23/05/2009

Solar Girl

Variations photovoltaïques en quatre étapes

(“la méthode Diva”, copyright réservé )

 

picture020.jpg

 

« Transmission de pensée »

 

picture053_1.jpg

 

« Coup de foudre »

 

picture003.jpg

 

« Insolation fatale »

 

picture058.jpg

 

« Amoureux de la Diva »

 

P.S. Le soleil et la lune appartiennent à tout le monde. Mais il y a des êtres humains qui savent mieux exploiter durablement et respectueusement le soleil et la lune.

 

06:53 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les trois pyramides de Solar Girl

picture042.jpg

 

Pyramide de Bucarest

 

picture044.jpg

 

Pyramide de Madrid

 

picture051_3.jpg

 

Pyramide de Berne

 

P.S. Dans pyramide il y a pire amide, composé organique dérivant de l'ammoniac. Attention, chers jeunes amis de l'UDC, l'évolution pourrait bien vous jouer des tours et prendre des options assez bizarres à vos yeux. Prévoyez les lunettes solaires pour les éclipses d'intelligence dont nous sommes malheureusement tous généreusement pourvues.

 

06:47 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

21/05/2009

Aux Origines de la sexualité, le ruban blanc

 

picture056_1.jpg

« Aux Origines de la sexualité » I

 

une fille sans un garçon,

c'est un soyeux limaçon

 

un garçon sans une fille,

c'est un rugueux gorille

 

 

picture040_2.jpg

 

« Aux origines de la sexualité » II

 

une fille et un garçon ensemble,

c'est un banc d'essai très polisson

qui fraient parmi les bancs de poissons

 

un peintre qui te ressemble,

c'est un garçon et une fille

qui sauvent le monde des griffes de l'interdit

 

 

picture039_2.jpg

 

« Aux Origines de la sexualité » III

 

La politique sans la sexualité, c'est une forme d'hypocrisie permanente qui cache la vérité. La culture sans la sexualité, c'est un Walt Disney noir et blanc avec ses bons et ses méchants. La spiritualité sans la sexualité, c'est un ciel abstrait qui n'a jamais connu la vraie vie et qui tue le naturel.

 

Le scandale n'est pas dans la sexualité. Le scandale est dans l'absence de sexualité (se référer au film de Michael Haneke, le ruban blanc). Changer le monde, c'est aussi changer en permanence notre vision de la sexualité.

 

22:12 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Adolescence, amours, et poésie

La profondeur des sentiments existent toujours chez les ados malgré Internet. C'est une nouvelle que les parents savaient déjà. Mais Temps Présent a bien fait d'en parler.

 

La naïveté des ados est proportionnelle à leur cruauté. Ils s'aiment, se déchirent pour des broutilles ou des choses plus graves, rêvent à deux de plages et de cocotiers. Puis arrive déjà le temps de la rupture.

 

Ils sont romantiques mais pas tant que ça. Déjà réalistes pour certains. La fidélité du coeur avant la fidélité des corps pour quelques-uns. Mais tous, toujours à la recherche du grand amour de leur vie.

 

Messagerie rose

dans le ciel gris de ses yeux

somptueuse fleur bleue

que le garçon arc-en-ciel arrose

de son regard vert amoureux

pousse dans l'attente jaune charnelle

du grand amour rouge émotionnel

 

 

 

 

22:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Sexe et culpabilité, le sucre brut de Cannes

Pour faire de la caïpirhina, il vous faut de la cachaça, du sucre de canne et de la limonade. Si vous ajoutez de la menthe et un zeste de tabasco, vous obtenez le « lemonada movida » de Cannes 2009. Il y a du trouble et du dérangement amoureux dans les oeuvres présentées cette année.

 

picture039_1.jpg

 

Jeune homme de Cuba

 

Cela nous renvoie à nos propres tourments. Le pornogate jurassien, où des employés d'Etat ont surfé sur des milliers de sites coquins pendant des heures incalculables pour la paix fiscale tellement cela paraît indécent mis en rapport aux salaires versés aux personnes concernés, vient nous dire combien notre époque est bouleversée par l'intrusion de la pornographie sur l'Internet. 80% des clics sur ce moyen technologique concerne des sites pornos!

 

picture051_2.jpg

 

Jeune fille de Cuba

 

Alors on peut critiquer Lars von Trier ou Almodòvar comme on veut. La culpabilité, la traque de la vérité, la violence conjugale, la haine, le dégoût, l'envie de mutilations ou d'automutilation, voir le désir de meurtre ou de suicide suite à des coucheries extraconjugales, concernent tout le monde qui vit une relation sentimentale profonde ayant un axe sexuel développé et enrichissant.

 

Je crois que les premiers jugements de certains journalistes sur certaines oeuvres présentées risquent d'être revisités dans le futur. Pedro et Lars touchent là où ça nous fait mal, là où cela blesse notre âme sensible d'amoureux romantique.

 

Comment concilier notre liberté, notre désir d'images fortes et multiples, notre attirance pour les expériences d'un soir, avec notre grand amour qui nous accompagne à chaque pas dans la vie de tous les jours?

 

La question est posée, et elle n'est pas prête d'être refermée.

 

picture040_1.jpg

 

« Mea Culpa »

Qu'as-tu fait de coupable, jeune homme?

Quel métier exerces-tu, jeune fille?

 

 

14:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)