01/05/2020

Un confinement très aléatoire

Ce vendredi 1er mai, j'ai du me rendre à une réunion de travail.

Adepte des transports publics depuis toujours (jamais eu de voiture de ma vie), j'ai pu constater que le port du masque n'était pas encore acquis pour tout le monde. Un voyage centre de Neuchâtel à la gare m'a rendu fort sceptique quand à la non-obligation du masque d'ici le 11mai.

Le bus, non articulé je précise, a vu une fréquentation d'environ 35 personnes sur la distance. 0 personne ne portait le masque. Sur l'avant du bus, nous étions 8 personnes sur environ 2 mètres carrés, donc une distanciation de moins d'un mètre entre nous.

D'autre part, vers 16 heures il y avait passablement de monde dans le hall alors que nous sommes un jour férié... A l'extérieur, un groupe de jeunes se prenait même dans les bras. Devant la Coop, un certain nombre de personnes faisait la queue pour entrer sans vraiment respecter les 2 mètres...

Que se passera-t-il le 11 mai?

D'autre part, je profite de ce billet pour annoncer que beaucoup de restaurateurs neuchâtelois ne sont pas vraiment chauds pour ouvrir le 11 mai au lieu du 10 juin initialement prévu. Parmi le personnel de notre établissement, la totalité craint cette ouverture jugée trop rapide en regard de ce qui se passe dans nos pays voisins (France-Italie pour la Suisse romande).

Et personne ne sait encore toutes les mesures qui devraient être prises, même pas GastroSuisse. Si la possibilité du chômage technique à temps complet est encore autorisée par Berne, beaucoup de restaurateurs et restauratrices laisseront les portes clauses le 11 mai. Sinon, la plupart envisagerait, par la contrainte fédérale, un retour aux affaires en demandant un chômage technique pour leur personnel de l'ordre de 50%. Ce ne serait pas de gaité de coeur autant pour les patrons que pour leurs employé-e-s qui ont tendance à fortement privilégier leur santé sur leur salaire puisque les clients ne porteront pas de masques à table et resteront largement assis plus d'un quart d'heure dans l'établissement.

On le voit, les pressions de Swiss Tourism et de GastroSuisse sur le Conseil fédéral pour ouvrir rapidement ne font pas l'unanimité en Suisse romande.

Il y a également la grande question qui est sur toutes les bouches: si un cas de Covid-19 est déclaré parmi les clients ou le personnel, l'établissement devra-t-il à nouveau fermer ses portes pour une durée de deux semaines? Ce qui serait alors ingérable (qui paie les salaires en ce cas précis? Le patron? Le chômage technique?) et entraînerait des pertes en marchandises relativement conséquentes.

Si la majorité de la population charge l'application de traçage prévue sur les téléphones, il y a de fortes chances pour que plusieurs établissements soient concernés par cette mise en quarantaine les condamnant à une nouvelle fermeture et à une perte d'exploitation...

Rien n'est décidément simple et le futur est vraiment très incertain tant que Covid-19 aura décidé de nous soumettre à sa loi. Et le professeur Raoult en rajoute encore un peu plus à la psychose générale dans un interview accordé à Paris-Match en disant qu'il est idiot de vouloir fabriquer un vaccin contre Covid-19 alors que nous avons déjà tant de peine avec la grippe hivernale pour trouver le vaccin fiable pour l'année suivante. Il donne également l'exemple du vaccin contre le Sida qui n'existe toujours pas après 30 ans de recherche intensive ayant englouti des sommes colossales...

Monsieur Berset et Monsieur Koch, vous avez du pain dur sur la planche. Et c'est vraiment peu de chose que de l'écrire ici.

 

1er Mai aux balcons, l'USAM aux tisons

S'il y a une info qui n'a pas été relayée ni dans Forum ni au TJ de hier soir c'est bien le remède de cheval que l'USAM préconise pour sauver l'économie, donc les patrons essentiellement dans un système ultralibéral.

Stagnation des salaires, voir diminution de ceux-ci, flexibilité du travail augmentée avec possibilité d'étendre les horaires de travail (payés ou à bien plaire?), coupe dans les aides sociales et diminution dans la durée du droit au chômage.

Cela est exprimé de manière un peu différente dans le Matin de hier:

"La faîtière des PME préconise un remède de cheval: pas de hausse de salaires, extension du temps de travail, limitation des assurances sociales et suspension momentanée du droit de recours."

De nouvelles contraintes pour les entreprises concernant l'AVS et le 2ème pilier ne doivent plus être envisagés selon l'USAM. Concernant les cotisations chômages, rien n'est dit mais on comprend bien que si le chômage augmente fortement, l'USAM préconisera d'abord une diminution des rentes voir une durée du droit au chômage réduite plutôt qu'une cotisation plus importante pour les patrons et les salariés.

Tout cela dans le but de rester concurrentiel pour l'exportation de nos produits et par conséquent rentable pour le patronat et les actionnaires mais désastreux pour les travailleurs et travailleuses.

L'ultra-capitalisme se mord la queue. Tous les efforts du système sont dirigés pour continuer à favoriser avant tout les Bourses et la Finance afin de contrer l'ouragan mondial que nous vivons en ce moment. Cette construction financière ne peut tenir sur le temps.

Si la masse salariale mondiale diminue de façon exponentielle ce sont les produits de consommation qui ne trouveront plus d'acheteurs à l'intérieur du pays comme à l'extérieur du pays. En renflouant la finance pour la sauver d'un krach boursier conséquent, ce qui serait totalement logique avec l'arrêt actuel de l'économie mondiale, les banques centrales vilipendent leurs dollars-cocaïne aux toxicos traders et actionnaires euphoriques à chaque fois que la dope est larguée à coups de centaines de milliards de dollars pour soutenir le système tandis que ces mêmes banques centrales, avec l'appui des gouvernements, lâchent les employés condamnés à se flexibiliser davantage, à travailler plus et à n'importe quel moment de la semaine et du week-end mais au final à obtenir moins.

La perte de pouvoir d'achat, la crainte de perdre son emploi, la mauvaise ambiance au travail entraînera une réaction en chaîne faramineuse. Sans carburant, la locomotive économique s'essoufflera et ralentira à l'extrême. Des milliards d'objets de consommation ne seront plus écoulés. Les grandes entreprises deviendront alors de monstrueuses coquilles vides archi-surévaluées en Bourse. Et un hyper krach interviendra alors sur les marchés. Les toxicos seront pris de panique et totalement en manque de liquidités pour faire face. Ils vendront leurs actions en vrac contre de l'or et de l'argent tant qu'il en restera physiquement à disposition entraînant un prix exorbitant sur ces deux métaux précieux qui ont toujours été au centre des affaires commerciales du monde depuis l'Antiquité. Les monnaies, elles, ne vaudront pratiquement plus rien et une super-inflation interviendra partout et simultanément dans le monde.

Ce sera l'agonie du Capitalisme entraînant l'agonie de l'Humanité par la faute des dinosaures.

Avant cela, il y a peut-être quelque chose à faire avec des recettes anti-capitalistes optant pour des entreprises solidaires, le partage des bénéfices avec les employés plutôt qu'avec les investisseurs qui feraient mieux d'envisager la prospérité de l'entreprise et des employés, la distribution partagée des bénéfices avec tout le personnel plutôt que la capitalisation boursière anonyme et mondialisée... 

Si l'USAM pouvait revoir ses plans se serait tout bénéfice pour la Suisse. On éviterait aussi d'accélérer la fin de l'espèce humaine. Ce serait aussi tout bénef pour nous autres pauvres humains...

La petite Helvétie pourrait-elle montrer l'exemple et se lancer dans une vision anti-capitaliste innovante plutôt que d'utiliser les remèdes de cheval de l'USAM?

Une image pourrait aider. Imaginons l'hyper capitalisme comme étant le virus Covid-19 nous attaquant pour détruire nos défenses immunitaires. Et nous, de l'autre côté, nous défendant ensemble contre cet ennemi invisible qu'est la financiarisation du monde qui nous condamne à mort en prétextant qu'il nous veut du bien?

https://www.lematin.ch/suisse/usam-presente-programme-ult...

BE

THE GORILLA

KILL

THE DINOSAUR

20200501_090450.jpg

1er Mai 2016, 17.17h. Paris, Nuit Debout

Le Muguet de la Victoire