21/05/2012

Cannes 2012. la tapuscrit « Sur la Route » de Kerouac

 

 

SURLAR

OUT

66@gmail.us

The only people for me are the mad ones, the ones who are mad to live, mad to talk, mad to be saved, desirous of everything at the same time, the ones who never yawn or say a commonplace thing, but burn, burn, burn, like fabulous yellow roman candles exploding like spiders across the stars and in the middle you see the blue centerlight pop and everybody goes “Awww!” ~ Jack Kerouac

yb

kerouac

 

t-shirt tapuscrit project

 

Ultime you until my cry (Toi Ultime jusqu'à mon Cri)

 


J'irai voir dans l'eau de là

si ton visage incandescent s'y reflète

parmi le deuil des étoiles


Avais-je rencontré une terrienne

sur Vénus ou une alien

venue s'arracher à mon coeur?


Avais-je la guerre assez vieux déjà

sur Mars pour qu'une chienne de fille

rongea la paix de mes os sous acides?


Si l'amour n'a qu'un seul nom

tu l'emportes au sable vers

le pouls paradoxal qui bat pour toi


Ne crois pas que mon calme précaire

ne cachera jamais le napalm suicidaire

qui réduit tes dunes à cette montagne de cendres


Ne crois pas que mon oui

ne cache pas l'emprunte de tous mes non

car mon pas restera marqué sur ta lune


Ne crois pas que tu pars

puisque c'est mon silence qui te quitte

pour inonder ton coeur de mon amour


Si aimer c'est ramer à vie pour un mirage

nous voguerons sur le Nil comme l'enfant

divin sur notre route on the road


à ton enfant, ta vie, ton bonheur

les poètes offrent la rime des fleurs

 

 

 

 

The Bitter End (Tout À La Fin*)

Since we're feeling so anesthetized
Depuis que nous nous sentons si anesthésiés
In our comfort zone
Dans notre petit confort
Reminds me of the second time
Ça me rappelle la seconde fois
That I followed you home
Où je t'ai suivi chez toi
We're running out of alibis
Nous sommes à court d'alibis
On the second of May
En ce deuxième jour de mai
Reminds me of the summer time
Ça me rappelle l'été
On this winters day
En cette journée d'hiver

See you at the bitter end
On se reverra tout à la fin
See you at the bitter end
On se reverra tout à la fin

Every step we take that's synchronized
Tous les pas que nous faisons sont synchronisés
Every broken bone
Chaque os fracturé
Reminds me of the second time
Me rappelle la seconde fois
That I followed you home
Où je t'ai suivi chez toi
You shower me with lullabies
Tu m'inondes de berceuses
As you're walking away
Alors que tu t'éloignes
Reminds me that it's killing time
Ça me rappelle qu'il faut en finir
On this fateful day
En ce jour fatidique

See you at the bitter end
On se reverra tout à la fin
See you at the bitter end
On se reverra tout à la fin
See you at the bitter end
On se reverra tout à la fin
See you at the bitter end
On se reverra tout à la fin

(From the time we intercepted
(Depuis que nous nous sommes rencontrés
Feels more like suicide
Ça ressemble plus à du suicide
Slow and sad, turning sader
Lent et triste, devenant encore plus triste
Arise a sitting mine)
Se tient ma séance)

See you at the bitter end
On se reverra tout à la fin

(I love to see you run around
(J'aime te voir courir aux alentours
I can see you now
Je peux te voir maintenant
Running to me
Courir vers moi
Arms wide out)
Les bras grand ouvert)

See you at the bitter end
On se reverra tout à la fin

(Reach inside
(Atteindre l'intérieur
Come on just gotta reach inside
Viens tu n'as plus qu'à atteindre l'intérieur
Heard your cry
J'ai entendu tes pleurs
Six months time
Pendant six mois
Six months time
Pendant six mois
Prepare the end)
Prépare la fin)

See you at the bitter end
On se reverra tout à la fin

bitter end = in the very end = tout à la fin

NB : Bitter end est aussi le nom d'un bar aux USA (assez chic) et donc ça pourrait aussi signifier que nous nous reverrons dans ce bar. . Je ne sais pas trop si ça colle avec le timbre de notre amour mais comme me l'a si justement fait remarqué MISS X ils ont déjà donné le nom d'un resto comme titre à notre chanson alors... à toi de voir...

 

Rendez-vous au Bitter End.

le dernier week-end de l'An 12 .

En souvenir de notre grand amour,

épie chaque jour la mer. J'y serai.


Un conte amoureux offert au Festival de Cannes 2012

 

 

Festival de Cannes 2012: Garrett Hedlung, un acteur Beat

 

Connaissez-vous un seul acteur en devenir qui prend tous les risques pour jouer un rôle dans un film? Connaissez-vous un seul type sur cette planète bouffée par le carriérisme et le matérialisme qui dit: "Je reste en stand-by pour un film. Tant pis si ma carrière cinématographique ne décolle pas et que je reste un inconnu. Et bien ce type d'acteur existe. Il a pour nom Garett Hedlung. Et il a pris ce risque pour un seul et unique film: Sur la Route.

Garrett Hedlung a attendu des années le tournage de "Sur la Route" en suivant le metteur en scène dans ses recherches et ses repérages. Il a mis entre parenthèse une carrière prometteuse pour se consacrer au film culte et prendre le risque d'un naufrage. Le film n'a pas été encore vu que déjà une légende est née. Les actrices et acteurs de "On The Road" sont des Beat men et des Beat Girl de la nouvelle génération. D'abord l'aventure. On verra où elle nous amènera. Ils sont à la recherche de quelque chose qu'il ne trouveront peut-être pas. Mais si ce quelque chose s'appelle la gloire d'aimer la vie jusqu'au bout de la route, de se mettre en fureur pour elle. Alors oui, ils risqueront leur peau pour cela.

La Beat Generation existe et se renouvelle. C'est un signe qui ne trompe pas. La révolution culturelle des années 60 n'est pas morte et enterrée. Elle est On the Road et elle renaît, comme les vampires romantiques, à chaque nouvelle oppression terrible de la société.

 


 

19/05/2012

Festival de Cannes: Sur la route de nos vi(c)es

Si je pars

est-ce que tu resteras?

Si je meurs

est-ce que tu vivras?

Si je t'aime

est-ce que tu m'aimeras?

 

Au détour de la route

j'ai découvert ta fleur sauvage

qui portait ton visage

 

J'y ai griffé un nouveau paysage

un nouveau voyage

vers la liberté de nos amours

 

Un papillon volé simple vers nous deux

sans retour possible ni fin du voyage

 

Pour te garder, je pars.

Pour m'aimer, est-ce que tu me quitteras à jamais?

 

Sur la route j'irai à toi

Entre ses bras tu resteras

 

à mes amours, mes enfants, ma bataille

une éternelle reconnaissance

 

Imen Bambi . Ali Pacha for ever

You and Me, Love beat on the road again

 

23 mai, ne manquez surtout pas la sortie de "On the Road". En avant première, un goût de vampire pour les revenants sur la scène de la Beat Generation. Beaucoup de choses à découvrir sur une façon de vivre hors du commun qui permit  et permettra à l'amour de s'épanouir et à la vie de grandir sur la planète Terre. Oubliez le côté fumeux du goût morbide de la drogue, de l'alcool et du sexe; retenez avec vos yeux charmeurs d'enfants gourmands de la vie, tout sur la liberté, l'amour de la vie. Rien n'est mieux que vivre libre, simplement libre, désengagé mais conscient  de l'alliance inaliénable qui unit tous les êtres humains afin que jamais personne ne vous dise plus "Dégage!" mais que les folles et les fous d'amour préfèrent à jamais revenir vous dire "Reviens encore nous raconter ta belle et insolente histoire d'amour qui porta la fièvre à mon corps".

Prenez 90 minutes du temps de votre vie à dàcouvrir les vidéos ci-dessous. Vous serez chanceux et chanceuses en amour malgré ce que les gens vous disent comme bêtises. Kerouac ne jouait pas la lose. Il jouait la victoire, une grande victoire, une ode à l'Humanité toute entière.

1. Kristen Stwart Robert Pattinson vanity (5)




 

4. Cast Twilight Vanity (3)

 


SUR LA ROUTE - Découvrez la bande-annonce du... par MK2diffusion

18/05/2012

Cannes 2012: De rouille et d'os, "opé" pour la Palme d'Or

 

Cela commence par une rencontre improbable entre un public, obsédé et rivé sur les 900 millions d'amis branchés par la montagne de sucre boursière du désormais archi milliardaire Mark Zuckerberg, et un film français d'auteur (la France confirme sa place de meneuse devant Hollywood), « De rouille et d'os » de Jacques Audiard. L'histoire, cette histoire, devient alors un événement à hauteur de la crise française et européenne. Une amitié, une connivence, une solidarité naît entre le film et son public. On demande au cinéma d'être opérationnel sur la scène du réel tout en offrant de l'espace et du champ, de la poésie, du cul, et du vécu, du mélodrame et de l'espoir, de la jouissance retrouvée sur nos souffrances subies et nos débris de coeur largué, nos humiliations consenties, nos démissions subites, nos révoltes et peines fulgurantes, nos petites lâcheté quotidiennes, notre courage subit montant à l'abordage grâce à des convictions individuelles qui refont surface durant chaque crise. Et cela semble se terminer dans l'angoisse absolue sur la presque disparition de l'enfant de cinq ans sous la glace, Sam, l'enfant d'Ali, coulé, englouti, enseveli, et noyé comme une métaphore de la rupture atroce, de l'abandon parental et sociétal, le choc d'un papa qui appelle au secours et cogne de ses poings pour survivre dans la normalité et non dans sa situation marginale, un papa qui sauve son enfant in extremis grâce à ses puissantes frappes sur la glace, glace comme autre métaphore du mur qu'il veut briser de sa rage, de sa fureur absolue de vivre et faire vivre son enfant, entre tous les gens abandonnés, laissés sur le bord de la route et ceux qui sont riches à millions. dans l'insouciance du monde.. La glace est enfin brisée. L'enfant retourne à la vie. Et c'est une immense délivrance, une joie profonde, au lieu d'un catclysme sans fin. L'histoire d'amour se noue définitivement et devient la success story de ce festival de Cannes 2012 qui s'en empare comme d'une histoire véridique.

La fièvre d'un monde qui refuse le chantage économique, de pays entiers tombant en faillite, de valeurs artificielles cumulées et culminant à hauteurs de milliards de dollars, instantanément, convertis en un seul jour à la Bourse, alors que dans la vraie vie les gens se battent, triment des heures entières chaque jour, bastent et encaissent des coup(e)s budgétaires invraisemblables dans des conditions de précarité intolérable. Et au final, même un parti nazi naissant et grandissant au nez et à la barbe de tout le monde comme une marée nauséeuse, insoutenable , ouvrant les digues sur l'indescence et déversant la boue de sa haine sur les gens simples plutôt que sur les pouvoirs financiers occultes qui ne cessent de mettre sous pression banques et Etats en appauvrissant durablement les peuples au travail.

De rouille et d'os se démarque des hyper productions et débarque comme un débarquement de la vie sur nos existences soumises à l'Ordre. mondial. Un couple mythique est né. Stéphanie est beaucoup plus forte avec ses prothèses, ses cuisses qu'elle a tatouée des adjectifs qualificatifs « gauche » « droite » que l'on découvre alors qu'elle fait l'amour avec Ali, qu'avec ses belles jambes amputées suite à l'accident avec l'orque. Ali est beaucoup plus fort avec ses poings frappant la glace que ses mêmes poings fracassant de l'humain dans des combats barbares qui lui permettent de survivre grâce aux paris engagés. Ce sont les poings sur la glace qui brisent l'indifférence et le cercle infernal de la violence urbanisée et normalisée, sauve un enfant, révèle à l'amour deux êtres qui se le refuse avec entêtement.

Si vous voulez gagner un ami, un vrai, allez voir « De rouille et d'os ». Ce sera un très bon investissement personnel dans votre lutte quotidienne contre la névrose et la psychose de l'apocalypse.

Ce soir, Facebook n'a pas décollé en ce jour d'introduction en Bourse. Ce sont les premiers qui se sont servis à milliards aujourd'hui. Leur repas a été pris sur un plateau géant à gogos. Les autres, les 900 millions d'amis qui ont fait la fortune des copains de Zuckerberg  et la sienne pourront pleurer et crier au scandale. Ils auraient tous mieux fait d'aller voir aujourd'hui « de rouille et d'os ». au lieu d'acheter des actions chez Friends L'ami cinéma est nettement plus fiable pour le coeur...et même le porte-monnaie. Même si lui non plus ne redistribue pas les millions encaissés aux gens qui ne trouvent jamais d'issues financières saine à leur vie. L'important est dans le regard des uns sur les autres. Pas dans la jalousie et le rejet de celles et ceux qui réussissent en conscience dans de vraies entreprises humaines.

Merci les faiseurs de rouille et d'os.

 


De Rouille et D'OS - Extrait #4 [VF|HD] par Lyricis