03/10/2009

Pop Art, 4 octobre 1982

Dimanche 4 octobre, fête de Saint-François d'Assise, patron des écologistes depuis 1979. En ce jour, je vous propose un petit billet humoristique en pensant au blog diffusé sur la tdg de Mr Hani Ramadan. J'aimerais par cet article provoqué l'état de distanciation, d'ironie et d'humour qui manque tant aux croyant de l'Islam. Il y a sans doute des Chrétiens qui seront choqués par mon hérésie (qui n'est pas absence de croyance mais interrogation de la croyance en Dieu) voir de mon état de blasphème et d'usurpation d'identité. Les artistes sont nombreux à procéder de la sorte. Les grandes stars tels que Michael Jackson, Madona, les Beatles, voir même les milieux de l'industrie du porno, comme Larry Flint, et toutes sortes de stars du X qui s'affichent avec un crucifix pendu à leurs cous, ont depuis longtemps conquis leur indépendance et leur liberté individuelle par rapport aux dogmes ecclésiastiques. Elles ne sont pas forcément des personnes qui ont une absence de reconnaissance envers les valeurs chrétiennes. Elles sont justes des personnes qui tentent d'assumer leur choix d'existence, de croyance ou d'incroyance, sans passer nécessairement par les temples et les églises.

Ce billet est un clin-d'oeil en direction des Musulmans. Si nous voulons créer les conditions de paix entre nous, il nous est impossible de ne pas accepter l'évolution vers des sociétés laïques où les gens sont libres de leurs croyances, de leurs corps, de leurs décisions. Les minarets font problèmes dans les coeurs et les consciences. Est-ce que les artistes font également problèmes dans les coeurs et les consciences?

 

picture058_121.jpg

 

Jésus-Christ Reverse I

 

 

picture058_11121.jpg

 

Jésus-Christ Reverse 2

 

 

picture034_3222.JPG

 

Jésus-Christ Reverse 3

 

 

picture034_322.jpg

 

Jésus-Christ Reverse 4

 

 

*Explication: Jésus-Christ se promenait quelque part en Inde neuchâteloise pendant la Fête des Vendanges 1982, où l'eau transformée naturellement en bière coulait à flot dans les rigoles, quand il a annoncé sa résurrection aux médias du monde entier. Comme il n'avait pris ni passeport, ni nationalité, qu'il parlait dans une langue inconnue, il a demandé à son papa Albert Gaston Joseph de bien vouloir poser avec lui pour prouver qu'il n'était pas tombé du ciel comme ça, sans amour, sans rapport sexuel. C'est alors que la croix de sa grand-mère en a été toute retournée...

 

*Tiré de « Cantique du frère Soleil » de Saint-François d'Assise, chapitre apocryphe réservé aux adultes qui ont viré leur cuti sans forcément devenir homosexuel et qui s'ouvrent aux gags artistiques et mystiques.

P.S. Billet dédié à Taïs, jeune femme homosexuelle qui a témoigné pour l'émission de TSR1 « De quoi j'me mêle » de ce samedi après-midi.

N.B. Un comm de ma part a été censuré par Hani Ramadan sur son billet « de la subordination étasunienne au sionisme et d'un autre fait divers ». je lui demandais dans mon comm de répondre, ce qu'il ne fait jamais pour aucun commentaire, à la question de savoir pourquoi il avançait toujours le Coran sacré plutôt que des arguments de types laïcs pour transformer enfin la Palestine / Israël en terre de paix et de prospérité. Je lui demandais aussi d'accepter la situation née d'une injustice qui a donné la terre d'Israël aux Juifs après la Seconde Guerre au détriment des habitants arabes de la Palestine, l'accepter en échange de gouverner ensemble avec les Juifs et que ces derniers cessent immédiatement leur politique d'apartheid envers les Palestiniens. Apparemment ce comm a déplu au point de le censurer. Alors, la paix, pour bientôt ou jamais, Mr Ramadan? Tant que la religion sera au centre des intérêts stratégiques de chacune des parties, il n'y aura jamais de paix. C'est la triste réalité et tout le monde le sait. Alors, s'il vous plaît Mr Ramadan, ne jouez pas les victimes quand des enfants et des femmes meurent sous les balles. Vous en êtes aussi responsable. Vous pouvez changer le monde en modifiant votre attitude extrême qui prône la supériorité de la théocratie sur la démocratie. Votre attitude, celle de votre frère, peuvent modifier les rapports entre les gens. Encore faut-il préférer faire la paix à la guerre. Et pour faire la paix, il faut s'éloigner de sa propre idéologie et accorder aux autres façons de vivre le droit d'exister ici ou ailleurs, en terre musulmane par exemple. Bonne journée si vous me lisez. Etes-vous prêt à modifier quelque chose à votre manière de voir la liberté dans le monde? Si oui, vous pouvez soit me répondre ici, soit dans ma boîte e-mail, soit sur votre propre blog. En attendant, je ne perdrai plus d'énergie à construire un pont qui, de l'autre, ne se construit pas...

 

 

15:58 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

02/10/2009

Confort matériel, confort affectif

Plus jamais, peut-être,

ne toucherai en tête-à-tête

ton petit coeur de fête.

 

De nos vies de jazz

se dégageait des hauts gaz

une tendre atmosphère d'extase.

 

picture058_77.jpg

 

Gangster de ton corps,

docker de port en port,

je t'emmenais nue à Louqsor.

 

Là se dressait notre dieu Amon

pendant que nous jouions

à poil aux gentils démons.

 

picture0599.jpg

 

Au premier rang d'oignons et des walkyries

passait notre chapeau, ma chérie,

afin que Crasy Horse puisse jouir à vie

de sa bergère effeuilleuse de folies.

 

Note bien, ma très douce vanille,

que les notables de la ville

ne déposaient jamais de piécettes

dans notre chapeau des recettes.

 

picture058_888.JPG

 

C'est pourquoi notre amour risquait faillite,

ma luxueuse poulette à bites.

Tes notables avaient des notes de frai

qu'ils m'adressaient par post-cabaret.

 

Je payais cash!

 

C'était bien la moindre des choses

quand ton jardinier s'occupait d'une cause

perdue décapant leurs murs grimpants les roses

sous les arbres de silence des maisons closes.

 

picture058_99.jpg

 

Attention, braves gens, c'est une vampire

sortie du Bal des Vampires,

une sacrée vamp

qui allument vos petites lampes.

 

picture050_555.JPG

 

La LAMAL ou la bourse;

la bourse ou la vie.

C'est kif-kebab bourriquo

pour les gangsters de la santé.

 

picture058_100.jpg

 

« Kit gueule de bois »

acheté à l'aéroport de Barcelone.

Très bonne nouvelle matinale

pour Muammar et Hannibal Kadhafi:

 

« Les peuples démocratiques sont tellement épris de liberté

qu'ils préfèrent être égaux dans l'esclavage

qu' inégaux dans la liberté. »

(selon étude des réactions suite à l'arrestation Polanski)

 

« Assise sur les bosses de ton chameau,

as-tu besoin d'une assurance maladie,

Madame Séraphin Lampion? »

 

140920075288.jpg

 

Notre ami Muammar nous a offert dattes et thés

à discrétion sous sa tente de Bédouin.

Il m'a dit au creux de l'oreille:

 

« J'aime votre Suisse.

Je vais la démanteler et l'atomiser. »

 

Je lui ai transmis, par l'intermédiaire de notre traducteur,

cette question un peu stupide:

 

« Muammar, est-ce là votre façon romantique

de faire la cour aux jolies filles

avant de les glisser dans votre lit? »

 

Il m'a répondu:

 

« Ha ha ha! Vous avez gagné Pacha K Mac.

Vous connaissez bien le sens de l'humour libyen.

Je vais libérer les deux Suisses derechef.

Mais d'abord faites-moi l'honneur d'être mon invité

et non mon prisonnier.»

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08:28 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

01/10/2009

Les Kadhafi n'ont dieu que pour leur image

Encore des excuses. Encore des gens à punir. Encore des courbettes à n'en plus finir et des explications à coucher dehors sous tente dans le désert des Bédouins, comme par exemple et entendu dernièrement sur la RSR1: « Les Libyens auraient pris peur devant l'avion de la Confédération qui portait des sigles faisant penser à une agression militaire. C'est pour cela, et aussi parce que Mr Burkhalter, devenu depuis lors Conseiller fédéral, avait lancé l'idée d'envoyer une opération commando pour libérer les otages que nos deux Suisses ont été emmenés dans un endroit secret ». Poum. Badaboum.

D'un côté, les clichés d'un Hannibal aux arrêts vu dans la TdG qui amplifie le courroux de son papa. De l'autre, des otages sans visages, sans défense, prisonniers arbitraires d'un despote qui se plaint, exige, décide de tout, y compris de rabaisser et d'humilier notre Président de la Confédération à New-York en lui faisant miroiter monts et merveilles d'une rencontre sans aucune amitié commune, une rencontre où l'on voit les deux hommes s'expliquant de face, et non face à face, assis dans d'énormes fauteuils calfeutrés séparant à bonne distance le géant despote Kadhafi et le nain démocrate Merz. Quel contraste! Quel gag mortifiant, et quel mirage! On croit voir Louis XIV remonté sur le trône embastillant la démocratie prise en faute comme un garnement jouant Sganarelle dans le Cocu imaginaire sur le préau de la Cour Kadhafi! Valet, père, mari jaloux, fagotier, tout ça à la fois. « Il avait la boule au ventre » le souriceau Merz. Il aurait mieux fait de proposer une partie de pétanque et un petit pastis sans alcool au Seigneur Kadhafi. Peut-être que Marseille aurait alors accouché d'une souris géante.

 

Deux personnes ont disparu des radars de contrôle helvétique. Des familles, sans nouvelles d'eux, vivent dans l'angoisse permanente. Pendant ce temps, notre diplomatie doit s'excuser, trouver des coupables, embastiller peut-être des journalistes, parce qu'Hannibal est apparu sous un mauvais jour dans le journal. Qui sent fortement le fagot au pays des lingots? La chasse aux sorcières est ouverte. Qui va encore être soupçonné d'hérésie du côté de Genève?

Ensuite, après l'affaire Kadhafi, est sortie l'affaire Polanski à Zurich. Entre le cinéma réel d'un dictateur et les films fiction d'un Polanski, on a cru établir un parallèle: la clause d'exception pour les VIP permettant d' absoudre leurs crimes. La différence que personne n'a voulu voir, c'est que le clan Kadhafi vit et se maintient sur le trône grâce aux revenus du pétrole, une manne naturelle que dieu leur a accordé à mauvais escient; qu'ils commettent crime sur crime, selon la Charte des Droits humains, dans leur pays et hors leur pays. Alors que Polanski vit et se maintient sur le trône de la culture grâce à son travail, à son imagination fertile, à son amour pour le métier qu'il pratique. Il venait à Gstaad dans son chalet baptisé « Milky Way », disait bonjour à la dame, faisait un sourire à la fille du boulanger, et convenait à la commune people.

Aujourd'hui, l'homme de culture croupi en prison et se voit traiter comme une m... par des gens qui n'ont aucune pitié envers l'énorme faiblesse d'un jour vécue, il y a 32 ans, par un homme en détresse.

L'homme du désert, lui, dort tranquille sous sa tente ou dans un palace, va faire sa love parade à la tribune de l'ONU, fait la leçon à la Suisse... et est admiré par certains blogueurs qui l'adorent.

Ou lorsque la force brute de la dictature fascine toujours certains et certaines alors que la « décadence » de la « République des Pédés » construite patiemment par les milieux culturels de l'Occident les révulsent.

Les amoureux de la culture n'ont d'yeux que pour la liberté, celle qui engage les individus sur le chemin de leur propre responsabilité. Ne tirez pas sur le pianiste. Vous risqueriez de recevoir la balle de l'ex terroriste et tyran. Monsieur Muammar Kadhafi, voulez-vous bien m'échanger contre vos deux deux otages? Nous irons faire une partie de pétanques dans le désert en tirant sur nos tankers d'or. A vous les boules noires, à moi les boules vertes. Nos deux ors réunis aux couleurs palestiniennes, nous devrions finalement finir par trouver un accord à l'amiable. Non? A moins que vous préfériez m'abandonner là, dans le sable, une balle en pleine nuque.

 

picture034_311.jpg

 

Milky Way

 

 

 

 

 

 

 

 

08:54 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

29/09/2009

Sharon Tate, source du chagrin Polanski

« Après pareil malheur, certains choisissent le couvent, d'autres vont au bordel. Chacun sa façon. »

Roman Polanski, quelques temps après le meurtre de son épouse.

« Ghost », le prochain film du réalisateur va frapper et hanter les esprits. Ce monde ne comprend pas les conséquences de traumatismes subies par les artistes. Ce monde est autiste et ne veut rien savoir.

A propos de faire face à ses responsabilités, on peut se tourner du côté de la Suisse et de ce qui est arrivé à certaines personnes dans les années 70, Monsieur Darbellay. L'émission de la TSR « Mise au Point » de dimanche dernier a soulevé un lièvre assez énorme. Celui des « Arrêts administratifs », une mise en prison automatiques de personnes déclarées irresponsables sur simple dénonciation de leurs proches parents. Des personnes rebelles au système. Des personnes dans la mouvance de Mai 68. Des femmes libres, surtout. Des femmes avec bébé qui, pour certaines, n'ont jamais retrouvé leur enfant, et pour les autres l'ont retrouvé bien plus tard.

Cet acte manqué de la Suisse officielle, c'était dans les années 70, les années Polanski et son drame. Incognito, des jeunes filles et jeunes gens disparaissaient de leur domicile pour se retrouver en tôle comme des criminels. On peut parler là de méthode de Gestapo. Où quand une Révolution libertaire fait peur à la bourgeoisie bien-pensante.

Et aujourd'hui? Qui n'assure pas forcément ses responsabilités? L'artiste en général ou un certain milieu politico-médiatique qui a pris ses distances avec un dénommé Dracula, maître et seigneur du Royaume des Ombres?

Je vous laisse à votre méditation, chers blogueurs. Roman Polanski skiait jusqu'à épuisement dans la station de Gstaad. Cela fait des années que je surfe sur mon clavier en attendant que l'on me dise ce qui s'est vraiment passé dans les années 1995, quelles sont les personnes qui ont fermé les portes à un horrible vampire ne sachant pas dissimuler une partie de sa vie pas très reluisante mais justifiable par des conditions sociales désastreuses où personne ne semblait s'inquiéter de la précarité d'une famille suisse en danger malgré les démarches faites auprès des services sociaux.

On choisit son parcours de vie. On ne choisit pas les décisions administratives qui mènent des individus à faire des choix délicats pouvant amener des désastres familiaux.

 

P.S. L'avocat Christophe Piguet pense que Polanski doit accepter maintenant l'extradition. Je le pense aussi. C'est une question d'honneur pour Polanski et sa famille. Dans les circonstances actuelles, un jugement sévère serait au détriment de l'Amérique. Lui proposer un travail d'intérêt général, comme le préconise Mr Piguet, pourquoi pas? Mais il produit déjà depuis si longtemps un travail d'intérêt général, que je me demande s'il ne serait pas mieux de le laisser tout simplement en liberté pour continuer son travail d'artiste...

 

picture003_99.jpg

 

Une folie érotique

peut mener à une grande création artistique

 

En long et en large,

de nombreux fantômes visites ce site.

Et si Halloween transformait les citrouilles en carosse

pour toi, ma petite chérie?

 

17:08 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Polanski, Hollywood Avenue

La loi, c'est la loi. Et comme elle n'est pas la même partout, qu'elle n'est pas forcément égale pour tous (franchement Ospel et Cie n'ont-ils pas commis un gros crime financier qui a du même coup jeté indirectement des millions de gens dans la précarité voir la pauvreté durable?), la Suisse aurait pu, par Nicholas Bideau patron de la culture, écrire à Monsieur Polanski pour lui dire de ne plus jamais venir en Suisse.

 

Personne n'avait envie de se salir les mains pour lui? C'est possible. Le crime commis à l'époque par cet homme ne donne pas nécessairement le courage à se risquer dans une démarche officieuse qui aurait pu devenir publique par une fuite journalistique ou autres.

Mais alors, ne peut-on derrière la victime du viol, pardonnez à cet homme? Suspecte cette soif de justice après 32 ans; suspect le fait que personne n'ait pu l'arrêter avant. Nos polices et Interpol sont-elles si inefficaces? Ou bien faut-il y voir un signe de répression supplémentaire? Un exemple pour dénoncer encore une fois les années 68? Et rendre du coup aux conservateurs toute leur hargne coutumière pour détruire les derniers restes d'une époque libératrice?

Les chiens mangent dans la gamelle du chat.

La notoriété de Polanski l'aurait-elle protégé pendant toute ces années? Mais soudain, elle ne servirait plus de bouclier à cet homme? Je n'y crois pas un instant. Il n'y a pas de hasard dans cette arrestation. Il y a un deal psychologique entre la Suisse et l'Amérique à cause de l'affaire UBS. Et au lieu de voir Ospel extradé en Amérique pour y être jugé, y a-t-on préféré expédier un artiste européen purger sa peine des dizaines d'années plus tard?

Du même coup, on fait encore une fois le procès de Mai 68, le procès de la Culture (l'arrestation à Zurich en pleine remise de prix est un affront aux artistes qui étaient tous au courant du lourd passé de Polanski), et on oublie de faire le procès des années folles de la finance et du cynisme.

Maintenant qu'il est trop tard, acceptez l'extradition, Mr Polanski. Ayez le courage d'affronter la justice américaine et examinons tous comment vous allez y être traité. Les artistes européens feront alors un ramdam du diable si on vous jette pour des années et des années dans une cellule. Les êtres libres n'ont pas à laisser les courants conservateurs exercés leur répression et leur intimidation sur les mouvements culturels.

 

 

picture0699.jpg

 

Ceci n'est pas un viol

 

 

 

 

08:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (14)