opposent aux extrêmes par leurs différences d'opinion irréconciliables. La Révolution du peuple, la démocratie, ce n'est pas une autre dictature que celle du fric qui prend le pouvoir et condamne au bâillon, à l'enfermement, à la mort, celles et ceux qui pensent autrement.

Il n'y a pas de cohérence dans ce combat populaire et encore moins de chefs légitimés. Il y a trop de chefs populistes qui se comporteront comme des dictateurs et des fascistes en cas de prise de pouvoir. Il n'y a aucune garantie de lendemains qui chantent mais plus sûrement des pauvres qui déchanteront encore et une France déchirée, militaire, en mille lambeaux.

Ce n'est pas un nouveau Mai 68, fleur bleue au fusil et baba cool, mais plutôt l'An 68 quand Néron vit sa dernière année de règne avant sa condamnation à mort par le Sénat romain et la fin actuelle du Circus Maximus de cette Vème République qui n'en peut plus d'agoniser.

Il faut que les institutions changent et non que le chaos s'installe partout. Il faut d'autres visions, d'autres visages, d'autres femmes et d'autres hommes qui savent nager dans la complexité multiculturelle de notre monde global.

Je suis solidaire avec les gilets jaunes mais solitaire dans mon opinion personnelle sur ce mouvement qui a enclenché la fin définitive de la Vème République. Je ne suis pas solidaire envers des attitudes suicidaires et injustes qui vont encore pénaliser les plus faibles et les plus démunis et qui vont surtout provoquer plus de haine et des morts autant du côté des gilets jaunes que du côté des forces de l'ordre.

Faire la Révolution mais la jouer comme Gandhi en bloquant les rues, avec des sitting monstres qui provoqueront la chute du Gouvernement, et finalement enclencher enfin la VIème République. 

Alors nous pourrons toutes et tous danser avec notre ami Kopp Johnson et faire une vraie fête de la fraternité et de la solidarité. La Révolution est mondiale, pas seulement française. Ne pas l'oublier est une exigence fondamentale.

Un cassage de nuque de cette Présidence Macron...C'est Kopp le bourreau en chef, et ça fait tellement de bien au coeur.

 

La Giletjaunaise remplacera la Marseillaise...

Un giga pied de nez

aux Zemmour et autres troubadours

fascinés et obsédés par le discours

du grand remplacement.

Un Black donne l'hymne et l'ambiance

aux gilets jaunes.

Ben ouais. Un Black, Français

ou en passe de le devenir.

Un Black qui a peut-être

fait le voyage en naufragé

sur la Méditerranée.

 

Un Black qui s'unit aux gilets jaunes

pour faire la Dance Revolution.

Un Black qui ne porte pas

la carapace des robocops,

ni ne porte d'armes

autres que ses larmes de joie;

un Black qui porte sa révolte

sur un dancefloor,

partout dans la rue,

dans tous les lycées,

les entreprises, les bureaux,

de France et de Navarre.

 

OK. Une chanson ne fera jamais une révolution.

Mais si la Marseillaise tragique est remplacée

par la Giletjaunaise magique

dans le coeur sacré

de la Javanaise française

ça va peut-être faire  craquer

l'ambiance de plomb

et l'essence dramatique de meurtre

et de guillotine

qui règnent sur tout le pays.

 

Giletjaunaise

je te kiffe.

Et tant pis si c'est tellement dérisoire,

ridicule, et archi-faux

d'imaginer que l'Histoire de France

pourrait encore changer en mieux

grâce à une chanson de dancefloor

créer par un migrant

débarquant du Continent africain.

 

 

02/12/2018

Tant de gilets jaunes à sauver de la noyade...

 

Ils sont là!

Ils sont partout!

Ils sont dans les campagnes!

Ils sont dans les villes!

 

Les gilets jaunes prennent la mer,

prennent les villes et les campagnes.

Tout le monde veut exister.

Les migrants de là-bas.

Les abandonnés d'ici.

 

Et qui récupèrent?

L'extrême-droite de Le Pen.

L'extrême-gauche de Mélenchon.

Ils en appellent aux casseurs,

aux révoltés sans issue,

tout en jouant les vierges effarouchées.

Ils sont heureux de l'insurrection

tout en niant qu'ils aiment

et animent cette violence

de leurs paroles vénéneuses,

ces gens qui vont au massacre

et qui n'auront jamais rien de plus

sous leur autorité despotique.

 

Les cabossés de la vie

ne peuvent rien attendre

ni de Macron, de le Le Pen,

ni de Mélenchon,

ni de n'importe quel Président.

Les cabossés de la vie

ne peuvent que se débrouiller seuls,

seuls au monde,

seuls dans leur malheur,

seuls à se sauver du pire

et à trouver

de pâles solutions alternatives.

 

La démocratie citoyenne

ne répond pas à la misère.

La démocratie citoyenne

ne parle pas aux abandonnés

du système.

La démocratie citoyenne

ne parle que de politique,

de ceux et celles

qui se sentent bien

dans le système

et qui ont leur place

au sein du peuple.

 

Pendant que les autres cassent,

brûlent, flambent leurs haine,

détruisent leurs rêves

en créant de la violence,

de l'injustice supplémentaire

pour eux-mêmes

et pour tous les autres.

 

Gilets jaunes en mer.

Gilets jaunes sur terre.

Ils et elles veulent tous et toutes

éviter l'invisibilité,

garder une chance d'avenir.

 

Mais celles et ceux

qui se sauveront

seront celles et ceux

qui se seront battus

seul(e)s au monde

contre les injustices

que la société leur fait subir

jour après jour

dans l'indifférence générale.

 

La violence est la dernière réponse

de celles et ceux

qui ne maîtrisent plus rien,

ni leur vie ni leur destin.

La violence n'est pas la solution.

Elle est la pire des impasses

et elle donne naissance au chaos

et à la dictature fasciste.

 

Ne jamais croire

aux histoires des grands dictateurs.

Eux créeront davantage

de malheur et de misère;

eux emprisonneront et massacreront

sans aucune pitié, sans aucune gêne

toutes celles et tous ceux qui gênent

à leur toute-puissance

et à leur personne sacrée, intouchable.

 

Ne croire qu'à soi,

à sa capacité de s'en sortir

malgré toute l'adversité,

malgré l'abandon et les silences.

Mourir digne et fier, digne et fière

d'avoir été une bonne citoyenne,

un bon citoyen

vivant en marge de la bonne société

hypocrite et aveugle à la souffrance

des gens de peu, des gens de rien.

 

 

01/12/2018

La soustraction fiscale est un sport national et...libéral

Quel indépendant ou indépendante ne s'est jamais permis d'utiliser le compte de son entreprise pour détourner des dépenses privées en dépenses et notes de frais d'entreprise?

Que celui ou celle qui n'a jamais usé du véhicule d'entreprise pour un voyage privé lève la main. Que celui ou celle qui n'a jamais offert un repas à un ami, sa maîtresse, ou son amant et ne l'a pas classé comme note de frais lève la main. Que celui ou celle qui n'a jamais acheté de produits destinés à son entreprise et détournés au profit de son usage personnel lève la main. 

L'optimisation fiscale et la soustraction fiscale sont un sport national et très libéral. Celui ou celle qui n'en jouit pas est un saint ou une sainte même pas apprécié(e) de ses concitoyens et concitoyennes. Il ou elle passerait plutôt pour un idiot ou une idiote qui se laisse tondre de bon coeur par le fisc...

C'est pourquoi, entre autres, les salariés ont la haine des indépendants et indépendantes qui peuvent jongler avec la loi et les règles très strictes imposées aux salariés dont tout est déclaré.

C'est pourquoi aussi le peuple suisse vit dans un état libéral plutôt que communiste. Parce que le peuple suisse décide depuis la nuit des temps démocratiques de faire confiance à l'individu plutôt qu'à l'Etat de droit parce que la liberté individuelle a plus de prix qu'une bureaucratie froide et dictatoriale.

Si vous tuez Maudet pour sa (ses) soustraction(s) fiscale(s) vous tuez l'esprit libéral ou plutôt vous décidez d'aller au bal des hypocrites libéraux avec un insigne de pureté communiste qui se dit pur et absent de toute tache fiscale. Si vous tuez Maudet parce qu'il a pratiqué le sport favori de tout libéral, j'ai nommé l'optimisation fiscale, vous tuez l'esprit libéral qui a conquis la démocratie helvétique et vous donnez à l'ogre étatique quelques dents supplémentaires pour croquer et écrabouiller les indépendants et indépendantes qui n'ont pas droit au chômage, pas de second pilier, et qui prennent des risques énormes sur leur propre existence en cas de faillite personnelle (je ne parle pas ici des indépendants sous régime SARL ou SA).

Si vous tuez Maudet pour son (ses) tour(s) de passe-passe fiscales(fiscaux), vous tuez aussi l'esprit d'entreprise, l'esprit d'indépendance, le désir de ne pas être juste un numéro pour un état qui vous arrache tout et vous écrase de tout son poids fiscal jusqu'au dernier centime tout en s'en foutant royalement que vous et votre famille avez du un jour compter les sous en fin (faim) de mois pour nourrir vos enfants alors que votre dette fiscale ne faisait qu'empirer mois après mois dans votre assiette et que les poursuites veillaient très bien au gain...

Au contraire du salarié, l'indépendant peut jouir d'un peu plus de liberté fiscale en jonglant avec son (ses) compte(s) entreprise(s) et son (ses) compte(s) privé(s). Si la loi est égale pour tous et toutes, les petits indépendants qui prennent tous les risques pour sortir de ce cercle vicieux de l'emprise tout étatique savent pourquoi ils ont voulu quitter un jour le royaume despotique du salariat qui les soumettait à des lois étatiques parfois trop injustes pour eux.

Les libéraux ne veulent plus de Maudet? Alors qu'ils et elles démissionnent tous et toutes de leurs fonctions politiques et qu'ils et elles se débarrassent de leur étiquette libérale (ultra-libérale pour la plupart d'entre eux et elles par les temps qui courent).