14/05/2022

Quand la culture se met au service du totalitarisme

Qui sont les Leni Riefenstahl de notre temps? En Ukraine où Zelensky, l'acteur, devrait être en tenue de danseuse et être le propagandiste en chef de l'idéologie nazie ressuscitée?

Certainement pas. C'est à Moscou que le pouvoir instrumentalise sa guerre et convoque musées et professionel-le-s de la culture pour créer l'histoire falsifiée et nauséabonde d'un néo-hitlérisme qui serait à l'oeuvre en Ukraine.

Comment la culture peut-elle se donner corps et âme à un dictateur? Il suffit peut-être de suivre le parcours de Leni Riefenstahl, danseuse étoile avant de se briser un genou, puis réalisatrice cinématographique de grand talent avant de mettre celui-ci au service de la propagande d'Hitler, fascinée qu'elle était par le personnage et sa façon d'exposer son combat contre le Mal, qui humiliait le peuple allemand, aidé par les Juifs qui tenaient les cordons de la bourse et influençaient les pouvoirs des pays voisins, ces pays qui voulaient la soumission et la défaite perpétuelle de l'Allemagne. Pur délire paranoïaque d'Hitler qui deviendra sa réalité et celle du peuple allemand à force de déballer à la fois sa propagande sur toutes les estrades et tous les médias de l'époque et d'aider le peuple allemand à sortir du marasme économique grâce à l'industrie de l'armement pour préparer la guerre d'annexion de l'Autriche puis carrément la seconde guerre mondiale...

Si l'on croit ce que l'on nous dit de regarder en Russie, Vladimir Poutine prépare son peuple à une guerre totale contre l'Occident. Et il prépare les esprits à se préparer au pire conflit qui puisse exister au lieu de calmer le jeu et de revenir à des sentiments moins calqués sur sa folie personnelle et plus en phase avec la réalité de notre époque. Comment dire aux Russes que tout est faux dans le langage de Poutine si même la grande culture se met au service de sa propagande mortelle? Comment démonter, à travers l'intelligence des arts, le mensonge énorme de Poutine si ces arts se compromettent avec le régime et ne savent plus prendre ni hauteur ni distance face à la propagande d'un seul homme imposant sa folle vision du monde à tout un peuple qui ferait corps avec le poutinisme face à l'ennemi nazi alors même que le nazisme, ou plutôt le poutinisme, qui semble être la synthèse du nazisme et du stalinisme car empruntant sa vision idéologique à la fois au fascisme d'Hitler et au communisme déviant de Staline avec une pointe de tsarisme pour couronner le tout, s'implante bel et bien en Russie et non en Ukraine ou la démocratie des sociétés joue son avenir ou sa perte?

La question principale qui devrait tarauder nos esprits d'Occidentaux serait celle-ci. Combien d'années encore allons-nous laisser à Vladimir Poutine pour préparer sa guerre totale contre l'Occident grâce au fanatisme qu'il est en train de faire germer dans les esprits russes colonisés par une culture décadente au service du poutinisme et non de l'art?  Sommes-nous prêts à affronter un peuple abreuvé de mensonges, se croyant désormais entourer d'ennemis et même du Mal nazi, un peuple lobotomisé qui accepte peu à peu l'idée de propager dans le coeur de leurs propres enfants cette idée folle que le conflit atomique devient acceptable et même désirable pour donner la victoire à la Russie contre une idéologie occidentale prétendument malfaisante et destructrice de l'âme russe?

L'art et la culture doivent préparer les contre-feux à la culture déviante d'une partie du monde artistique russe. Nous devons créer des oeuvres monumentales avec nos ami-e-s russes dissident-e-s prêts à s'engager avec nos ami-e-s ukrainien-ne-s dans des créations multiculturelles qui démontent magistralement, par l'intelligence des coeurs et des esprits, le discours ravageur du dictateur russe.

La culture est entrée en guerre contre le fascisme. Il est temps de se détourner (un peu) de l'industrie du divertissement et d'intéresser nos peuples à des oeuvres profondes, puissantes, qui combattent cette dictature et ce fascisme, cette haine du différend et de la mixité des cultures.

je termine avec deux citations ambivalente de Leni Riefenstahl qui était à la fois sous la coupe du nazisme et maltraitée par Goebbels jaloux de l'admiration qu'elle portait à Hitler.

C’est en , lors de la Journée de l’art allemand, que Leni Riefenstahl découvre la position des nazis vis-à-vis de l’art moderne, qualifié d'« art dégénéré ». Elle décide de ne plus accepter de commande du régime nazi. Dans son Journal, elle écrit : « Incapable d’aucun jugement en politique, j’étais très concernée et compétente pour tout ce qui touchait à l’art. […] Pour la première fois, je prenais conscience de l’énormité des erreurs possibles de Hitler. »

Mais quelques années plus tard, elle se ravise.

« C'est avec une joie indicible et une grande émotion que nous partageons avec vous mon Führer cette grande victoire qu'est pour l'Allemagne et pour vous l'entrée des troupes allemandes dans Paris. Cela dépasse l'imagination humaine que d'être capable de réaliser des actes sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Comment pourrons nous jamais vous remercier pour cela ? »

La versatilité est très mauvaise conseillère quand la guerre massacre des millions de gens et en exile des dizaines de millions d'autres. La nécessité de combattre pied à pied ce qui tient du fascisme et de la prétendue pureté de la race (russe, française, allemande, etc.) est une nécessité absolue.

https://www.letemps.ch/monde/russie-propagande-investit-e...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Leni_Riefenstahl

 

13/05/2022

Otan en emporte le poutinisme

"La lutte, c'est comme le champagne. ça grise les lâches aussi vite que les héros. N'importe quel imbécile peut faire acte de bravoure sur un champ de bataille où l'on n'a pas le choix entre le courage et la mort."

Autant en emporte le vent, 1836

Que vont devenir les relations Russie-Occident après l'intégration des forces de l'Otan à de nouveaux pays neutres comme la Finlande et la Suède? Sommes-nous condamnés à un conflit larvé et dévastateur de 100 ans ou à une guerre nucléaire éclair aussi rapide que définitive? Une fois Vladimir Poutine éliminé de mort naturelle, ou par accident, du pouvoir, les Russes participeront-il à un réveil national et feront-ils leur autocritique du poutinisme?

Nous ne savons pas de quoi demain sera fait. L'instabilité internationale provoquée par la guerre de Poutine en Ukraine peut faire basculer le monde entier dans la pire des horreurs possibles. Mais un retour à de meilleurs sentiments est encore possible. La Russie est peuplée d'une jeune génération qui, dans sa majorité, en veut certainement à mort à cette propagande folle voulue par un seul homme, ce régime décadent en bout de course qui va s'effondrer sur lui-même.

Il faut saluer l'Europe qui, malgré les provocations du pouvoir russe et les horreurs perpétrées en terre d'Ukraine et en Russie également, refuse d'entrer frontalement en guerre avec la Russie. Notre devoir, c'est de réussir la paix avec la Russie post-poutinienne et d'aider l'Ukraine à se reconstruire rapidement. C'est le minimum que nous devons à ce pays dévasté par la guerre d'un oligarque paranoïaque qui se croit au XIXème siècle avec sa cour impériale qui pourtant ne danse jamais comme au temps des tsars mais reçoit des ordres et des humiliations du maître du Kremlin.

Si la noblesse russe du temps des tsars avait son côté glamour et fastueux, sa galanterie et ses codes de séduction, au temps de Vladimir Poutine, on ne voit rien de tout cela. Que de la rigidité, de la froideur, de la distance, de la folie et des crises de paranoïa du petit tsar tout pâle et rabougri dans son siège de Moscou.

Mon dieu, quelle tristesse notre époque avec des tristes sirs comme celui-ci.

Autant repartir avec Vivien Leigh et Clark Gable en 1836.

Après tout, hier était un autre jour et une autre lumière que cette noirceur glaciale et menaçante représentée par Sa majesté dernière Vladimir Poutine.

Quand au sort réservé à Sa disgracieuse majesté, je m'en fous royalement.

 

12/05/2022

Taha Bouhafs jette l'éponge et de la boue sur LFI

L'enfant terrible de la France Insoumise, issu des quartiers les plus défavorisés, a allumé une mèche qui met en danger la campagne de la Nupes.

Le jeune homme, déjà condamné par la justice pour "racisme" (condamnation pour laquelle il a déposé un recours) contre une policière qu'il a traité de collabeur ( contraction entre collabo et beur) de service, est en prise à une alerte interne au sein de la France Insoumise dans laquelle il est accusé d'agressions sexuelles sur au moins trois femmes, agressions non déterminées mais extrêmement graves selon Clémentine Autain, une des piliers de la France Insoumise.

Le jeune homme, qui venait juste de déclencher une polémique autour de sa candidature Nupes pour les législatives, a été obligé d'y renoncer après avoir subi des attaques racistes et des attaques de membres internes à la Nupes pour ses faits d'armes durant sa jeune vie médiatique qui commença pourtant très bien avec la vidéo tournée le 1er mai 2018 et qui montre clairement l'agression brutale du bras droit de la police de cette époque et du Président Macron, Alexandre Benalla, sur de jeunes manifestant-e-s.

Selon des fuites anonymes, Taha Bouhafs serait accusé de viol par au moins une jeune femme mais l'affaire serait restée en interne à LFI, et sans signalement formel, pour éviter toute agression raciste supplémentaire contre le jeune homme. Il a fallu la mise en avant du candidat aux prochaines législatives pour que certain-e-s s'alarment de la situation et enclenchent finalement cette fameuse alerte contre les agressions sexuelles présumées de Taha au sein de LFI. Mélenchon se dit par ailleurs hors de cause et n'avoir jamais été mis au courant de faits répréhensibles reprochés à son jeune protégé qu'il a constamment défendu contre vents et marées jusqu'au signalement fatal.

Si les femmes en question n'ont jamais mis en action une quelconque plainte, c'est qu'elles ne voulaient pas déclencher plus de racisme et plus d'hostilité envers LFI et le jeune homme. Cette pratique est assez courante dans les groupes de lutte en faveur des réfugié-e-s, par exemple, car dénoncer des faits d'agressions sexuelles à la justice met en danger tout le groupe à l'interne et son fonctionnement déjà précaire puisque très souvent en marge de la loi (campements de réfugiés non autorisés, par exemple). Mais venant d'un parti qui a des élu-e-s à l'Assemblée nationale, cela parait une faute politique où du moins une erreur assez dramatique de jugement des personnes qui étaient déjà au courant de ces faits présumés. La France Insoumise est assez implantée dans le paysage politique pour survivre à des actes répréhensibles de la part d'un membre du parti. Ne pas dénoncer, c'est fermé les yeux sur des actes que justement la France Insoumise combat fermement. La lutte contre le sexisme et les agressions sexuelles est une des priorités de ce parti qui se veut révolutionnaire et féministe.

Je laisse la parole à Clémentine Autain qui a les mots justes pour en parler à défaut de pouvoir innocenter totalement la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Il vaut mieux parler, encourager les victimes présumées à porter plainte, et recaler le ou les candidat-e-s qui ont fauté avant le déballage médiatique d'un scandale sur la place publique qui crée du tort à un parti qui incarne l'espoir de la gauche révolutionnaire. Toute cette histoire sera du pain béni pour l'extrême-droite qui n'attendait que cela pour se ruer sur les "faiseurs de ZAD partout", dixit Marine le Pen dans ses basses oeuvres de démolition de la Nupes.

 

Renverser l'ordre du monde par la guerre

L'Humanité, l'espèce humaine, est la seule douée d'orienter son destin dans un sens ou dans un autre.

Au temps des rois, les décisions se prenaient en petit comité et le peuple n'y pouvait strictement rien sur les déclarations de guerre et de paix entre princes et seigneurs.

Ce temps semblait avoir été aboli définitivement depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale et la volonté d'en finir avec les guerres d'empire suite aux désastres incommensurables des deux grands conflits mondiaux du 20ème siècle. Un peu plus tard, dans les années 70, la génération peace & love, ainsi que la lutte non-violente de Martin Luther King pour les droits civiles de la communauté noire aux Etats-Unis, semblait avoir vaincu le hard power des armes et la guerre du Vietnam fut arrêtée grâce aux manifestations de rue et à l'engagement des plus grands artistes de leur temps dans le retrait des troupes américaines de ce pays napalmé et gazé à l'agent orange. L'Amérique ressemblait alors à la férocité de Vladimir Poutine en ce temps-là, excepté le fait primordial qu'elle laissait le peuple s'exprimer et, sans sa population, les gouvernements américains successifs auraient poursuivi leurs horribles exactions qui duraient depuis 20 ans déjà. Il a fallu la volonté des citoyennes et citoyens très engagé-e-s pour la paix et les droits humains pour arrêter la machine de guerre infernale et modifier la marche militaire de l'empire américain prête à massacrer tout pays qui se liait de près ou de loin au satan soviétique dans sa sphère d'influence qui était planétaire.

Aujourd'hui, le peace & love a beaucoup de peine à s'imposer que cela soit en Russie ou partout ailleurs. Nous avons à faire à une nouvelle course à l'armement y compris dans un pays neutre comme la Suisse et les manifestations de rue sont quasi rachitiques en faveur de la paix en Ukraine. Les droites, voir les ultra-droites, prospèrent partout sous les coups de boutoir de l'ultra-libéralisme qui a coupé les populations en diverses forces politiques hostiles les unes aux autres. La haine et les démonstrations de force dans les discours tenus par les uns ou les autres, si ce n'est carrément dans des actes de guerre civils, sont pléthores. L'ultralibéralisme ne veut pas et ne lâchera pas son os. Il profite à un bon tiers de la population très formée et bien rémunérée qui représente aussi le tiers votant qui se rend aux urnes pour décider de l'avenir du peuple. Les autres s'abstiennent la plupart du temps, voir tout le temps, acceptent plus ou moins leur situation déplorable en ne croyant plus aux lendemains qui chantent pour eux mais en espérant que leurs enfants pourront avoir accès au paradis matérialiste de l'élite à travers des métiers à hauts salaires...

Cette façon de vivre et de penser ne stimule plus et n'anime plus du tout l'esprit de combat collectif et altruiste autour des questions aussi grave que les conflits armés se déroulant jusque devant nos portes sous nos yeux habitués aux violences et aux guerres à travers le petit écran et les médias écrits. Les peuples sont apathiques. Ils ne manifestent guère dans la rue pour la paix en forçant leur gouvernement à s'asseoir autour d'une table de négociation. L'Ukraine peut être rasée géographiquement de la carte, sa population entièrement décimée ou exilée, pourvu qu'elle se batte héroïquement pour nous protéger des plans de Poutine, c'est tout le calcul cynique de nos dirigeants mais aussi de nos populations qui veulent pouvoir vivre et consommer en paix... Les vacances approchent. Faudrait pas qu'après deux ans de covid, Poutine nous empêche encore une année de profiter de la mer et des voyages à l'étranger.

Poutine a pourtant l'intention, avec la Chine, de renverser l'ordre du monde. Et c'est grave parce que ce n'est pas pour le meilleur mais pour le pire. Et qui dit renversement de l'ordre du monde, dit aussi valeurs renversées et nouvelles valeurs (réactionnaires ou révolutionnaires) mises en place. C'est là toute l'immense faute de l'ultralibéralisme en plus des dégâts incommensurables que cette idéologie cause à la sphère terrestre et, in fine, à l'Humanité sur le court, moyen, et long terme.

Jusque dans les débuts des années 80, on pouvait encore croire à la démocratisation des peuples de la planète. La démocratie était enviable et désirable pour les peuples. L'Occident sortait des trente glorieuses qui permirent au monde ouvrier de s'émanciper, aux jeunes universitaires de faire, avec le soutien du monde ouvrier, leur révolution dans la rue. Les fleurs étaient partout qui poussaient à l'ombre des pavés jetés sur les flics. L'utopie "peace & love" semblait florissante, pour l'éternité diront certains utopistes. Personne ne reviendrait sur les acquis féministes, entre autres. Personne ne dirait plus jamais aux femmes que leurs corps ne leur appartiennent pas et qu'elles n'auraient plus le droit de faire l'amour avec le ou les partenaires de leur choix, avoir accès aux méthodes de contraception et à la pilule abortive ou, au pire, à l'avortement dans un court délai en cas de pépin imprévu et d'une grossesse indésirée.

Les moeurs libres et démocratiques de l'Occident devaient s'exporter facilement vers l'Asie, l'Afrique, l'Amérique du Sud. C'était sans compter sur le néolibéralisme et ses valeurs folles d'exploitation des peuples à outrance. Ces soi-disant libertés individuelles absolues qui permettaient le retour à la barbarie économique et au dépeçage des peuples. La Russie en a fait l'amer expérience à la chute de l'Union soviétique. L'expérience historique de la démocratie, toute nouvelle pour le peuple russe, commençait hélas en pleine attaque néolibérale des valeurs d'égalité, de liberté, et de fraternité. En Occident, des velléités populistes, d'extrême-droite en particulier, prirent de l'ampleur partout en Europe de l'Est comme de l'Ouest et surtout dans les pays berceau de la démocratie historique comme les Etats-Unis, la France, l'Italie ou l'Espagne, voir la Suisse, bien entendu, avec l'UDC devenant le premier parti de Suisse. Tandis que les gauches traditionnelles s'enfonçaient inexorablement à cause de leur alliance contre-nature avec le néolibéralisme qui pourtant combattait frontalement, dans son essence et son projet, les valeurs collectives de solidarité entre les classes sociales. L'individualisme à outrance était devenu la valeur cardinale et indépassable qu'il fallait se mettre dans le crâne bourré par les prétendus bienfaits de la main invisible du marché... Donc point de salut sans le Moi conquérant et aux oubliettes le Nous trop demandeur de sacrifices personnels et altruistes.  La gauche caviardée et noyée dans son caviar et champagne, les populismes prirent peu à peu le pouvoir dans l'esprit des peuples abandonnés à eux-mêmes et à leur pauvreté... Adieu le peace & love, bonjour les dégâts de la haine, du communautarisme, et des incivilités.

Poutine en appelle aujourd'hui à une vraie démocratie et une vraie égalité (sic). Pour cela, il fait la guerre aux "néo-nazis" ukrainiens et par extension non formulée ou allusive aux "néo-nazis" occidentaux. Pourtant, il a été le premier privilégié des libertés accordées par ce monde néolibéral qui n'a de foi qu'en l'argent. Sans lui, il ne serait pas le premier homme de Russie ni un des oligarques les plus riches au monde. Mais comme le néolibéralisme semble avoir tué son rêve romantique d'un tsar orthodoxe protégeant les valeurs ancestrales, religieuses, et traditionnelles de la Russie, il est parti en guerre en Ukraine pour bouleverser l'ordre du monde et récupérer ce qui appartient à la Russie. Du coup, le néolibéralisme a ouvert les portes aux néo-dictatures, au recours à l'Histoire révisionniste, aux rois, aux reines, aux empereurs, barrant la route à la lutte sociale et progressive des peuples, à cette démocratie vivante et bienfaisante qui pourrait faire la paix dans le pays comme avec ses voisins sur le globe, à cette démocratie qui aurait pu être enviable partout sur la Terre alors qu'elle est devenue insupportable et condamnable aux yeux de milliards de gens sur la planète en tout aidés et abusés par une propagande monstrueuse, révisionniste, et mensongère des réseaux sociaux et des dictateurs comme Poutine ou Xi Jinping, tout de même puissance numéro 3 et 2 de l'ordre militaire mondial...après les Etats-Unis.

Nous en sommes hélas à ce degré de décomposition de la démocratie et même les espoirs, renaissants en France avec la NUPES, sont très minces pour sauver la planète des humains de sa décadence démocratique, morale, et spirituelle.

 

11/05/2022

PPDA, prédateur sexuel incompris

Il nie tout en bloc.

C'est son unique défense. Avouer serait un désastre pour son narcissisme et sa trop parfaite réputation. Dans sa tête, il a toujours aimé les femmes. Il en a fait des romans, des histoires romantiques, des dîners aux chandelles, des séjours à la mer. Il se voit grand séducteur. Pas du tout abuseur et violeur. Dans sa tête, il s'imagine que c'est le plus beau des cadeaux et un grand honneur pour chaque femme que d'avoir couché avec la star des stars de la télévision française. Aucune femme ne peut résister à ce moment intime passé avec lui qui les honore toutes sans exception.

Dans sa tête, tout bascule aujourd'hui. Elles l'ont trahi. Elles ont trahi le silence tacite qui existait entre lui et elles, ses amoureuses, ses passionnées de sa majesté PPDA. Il n'a pas compris ce qui lui tombait sur la tête parce qu'il n'a jamais voulu comprendre que la séduction c'est une affaire de réciprocité et de complicité. Hors comment devenir complice sexuelle avec un homme que l'on ne connaît pas sitôt la porte refermée derrière soi? Même les prostituées n'y arrivent pas sauf à de très rares exceptions et dans les cas où l'homme est délicat et attentionné, fait preuve d'humanité et d'intérêt envers la femme qu'il va payer pour faire l'amour. Alors si une professionnelle du sexe n'y arrive pas comment les autres femmes y arriveraient-elles avec des inconnus fussent-ils des visages devenus familiers derrière un écran TV?

PPDA, lui, n'a pas besoin de payer pour faire l'amour. Dans sa tête, les femmes sont sensées être à ses pieds devant lui, lui le dieu Apollon, lui le bel astre lumineux qui défend la veuve et l'orphelin aux nouvelles de 20 Heures. PPDA aime les femmes mais sa façon à lui de les aimer n'est pas normal. Ils les aiment très mal et pas pour les bonnes raisons. Ils les aiment pour le plaisir sexuel et charnel qu'elles peuvent lui procurer, pas pour autre chose de beaucoup plus essentielle encore, l'amour. Pour PPDA, La femme n'est pas cette muse que l'on doit chercher à séduire jour après jour. Elle est juste une beauté statique, une statue qui n'a ni voix, ni parole, ni sentiment, ni désir. Juste une sorte de poupée siliconée utilisée pour assouvir un fantasme passager qui s'évanouira aussitôt dans la nature et dont personne ne reparlera plus, ni lui, ni elles, ni personne d'autre. 

Ces femmes ne pouvaient pas être contre le fait que le grand homme les approcherait, mettrait ses mains sur leurs visages, leurs épaules, tout en ouvrant sa braguette et en commençant une masturbation devant elles, ces femmes offertes, contemplatrices de sa majesté cathodique. Et puis, il fallait bien qu'il soulage la tension nerveuse après chaque JT et qu'il décharge tout ça dans la bouche de ces dames consentantes venues s'offrir et soulager le grand maître de la loge cathodique.

Il y a quelque chose de l'ordre de la secte dans les égarements de la grande chaîne de télévision. C'est impossible d'imaginer que les journalistes et les chefs, les techniciens, et autres personnes vivant à proximité de PPDA pouvaient ignorer ce qui se passait quand ces dames entraient dans le bureau du grand journaliste. Pour tous ces gens, de simples affaires de cul classées dans la catégorie de la vie privée, il fallait donc passer son chemin parce qu'il n'y avait rien à en dire. Ce qui revenait à penser que toutes les femmes sont des salopes prêtes à baiser du moment qu'elles passent dans le bureau du grand manitou de la messe médiatique. Ce qui revient à dire que tout le monde s'imaginait les scènes de sexe graveleuses qui s'y passaient mais que personne n'avait rien à redire puisqu'aucune des femmes ressortant du bureau ne portaient jamais plainte, repartaient en silence comme si de rien n'était, gardant leur expérience traumatique pour elles, incapables de s'effondrer et de pleurer ou de se révolter et d'hurler contre ce salaud de PPDA.

Il a fallu prêt de 20 ans, voir davantage, pour que certaines des femme parlent enfin à visage découvert. Il y en a désormais une vingtaine qui osent. Sans doute, en existe-t-il bien davantage encore. Peut-être que certaines femmes ont eu de la satisfaction à vivre cette expérience perverse parce qu'en réalité elles avaient rêvé ce moment-là et cette rencontre sexuelle avec lui. Mais pour une femme qui avait peut-être fantasmé ce plan cul digne des fantasmes les plus éculés, il y en a 100 autres qui ne l'avaient jamais imaginé ou en tout cas pas comme ça aussi brutalement, avec une bite dans la bouche en moins de temps qu'il faut pour l'écrire et un homme muet qui éjacule en deux minutes en ne donnant que du plaisir à lui-même alors que sa "partenaire" reste traumatisée, tétanisée, dégoûtée et rejette dans sa tête et dans son corps l'acte répugnant que PPDA vient de lui imposer par la force mentale et donc psychologique du maître dominant à la femelle dominée.

Il faudra du temps à PPDA pour comprendre sa propre vérité tragique vu à travers les autres, ces victimes, ces femmes qui ont été offertes contre leur gré à sa démesure narcissique. PPDA est un prédateur sexuel qui s'ignore et un grand malade de ses pulsions sexuelles. Il est temps de le ramener à la réalité de sa vie dans un tribunal et qu'il se soigne en demandant pardon à toutes ces femmes dont il a abusé en corps et en esprit.

https://www.letemps.ch/monde/affaire-ppda-nouveaux-temoig...