17/06/2010

Suisse – Espagne: une ouverture vers le Ciel !

"Switzwerland, Vasistas!!!", je titrais mon billet de hier vers 14 heures avant le match Suisse-Espagne en vous proposant le clip et la chanson de Bennie Constantin comme tube nationale pour notre équipe de foot.

Il n'a fallu qu'une seule ouverture vers le ciel pour que nos Redfishes nous offrent le paradis et rentrent en héros dans le panthéon des grands exploits sportifs helvétiques!

On peut faire la fine bouche. On peut dire: "Aber was ist dieses Schweiz? Un pauvre Réduit national qui a su réduire la grande Espagne, qu'une seule fois vaincue lors de ses 48 derniers matchs, à une bande d'impuissants qui passaient plus de temps à rater la cible qu'à affoler l'excellent Benaglio". Oui. On pourrait écrire ça. Et certains ne se gênent pas de le déclarer.

Nous, on n'a plutôt envie d'écrire que c'est une grande première page du football suisse qui s'est ouvert, une page qui ressemble à un conte de fée. Une équipe composée de mineurs de fond qui ont appris, grâce à Ottmar Hitzfeld, qu'en descendant dans le trou, ils doivent se faire mal en creusant, qu'ils peuvent être victimes d'un coup de grisou et périr en laissant leurs cadavres, asphyxiés par la phalange adverse, se laisser conduire à l'hôpital à l'image du taureau Senderos, peut-être mis hors course pour la suite de la compétition dans l'arène sud-africaine.

Mais au bout de ce combat, il y a des diamants à trouver. Des diamants qui peuvent être suffisant pour offrir une couronne mondiale à une équipe de travailleurs acharnés dirigés par un boss impeccable plutôt qu'à une équipe de saltimbanques géniaux dirigés par un clown non moins génial qui fait le spectacle sur et hors des terrains de foot.

C'est aussi ça le foot: le bannissement de toute hiérarchie définitive, cela toute l'année et en toute circonstance. Le foot, ce n'est pas 4 jours de carnaval par an ou la société est retournée sur ses fondements quotidiens. Le foot, c'est 365 jours par an où le Petit Poucet a la possibilité de battre l'Ogre, cela sur le même terrain de foot, avec le même nombre de joueurs, et un arbitre impartial qui n'est pas payé par l'Ogre pour signifier au Petit Poucet qu'il ne sera jamais champion car telle a été la décision définitive de l'Ogre.

Alors je suis 100% derrière « la Bande à Blitzfeld ». Que sa bande de prolétaires du foot nous offre encore de ses descentes au charbon et en enfer pour les transformer en diamants afin que bientôt nous puissions titrer « The Diamond's Switzerland  Team go to Paradise ». En Afrique du Sud, là où les hommes de Mandela, là où les mineurs de fond, ont gratté la terre et retourné le ciel, afin de découvrir les fameux diamants qui brillent sur les décolletés plongeant des plus belles femmes du monde.

Gelson Fernandez est Noir et vient du Cap Vert. Le premier qui a su trouver un diamant pour notre équipe nationale après une montée de rugbymans dans les 16 mètres de l'équipe suisse, et cela le jour anniversaire de la fin de l'apartheid! Quelle image! Quel symbole!

 

 

 

16/06/2010

Switzerland, Vasistas!!!

Le tube inofficiel de l'équipe nationale helvétique sur You Tube et sur Radio Pacha K Mac pour encourager nos Redfishes durant toute cette Coupe du Monde 2010. Par Bernie Constantin, l'autre Président de club qui creuse dans les tunnels sud-africains afin de trouver la lumière et les diamants des mineurs de fond.

 

Contre l'Espagne, faire des Redfishes un Blitzfeld

 

La Suisse entame son premier match de Coupe du Monde cet après-midi contre l'Espagne.

Malmenée sur la scène internationale, notre équipe nationale a le devoir de laver l'honneur de notre pays par le football. Pour cela, elle s'est assurée les services d'un entraîneur, Ottmar Hitzfeld, qui a beaucoup remporté de titres prestigieux sur la scène européenne en qualité d'entraîneur de très grands clubs. Ottmar Hitzfeld est notre véritable Goldplayer numéro 1 même s'il ne sera pas sur le terrain à l'heure du jeu.

Personne n'attend vraiment la Suisse. Sur le papier, elle paraît même plus faible que celle qui perdit ses illusions en 1/8ème de finale contre une équipe d'Ukraine très peu créative qui l'élimina aux penalties lors de la dernière Coupe du Monde.

Notre tare permanente: nous marquons trop peu de buts. Notre défense est relativement solide bien que moins solide que celle de 2006. Notre milieu manque de créativité et d'explosivité, et le seul joueur qui fait don de lumière artistique, Hakan Yakin, ne sera probablement pas titularisé pour cause de "faiblesse physique"! Pourtant la Suisse a besoin de Yakin, un joueur qui semble avoir appris en secret à manier un ballon fantasque, vicieux, rapide, prêt à sortir de sa trajectoire, fuyant le but, ou prêt à s'envoler hors du cadre de la normalité. Les gardiens ne sont d'ailleurs pas si perdants que ça dans cette affaire. Ils en sont quitte pour la peur, et ils ont eu jusqu'ici très peu d'interventions déterminantes à faire et nous, spectateurs, très peu de beaux buts à se mettre sous la pupille..

Entre la vuvuzela insupportable et la Jabulani (un nom féminin qui nous étonne pour un ballon de foot) intenable et inmaîtrisable , cette Coupe du Monde nous irrite et ne nous donne pas encore beaucoup de bonheur et de satisfaction sensuelle.

Mais Jabulani est une fille zoulou farouche qui demande à être séduite, carressée ou fouettée par un maître de l'art ayant l'habitude d'être controversé et souvent écarté par certains entraîneurs pour cause de manque de volume physique, paresse chronique, et caractère bien trempé. Le type même d'hommes convenant à Jabulani qui aime se faire rouler au soleil sur des plages de gazon fin par des hommes sauvages et rebelles.

Ça tombe très bien. Hakan possède ce profil et a appris à aimer ce ballon qui pourrait bien lui rendre son amour cet après-midi sur les coups de 16 heures.

Manuela Mauri, une autre séductrice farouche, s'étonnait hier soir de tout ce muscle sur les terrains de la Coupe du Monde et regrettait les sportifs plus fins et raffinés. Hakan Yakin est son joueur, notre joueur à nous les Suisses, qui peut faire du terrain du Mondial 2010 un champ d'éclairs magnifiques. Blitzfeld – Yakin – Jabulani, un trio atypique qui pourrait voir un adepte du jeu allemand faire confiance à un artiste du foot latin pour toucher cette balle infidèle, séductrice en diable, célébrant des messes noires et des Sabbah, prêtresse tout à la fois diaoblique et divine de ce Mondial de foot, afin de remporter un match incroyable dans l'arène contre l'Espagne.

Hop Suisse! Hop les Redfishes!

Le commentaire de cette vidéo est en Arabe. On se demande bien pourquoi cette langue a été choisie par You Tube comme langue officielle du ballon de la Coupe du Monde 2010!

 

 

 

 

"JE VEUX FUIR LA REPUBLIQUE DE LA SOIF

POUR PENETRER DANS CELLE DU MAGNOLIA"

Nizzar Kabbani

(merci à Mohamed Benchicou du Soir d'Algérie)

 

14/06/2010

« Le Temps » de Tunisie parle du foot exercé en couple!

Badreddine Ben Henda, journaliste du quotidien « Le Temps » nous a pondu un article dont je ne puis m'empêcher de reproduire ici tant il est irrésistible d'humour et en phase avec la Coupe du Monde de football.

Si on dit qu'une défense roucoule, roucoule, roucoule, avant de se faire entuber par le centre avant de l'adversaire, que dire du couple!

Comme dirait mon ami Djeevan, il y a d'abord eu le coup de boule du Maghrébin Zidane, ensuite le coup de main de l'ami Henri, puis le coup de queue du maître Ribéry. Ça descend. Les mecs, il vont finir par jouir des pieds pour enfin offrir aux dames du bon football.

Avant ça, il faudra aller au stade tunisien en mangeant du couscous.

Badreddine Ben Henda:

Le couple, comme dans une grille «Promosport»

 

La vie conjugale des nouveaux couples tunisiens ressemble en plusieurs points aux rencontres de football qui se déroulent dans nos stades. Déjà, la « dakhla » qu’organisent les supporters des équipes évoque, du moins par son nom, la nuit de noces appelée « dokhla » par nos amis égyptiens à qui nous empruntons depuis quelques décennies une bonne partie de leur lexique.

A l’instar du festival de la galerie dans les gradins, la cérémonie nuptiale est également haute en couleurs, chantante, dansante et excessivement bruyante. Le huis clos existe aussi dans les mariages, dans la mesure où certains hyménées se célèbrent dans la discrétion la plus totale par nécessité ou après consentement des mariés !

Promosport pour les mariés

Passé les premiers jours ou les premières semaines de mariage, le couple connaît un de ses litiges les plus persistants et les plus violents : qui aura la haute main sur le ménage ? C’est un peu comme pour le brassard de capitaine que convoitent les meilleurs joueurs d’une formation sportive. Ce type de bras de fer est devenu très fréquent depuis que nos femmes se sont émancipées. N’importe quel prétexte le déclenche et il est rare que son dénouement satisfasse les deux concurrents à la fois. Le perdant d’une manche s’accorde toujours une chance au match retour ! Les supporters de chaque clan, père, mère, frère, sœur, ami, voisin, collègue de travail, peuvent faire basculer la balance en faveur du mari ou de l’épouse. S’ils restent ou sont maintenus à l’écart du différend, ces « fans » occupent alors leur temps à émettre des pronostics, exactement comme au promosport. Les combinaisons possibles sont calquées sur les paris sportifs : 1 en cas de victoire du conjoint soutenu, 2 si c’est l’autre qui sort vainqueur et X si aucun des deux ne l’emporte ! Pour renforcer ses chances d’en imposer à l’autre, chaque conjoint peut compter sur les conseils d’un initié ou sur les pouvoirs magiques d’un gris-gris ou d’une amulette acquis chez un derviche consacré de la place.

Compétitions locales et matches internationaux

Comme on le voit, le fair-play n’est pas la première qualité des jeunes couples de chez nous. C’est plutôt la violence qu’ils font généralement prévaloir sur leur terrain glissant même en période de forte sécheresse. Coups « francs », coups bas, tacles, croche-pieds, obstruction, antijeu, attaques, contre attaques, voilà ce qu’ils échangent avec une ostensible générosité. Pour arbitrer de telles parties à risque, on faisait autrefois appel aux doyens de la famille sinon à ses membres les plus mesurés, les plus respectés ou les plus craints. Aujourd’hui, les conflits intimes se règlent prioritairement au commissariat, au tribunal ou dans une émission de télévision devant « dix millions de Tunisiens » ! Record de spectateurs, avouons-le, difficile à égaler dans un stade, fût-ce la Perle de la Méditerranée ! Désormais, c’est « kol chay bel makchouf » dans la vie de couple et le tout venant peut commenter, juger, décortiquer, aggraver ou atténuer les malentendus conjugaux ! Il arrive, et c’est rarissime, que le couple se réconcilie après s’être donné en spectacle durant 90 minutes. Alors, il joue le temps additionnel, puis les prolongations jusqu’à ce que la partie soit de nouveau arrêtée et que la confusion se réinstalle. Là, nous parlons des « compétitions » locales ; mais les « matches internationaux » ne sont pas en reste : au sein des couples mixtes, l’entente et l’harmonie ont une durée de vie des plus courtes au monde. Après quelques bons moments, les époux s’envoient très vite au diable, non sans avoir échangé au préalable quelques insultes et plusieurs coups ! Histoire d’aménager une « kharja » aussi spectaculaire que la « dakhla » du début.

Le « professionnalisme conjugal »

Le « beau jeu », les gestes gracieux, la finesse de la touche, l’esprit sportif, tout cela est de plus en plus rare entre les footballeurs et entre les mariés de l’an 2010. Très souvent les petites tapes amicales, les embrassades et les accolades d’avant match laissent la place, chez les premiers comme chez les seconds, aux échauffourées, aux mêlées et aux empoignades les moins tendres. Les nouveaux couples vivent de nos jours le « professionnalisme conjugal» : les contrats qu’ils signent avant de s’unir (davantage pour le pire que pour le meilleur) sont faramineux mais contrairement aux footballeurs, ils n’en récoltent que des dettes à rembourser sur le reste de leur vie. On étudie aussi l’offre du conjoint avant de convoler avec lui ; et selon qu’on est jeune ou vieux, séduisant ou repoussant, riche ou fauché, on pose plus ou moins des conditions avant de dire « oui» devant le notaire ou monsieur le maire !!

Badreddine BEN HENDA

 

 

 

13/06/2010

Et voilà comment les Fennecs s'entraînent!

Avant leur match de cet après-midi contre la Slovénie, nos amis Algériens sont arrivés en toute décontraction en Afrique du Sud.

Sans préjuger de l'issu de cette Coupe du Monde, nous donnons nos votes africains à cette équipe qui semble être la plus crédible du Continent Noir pour aller au bout de ses rêves.

Rusés et habiles le ballon au pied, les compatriotes de Zahia Dehar risquent de devenir le nouveau buzz sur Internet. La zahiazela soufflant dans les oreilles, les Fennecs peuvent gonfler leurs voiles et dormir en toute tranquillité comme des mecs sûr de leur sex-appeal. Dans quelques heures, ils vont faire parler la poudre sur le gazon vert.

Heuuuu. Au cas où, je ne me les coupe pas si l'équipe d'Algérie jouent des mains plutôt que des pieds et perdent leur match. Ma petite protégée Zahia n'aimerait pas certainement que Pas du Tout Pas Chic Hamac se retrouve sans attributs. Et les Fennecs, ils sont plus plus habiles que les Rabbbit The Cats :))

Hop les Fennecs! Avec un tel cri révolutionnaire, vous allez détrôner la vuvuzela et l'Italie! Quel adversaire va résister à votre cri de guerre?

 

 

 

 

 

Les Fennecs à 4 jours de leur premier match!

Zahiazela, champagne et petites pépées...(?)