07/05/2009

Bouquet éditorial, la presse internationale doit s'unir

La presse est en danger de faillite. Si la presse est en danger, la démocratie est en danger. Il est temps de renoncer à la gratuité tout en n'indisposant pas les lecteurs.

 

Pourquoi les médias ne s'inspiraient pas du réseau câblé de la télévision pour récolter un abonnement général payable trimestriellement par CCP, virement bancaire ou directement par l'Internet.? Plusieurs grands groupes de presse réunis proposeraient tous leurs journaux et revues, nationaux et extranationaux, avec un catalogue complet de l'offre. Ensuite, ces groupes se partageraient les revenus de l'abonnement en fonction d'une grille de répartition qui tiendrait compte du tirage au numéro sur papier et de la fréquentation sur le web de chaque journaux et revue, et de son prix papier.

 

Enfin, idée originale, les bloggueurs obtiendrait la gratuité de l'offre web pour autant que leurs blogs soient alimentés régulièrement. Cela permettrait ainsi à de jeunes et moins jeunes d'oser franchir le pas de la liberté d'expression tout en se sentant plus responsables de leurs écrits puisque s'exprimant sur des sites officiels d'échanges publics.

 

Des solutions pas trop chères pour le lectorat et très intéressantes pour la presse existent. Aux journaux d'en créer les conditions cadres qui ne rebuteront pas le porte-monnaie de leurs abonnés habituels.

 

07:24 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

05/05/2009

Joëlle Bouvier, une danseuse dans les étoiles

 

Regardez ce petit bout de femme. C'est une des plus belles histoires d'amour de l'Helvétie actuelle. Et j'ai eu la chance, si je ne suis pas trop gaga, de l'avoir eu comme camarade de classe quand j'étais enfant.

 

De souvenirs, pas beaucoup. Une image plutôt. Une fille aux boutons de rousseur et à la coupe garçon manqué qu'elle a toujours aujourd'hui à cinquante ans. Par contre, quand je lis ce qu'elle raconte aujourd'hui, alors là, j'ai l'impression qu'on a évolué sur des chemins parallèles, en des lieux de villégiature artistique commun et pourtant si différents. Elle danse, proche de la perfection. J'écris, en boitant. Mais parfois, je crois que je danse aussi.

 

Chère Joëlle, en souvenir de pas de souvenirs précis, je vous envoie un pas de danse obsédé par l'amour.

 

picture008.jpg

 

Si la lune était femme

les marées seraient alors des jouissances

avec leurs flux et reflux en cadence

 

17:16 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Iles solaires, Solar Island, projet mondial et durable

Il est temps que nos politiciens suisses se réveillent, que notre Gouvernement se déplace avec ses banquiers et ses entrepreneurs en direction de l'Amérique. Cela serait certainement beaucoup plus judicieux que de faire des courbettes à la Chine, même si la diplomatie entretenue avec cette puissance mondiale doit être aussi maintenue.

 

Nous avons en Suisse, des dizaines, voir des centaines ou des milliers de génies du développement durables qui travaillent d' arrache-pied pour trouver des solutions mondiales à nos nécessités énergétiques. En particulier, le CSEM de Neuchâtel qui oeuvre sur des projets extraordinaires.

 

Les îles solaires vont très rapidement pouvoir remplacer les centrales nucléaires dans le monde! Et cela est écrit presque en catimini dans des journaux sérieux comme le Temps. Et pourtant, quels pas gigantesques ont été accompli en direction d'une énergie propre et renouvelable!

 

Des start-up comme Nolaris, Solarcool installées dans le Technopark de Zurich n'attendent plus que des fonds d'investissements pour se développer à vitesse grand V.

 

Soyons concrets. Parlons retour sur investissement. Une île solaire de 500 mètres de diamètre, soit pas plus de terrain qu'une centrale nucléaire avec son pourtour de sécurité, pourrait déjà produire 10% de l'énergie d'une centrale nucléaire classique pour un coût global de 90 millions de dollars. Soit environ 1 milliard de dollars pour un rendement à 110% pour 10 îles solaires. Soit nettement moins cher et nettement moins polluant qu'une centrale nucléaire!

 

Bon dieu! Que notre gouvernement fonce. Envoie ses messagers auprès d'Obama, pousse nos banques, en particulier l'UBS, vers les bonnes directions d'investissements. Plus que jamais il faut laisser le monde occidental se développer grâce au libre échange et à un parapluie fiscal qui protège toutes les nouvelles technologies susceptibles de révolutionner nos façon de consommer et de produire.

 

Monsieur Obama, utilisez plutôt la TVA pour trouver de nouveaux impôts, n'épargnez pas trop les entreprises qui sont à terme condamnées à mourir, ou à se transformer ou à être marginalisées. Le pétrole n'est plus l'avenir de l'humanité sauf en marge des nouvelles énergies, comme le nucléaire aussi.

 

Y a-t-il assez de volonté humaine et démocratique pour faire sauter le verrou des lobbies pétroliers et nucléaires? C'est le défi que les sociétés civiles occidentales doivent relever au plus vite

 

17:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

04/05/2009

Pardonnez aux filles

Elles sont chieuses et dépensières, pètent un câble ou sautent d'humeur comme de string en passant du nirvana amoureux à la glace polaire, vous demandent des choses qu'elles savent impossibles d'obtenir.

 

Qui, elles? Les filles, bien sûr. Même la fièvre A (A pour acheteuse) de ces dames serait due aux hormones et aux cycles menstruels.

 

Mais je vous le dis en vérité. Pardonnez aux filles. Sans elles, plus de jolies petits ventres aux rondeurs magiques sur les plages, plus de belles jambes télescopiques montées sur leurs escarpins, plus de regards solaires qui pendant les semaines de pluie et de mousson, vous font mousser votre virilité comme du houblon de Cocagne.

 

Mais plus que du poil, du bidonnant, du musculeux, du brut, du guttural, du singe. Soit nous, hommes de tous milieux et de toutes conditions. Que la planète serait plus déprimante sans les magiciennes descendues de Vénus.

 

picture046.jpg

 

 

 

15:06 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Première image de Bernard Haller vue du paradis

 

picture037.jpg

picture037.jpg
picture037.jpg

 

Première image de Bernard Haller vue du paradis

« Les enfants, A est la première lettre de la fièvre d'Amour,

pas de la grippe porcine. Dites maintenant AAAAtchoum! »

 

Nos défunts nous enseignent à travers l'art. C'est l'art qui nous donne sens à l'existence et qui nous fait vivre par delà le Royaume des Morts. La religion est un art spirituel très structuré qui nous conforte et nous fige parfois dans l'enfance de nos certitudes. L'intolérance aux autres qui peut en découler détruit ce qui est appelé à advenir à travers une sorte d'avortement tragique de la vie naissante. S'ensuit alors une sorte d'apocalypse négative plutôt que constructive dans l'esprit des populations touchées par les dogmes.

 

Le terrorisme islamique, par exemple, est en pleine phase d'apocalypse négative à la suite de son sentiment de supériorité par rapport à l'Occident désordonné selon sa vision coranique très rétrograde qui se réfère sans cesse au passé et absolument pas au possible devenir des populations nouvelles et de leur développement technologique. La science nous enseigne d'abord que nos certitudes ne peuvent être que provisoires et incertaines. La science est à la fois destructrice de croyances et bâtisseuses de nouveaux rêves. En cela, elle rejoint la métaphysique qui sans cesse doit renouveler l'éthique de nos humanités et se positionner pour distinguer au mieux la part de Bien et de Mal dans la recherche de nos connaissances humaines et scientifiques.

 

15:01 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)