22/09/2020

Cette Amérique qui régresse

Les droits de l'homme et de la femme sont en train de régresser partout sur la planète.

En même temps que l'égoïsme semble primé sur l'altruisme conformément à une pensée ultralibérale qui refuse de céder du terrain et se bat pour augmenter encore les richesses des plus privilégiés, une montée de l'intégrisme religieux envahit l'Amérique grâce à Donald Trump...qui lui ne semble pourtant pas un fer de lance de la religion chrétienne dans sa vie quotidienne...

Quand le monde va mal, les superstitions et les croyances collectives semblent dominer les esprits les plus friables ayant besoin de se rattacher à quelque chose qui bafoue les libertés chèrement acquises. Tout ce qui ne correspond pas au canon classique de la religion, aux dogmes d'origine, est classé systématiquement comme hérétique voir criminel par les plus conservateurs. Le fanatisme peut laisser ainsi libre cours à l'arbitraire et à sa violence au nom de la Foi en Dieu.

Une nouvelle chasse aux sorcières "communistes" semblent vouloir s'installer durablement au sommet du pouvoir politique et de la justice américaine. Cela ne sent pas bon du tout mais hélas ce que les Républicains n'ont pas accordé à Barack Obama, soit l'élection d'un juge suprême peut avant la fin de son mandat, ils veulent l'accorder à Donald Trump pour faire de la Cour suprême des Etats-Unis un nid de conservatisme qui servira plus la religion que les droits de l'homme et de la femme.

La démocratie, une fois de plus, se prend un boulet de canon dans sa forteresse déjà bien lézardée. La religion a souvent soutenu des rois, des empereurs, des tyrans tout au long de l'Histoire. Et c'est le propre aux Lumières et à la Révolution d'avoir réussi à chasser du pouvoir politique et judiciaire les pouvoirs religieux et leur emprise sur les âmes. Il n'en n'ira pas autrement demain en Amérique si Donald Trump parvient à ses fins. Et nul doute qu'au mois de novembre si pour différentes raisons, que Donald Trump s'évertuera à démontrer et à monter en épingle, l'Amérique reste sans présidence après les élections, ce sera à la Cour suprême de trancher et qui donnera finalement son avis de droit pour désigner le président élu... Difficile à croire que Joe Biden ait une chance devant la nouvelle Cour suprême des Etats-Unis d'Amérique.

Ainsi va l'Amérique. Ainsi va le monde et la décadence de nos démocraties.

 

21/09/2020

Cubisme, colombe, et paix

Pablo Picasso, comme Hans Erni, ont beaucoup utilisé la colombe dans leur art comme symbole de paix et de réconciliation.

Dans les années 30, on retrouve chez le Suisse la grande influence qu'exerce alors sur lui le peintre espagnol. Il donne à sa peinture des touches de cubisme tout en gardant un style bien à lui. Il ne copie pas Picasso. Il fait du Erni et son style reste tout de même très figuratif et il ne déroge pas à ses propres goûts quand à l'expérience du cubisme. C'est pourquoi il ne semble pas être classé comme peintre majeur du courant cubiste par les spécialistes. Toujours en marge de la mode, Erni va son chemin et ne se pose pas de questions sur les critiques d'art qui parfois lui adressent quelques remarques désobligeantes quand ils n'ignorent pas purement et simplement sa création artistique... Sans doute le côté snob de l'art élitiste et les idées bourgeoises bien ancrées et dogmatiques font un peu d'Erni un paria dont il faut laisser en marge de l'art. L'homme trouvera d'abord son public en Amérique avant de le trouver en Suisse et dans le reste du monde.

Ci-dessous, un tableau d'Erni des années trente (jeune fille à la colombe) où l'on observe l'influence du cubisme sur lui. Puis d'autres images créées à partir de l'oeuvre originale du peintre s'intitulant "Rentre dans le cube de la colombe."

 

 

 

 

20200920_171913.jpg

 

 

 

 

20200920_1719133.jpg

 

 

 

 

20200920_17191333333.jpg

 

 

 

 

20200920_1719133333.jpg

 

 

 

 

20200920_1719133333333333.jpg

 

 

 

 

20200920_17191333333333333333333.jpg

 

 

 

 

20200920_17191333333333333333.jpg

 

 

 

 

20200920_171913333333333333333.jpg

 

20/09/2020

Demain, elle part

 

 

Ce matin, j'ai reçu son faire-part secret.

"Tu es mon unique soleil.

Je suis ta lune mais je m'en vais

avec toi dans mon coeur."

 

J'ai tout mon temps

pour t'aimer en solo.

J'ai tout mon temps

pour les sanglots et les trémolos.

J'ai tout mon temps

pour les vieilles photos

et les souvenirs vieillots.

 

Je suis ton amour

invisible.

Et si je crée en t'attendant

pour écrire l'indiscible

cet amour indescriptible

entre une fille de joie

et ce poète de la nuit

c'est pour calmer ma douleur.

 

Soleil et lune.

Interlude.

Ma nudité dans ta lune.

Lune et soleil.

Solitude.

Ta beauté dans mon soleil.

 

20200920_072901.jpg

Les astres secrets d'Hans Erni

 

 

 

20200919_21160000.jpg

L'enfant dans la lune

 

 

 

20200919_211600000000.jpg

Clin d'oeil lunaire

 

 

 

20200919_2116000000.jpg

Rouge-gorge amoureux

 

19/09/2020

A quoi jouent les enfants du monde? (1959)

Je viens de découvrir, grâce à une recherche impromptue sur le Web au sujet d'une médaille d'Hans Erni dont je vous reparlerai plus bas, que durant l'année de ma naissance il y avait eu une grande exposition au Musée d'Ethnographie de Neuchâtel sous la direction de Jean Gabus, natif du Locle, consacrée aux jeux des enfants à travers le monde.

Jean Gabus qui, en ce temps là, est devenu l'ami d'un certain Hans Erni qui fera d'ailleurs l'affiche de l'expo et dessinera quelques graffitis pour l'expo représentant l'enfant jouant avec ses pieds (a-t-il lui-même dessiné ses graffitis avec ses propres pieds, cela restera sans doute un mystère).

J'ai retrouvé, grâce à un PDF, le contenu de cette expo et les critiques médiatiques (élogieuses) de cette époque https://core.ac.uk/download/pdf/43651747.pdf . Lire à ce sujet les dernières pages consacrées au Musée d'Ethnographie.

J'ai été amené à faire ces recherches suite à une médaille inédite d'Hans Erni que mon père m'a remise. La médaille en question, qui aurait sans doute disparue des archives de la création artistique d'Hans Erni sans l'intervention heureuse de mon papa qui l'a gardé précieusement dans son atelier toutes ces années, a été frappée chez le médailleur Huguenin au Locle et porte la double signature d'Erni et du médailleur. Elle aurait disparu à tout jamais sans doute si mon père (tel père tel fils...) n'avait pas sauvé certaines médailles de la fonte pure et simple suite au débarras des épaves qui jonchent les établis ou les tiroirs et dont plus personne ne fait usage (pour une mise en vente future ou même une étude stricte et disciplinée et une mise aux archives de l'entreprise).

Donc, c'est par un curieux mélange de hasard et d'intérêt pour les créations de mon propre père que, lui parlant d'Erni et d'Huguenin, il me dit qu'il a dans son atelier une médaille créée par le graveur. N'ayant pas connaissance de cette médaille, il me la donne et, stupéfaction, je ne l'a retrouve nulle part, pas même sur le site Erniland consacré à toute l'oeuvre numismatique d'Hans Erni!

Alors voilà. Je vous présente ci-dessous et en primeur une médaille inédite de l'artiste. Elle est en parfait état, n'a jamais circulé, et est sans doute un témoignage inédit de l'oeuvre du graveur.

Pour en revenir au sujet de mon article, soit les jouets des enfants du monde, c'est cette affiche de 1959 d'Hans Erni, que j'ai découverte sur le Web, qui m'a donné quelques indices pour cette médaille qui est signée Huguenin FEC (Huguenin Frères et Compagnie) donc 'd'avant le changement de nom de 1968 en Huguenin Médailleur.

L'affiche de 1959 montre un enfant assis jouant avec son pied gauche. La médaille représente un jeune homme assis, nu et sexué, portant ses mains à la cheville droite. La mue de l'enfant et de ses jeux vers les jeux nouveaux de l'adulte.

En tous les cas, cette médaille, qui est sans doute la première médaille d'Erni créée avant même celle, officielle, du cirque Knie de 1969, est probablement le seul exemplaire qui a survécu à la disparition pure et simple. Pourquoi n'a t-elle finalement jamais fait l'objet d'un tirage public? Pourquoi est-elle restée parmi les objets inanimés d'une entreprise s'apprêtant à la faire fondre? Pourquoi finalement même certaines oeuvres des plus grands artistes reconnus doivent être parfois sauvées de la disparition grâce à des anges gardiens vigilants et désintéressés d'un point de vue financier? Pourquoi l'artiste lui-même n'en fait jamais mention avant sa mort? C'est beaucoup de questions sans réponse.

En tous les cas, un immense merci à mon père pour son merveilleux cadeau qui va ainsi, dès maintenant, profiter pour la première fois au grand public (même si ce blog n'est pas mis en évidence, le grand public finira par savoir...).

Les photos de l'affiche de 1959 et de la médaille:

 

 

 

20200918_103532.jpg

 

Artefacts d'un blogueur anonyme à partir de l'affiche:

 

20200918_103532(111).jpg

 

 

20200918_103532(111111).jpg

 

Et maintenant, l'inespérée médaille d'Hans Erni surgissant de nulle part

ou plutôt de l'atelier d'un homme qui a su prendre soin

des épaves et des oubliés de l'entreprise dans laquelle il travaillait jadis.

 

20200918_083659(1).jpg

 

 

20200918_083648.jpg

Merveille graphique d'un géant helvète ayant failli à tout jamais disparaître sans mon père

 

20200918_0838433.jpg

Pour terminer, un peu de mimétisme avec les fameuses assiettes

de Hans Erni...

 

18/09/2020

Mister Yellow et sa fiancée Cannonball

 

 

 

20200917_115754.jpg

 

 

20200917_11575444.jpg

 

 

20200917_1157544.jpg

 

 

20200917_115754444.jpg

 

 

20200917_11575444444.jpg

 

J'ai Full Contact au sous-sol

 

20200917_115754444444.jpg

Mister Yellow et sa fiancée Cannonball

(d'après un panneau signalétique de la gare Cornavin, Genève)