12/03/2019

L'oeil de l'écureuil

 

Quand je me jette

corps perdu âme pendue

face à leurs tirs tendus

je pense au deuil

et à la mort des écureuils

volant

de branche en branche

d'arbre en arbre

à la recherche du bonheur.

 

T'es-tu déjà posée

la question quand

tu suces mon gland?

Posée la question

de notre prochaine hibernation?

T'es-tu déjà demandée

pourquoi les CRS

ont l'ordre de tirer

sur les têtes de gland

comme ton hors-la-loi

en espérant être décorés

par le maître du décorum

et qu'ils te la mettront

plus tard bien profond

dans le rectum

quand je m'absenterai?

 

Je n'ai jamais fait de provision

pour notre hiver sans fin.

Je signe depuis des révolutions

des chèques sans provision

que je prélève

dans ma banque éphémère

pour que tu n'aies jamais faim

ni trop froid au coeur,

ni trop envie de me quitter

par manque de solidarité.

Je te nique en pensant

à notre prochaine révolution

et je dis fuck you

à tous les connards

qui te font la conversation

pratiquant leur décosex

testant et vérifiant

en 20 minutes porno

tes sources d'inspiration.

 

Tu dois tenir

toute une sainte bible

de leurs pratiques bibliques,

 archiver leurs petites habitudes

malsaines et bien perverses,

leurs petits plaisirs coupables

qu'ils n'avoueraient jamais

à leur femme

même sous torture.

 

Rebelles du plumard,

traîtres à leur épouse,

roublards, vicelards,

et gentils hommes comme Médor

quand ils rentrent chez eux

dans leur petit nid douillet.

 

Et moi je dois tenir

tenir envers et contre tout

pour maintenir la flamme

de notre amour

faisant la révolution

avec des femmes

des hommes

en jaune,

cocus et cocu-e-s

de notre Histoire,

les laisser-pour-compte,

les lassés du BDSM

de leur président,

les oscarisés de la rue,

les césarisés du pavé,

les ostracisés du pouvoir,

les gens simples

affichant des joies simples

ne cherchant pas

la lévitation au-dessus du peuple

soit parce qu'ils n'ont jamais eu d'ambition

soit parce qu'ils sont frappés d'inhibition. 

 

Je suis bien

dans cette peau de l'écureuil,

je pense à toi,

je pense au deuil

et à la mort des écureuils

quand tu me suces le gland.

 

Je t'aime.

11/03/2019

Ce que la violence ne peut pas, la non-violence le peut

La violence n'a pas donné

la liberté aux peuples.

Elle a asservi davantage,

elle a donné des maîtres et des esclaves,

des dominants et des dominés,

des possédants et des soumis,

ordre sado-maso du monde,

elle a aussi donné plus de souffrance,

moins de confiance en l'Humanité,

plus de honte,

moins de légitimité

aux mouvements révolutionnaires.

 

Même la Révolution française

de 1789 garde le goût amer

de la défaite et de l'horreur

devant la guillotine

et ces milliers de têtes roulant

sur le sol,

y compris de révolutionnaires

de la première heure.

 

Notre révolution démocratique

sera la plus légitime

et la plus légitimée au monde

si nous gagnons avec la non-violence

et les armes de la légitime défense

face à l'illégitimité

de la violence institutionnelle.

 

Il faut laisser le temps au temps,

il faut rester souder, déterminer,

sans faille et sans reproche

pour faire plier cet ordre mondial

injuste, brutal, illégitime

par le pouvoir et la richesse qu'il octroie

aux 1% de la population mondiale.

 

Gilets Jaunes,

garder le cap de la non-violence.

Notre révolution est de celles des Justes.

Justes génial

en est l'anagramme.

 

Si vis pacem, parabellum

 

Dans cette société obscène

qui te mène à la trique

 en te fabriquant du cosmétique

sur des scènes pornographiques

pour des nuits cosmiques

de vérités construites sur mesure

qui te lobotomisent et te rassurent

comme des couleuvres aspic

hypnotisant ton optique

faisant de toi

cette roue hydroélectrique

ce bouffon cynique

de leur système asymétrique

où ta triste vérité se mesure

non à l'eau douce qui voyage

de tes veines vers l'eau salée

mais à l'électricité

tachée de sang

que tu produits

pour affermir l'épaisseur

de ton porte-monnaie

faisant de toi ce mur

qui se ment à lui-même 

limité au string périphérique

d'une street teaseuse 

te soufflant à l'oreille

que ce sera sa nourriture

contre ton oseille 

suceuse de toc et de plastique

message énigmatique

d'une petite musique d'amour

au tarif fort pour modèle réduit 

excitant ta ligne électrique.

 

Il fait nuit,

il fait noir,

il fait froid,

il fait la mort

dans ton coeur,

et c'est la panne électrique

qui te panique

ta panne systématique

qui ne trouve pas

sa sortie de secours sismique

ta panne programmatique

qui est une erreur mécanique

te cramant le nerf optique

dans ta cinématique.

 

Il n'y pas de système

qui t'écrive un théorème

aussi sublime que Pasolini.

Il n'y pas de système

qui te donne le goût inné

du crime Baudelaire 

et du poème anarchique.

 

Maduro ou Guaido

ce sera toujours

la même Histoire d'O.

Lui dans le rôle du maître

et toi dans celui de l'esclave.

Lui le manipulateur

et toi le crédule

qui joue la fille qu'ils enculent.

Lui le soumis

à un maître encore

plus grand que lui

à ce pognon tout-puissant

qui nous place sans cesse

entre quatre mur d'une prison

et toi le sous sous soumissant

qui subit cette loi du méprisant

et de la concupiscence toute-puissante.

 

Maître-esclave.

Le rapport sado-maso éternel.

Maître-esclave.

Le rapport domino fusionnel.

 

Ecoute du Baudelaire

et du Ferré.

Baise avec Pasolini.

Eclate-toi avec Bashung

en tirant ton coup

avec ton parabellum

chargé de foutre

et de magnum.

Mitrailleuse d'amour

tirant en rafales ta haine

sur ses courbes fatales

mer de champagne

étalée entre les cuisses

de ta street teaseuse

qui t'a vendu sa pub 

en Airbnb

location à court terme

tour de son propriétaire

et parties de jambes en l'air

à bien plaire

matelas gonflable

et lèvres siliconées

petite porte de secours

et gorge profonde comprise

au petit-déjeuner.

 

C'est la guerre!

 

Fume plus de la merde!

Avale tous les poètes

qui ont fait la guerre

avec leur plume d'amour!

 

La foudre sera électrique.

Tu ne connaîtras plus

de panne systématique.

 

20190311_045744.jpg

 

09/03/2019

Sans frontière en gilet jaune

 

Quelque chose de Vous a touché mon âme. Les femmes et les hommes vivent sans frontière mais depuis l'enfance ont leur dit que l'Océan est trop grand pour eux, qu'ils risquent de s'y perdre et de s'y noyer. Alors certains ont fait des bunkers de leur vie et leurs coeurs désertiques ont oublié de faire pousser les fleurs en dehors de leurs frontières.

Ce matin,

je me suis réveillé

dans la peau d'un cafard

du côté de Prague.

C'était le Printemps

et notre grand frère

nous avait privé de liberté,

nous avait signifié

qu'il avait le droit d'autorité

sur notre pays

et que notre liberté y était

sujette à caution.

 

Josef Koudelka

te rappelles-tu des gitans

qui passaient sous ton objectif?

Joseph Koudelka*

te rappelles-tu des gens

qui n'étaient que des cafards

aux yeux du grand frère

qui se croyait petit père

des peuples de l'Est?

 

Franz Kafka

qu'aurais-tu écrit

si tu avais été vivant

en cette année-là?

 

Ce matin,

je me suis réveillé

dans la peau d'un cafard

du côté de Paris.

C'était l'aube du Printemps

et notre grand frère

envoyait 100'000 hommes

dans les rues des villes

et sur les ronds-points des campagnes

briser la révolution jaune,

Il se prenait pour le petit père

du peuple et protégeait

l'argent des puissants

plutôt que la vie des gens.

Il gazait son peuple à satiété

y compris les cafards

en chaise roulante

et les enfants qui grouillaient

dans les bouches de métro

tel un danger mortel

pour les ultra-riches.

Ils avaient tous droit

aux jets empoisonnés

des gaz lacrymogènes

des cafards en noir

au service de l'autre camp,

au service du Grand Cafard,

si bavard et et si vantard,

pour les exterminer eux tous

les cafards en jaune

au service de la Révolution.

Et même tout ce peuple en son entier

pouvait se faire éborgner,

mutiler, jeter en tôle

pour une garde à vue

pas drôle du tout

afin que l'Ordre se perpétue

de père en fils,

de mère en fille

et que les riches

deviennent toujours plus riches

et les pauvres toujours plus pauvres.

 

J'avais fondé L'Art Gens

avec quelques amis fidèles

qui voulaient faire

révolution au côté des gens.

 

L'Art Gens

rassemblait les gens

de culture venus d'ailleurs

et d'ici en même temps.

L'Art Gens

scrutait l'horizon large,

la vie sans frontière,

la vie sur la mer

en gilet orange,

les gens dans la misère

en gilet jaune,

et avec eux l'art d'aimer.

L'Art Gens

roulait pourtant sur l'or,

l'or mirifique du peuple

pas l'or sadique des banques.

L'Art Gens

faisait des miracles.

Il marchait sur l'eau

avec des attitudes

de batracien amphibie.

Il multipliait les concerts

avec musiciens et danseurs,

rêveurs fous et dynamiteurs

de révolution et d'amour.

 

C'était Paris sans frontière,

Paris galère,

Paris en guerre.

C'était Paris avec mes soeurs

et mes frères.

Et si mon coeur s'en souvient

comme si c'était hier

c'est parce que j'y étais vivant

comme jamais

et mort tout à la fois,

vivant et mort tout à la fois.

 

Se réveiller dans la peau

d'un cafard n'est pas

la plus confortable des positions.

Et Kafka le sait bien.

 

Le Procès de Prague

et le Procès de Paris,

même combat.

 

*https://www.lemonde.fr/livres/article/2008/05/29/josef-koudelka-68-vu-de-prague_1051130_3260.html

 

Photo de Purple Shadow Agency.
 
MAI16

Jann Halexander et Veronika Bulycheva 'Urgence de vous'

Public
 · Organisé par Purple Shadow Agency
https://www.facebook.com/events/1639807516164440/

08/03/2019

Quand ils croient te dresser

 

Dans ce monde factice

qui n'est plus

qu'un cirque immondice.

Quand de ta vie

ils en ont fait

un acte de défaut de bien,

une faillite,

une chasse à l'homme

et ses dettes pourries.

Quand ils croient te dresser

et te jettent le discrédit

pleine face

pour tes actes de poursuite,

pour des fautes supposées,

pour des erreurs personnelles

qui tu n'assumerais pas,

que tu fuirais comme un criminel,

un fugitif, un assassin,

redresse-toi ma fille,

redresse-toi mon garçon,

et ose tout.

Prends tous les risques

de leur dire

qu'ils ne sont pas les maîtres

de ta vérité,

qu'ils ne sont pas les maîtres

qui dominent ton être

et toi l'homme réduit en esclave

qui doit se soumettre à leur loi.

Prends tous les risques

et regagne ta liberté

jour après jour,

nuit après nuit,

et n'attends jamais la mort

pour aimer hardcore

les filles de joie

qui se débattent

pour sauver leur âme,

sauver leur vie,

sauver leurs rires

sous des torrents de larmes.

 

La seule chose

qu'ils ne te voleront jamais

c'est ton âme.

La seule chose

qu'ils ne violeront jamais

c'est ton âme.

Prends ton envol

comme cet oiseau blessé

qui ne pouvait plus voler

de ses propres ailes.

Invente-toi un rêve,

une fiction, un monde

où ton handicap devient

une force invincible

contre laquelle ils ne pourront rien,

une force irrésistible

qui retournera leur monde inaudible.

 

Tant que tu bouges encore

tu es capable d'amour.

Tant que tu descends au bouge

tu trouveras encore

une fille qui ne te jugera pas

sur ta vie,

te fuira pas

pour cause de pauvreté

et te fera l'amour majestueusement

dès la première fois

même si l'amour

c'est toi qui devra le créer

entre elle et toi

parce que pour elle

c'était pas son but premier

de t'aimer au départ.

 

Et quand l'amour

viendra au rendez-vous,

alors tu auras regagné

le droit d'aimer

la plus belle fille du monde

à tes yeux

et tu seras libre,

tellement plus libre

que n'importe qui.