21/07/2009

Rock'n'roll pour la lune

Est-ce que les sons

sonnent pareils en apesanteur?

 

Pourquoi des astronautes musiciens

n'ont-ils jamais pris leurs guitares

en fusée?

 

Une symphonie en navette spatiale,

cela donnerait-il une autre musique?

 

Lire un poème de Rimbaud depuis l'espace

en portant ses yeux sur la planète bleu

donne-t-il une nouvelle dimension

à l'écriture de l'univers?

 

Des artistes dans l'espace et

la face du monde en sera changée.

 

La voile solaire plantée sur la lune en 1969

est le symbole de paix d'une armistice universelle

offerte aux êtres humains de bonne volonté.

 

picture042_55.jpg

 

Un rock lunaire pour Woodstock

 

10:58 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

18/07/2009

Dans la ceinture d'Andromède

Tu te laisses entraîner sur le retour

avec mes vieux routards de jours

qui s'en vont et reviennent bouleversés

bouleversant ton métronome affolé

s'affolant sur le miroir argenté du Gange

posé sous ta lune au duvet de mésange

 

Pourquoi si peu de longs échanges

entre nos intrigantes gueules d'anges

ô toi ma môme imitant les petites anguilles

sous la roche des filles en talons aiguilles

affalées sur les vieux polissons de rocailles

trompant au bar leurs amours leurs batailles

 

Nos peintures érotiques filmées

au goût d'une aventure inventée

donnent-elles l'impression irréelle

d'images volées à la nuit trop belle

pour avoir un jour posé l'érectile fusée

d'amour à ton inaccessible lune rusée?

 

O splendide désolation!

Pour s'inventer cette fantastique vie d'évadés

il fallait avoir l'air bête de beaucoup voyager

et chevaucher de belles montures d'équitation

 

 

 

picture024_2222.JPG

Le ciel lumineux traversant ses yeux gris noisette.

Le cinq étoiles d'Andromède en wagon-couchette.

 

picture024_2222222.JPG

 

L'effeuillage usé d'une lune chevelue.

Du cul, du nu, du cru, du bien attendu.

 

picture024_222222.JPG

 

Un palmier au code postal d'Honolulu.

Du vécu, de l'écu, et des l'eusses-tu cru.

 

picture024_22222.JPG

 

Elle enflamme Persée, aguicheuse de son sexe fort

tendu à bout portant au touchant expert de son port.

 

picture039_77.jpg

 

Persée, qu'elle installe empressé sous sa ville

balnéaire posée entre ses roulements à billes.

 

picture039_77777.jpg

 

Elle abuse gracieusement de sa roulette russe

en jouant à chat perché sur son arbre de vénus.

 

picture039_7777.jpg

 

Cartouches lumineuses à sa ceinture

elle croque la pomme jusqu'à l'épure.

 

picture039_777.jpg

 

En géométrie polissonne descriptive,

son espace gelé, splendeurs émotives,

 

picture0422_3333333.jpg

 

se consument d'habiles imaginations

pour trouver la quatrième dimension.

 

picture024_222.JPG

 

Elle rejoint souvent sa constellation d'Orion

et celle de ses torrides Centaures champions.

 

picture0088_44.44jpg.jpg

 

Proxima, Maxima, Athletissima

Le fruit d'Eve fendue a cappella.

 

picture0088_44.444jpg.jpg

 

Parfois, coquine, elle délaisse leurs sonores instruments

en faisant vibrer seule son joli soprano, tout doucement.

 

picture0088_44.jpg

 

Marées de nuits blanches aux aquatiques enchantements

avant les sèches décrues et leurs tristes désenchantements,

 

picture0422_33333.jpg

 

Andromède garde Persée dans son coeur,

sa flèche d'amour, et ses bonnes liqueurs.

 

picture008_44.jpg

 

Tendre Persée vivant dans son intime horoscope

qu'elle rejoint pour prendre son doux télescope

 

picture042_333.jpg

 

17 juillet 2009

(en souvenir du 21 juillet 1969

et de nos années érotiques)

 

160620070411.jpg

 

Champagne pour tous les astronautes en orbite!

Noroc!

 

picture008_55.jpg

 

 

Buzz Tournesol à la recherche d'Andromède

« Parti la chercher à l'Est,

il est revenu complètement à l'Ouest »

tiré du rapport top secret de la NASA

« The ultimate exploration »

 

17:12 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (4)

16/07/2009

Talibanisme à la sauce occidentale

Personne n'aime l'idéologie talibane dans nos contrées. L'enfermement des femmes derrière une burqa, la loi des hommes, la domination des épouses, tout cela nous semble rebutant et d'un autre âge.

Seulement voilà. Il suffit qu'un petit mec monte sur scène et chante « sale pute » et qu'une petite môme déboussolée nous la joue « ablation de tes couilles » jeté à la face du copain adultérin, pour que nous ressemblions tout soudain aux mêmes intégristes des vallées montagneuses d'Afghanistan....

Et voilà les artistes qui défendent la liberté d'expression. Pourquoi pas la liberté d'extermination? Mais oui. On peut tout dire quand on est en plein dépit amoureux. Cela arrive à toutes et à tous d'avoir traité de « gros salaud » ou de « sale pute » sa douce moitié quand tout partait en couilles... De là à en faire des chansons à boire dans des fêtes, on peut préférer nettement Brel, Brassens, Ferré

dans le texte et la chanson quand il est question de femmes aux moeurs légères. Et nouveauté féministe, les femmes à leur tour s'amusent à la haine plutôt qu'à la douceur, la douleur d'aimer des mecs qui ne les méritent pas forcément.

Je me rappelle d'une jolie chanson à propos d'une fille pas très fidèle à son mec. Elle s'appelle « j't'aime bien Lili ». L'auteur? Philippe Châtel, un chanteur poète des années 70. Dites les radios officielles et locales, vous ne pourriez pas la passer quelques fois sur les ondes, cette chanson magique, afin de remettre en place pas mal d'idées franchement déplacées, nauséeuses, dégueu, et vomitives...

Les artistes, réveillez-vous! On ne va quand même pas devenir des talibans occidentaux juste parce que nos moeurs sont relâchées, les repères perdus, les excès très excessifs, et les filles souvent paumées et guidées par des maîtresses spirituelles qui ont pour nom Paris Hilton et autres gentes demoiselles pas très portées sur la fidélité affective mais très active dans la trash culture. Pour les mecs, j'utilise mon droit de réserve. Je n'aime pas le machisme. Mais si je dis ça à une fille, je crois qu'elle court aussitôt se réfugier dans les bras d'un macho. Alors j'aime bien jouer un peu au macho pour avoir l'espoir de garder une fille dans ma vie. Assez tordu, je consens. Mais est-ce bien de ma faute si ce monde est totalement à la masse.

« Je ne tiens plus ma droite, je ne tiens plus la gauche. Je vais n'importe où... » un grand poète érotique qui avait perdu le Nord en se dirigeant vers le Sud...

 

picture040_4444.jpg

 

j'apprends les quatre nages

courant derrière sa jolie nage papillon

je suis un dauphin en voyage

pour retrouver mon coquillage polisson

 

 

picture040_444.JPG

 

 

15:43 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

14/07/2009

La guitare rouge et le rat de bibliothèque

Ainsi va la vie. Aux dernières nouvelles, une boîte à strip-tease s'appelle une bibliothèque selon l'Evangile des saintes filles (expériences vécues, elles ont toutes, filles de l'Est, Sud Américaines, ou Africaines, au moins une Bible et un pendentif christique dans leurs chambres de passe). Ces demoiselles étudieraient désormais la philosophie pratique. Elles y découvriraient des livres, des romans d'hommes vivants, ou à moitié mort, ou carrément mort-vivant. Sur le rayon des étagères, à côté de vieilles reliques religieusement et dispendieusement entretenues, des couvertures neuves, tape-à-l'oeil, attrapes-nigaudes, pompeuses, étranges, ou carrément indigestes. L'inverse, l'homme visiteur de livres fermés ou s'ouvrant au gré des humeurs de ces dames étant aussi envisageable, il est difficile d'y retrouver son latin en République des Filles et d'y lire sous les pages, la plage paradisiaque de l'été prochain et des années suivantes. En ce milieu, aucun homme ne dépasse la frontière du flou de ses sentiments, aucune femme ne peut se dire amoureuse désintéressée. Mais tous s'y amuse en feux d'artifices et de joie pour oublier leurs existences trop bien rangées, minables, ou même carrément ratées. La pléiade de filles échangeant gars et galipettes dans « les séparés » plus rapidement que l'achat de cucurbitacées à l'étal d'un marché romain, bien malin qui méritera le prix des Goncourt en littérature érotique...

 

Le livre, cela a un prix. Dans le cas précis, ce serait plutôt les filles qui auraient obtenu un prix de consolation à la lecture. Quant à ces messieurs, pauvres rats de bibliothèque, que valent-ils donc en dehors de l'épaisseur de leurs porte-monnaies? Dans certains cas désespérés, il y a des livres qui tombent des étagères montées sur escarpins à talons vertigineux ainsi que des mains expertes de lectrices dissipées tournant les pages rapidement, aussi cruelles avec les bouquetins que peu enclines à pratiquer l'autocritique de leurs moyens discutables de subsistance. Avec « la Guitare rouge et le Rat de bibliothèque » s'achève la cinquième année (la sixième pour elle. On n'est pas d'accord sur le nombre d'année, ndlr) d'une expérience originale qui n'a pas connu de succès populaire à ce jour. Et pour cause. La perpétuelle perte d'un amour n'est jamais plus injuste que lorsqu'on s'est battu comme un fou pour le garder au chaud près de soi. A la pompe, le pétrole Tamoil coûte de plus en plus cher. Les tamtams de la démocratie résonne sur le sable libyen comme un cri d'humanité indispensable au sauvetage de la race humaine.

 

Je bois la tasse de chocolat avec toi, Milky. Il me fallait plus que de l'Ovomaltine pour garder le mental d'un champion sportif et croire qu'un jour j'aurais enfin la chance de gagner non seulement ton ticket d'amour mais aussi ta première place à mes côtés sur le podium de notre couple. J'aurais préféré les ambiances tropicales durables à nos rencontres sporadiques sous des températures polaires fixées à dates variables pour tenter d'enrayer notre frigide solitude. Mais comme au jeu de l'art je n'ai pas eu la chance de gagner le gros lot, je n'ai pas su décrocher ton coeur et l'éloigner définitivement de ta vie excitante de façade...

 

De toi, me restera toujours ta Guitare Rouge que tu m'a offerte à prix de luxe comme muse inspiratrice de ma culture. Face qu'un jour le succès que tu attends arrive. Ainsi je ne serai pas éternellement le « vieux » au nouveau matricule 50 qui n'a pas su te garder pour cause de vie minable, de philosophie inutile, de paroles de vieux gaga, de morale de couple traitée par-dessous la jambe par une fille grisée devant la richesse de tant de capitaines, directeurs, managers d'industrie, voir princes arabes, qui te font la cour et te lâchent sitôt satisfaction obtenue... ou de ces beaux gosses de plages qui s'allument et s'éteignent comme des lampions de foire une fois retombée les effluves de sexe et d'alcool assouvies.

 

Nous sommes le 14 juillet 2009, à Cap Kadaphy en Libye, au départ pour la planète Mars. La révolution des poètes est en marche. Ton dernier sms reçu de l'espace Telecom en date du 13 juillet mentionne, en dehors de tes pleurnicheries financières habituelles:

 

« J'espère qu'un jour on va gagner. Je crois en toi depuis six ans alors il faut aussi que tu crois en moi pour la victoire. »

 

Five, four, three, two, one. Fire! L'aventure martienne a commencé. Amies lectrices, amis lecteurs, pensez-vous que cette fille bizarre est une envoyée de Mars afin d'éclairer les diatribes despotiques du Roi des Rois du désert?

 

2101112.JPG

 

Démantèlement d'une bibliothèque suisse

 

 

 

145.jpg

 

Réseau d'espionnage en librairie

 

 

1409jpg.JPG

 

Casse terroriste à la station Tamoil

 

 

140920jpg.JPG

 

Safe sex contrôle

 

 

14509001.JPG

 

Million Dollar Baby

 

 

14509002.JPG

 

Michael Jackson remember

 

 

145090001121.GIF

 

Queen of Cap Kadaphy

 

 

1444.JPG

 

« Ultra-secret Radioactiv Rocket Girl »

Fille Bastille mise en orbite dans le désert de Libye

en cadeau diplomatique de la Suisse à Mister King

 

 

145090001122.GIF

 

Democraty 1789 Victory

 

2101122.JPG


Le livret interdit codé à dix chiffres

 

08:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

12/07/2009

Entre début et fin des illusions

Quand l'amour ne peut pas se passer de biens matériels, il prend une étrange gueule de vénalité. Quand il s'en passe, il se métamorphose en une étrange couleur spectrale fleur bleue. Et si, logique moderne, la relation amoureuse se construisait d'abord sur la création de valeurs mises en commun faisant prospérer l'entreprise « Couple » plutôt que sur l'attente vaine que l'autre puisse nous satisfaire prioritairement de nos exigences personnelles? Vieille ritournelle que beaucoup de jeunes filles ignorent aujourd'hui, préférant leur liberté en variant les plaisirs masculins tout en espérant les sponsors fidèles et officiels qui ouvriront généreusement leurs comptes en banque pour entretenir les demoiselles en question. Paris Hilton, ou l'art putassier d'une demoiselle d'honneur, a bien réussi son coup publicitaire auprès des jeunes femmes actuelles mais comme tous les joueurs du jeu de cette pyramide, peu d'élues au sommet pour profiter longtemps de cette vie d'ivresse et de traîtrise. Et aussi jamais d'élu à motivation amoureuse durable n'habitera pour la vie le coeur de ces petites filles à papa... bernées par des néocapitalistes qui jouissent sans vergogne de leurs jolis corps. L'escroquerie amoureuse n'est pas un road movie. Elle peut durer vingt ans mais un jour, un fait banal fera tomber la pyramide des demoiselles d'honneur...

 

 

picture0566.jpg

 

Au temps des débuts,

il y a cinq ans,

mon fils pose avec elle.

 

 

picture039_2.2jpg.jpg

 

Au temps des fausses réalités:

mon fils se fait l'image d'un père qui flambe

son existence pour accéder

à des parties de jambes en l'air avec elle.

 

 

picture02444.JPG

 

Ensemble, on boit dans la tasse de Van Gogh

qu'elle m'a offert juste avant de partir.

 

 

picture00333.JPG

 

Entre cuisine et salle de bain I

 

 

picture003331.JPG

 

Entre cuisine et salle de bain II

 

 

picture0033333.JPG

 

Entre cuisine et salle de bain III

 

 

picture01345.JPG

 

Entre cuisine et salle de bain IV

 

vue du salon,

te sentir là en chatte persane de maison,

présente dans ma vie,

simplement pour de vrai, présente dans ma vie.

 

mais déraisonnable passe l'heure

maudite pour toi de vibrer vers l'ailleurs.

 

te croire pour de vrai m'aimer

survivante à l'ivresse de tes nuits d'étoile

puis te voir soudain t'envoler

et ne jamais oser prendre la grande voile

de notre amour routier.

 

O courtisane!

n'attends pas que ta jolie fleur se fane.

 

docteur experte du tarif en amour

ne veux-tu pas descendre de ta chaire

pour enfin t'agripper à mes chairs

et sur nos terres fertiles y faire nos grands labours?

 

dans les blés d'été, j'observe ta chevelure d'or

ondulée comme celle d'un ange de Machador.

 

à Collioure coule ta rivière amoureuse

et mon sang poursuit pulsion par pulsion

tes mille et une nuits dans ton dédale de passions.

 

 

picture0100.jpg

 

Ma star à l'affiche publique dans:

"La Folle nuit des Vampires de l'aube"

 

 

picture040_22.jpg

 

Sortie de l'actrice 1

 

 

picture0399_5.jpg

 

Sortie de l'actrice 2

 

21:07 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)