16/05/2009

Sept péchés capitaux ou sept moteurs cardinaux?

Dans le Temps de ce samedi, Sylvie Arsever revient sur les sept péchés capitaux selon la religion chrétienne. Rappelons ici que dans les religions asiatiques ou animistes cette notion de péché n'existe pas sous cette forme culpabilisante.

 

Quand l'Eglise revient sur les péchés pendant l'Histoire, c'est souvent pour rappeler le peuple à sa soumission d'office à l'autorité du roi ou à ses instances dirigeantes. Car à la Cour de sa divine Majesté, le roi offre les agapes à brassées d'argent puisé dans les poches du contribuable. La luxure, la gourmandise, l'envie, l'orgueil, l'acédie, et la colère y font très bon ménage même parmi tous les cardinaux Richelieu que la Chrétienté ait compté. Combien de guerres stupides déclenchés par de grands ou petits seigneurs? Combien de filles troussées et violées sur l'autel du droit de cuissage de ces messieurs distingués? Combien de duchesses vautrées dans les salons rouges attendant de se faire honorer par moult courtisans? En écrivant ainsi, je n'ai pas forcément l'impression de parler de choses ayant existé au Moyen-Age mais bien aujourd'hui. Le Royaume Unis, combien de privilèges, Monsieur Gordon Brown?

 

Chère Sylvie, si j'ose le chère, je ne peux personnellement plus accepter aussi facilement les notions vaticanesques du mal qui me semblent d'une grotesque hypocrisie à l'aune de ce que les puissants de cette Terre nous montrent, démocratie ou pas. Est-ce qu'un ascète absolu est plus près de Dieu et des humains qu'un Saint François d'Assise qui a vécu sa vie en homme amoureux, par exemple? On peut passer des instants orgiaques sans être un monstre de luxure. On peut manger un grand repas sans passer pour un porc qui se goinfre, on peut avoir une grosse colère pour quelque chose de vraiment sérieux qui nous blesse sans passer pour un horrible colérique. Tout est dans la mesure et la répétition du « péché ».

 

C'est pourquoi je préfère nettement parler des sept moteurs cardinaux de l'existence plutôt que des sept péchés capitaux de l'inexistence. Car quand on se sent coupable de tout, on se cache, on disparaît soit à soi-même soit, plus grave encore, aux autres en commettant parfois des horreurs sans nom. Le cas Fritzel, pour ne parler que de lui, fait partie de ces horreurs tant redoutées par la société. Pour vivre le bonheur et l'harmonie, il faut s'accepter avec son corps, son esprit, et son coeur en pratiquant l'autocritique et l'humour sur soi-même pour éviter l'effet loupe de nos jolis travers et vices gourmets.

 

Changeons la manière de suivre et de parler de la voie spirituelle chrétienne. Après, je me sentirai plus à l'aise avec le Vatican et la plupart de ses représentants qui ont trop souvent soutenus les forts, coupables de bien des crimes, en les anoblissant du signe de Dieu tout en réduisant la masse pieuse du peuple en mécréants de bas étages. La bourgeoisie dégénérée a beau dire. Nous la croirons quand les faits et gestes seront là devant nos yeux. Et je n'écris pas cela pour vous, chère Sylvie, car je crois à votre sainteté... comme à celle de très nombreux journalistes. Mais là-dessus, très peu de gens du quartier me suivent et on plutôt tendance à donner de mauvais points aux journalistes.

 

16:04 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Bijou, caillou, chou, genou, hibou, pou, ripou

picture048_2.jpg

 

picture039_1.jpg

 

picture052.jpg

 

picture049.jpg

 

picture040_1.jpg

Tu seras un homme, mon fils.

A toi d'honorer la vie sous toutes ses formes.

16:01 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Le hibou de la grotte de Chauvet

 

picture048_1.jpg

 

je survis depuis trente mille ans

je suis ton premier héritage pictural

je te regarde dans la nuit blanche, glaciale

je suis ton radar, ton sonné sonar

 

picture040.jpg

 

je suis ta page libre et blanche

écrite de mon sang bleu rouge

un oiseau vert de nuit

qui te regarde droit dans les yeux

 

picture029_3.jpg

 

sur la cible, tu es l'as de mon coeur

qui nique pour un monde d'amour

sur la cible, je suis l'as de ton coeur

visitant le hibou dans sa grotte d'amour.

 

L'Internet est notre grotte moderne universelle

qui nous unit dans la fraternité et l'éternité

pour combattre nos peurs, nos fantômes et nos démons.

 

L'empreinte de la main humaine trouvée

dans la grotte de Chauvet

devient ainsi notre première trace d'artiste

luttant pour survivre à ses peurs.

 

L'emprunte humaine va de pair

avec l'empreinte écologique.

La pollution des idéologies,

les génocides, les guerres,

les viols, les meurtres,

sont comparables aux grandes dévastations naturelles

provoquées par la main de l'homme.

 

Etre pour le développement durable,

c'est aussi être et vivre pour l'humanité durable.

 

Quarante ans après Woodstock,

les hippies sont devenus des êtres responsables

pleinement dignes de leur destinée.

 

08:58 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

14/05/2009

Composition strings du dieu Walalala

D'abord exista le chaos qui précéda le big bang. Walala ne se montrait pas dans les médias. Il nageait parmi les string des sirènes. Personne ne voulait entendre parler de lui.

 

picture021_2.jpg

 

le chaos originel de Walala

d'un train à un autre train;

d'une gare à une autre gare.

Walala nageait de sirène en sirène

 

Walala institua ensuite l'Ordre des Strings pour réussir à canaliser sa dépendance aux porteuses de strings. Il découvrit alors la face de bouc mythologique du dieu érotique.

 

picture008_5.jpg

 

Walala rassemble les strings

et les organise pour créer le spray orgasmique.

La Princesse de Séçonges lui prête

son matériel de construction.

 

Walala devient alors un artiste reconnu grâce à la Princesse de Séçonges

 

picture027_2.jpg

 

La Princesse de Séçonges

La femme miraculeuse

qui sauve Walala d'une mort peu honorable

pour le ressusciter en artiste mémorable

 

 

 

17:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

L'orgasme, un plaisir à haute tension énergétique

L'intelligence est-elle nécessaire à l'orgasme? Peut-être. Mais alors il s'agit d'une intelligence émotionnelle qui circule entre deux êtres qui s'attirent mutuellement.

 

L'intelligence est indispensable pour enlever les inhibitions dues à l'éducation et la socialisation. Elle n'est pas indispensable, ou en tout cas pas dans le moment passionnel.

 

Des êtres pas forcément doués d'une intelligence exceptionnelle connaissent de formidables orgasmes. Le lien fantasmatique qui unit deux ou plusieurs êtres dans une relation sexuelle est plus important que le lien d'intelligence.

 

Cependant l'intelligence intervient de manière prioritaire chez les êtres très intelligents. Sans ce lien à l'intelligence, chez les femmes essentiellement, les personnes concernées ne parviendront pas à prendre un vrai plaisir avec un autre homme ou une autre femme. Pour ces êtres-là, l'exigence d'être dans un moment de disponibilité totale à l'autre est primordial. Ce sont la plupart du temps des femmes sûres d'elles qui effectivement parviennent très vite à l'orgasme, ce qui surprend plus d'un homme. De plus, elles gardent un contrôle diffus permanent sur leurs faits et gestes tout en s'abandonnant totalement à l'acte amoureux. Ce sont des femmes qui parviennent très bien à se satisfaire seules sans forcément partager avec un partenaire une relation d'abord de nature narcissique avant d'être reliée à l'autre.

 

Nous avons encore beaucoup à apprendre de la fonction orgasmique dans le développement et l'ouverture du cerveau à son monde environnemental. Le dogmatisme outrancier serait-il dû à un manque de satisfaction orgasmique? L'anarchisme décadent serait-il le constituant d'une sexualité infantile et peu portée sur l'exploration de l'univers? Pourquoi des êtres humains apprécient les représentations sexuelles et la sexualité sous toutes ses formes alors que d'autres les abhorrent jusqu'à la haine?

 

L'orgasme est un lieu de laboratoire a lui tout seul. Et comme chaque orgasme est unique à chaque être humain, les pistes d'exploration sont aussi nombreuses que les interrogations.

 

picture008_4.jpg

 

« ABCD » , détail, de Raoul Hausmann (1886 – 1971)

 

15:03 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)