24/01/2019

Quand le haut fait de l'esbroufe et le bas la révolution

Il paraît que les têtes bien faites choisissent encore Macron et sa pyramide du Louvre pour être dans la compétition et ne pas rester des imbéciles heureux, ou malheureux, toute leur vie, c'est selon la philosophie personnelle de chacun et de chacune.

Il paraît que les autres, celles et ceux qui ont fait sécession à ce pouvoir séduisant, mais terriblement mensonger, un peu à la façon de la vieille Amérique sudiste, et de façon inverse, puisque c'est Macron le Négrier, demandeur d'efforts encore plus importants de la part des esclaves-citoyens dévoués à la cause des actionnaires, des patrons, et donc des milliardaires, qui tient dans une main de fer le pays et non un Abraham Lincoln qui était pour l'abolition de l'esclavage dans les départements sudistes et pour des protections douanières afin de développer l'industrie textile dans le Nord. Donc, aujourd'hui, celles et ceux qui se séparent de ce pouvoir mondialement corrompu, ne sont pas pour maintenir cet esclavage moderne des peuples soumis aux aléas de la Bourse et des multinationales mais pour une meilleure répartition des richesses produites par le peuple et pour libérer les citoyens de la tutelle financière internationale infernale, de la Dette, dans laquelle nous sommes tombés tous et toutes corps et âmes durant un certain temps.

La première Assemblée des Assemblées Gilet Jaune aura lieu à Commercy les 26 et 27 janvier prochain:

https://www.facebook.com/assembleedesassemblees/

Vive la France! Vive la Révolution Jaune!

 

Suis-je né

pour vivre esclave?

Suis-je né

pour me libérer de mes entraves?

Suis-je une épave

en perdition, rouillée,

abandonnée, secouée

par les vagues du temps?

Ou suis-je un pavé jeté

à la tête de l'injustice,

une femme, un homme révolté

épris-e- de justice?

 

Ne déserte pas ton coeur

mon amie des Côtes-d'Armor.

Nous ne sommes pas encore morts.

Reste avec nous

et ce nous deviendra lumière jaune,

lumière du nouveau jour

qui se lève déjà sur la France,

lumière du soleil,

lumière remontant à nos Lumières

et à la Révolution.

 

 

Ingrid, si tu veux renverser la table...tu ne restes pas à table avec eux

Choix de société. Diversité des opinions, partis politiques. Mais au final, si c'est le fric qui dirige tout dans l'actuel monde, il y a le choix ultime et le droit démocratique de renverser la table pour changer le monde.

Pour ma part, j'ai vu dans la saine révolte des Gilets Jaunes un embryon révolutionnaire qui devrait (le conditionnel est de mise surtout depuis aujourd'hui où une liste gilet jaune est officiellement déposée) se transformer en beau bébé de la révolution accueilli par la famille jaune en particulier, et le peuple en général, avec bonheur et espoir. Comme une sainte scène populaire où le peuple réalise qu'un miracle extraordinaire vient réellement de se produire sous ses yeux dans la réalité quotidienne et que la vie des gens simples, les gens du peuple, change vraiment en mieux; que celle des plus riches devient plus belle parce que plus partageuse du savoir et des bénéfices; que la démocratie réelle triomphe de la dictature du fric grâce à un peuple instruit, cultivé, et magnifiquement solidaire ayant vaincu le satanisme de l'égoïsme individuel et cette soif des ego qui mènent aux dominations et aux violences intimes.

Quand tu te fâches pour de bon avec le monde dans lequel tu vis, tu ne retournes pas à la table fréquenter les requins, les dinosaures en les cajolant dans le sens du poil avec des sourires hypocrites. Ingrid Levavasseur, vous savez de quoi je parle. Il ne faut pas raconter des craques aux Jaunes. C'est de la pipe votre liste et les dés sont pipés d'avance. Savoir rester à sa place, continuer dignement son job, se fatiguer encore à la tâche qui rapporte trop peu d'argent pour vivre sereinement, rester avec les siens dans la rue et se révolter encore sans vouloir monter les échelons de la pyramide macronienne...et trahir ses soeurs et ses frères en Jaune. Oui, bien sûr, c'est tentant de devenir une image médiatique qui gagne soudain tellement mieux sa vie en trompant les siens, sa famille, celle avec qui vous faisiez voeux de solidarité exemplaire et voeux de chasteté politique en restant apolitique. Ne pas intégrer ce système qui tue les petites gens à petit feu, ce système qui étouffe la planète sous des tonnes de mensonges et de poudre de perlimpinpin, ce système qui génère violence et corruption grandissante à tous les échelons. Vouloir renverser la table pour de bon et partager avec le peuple la vraie démocratie, celle qui ne s'associe pas au fric mais celle qui s'associe à la liberté, l'égalité, la fraternité, la solidarité.

D'ailleurs, chère Ingrid, vous allez trouver où le million d'euros nécessaire pour faire votre entrée en politique politicienne qui, en principe, devrait être en faveur des petits de ce monde mais qui, en réalité, sera une politique servant d'abord vous-mêmes et votre image de députée qui aurez enfin le droit aux privilèges et à un bon salaire (payé par les impôts) au cas où vous seriez élue? Chez Tapie, vous l'avez trouvé ce million de base pour rentrer dans ce carnaval actuel de la politique? C'est chez votre marchand de tapis que vous avez touché le gros lot qui vous tiendra en laisse parce vous deviendrez son obligée? 

Pas de parrain requin, liberté chérie, table renversée, révolution. Point barre. Ce sont mes mots et ma sincérité de soutien aux Gilets Jaunes. Et c'est celle du Gilet Jaune qui se respecte et qui respecte son combat pour un avenir meilleur; pour que nos enfants soient élevés dans une communauté de bien commun et non dans cette communauté déviante et sadique où des maîtres mènent en bateau et à l'esclavage des êtres humains au travail.

Il n'est pas trop tard pour renoncer à un faux combat, Ingrid. Pensez-y.

23/01/2019

Gilets Jaunes, pas d'appel à la violence!

Appel à la Grève Générale. Oui! Appel aux blocages des institutions. Oui!. Appel à la Révolution. Oui! Mais NON. PAS D'APPEL A LA VIOLENCE!!! Ce serait la fin des Gilets JAUNES et l'avortement de la révolution dans le sang inutile et atroce et la dérive dictatoriale de Macron n'en prendrait que plus d'ampleur.

Nous n'avons pas le pouvoir des armes. En 1789, les fourches et les haches de milliers de révolutionnaires ont eu raison des fusils de la monarchie...et de la Garde helvétique, derniers mercenaires à être fidèles au Roi de France. En 2018, vous allez faire quoi avec vos haches, vos fourches, voir vos fusils? Rien. Que des morts, du malheur, de la catastrophe sur la catastrophe actuelle. Le pouvoir à mille fois plus de forces armées pour nous détruire et nous ne sommes pas sûrs du tout que l'armée sera du côté du peuple Gilet Jaune. On achète aussi les Généraux dans un système aussi pervers que le nôtre. Les milliards sont dans leurs poches. Alors...

Non. Il faut rester calmes, persuasifs, user de violence qu'en cas de légitime défense et le peuple sera de plus en plus avec les forces révolutionnaires pour changer de système de répartition des richesses créées par tout le peuple, par tous les peuples de la planète.

Ne pas se perdre. Ne pas se disperser. Ne pas avoir la haine qui nous entraîne dans les abysses du mal et de l'injustice que nous ferions d'abord à nous-mêmes et à la révolution, ensuite à des innocents et des innocentes qui n'ont rien fait de mauvais contre nous tous et nous toutes. Restez libres et démocrates mais avec le coeur à la révolution.

Nous devons nous souhaiter bonne chance, amis et amies Gilets Jaunes et réussir cette révolution qui fera date dans l'Histoire de l'Humanité.

 

La fracture et la déconfiture sociales

Au temps de la monarchie absolue, il fallait chercher les coupables de la révolution.

Les "élites" de l'époque, les nobles, le clergé, les militaires, défendaient une société inégalitaire de fait car, selon la religion dominante et quasi omniprésente, voulue de Dieu lui-même. Le Roi n'était-il pas l'élu de Droit divin? Et le Roi, avec sa noblesse, son clergé, et ses généraux décidaient de la route à suivre pour toute la société.

Le peuple, lui, devait subir et souffrir en silence, accepté toutes les hontes, tous les bannissements, tous les emprisonnements et les exécutions s'il se révoltait contre l'Ordre établi. Les jeunes femmes, quant à elles, devaient subir le droit de cuissage et les démons fornicateurs des nobles et des militaires, et même du saint clergé, sous les regards médusés et impuissants de leurs maris et de la foule. La Royauté possédait le monde et Dieu était avec elle.

Puis arriva l'avènement d'une nouvelle couche sociale, les bourgeois et les artisans, grâce au début de la commercialisation mondialisée. Les gens se déplaçaient déjà plus aisément et les banques accumulaient les capitaux. Cette classe sociale voulait avoir son mot à dire dans les affaires de l'Etat souverain. Mais l'aristocratie ne voulait pas en entendre parler. Quoi! Des gens issus du peuple qui veulent prendre la parole et partager le pouvoir! Des gens qui lisent des philosophes séditieux pourtant nourris et logés au frais de la princesse car les princes, c'est bien connu, aiment s'entourer de grands esprits pour se divertir mais non pour faire la révolution...Faut-il pas être bête de renoncer à tous les privilèges, à partager les richesses volées au peuple suant aux champs et dans les ateliers des villes... Donc les nobles ne comprenaient rien et ne voulaient pas comprendre le discours des grands et petits bourgeois...jusqu'au jour où ceux-ci s'associèrent au peuple laborieux pour changer l'Histoire du monde.

C'était en 1789. Aujourd'hui, c'est la bourgeoisie qui dirige le monde et donne les règles du culte néolibéral. Une bourgeoisie devenue une nouvelle noblesse luxuriante et débauchée avec ses stars et son monde déconnectés des réalités du peuple. En même temps, des gens interconnectés, des avocats, des artistes, des entrepreneurs, des politiciens même, ont compris la douleur du peuple et se mettent au service de ce même peuple en gilet jaune pour affronter une nouvelle révolution citoyenne.

C'est en 2018, 2019 et années à suivre. Nous n'allons plus nous faire entuber par les riches qui aiment follement nos courbes en nous visitant dans les bordels et nous poussant à la misère sociale et à la honte face à nos familles trop pauvres qui cherchent de l'aide. C'est d'ac les filles, les garçons? Aujourd'hui, j'ai révolution. Et demain aussi. Et cela jusqu'à ce que la société change vraiment de direction.

 

Hymne aux Gilets Jaunes

Après tant d'années

à vivre dans l'ombre

d'une société qui refuse

la différence de celles et ceux

existant pour aimer

la vie et les êtres humains

plutôt que l'argent et la réussite

d'une vie factice,

j'écris cet Hymne aux Jaunes,

cet Hymne aux noyés de l'existence

qui se relèvent et reviennent à la vie.

 

Tu voulais, jeune fille, jeune homme,

un monde fait à la mesure

de tes idéaux romantiques.

Mais eux ont en fait un monde

dédié à la consommation

et aux dieux de la possession,

au culte du paraître et de l'hypocrisie.

Leurs temples brûlent

sous ton avancée, ta rage et ta niaque.

Leurs temples vacillent

en même temps

que leurs croyances démoniaques

qui nous conduisent

à l'apocalypse et la fin du monde.

 

Mais qui donc t'as réveillé

de ton sommeil et de ta mort,

Gilet Jaune?

Une étincelle, un prix sur le diesel?

C'est donc cela l'étincelle

qui t'as remis dans la lumière?

Mais qui est donc le poète qui te cherchait

à travers sa solitude immense

et le rejet total

d'une société qui refusait

de le regarder dans les yeux,

face à face,

et reconnaître sa liberté,

son droit d'exister

malgré sa vie de débauche

avec ces filles de joie

qui le sauvaient à chaque fois

en recréant le cercle vertueux

de la vie et de l'amour

malgré l'endroit sordide

de leur rencontre?

 

En perdition,

le poète.

En exil,

le poète.

Loin du monde,

le poète.

 

Et pourtant.

Et pourtant,

si près de toi,

Gilet Jaune,

si près de celles et ceux

qui se noient

par la faute d'un monde

cynique et dévoué

au culte de l'apparence,

au culte du cul sans conséquence,

au culte de l'indécence,

de la tromperie, et de la duperie.

 

Te voilà remis sur la route,

Gilet Jaune.

Te voilà prêt à mourir

en crachant ta misère

à la gueule des puissants

qui ne te feront pas le cadeau

de ton droit au retour

à la vie.

 

Au Circus Maximus de Macron,

bien droit dans ses bottes,

raide comme l'injustice,

et assis sur son trône,

il criera encore pouce

à ses gladiateurs CRS

qui t'affrontent en lâches

casqués, cachés, dissimulés

derrière leurs armes de mort

alors que toi,

tu es comme un fauve

qui se bat à mains nues

dans l'arène publique

face aux médias

qui te vilipendent

pour mieux te voir détruit

encore une dernière fois,

te réduisant à néant,

en vilipendant ta parole et ton utopie,

ta foi en un autre monde possible.

 

Gilet Jaune!

Tu refuses de jouer

dans Ave César!

Toi, tu veux d'un autre empire,

de celui qui remue tes sens,

un empire fait de bonheur simple,

de goût du bon pain,

de l'amitié et de l'amour

autour de danses et de feu de joie.

Un retour à la terre,

à l'artisanat, au petit commerce,

aux produits sains,

au bonheur d'être libéré

des chaînes de la surproduction.

 

Gilets Jaunes!

Tu as compris que leur empire

veut vraiment ta peau,

ton esclavage,

ta soumission,

ton déshonneur,

ta perdition,

ton abandon,

ton silence,

et ta mort.

 

Gilet Jaune!

N'abandonne pas la lutte

et va au bout de tes rêves.

 

Ton univers est plus juste,

plus humain, plus amoureux

de la vie et des êtres

que tout ce Circus Maximus

que te propose l'Empereur Néron Macron

accompagné de sa Cour désireuse

de garder tous ses privilèges illégitimes.

 

Va! Gilet Jaune!

Et si tu meurs à la fin

au nom des tiens,

la gloire, l'amour,

et la paix seront alors avec toi.