21/03/2022

Les cosaques du coeur démocratique

Une partie du peuple russe a chaudement applaudi à l'annexion de la Crimée par les troupes de Vladimir Poutine.

Les cosaques, qui s'occupaient de la garde rapprochée du Tsar, ont même dressé un buste romain à la gloire de Vladimir Poutine dans la localité de Kassimovo, 20 km au Nord de Saint-Pétersbourg, à cette occasion funeste. La nostalgie du passé tsariste donne au peuple russe des raisons pour célébrer la gloire passée. Cependant, elle ne lui donne ni la raison ni le droit d'envahir une nation libre et indépendante.

Malheureusement, ces gens-là n'ont pas fait le saut dans le XXIème siècle. C'est comme si nous voulions, nous Suisses et Suissesses, combattre comme nos glorieux ancêtres, devenir membres de la garde rapprochée de Louis XIV ou de Louis XVI ou défendre le Président Macron, se prenant tout soudain pour Napoléon, annexant, même sans violence physique, la Suisse romande et que nous, peuple helvète aux racines familiales parfois françaises, nous acceptions sans broncher un telle violation du droit international et du droit des nations à l'intégrité et à l'inviolabilité du territoire, pour des causes d'impérialisme mal placées, par un fou psychopathe se chargeant soudainement d'une mission métaphysique et patriotique hors de propos afin de rétablir un ordre passé et révolu.

C'est l'Histoire tragique de la Russie d'aujourd'hui, son Histoire tournée vers le passé qui l'empêche de rejoindre le camp des démocraties modernes, un pays immensément grand pris en otage par son néo-empereur qui sème la terreur en Russie, en Ukraine, et dans toute l'Europe.

Renversons ensemble par l'art, en musique, en images, et dans nos coeurs en larmes, l'empereur provocateur potentiel d'un troisième conflit mondial et apocalyptique.

https://www.laliberte.ch/news-agence/detail/buste-de-pout...

 

 

20220321_122431.jpg

 

20220321_122431111.jpg

 

20220321_12243111.jpg

 

20220321_1224311.jpg

 

La Baigneuse sera plus forte et sereine

que le néo-tsar de Russie

 

Sur les terres de Neuchâtel,

dans les jardins nouveaux

de l'Hôtel DuPeyrou,

vit la Dame de la Fontaine

éprise de justice, de paix,

et d'harmonie.

Elle a surgi, à la sortie

de la seconde guerre mondiale,

en 1948, des mains du sculpteur André Ramseyer

et fixée dans son jardin cinq années plus tard

devant la belle bâtisse en pierres d'Hauterive,

l'Hôtel DuPeyrou,

datant de 1771,

soit 18 ans avant la Révolution française.

 

Ce style de bronze est tellement plus émouvant

que le buste d'un dictateur glacial,

sans pitié, et destructeur de nos humanités.

Alors réservons à notre Baigneuse

toute notre tendresse et nos voeux secrets.

20220320_165948.jpg

Se soumettre à Poutine ou mourir en héros de la liberté

La ville martyr de Marioupol vit les heures les plus sombres de son Histoire.

Après l'état de siège exercé par l'armée russe sur la population de cette ville, la privation d'eau, de nourriture, d'électricité, de chauffage, les bombardements incessants, et les gens déchiquetés sous la terreur des bombes russes, Vladimir le Fourbe joue les abeilles mielleuses venant au secours de la population locale et peignant soldats et gouvernement ukrainiens de barbares irresponsables totalement responsables de la destruction des villes ukrainiennes et de la catastrophe humanitaire qui en découle.

Il propose donc la capitulation pure et simple, le retour dans le giron russe protecteur (!) en lançant un ultimatum à l'armée ukrainienne. Prise en otage, la ville de Marioupol a le choix entre disparaître définitivement de la carte ou se rendre piteusement pour "sauver" population et infrastructures.

Nous en sommes à ce point-là, à ce niveau indécent de désinformation raffinée et cruelle de la part de la partie russe. Dix millions de personnes en exode sur les routes intérieures du pays ou, à l'étranger, dans les pays voisins. Un nombre effroyable de réfugié-e-s de la guerre impériale du tsar qui correspond à la population totale d'un pays comme la Suisse se trouvant vidée entièrement de toute âme qui vive par la faute d'un seul tyran ayant soif de vengeance et de pouvoir sur les âmes.

Sans doute déjà, des dizaines de milliers de personnes, civiles et militaires, mortes par la faute de la guerre d'invasion russe transformée par Poutine en "opération militaire spéciale", des gens traumatisés, apeurés, angoissés, devant compter sur l'hospitalité d'autres peuples solidaires de leur drame vécu.

Marioupol ne capitulera pas. Elle sera rasée de la carte par les bombes et les missiles de Poutine. Après Marioupol, il y aura Kyiev dont, désormais, on se doit honnêtement de rajouter le "y" pour l'orthographier en ukrainien et oublier son orthographe héritée de la langue russe. Imaginer, dans nos pires cauchemars, ces villes de culture et d'art rayées de la carte par la faute d'un despote qui tient un langage d'un niveau indécent encore jamais atteint dans l'Histoire des guerre humaines. Hitler et Staline désinformaient sans cesse mais leur langage et leur idéologie assumaient au moins leur part de terreur et de crimes sans vouloir se faire passer pour les gentils de la liberté, de la démocratie, et de la défense des droits humains. Vladimir Poutine a atteint un tel niveau de perversion du discours qu'il ne mérite plus qu'on lui adresse encore la parole et que l'on accorde un moindre espoir à ses fariboles diplomatiques.

Se soumettre au maître du Kremlin c'est se condamner et condamner à mort le modèle démocratique, nos libertés, nos droits de contester et de changer nos dirigeants et dirigeantes par des élections libres sans revolver à vie sur la tempe.

Nous sommes en train de mettre en jeu la survie de nos démocraties modernes combattues jusqu'à anéantissement total par des despotes qui veulent se partager le monde et soumettre, par leur force brutale et physique et des lois héritées du droit divin d'un autre temps, les peuples à leurs néo-royaumes et néo-empires.

L'emprise du séducteur Poutine sur la population russe est effroyable et à la hauteur des lettres d'amour que recevaient par milliers un certain Adolf Hitler. Il a réussi à faire de nous, peuples démocratiques, défenseurs et défenseuses de la démocratie issue des Lumières, les méchant-e-s juifs et juives au nez crochu, les dépravé-e-s et les dégénéré-e-s, qu'il faut chasser et rayer de la Terre, envoyer dans des camps de concentration et humilier jusqu'à reddition totale et reniement de notre langage démocratique.

Nous les ennemi-e-s du despotisme et les ami-e-s des peuples, de nos révolutions démocratiques, fondatrices de la liberté, de l'égalité, de la fraternité entre les peuples et les populations, nous ne nous laisserons pas intimider par le discours du Maître de Moscou. Nous voilà au pied du mur, prêts à défendre et mourir pour la démocratie contre la barbarie et la folie des tyrans.

Le monde moderne, notre Civilisation, ne pourrait de toute façon pas survivre sous des régimes carcéraux et génocidaires dirigés par des despotes obscurs tels que Bachar Al Assad, Kim Jong I, ou Vladimir Poutine. Nos libertés acquises ne sont pas nées de la main sanguinaire des despotes mais bien en réaction salutaire de la tyrannie exercée par un seul homme et des crimes effroyables et barbares commis par lui.

Citoyennes et citoyens du monde libre, il nous faut plus que jamais défendre nos ami-e-s, soeurs et frères Ukrainiens, Ukrainiennes, qui se battent avec courage et détermination contre l'envahisseur et le violeur de nos consciences et de nos vies.

L'Occident n'a plus le choix. Vladimir Poutine nous impose sa violence et sa terreur.

 

20/03/2022

T'es mort à mes yeux, Vladimir Vladimirovitch Poutine  

Quand la nuit tombe.

que les bombes tuent les colombes,

que nos terres fertiles deviennent nos tombes,

qui peut encore changer le monde

devant la Bête immonde

et lui redonner, sa beauté, ses couleurs,

son eau claire, son ciel bleu

et ses plaisirs d'amour?

 

Tu as préféré la guerre à la paix,

la haine à l'amour,

la violence à la tendresse,

le viol d'un pays à la conquête des coeurs,

la prise des villes et des campagnes

par la barbarie et le génocide

de tout un peuple pacifiste

à sa prospérité et son accueil chaleureux.

 

Tu peux rayer de la carte terrestre

des villes entières et des millions de gens

par tes armes de destruction massive.

Mais ta puissance maléfique n'atteindra

ni nos coeurs ni nos âmes,

ni notre détermination ni notre force spirituelle

à construire une société à intégration massive,

des cultures multiples,

des échanges amicaux et fraternels

entre tous les peuples de la Terre.

 

Tu as déjà perdu le trône

car le trône appartient à l'Amour.

Tu vis dans les abîmes de l'Enfer

que tu t'es créé pour horrifier les gens

et les chasser de chez eux.

Tu n'appartiens plus

à la communauté des peuples libres.

Tu t'es fait traître à l'Humanité,

salaud suprême,

prince dégénéré sans foi ni loi,

ennemi absolu de nos démocraties,

démon publique numéro un.

 

Alors va te faire foutre

toi le Prince des Ténèbres,

et prends mon UK007

dans les fondements de ta pensée brune.

T'es déjà mort aux yeux du monde

même si tu sèmes de plus en plus

la dévastation, la désolation, la désertification,

l'anéantissement de toute une nation libre.

 

T'es mort à mes yeux

                ти для мене мертвий

Vladimir Vladimirovitch Poutine  

 

 

19/03/2022

"Uni-e-s pour montrer l'exemple"

Le tennisman russe Andrey Rublev appelle le monde des sportifs, en particulier de nationalité russe, à s'unir autour des valeurs sportives pour dire NON à la guerre et OUI à un monde meilleur.

Les réseaux sociaux nous permettent de contrer les errements de la politique, ses mensonges, son cynisme, sa façon cruelle et inhumaine de regarder parfois que les intérêts géostratégiques et économiques des nations au détriment des populations massacrées et sacrifiées par des dirigeants complètement cinglés se prenant pour des dieux de la guerre et se permettant les pires exactions sur les peuples.

Nous citoyennes et citoyens uni-e-s du monde, nous déclarons illicites la guerre d'agression menée sur le territoire ukrainien par le Président Poutine sous des prétextes fallacieux, mensongers, diffamatoires. L'Ukraine se fait envahir dans une guerre impérialiste menée par le néo-tsar Vladimir Poutine. Toutes les guerres à caractère impérialiste sont à condamner et à criminaliser. Là où Vladimir Poutine condamnait l'Occident, et particulièrement l'Amérique pour ses méthodes d'invasion de territoires étrangers tels que l'Irak, voir la Syrie, pays dirigés par des tyrans sanguinaires dont le maître de Damas a reçu pourtant la protection armée et fidèle de la Russie pour garder son trône de despote, le maître du Kremlin se permet de faire bien pire que l'Occident qui a toujours tenté, durant les trente dernières années, de préserver du mieux qu'il pouvait les populations civiles lors de ses incursions militaires à l'étranger. On ne peut pas en dire autant de l'armée russe qui tire à vue et bombarde des immeubles civiles, des théâtres, des voitures occupées par des familles, et même sur des journalistes venu-e-s couvrir les faits de guerre. Cela s'appelle des actes de barbarie caractérisés et répugnants et non une guerre de précision contre des objectifs exclusivement militaires.

Nous, citoyennes et citoyens libres de régimes démocratiques mis à mal par les fake news permanentes de régimes autocratiques sans scrupule qui mènent en réalité, et depuis des années, une guerre acharnée contre la démocratie, les libertés individuelles, l'égalité, la fraternité des peuples, la mixité des populations, et désirent un monde de rois, d'empereurs et de seigneurs aryens tout-puissants dominant des peuples de "race pure", nous nous opposons à ce conflit monstrueux mené en Ukraine par le despote de Moscou et ses alliés.

Nous, citoyennes et citoyens du monde, sommes unis avec le peuple ukrainien et le peuple russe de bonne volonté et éclairé pour réussir à vaincre l'obscurité et le fanatisme d'un néo-tsar qui jette dans la misère collective son propre peuple et assaille un pays souverain avec une barbarie inouïe dépassant, dans le degré de l'horreur, les pires attentats terroristes commis ces dernières décennies à travers la planète. 

Après la Syrie et la destruction de tout un pays par le maître de Damas et de son parrain russe Poutine, nous ne pouvons pas laisser l'Ukraine aux mains du despote de Moscou sous quelque prétexte que cela soit.

L'Ukraine est notre combat et notre combat, à titre de citoyennes et de citoyens du monde libre, c'est un combat déterminant et déterminé pour et par la paix, la non-violence, et la liberté des peuples à vivre sous des régimes démocratiques leur permettant de s'émanciper des tyrans et autres gourous maîtres du monde qui veulent asseoir leur autorité et leur règne sur les peuples de la Terre par la guerre et le sang versé des innocents et des innocentes.

https://labs.letemps.ch/chat/custom/guerre-russie-ukraine...

 

 

 

 

18/03/2022

La racaille, les traîtres, les déserteurs, les impurs

Vladimir Poutine, à travers son discours et ses actes suite à l'invasion ukrainienne, montre clairement son vrai visage au monde entier: celui d'un être humain prêt à tout pour humilier, torturer, violer, tuer, anéantir, toutes celles et tous ceux qui ne lui font pas allégeance et ne se soumettent pas à sa volonté et son pouvoir.

En réalité, tout ce qu'il est lui dans sa façon d'être, il le reproche aux autres.

Racaille

Enfant, déjà, Vladimir était un dur à cuire. Elever dans une famille où les mots "amour et paix" n'étaient que façade, Vladimir subissait les humiliations et la violence de son père. Si tous les enfants du monde ne deviennent pas systématiquement des racailles de l'existence suite à de la maltraitance, certains tournent mal et grandissent dans le but de se créer un bouclier de haine et de violence contre toute personne qui non seulement ne les respecte pas mais aussi contre toute personne ne se soumettant pas au caractère du chef de meute qu'il s'est façonné quitte à utiliser tous les stratagèmes de la manipulation, de l'intimidation, de la force physique et mentale. Vladimir deviendra un dur, un extrémiste qui cache sa nature profonde sous un voile de diplomatie internationale pour se faire accepter à la cour des grands de ce monde. La racaille, c'est lui. Pas celles et ceux qui le combattent avec les armes de la justice internationale pour le faire tomber du trône despotique qu'il a bâti en modifiant de lui-même le droit et la justice russe pour qu'elle s'y soumettent à un seul homme: lui.

Trahison

Vladimir Poutine considère comme traître toute personne au discours déviant qui sort de sa ligne dogmatique. Un peu comme le gourou d'une secte à l'échelle d'un grand pays comme la Russie, Poutine ne tolère aucune sorte de contradiction, aucun écart de langage impertinent, aucune faille à son système. Il a placé autour de lui une garde poutinienne mais, à l'instar de son maître spirituel Staline qui avait sa garde stalinienne, il est devenu complètement méfiant et parano envers toutes celles et tous ceux appelé-e-s à le côtoyer de près. Le moindre geste, la plus infime parole qui semble contester l'autorité du maître, et le collaborateur ou la collaboratrice zélé-e tombe alors en disgrâce, se voit infliger humiliation publique et outrage, voir éviction et prison, ou même meurtre si le traître n'est plus patriote selon l'évangile poutinien qui veut de braves petits soldats défendant une Russie  fictive et mythologique qu'il a forgé par son esprit avec l'aide de personnalités révisant l'Histoire russe à leur convenance et se créant quelques délires impériaux pour retrouver une gloire du passé, un empire russe un et indivisible, en sabordant toute une partie de l'Histoire récente de la Russie, dont le plus important, l'avènement de la démocratie sur des terres qui ne l'avait jamais connu en mille ans d'Histoire. Pour Vladimir Poutine, la démocratie est une manière de gouverner importée de l'étranger et non issue d'un processus interne développé par le peuple russe. C'est pourquoi, Vladimir Poutine voit dans toute révolution, dont la révolution orange et celle de Maïdan des purs produits de l'Occident importés pour envahir l'Est. Pour Vladimir Poutine, la démocratie est un blasphème insupportable. C'est une façon de gouverner qui est faible, corrompue, dégénérée, sortant totalement des codes de la virilité, de la prise par la force du pouvoir, de la violence exercée par le mâle alpha sur les opposants et opposantes au tsar tel que Vladimir Poutine a décidé de recréer de toute pièce dans sa logique d'un nouvel empire russe. Dans la vraie réalité du monde actuel et de la Russie moderne, le traître à la patrie c'est lui. Il a renoncé au futur et s'est tourné vers le passé quitte à créer un No Futur pour toute l'Humanité. Soit le traître suprême et Satan provoquant la chute de l'Humanité pour n'avoir pas voulu se prosterner devant la communauté des êtres humains.

Déserteur

Les femmes et les hommes qui fuient le régime russe, ou tentent de le détruire par des actes illicites telle que celui pratiqué par l'admirable journaliste russe,  Marina Ovsiannikova, sont de lâches déserteurs passibles de la prison, voir de la peine de mort pour avoir fui le maître s'étant approprié le territoire et l'Histoire de Russie. Vouloir s'opposer au discours du maître et à ses actes horribles d'agression, c'est vouloir fissurer les fondements de la grande Russie nationaliste et tsariste. Morts aux déserteurs. Ils ne méritent plus de vivre sur les terres russes et être considérés comme des Russes. Ce sont des moucherons qu'il faut écraser avec le plus grand des mépris, des âmes faibles et versatiles, pitoyables, sans aucune intelligence ni dignité. Ils et elles ont déserté l'idéal russe. Qu'ils aillent en enfer. En réalité, cette vision funeste de Vladimir Poutine font de lui le premier déserteur à l'âme du peuple russe. Il s'est réfugié dans son désert mental et il a pris ses délires pour des réalités. Il s'est bunkerisé sur ses terres, s'est montré de plus en plus extrémiste dans son discours nationaliste. Il s'est créé des ennemis de l'intérieur et de l'extérieur au lieu de forger des ponts et des alliances avec la société des êtres humains épris de liberté, de justice, et d'égalité entre les femmes et les hommes peuplant la Terre. Le déserteur, dans son étymologie, c'est celui qui part et quitte son pays, sa terre. Vladimir Poutine a quitté son peuple pour vivre au désert. Il y a fréquenter les démons et les déments de la folie des grandeurs. Il est devenu le Déserteur, celui qui ne veut plus rien à voir avec la communauté multiple et complexe, la multitude des foules paradoxales. Il veut la pureté radicale, unique, selon ses canons esthétiques et patriotiques à lui. Tout le reste, c'est de la vermine à exécuter et à rayer de la surface de la Terre. Le nazi, c'est lui et la dénazification de l'Ukraine par un nazi, c'est le roi Ubu en Absurdie qui se prend pour Dieu et impose son Jugement Dernier.

Impur

Une race qui s'est bâtardisée. Voilà pour Vladimir Poutine ce qu'est devenu l'Occident à force de croisements et de libre-échange entre les personnes et les peuples. Vladimir Poutine refuse cela pour la Russie. Il veut du sang russe à 100% même si cela n'existe que dans ses rêves hitlériens. Lui-même a probablement du sang impur qui coule dans ses veines. Il faudrait remonter sa généalogie pour y trouver tel ou tel ancêtre qui n'était pas russe à 100%. Quand un leader d'un pays commence à jouer avec la pureté de la race, nous savons que la couleur brune du fascisme est en train d'envahir un pays. Vladimir Poutine n'a pas seulement pris, par la violence et la désinformation, les attributs d'un tsar, il a aussi pris l'allure nauséeuse d'un dirigeant fasciste rejetant les minorités ethniques, les marginalités comportementales, les artistes dégénérées selon ses propres codes esthétiques. Il veut une Russie pure, des petites têtes blondes formées à ses dogmes délirants. Vladimir Poutine n'a pas écrit "Mein Kampf". Mais sans doute, son récit du monde l'apparente à ce livre maudit. Vladimir Poutine est l'impur et l'impie. Celui qui a trahi la communauté russe, multiple, colorée, laissant la liberté d'expression et de comportements s'exprimer sur la place publique. Le maître du Kremlin habite une maison de poupées russes, toutes identiques, façonnées et forgées à son image. Il est monté dans l'avion présidentiel entouré de ses hôtesses de l'air qui l'écoutent religieusement et le suivent assises tout autour d'une table ovale où le maître n'a pas respecté la distance réglementaire de 6 mètres de long entre lui et elles qu'il impose habituellement à ses hôtes prestigieux et ses subalternes. Le harem fantasmé du tsar qui cherche à se rassurer sur sa virilité et son autorité auprès de ses maîtresses idéales qui sont à son service dans son vol vers l'Enfer. L'impureté de ses intentions s'exprime à travers son désir de cocufier tout le monde et surtout les femmes qui ne sont finalement pour lui que des objets de consommation serviables et au service de sa puissance de frappe militaire causant la mort de milliers d'enfants, de femmes, et d'hommes innocent-e-s...

"C'est celui qui dit qui est" a-t-il dit un jour quand le Président américain Biden l'a traité de tueur. On peut lui rétorquer la même chose et lui retourner tous les mots staliniens qu'il prononcent et les maux terrifiants qu'il provoque sur la Terre.