01/05/2022

A quelques millimètres d'un accord historique

Tandis que des agitateurs identifiés comme des "black block", donc des anarchistes d'extrême-gauche, perturbent encore une fois le cortège du 1er mai, attendons avant de dire qui sont réellement ces fameux anarchistes jamais pris et jamais arrêtés par les forces de l'ordre lors de précédentes provocations contre des commerces et des instituions bancaires, l'Union du peuple de Mélenchon et les partis de gauche et écologiques sont tout près de trouver les termes d'un accord pour les élections législatives qui, jusque là, semblait appartenir à un voeu pieux et de l'ordre de l'impossible.

On dira que ce 1er Mai 2022 est historique pour la France et que le brin de muguet à cette fois su jeter les bases d'une révolution possible par les urnes.

C'est là-bas que j'irai

pour te retrouver sur la route.

A la croisée des chemins,

nous regarderons vers la même direction

et nous dirons non à ce vieux monde

mais oui au nouveau qui vient là devant nous.

 

C'est la révolution dans nos coeurs.

Enfin, la vie ouvre ses horizons.

Debout dans la gadoue,

couchés l'un contre l'autre,

nous sommes prêts

pour changer de cap.

 

Il ne faut pas la laisser passer,

il faut se dépasser

et réussir ensemble

là où les ennemis de la révolution

croyaient nous avoir défait.

 

Le salaud est plus aimé que le gentil garçon

Être un gentil est plus difficile à vivre qu'être un salaud.

Quand on est gentil, on est souvent méprisé et accusé de faiblesse. Quand on est salaud, on est craint et respecté, et parfois aimé pour les actes horribles que nous faisons subir aux victimes de nos saloperies.

Et puis, même quand la foule et la justice condamnent le salaud, il y a toujours la possibilité pour le salaud de s'expliquer, de se justifier, et de se faire pardonner même des dizaines d'années après les faits quand l'eau aura coulé sous les ponts. Dans l'imagerie collective, il y en aura toujours, des femmes comme des hommes, qui feront du salaud un héros et le mettront au pinacle de leur fantasmagorie. Voir les admirateurs et admiratrices d'Adolf Hitler ou de Staline qui subsistent à travers les époques en est une preuve flagrante. Quant au gentil garçon, tout le monde l'aura oublié avec sa disparition. C'était un gentil garçon... Pas de vague, pas d'attention médiatique.

Faut-il devenir un salaud pour se faire craint, aimé ou haï, respecté ou condamné? Faut-il envier le salaud qui a droit à toute l'attention médiatique, qui finit même par être le grand prêtre de la messe cathodique tout en commettant des actes abjectes qu'il semble pourtant dénoncer et condamner quelque fois dans SON Journal de 20 heures au gré des affaires sexuelles qu'il a à traiter de façon "journalistique" et "neutre"?

On finira par pardonner à PPDA après un bilan exhaustif de sa vie et des études psychanalytiques approfondies sur sa façon d'être au monde, son oeuvre, ses égarements, ses réussites.

Céline était aussi un salaud français mais d'abord un maître de la littérature. Il revient faire la "Une" de la Culture grâce à des manuscrits redécouverts qu'on lui avait volé dans son appartement quand il a fui la France à cause de sa collaboration avec Pétain et les nazis, son antisémitisme archi-connu à travers ses écrits les plus effroyables et pitoyables.

On finit aussi par bien pardonner à Roman Polanski, ses agressions sexuelles sur des personnes mineures et adultes, car lui aussi fut un beau salaud avant de s'assagir avec l'âge et en compagnie de sa délicieuse épouse actuelle qui a su l'équilibrer dans la représentation de sa sexualité débordante. Et puis, avant d'être un salaud, c'est réellement un génie du cinéma. Comment se passer de ses films en le rejetant dans les oubliettes de l'Histoire?

Bertrand Cantat aussi était une star du rock et adulé par des milliers de midinettes avant qu'il ne fracasse à mort, par jalousie, la pauvre Marie Trintignant. A lui, le star system n'a pas encore voulu pardonner son crime le plus abominable. Mais s'il avait fracassé une midinette anonyme plutôt qu'une célèbre actrice du même pays que lui, je crois que le monde lui aurait déjà pardonné et trouvé des excuses, l'alcool, la drogue, tellement responsables des ravages violents lors des disputes de couple... Et puis, au-delà du triste salaud qui finit par détruire la vie d'une femme, il est resté ce génie du rock incontournable dans la mémoire populaire. Laissons lui la possibilité de s'exprimer encore. Il a payé sa dette envers la société par des années de prison. Il a droit à la rédemption et au pardon du genre humain. Comme tous les autres...et même si ça nous dérange dans notre confort moral. Fort heureusement. C'est lui et lui seul qui porte la croix de son acte abjecte.

Dernièrement, il paraît qu'un salaud sévit à l'échelle planétaire et qu'il met en danger l'existence même de l'espèce humaine. Une paille. Il y a pourtant la moitié de la planète Terre qui ne condamne pas le bonhomme pour ses actes odieux et hautement immoraux et même, pour une bonne partie de cette moité, qui le place sur un piédestal, dans leur imaginaire pour le moins dévoyé, parce qu'il ose s'opposer frontalement à la démocratie occidentale prétendument plus nocive que la dictature d'un seul homme. C'est le héros des femmes et des hommes qui adorent la tyrannie...quand celle-ci s'exerce en leur faveur, bien entendu.

Finalement, si on aime plus les salauds que les gentils, c'est parce que les êtres humains aiment à se mettre des chaînes et se soumettre à une autorité quelconque, passions amoureuses ou dictature sanglante. Tandis que la liberté, le monde des gentils, c'est le modèle de vie des bisounours qui ne font pas de vague et ne tentent pas d'asseoir leur domination sur des personnes potentiellement convoitables, des entreprises et du personnel exploitable, des nations et des peuples aliénables. Pour cela, il faut devenir plutôt grave salaud, pervers narcissique, et sans scrupule. Mode d'emploi de PPDA. Mon plaisir personnel d'abord, en deux minutes et sans bavardage s.v.p., sur une journaliste ou une "invitée", qui va le payer toute sa vie durant. Mon buste en plâtre, mon double. qui me suit à la trace dans mon bureau au sommet de la tour de la télévision. Je n'aime que moi, moi, moi et moi encore. Et l'autre n'est que l'objet convoité de mon émoi. Voilà pour ma défense.

Et puis, si en plus, bien que je n'aime personne sauf que moi et que je me permets toutes les saloperies au monde imaginables, même les plus conséquentes et gravissimes pour l'Humanité, j'aurai des gens qui feront mon éloge et érigeront une statue en ma mémoire. Dieu, que mon dictateur est beau. Vladimir le Magnifique sur son cheval pourfendant la démocratie, ce monde des bisounours et des arrangements, de la corruption et de la justice des avocat-e-s, ce monde où tout le monde couche avec tout le monde dans une mixité dégueulasse qui fait gerber la pureté orthodoxe devant Dieu.

La dictature, cela arrive même en Ukraine par un mauvais jour d'hiver où des femmes de soldats de russes appuient leurs salauds de maris pour violer les Ukrainiennes, "ces chiennes de traîtresse à Vladimir". "Mais avec capote, chéri, s'il te plaît. J'aimerais pas que tu me ramènes une MST dans notre lit. N'oublie pas. Merci mon amour."

Dans tout ça, elle est où la reconnaissance et l'admiration pour le gentil garçon qui respecte femmes, minorités, humanité?

Être un salaud et existé dans la vie des autres ou n'être qu'un gentil garçon dont personne ne fait vraiment attention. Il faut choisir ses chaînes. Et c'est vrai que le gentil laisse un peu trop de liberté aux autres pour que les autres désirent s'enchaîner à lui pour le meilleur comme pour le pire.

Un tout petit peu salaud, juste pour que tu m'aimes et que tu t'attaches à moi. Un tout petit peu salaud, juste pour que tu ne dises jamais de moi que je suis ce gentil garçon fade et sans relief et que tu peux faire de moi ce que tu veux. Un tout petit peu salaud, juste pour que l'amour ait du piment et de la saveur, un peu de folie et de déchirement entre toi et moi. Un tout petit peu salaud, juste pour savoir et comprendre ce que le vrai salaud est capable de faire aux femmes, aux enfants, et à l'Humanité.C'est mieux que gentil garçon.

Un tout petit peu salaud, et puis, tu le sais bien, mon ange, dans un lit, si le démon ne s'associe pas un peu à dieu, le bien et le mal peuvent carrément s'inverser et dieu devenir la religion de celui qui partira en guerre et deviendra l'ange destructeur de l'humanité. Qui fait le moine fait le démon.

Vladimir le Salaud a trop longtemps fait le moine de la religion orthodoxe et du nationalisme russe sous ses airs angéliques et blonds. Il n'a jamais été un gentil garçon mais il est arrivé au sommet de la hiérarchie des salauds.

Lire aussi: https://www.24heures.ch/le-salaud-et-le-pardon-693230697323