26/04/2009

Match Iran–Occident. Religieuses apeurées contre vierges effarouchées

picture029.jpg

 

Des clowns et "Hitler" à Durban II;

manquaient la chauve-souris Batman

et les Temps modernes de Charlie Chaplin.

 

Le monde moderne n'est pas raciste. Il est fasciste, rempli de préjugés nés sur les décombres de nos traumatismes réciproques et de nos traditions ancestrales.

 

Le match Iran–Occident devait avoir lieu. Personne, sauf à être ivre de victoire absolue, n'a jamais pensé que la fin de la partie avait été sifflée en 1945, à la sortie de la deuxième guerre mondiale. L'Histoire ne finit pas, ne finira pas, sauf avec une éventuelle et dramatique disparition de l'Humanité.

 

On peut être horrifié des propos tenus par le Président iranien. Horrifié par son radicalisme sans nuances. Horrifié aussi dans le sens où ce qu'on croyait être une vertu occidentale, la lutte contre le racisme et l'antisémitisme, devient un vice sous l'œil oriental. Israël raciste!? Mais pensez donc! Quelle honte pour ce Président iranien fasciste qui se permet de traiter Israël de raciste.

 

Ce n'est pas si simple. Ni dans un sens, ni dans l'autre. Israël heurte les opinions publiques du monde entier par sa politique d'apartheid, les assassinats et les guerres planifiés qu'elle entretient au Proche-Orient depuis des décennies. Les Etats arabes et les Palestiniens, de leurs côtés, n'ont jamais rien fait de très positif et de décisif, si ce n'est l'Egypte d'Anouar el Sadate, pour donner une chance aux Juifs d'Israël de se comporter de manière moins fasciste avec leur importante minorité arabe habitant cette poudrière du monde.

 

fasciste: "qui manifeste une autorité arbitraire (tombée des décisions des vainqueurs de la fin de la deuxième guerre mondiale), dictatoriale (on n'a jamais demandé l'avis de la population palestinienne en soixante ans!) et violente (armée israélienne, composée et dirigée par la communauté juive exclusivement, omniprésente et possédant la bombe atomique)." Petit Larousse illustré. Il fallait le rappeler pour tenter d'éviter les cris d'orfraie.

 

L'Occident n'a retenu du très mauvais discours du Président iranien (Ahmadinejad devrait s'inspirer d'Obama pour exprimer des choses aussi sérieuses), que sa diatribe qui condamne Israël pour "racisme". Mais est-ce plus grave que de parler d'impérialisme blanc américain, par exemple, ou de moutons noirs pour la Suisse? Je ne crois pas. Le Continent africain reproche aujourd'hui à l'Occident d'avoir été colonialiste et esclavagiste pendant longtemps. Ce qui est vrai. Mais cela n'aurait pas été reconnu il y a encore soixante ans par l'Occident. Est-ce que la France se retire des conférences onusiennes quand un affreux dictateur africain rappelle plus ou moins maladroitement et plein de mauvaise foi haineuse le passé colonial français?

 

J'ai peut-être eu mauvaise ouïe ou acquis, grâce à une culture multidirectionnelle, l'oreille orientale. Mais j'ai voulu retenir du discours du Président iranien, sa volonté ferme (feinte ou sincère?) de ne pas construire de bombe nucléaire et entendu sa demande d'éradiquer sur toute la Terre ce type d'armement. J'ai aussi entendu de sa bouche qu'une paix moderne se construisait avec la diplomatie et les échanges. Entendu également l'appel à un référendum populaire pour toute la population israélienne qu'elle que soit sa religion et ses origines. Racisme de l'Iranien? Ou envie que l'Occident l'aide à se corriger et de corriger pour tout le monde le cours de l'Histoire dans le bon sens?

 

Parce que, dans ce contexte explosif, si les nations occidentales voudraient être vraiment impartial, il faudrait qu'elles écoutent aussi tous les mots du nouveau Premier Ministre israélien (allié à un extrémiste de droite fanatique et fasciste religieux, il faut le rappeler) qui a exigé, avant toute négociation de paix sérieuse avec les Palestiniens, que ces derniers et le monde arabe dans son ensemble reconnaissent qu'Israël est un Etat juif à jamais. Un peu comme si la France de Sarkosy déclarait que la France est un Etat catholique pour toujours, que les protestants n'ont qu'à se taire ou partir comme à la contre Réforme, que les musulmans doivent quitter le territoire pour cause d'incompatibilité de religion, etc. Nos estomacs seraient retournés. Hors rien de tout cela pour Israël. L'impunité absolue et le silence coupable des médias occidentaux paralysés. A cause du poids de l'Holocauste?

 

Alors qui parle ou ne parle pas avec la langue de l'exclusion, chères vierges effarouchées?

 

Quand aux religieuses apeurées, j'aimerais une fois pour toute que les régimes islamiques s'expliquent clairement sur le Verbe de leur religion. Parce que si le Livre sacré de la Foi musulmane est un prétexte à affaiblir, à soumettre, à battre, à violer les épouses, et à poursuivre, chasser, tuer, les femmes et les hommes courageux qui osent s'exprimer en toute liberté pour modifier la vision musulmane sur la cause féminine ou homosexuelle, par exemple, alors je dis qu'Allah n'est pas Amour mais Prison, qu'Allah n'est pas Liberté mais Crime. Et je ne crois pas qu'une grande Civilisation comme l'Orient ait l'envie de transporter avec elle un Dieu aussi phallocrate dans le XXIème siècle. La femme ou l'homosexuel occidental n'est pas toujours bien traitée, certes. Cependant, son rayon d'action et de liberté est certainement incomparable en regard des restrictions et des brutalités commises par les régimes islamiques, ne vous en déplaise Mr Ahmadinedjad.

 

Mahomet vivait avec les femmes. Que les musulmans, tous les musulmans, rendent cet amour à leurs épouses et filles en les respectant dans leurs choix individuels du XXIème siècle. Nous ne sommes plus au Moyen-Age!

 

Après cela, le monde pourra enfin progresser sur un chemin de Paix et d'harmonie retrouvée. La perfection n'est pas de ce monde. Mais ce n'est sûrement pas une raison valable pour offrir la victoire finale au crime fasciste, issu de tous les camps, sans combattre. Durban II a fait de minuscules progrès en égard à l'immense travail que l'humanité doit encore accomplir dans sa marche vers la globalisation.

 

Lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi, de l'aube, de l'aube du deuxième jour. Et si les journalistes essayaient d'avoir un peu plus d'objectivité que nos politiciens et diplomates si faciles à monter sur leurs ergots défensifs dès qu'Israël est attaquée par des personnalités troubles? C'est le rôle de la presse d'ouvrir les cœurs et les esprits. Non?

 

Il a fallu 20 ans de prison à Nelson Mandela pour réussir son deal. La Suisse est attaquée de partout parce qu'elle ne fait pas si faux que ça dans ce monde à la dérive. Elle tente de construire des ponts à multiplicité directionnelle. Il lui faut montrer son courage, sa détermination, et sa démocratie participative. Et ne plus hésiter, se tâter, se fustiger… et reculer devant les grands de ce monde.

 

On ne peut pas aimer tout le monde

disent les gens dans leur petit monde.

 

On ne peut pas lutter pour tout le monde

disent les gens patriotes à travers le monde.

 

On ne peut pas imaginer un autre monde

disent les gens prisonniers de leur monde.

 

Alors la bête immonde

grandit, s'étale et avale tout le monde.

 

Avec la pensée vagabonde

les gens habiterait plus intelligemment le monde.

 

picture048.jpg

 

"La machine à blanchir le fascisme ordinaire"

d'un Président œuvrant contre la liberté

de croyance et la liberté sexuelle.

Passe le savon suisse, les flonflons iraniens,

et le flowers power.

 

17:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

19/04/2009

23 avril, un soutien déterminé aux deux otages du régime libyen

N'oubliez pas, à moins que votre travail ou un rendez-vous important vous retient, de participer à la manifestation genevoise du 23 avril en faveur des deux otages suisses retenus en Libye.

 

Un acte citoyen pour la libération de deux personnes innocentes retenues par un régime autocratique utilisant les voies de la démocratie pour se faire dédommager par la Suisse.

 

A régimes égaux, la procédure pénale des Libyens serait acceptable. Dans la situation actuelle, cette démarche libyenne est une farce qui fait du mal au cœur démocratique. Ne nous laissons pas intimider. Cela n'a rien à voir avec du racisme anti-arabe. Mais tout à voir avec la résistance démocratique face au durcissement de la position dominante et toute puissante libyenne.

 

Monsieur Kadhafi, libérez d'abord les otages! Ensuite, la Suisse pourra étudier sereinement votre plainte.

16:13 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Deux milles ans déjà, Jésus n'est pas revenu

"Le croire suppose du doute. Toute croyance est exposée à démenti et s'offre à correction."

Pierre Gisel

 

Benoît XVI insiste sur la Résurrection du Christ. Alors beaucoup de gens l'attendent et l'attendront encore. En même temps, des gens voient Jésus, qui sur un toast, qui sur un fauteuil, qui sur une barre chocolatée Kit-Kat.

Jésus mène la vie dure à la société de consommation…

 

Je n'aimerais manquer de respect ni au pape ni aux témoins de la Résurrection du Christ. J'aimerais seulement insister sur le fait que lorsque quelqu'un de très cher quitte cette Terre, que cette mort survient à la suite d'une très grande injustice, et qu'aucun média neutre ne peut rivaliser de vérité avec l'interprétation et la douleur des gens intimes ayant côtoyé, aimé, admiré le Christ, il s'ensuit une sorte de catharsis naturelle chez les personnes traumatisées qui auront tendance à embellir sa disparition jusqu'à la retourner en résurrection. Cela en toute sincérité de discours.

 

Plus tard, quand la foi et l'espérance animeront le cœur de nombreuses foules en rapport à la croyance de la Résurrection, il ne sera plus très difficile au pouvoir de récupérer l'icône Jésus en fonction de dogmes qu'ils mettront en place dans l'Institution pour à la fois contrôler les foules et diffuser à celles-ci le fabuleux message biblique.

 

Cela ce serait aussi passé avec le Che Guevara qui, sans la présence médiatique, serait sans doute devenu le nouveau Prophète de la religion communiste. Le Che est récupéré à toutes les sauces sauf celle de la religion. Uniquement grâce à la démocratie qui permet de douter du combat du Che tout en revenant sur son parcours avec des documentaires et des fictions plus ou moins fidèles au personnage. Concernant le Christ, l'Eglise n'aide pas ses fidèles en continuant à prétendre que le Christ était une sorte d'extra-terrestre hors sol tombé du Ciel. Elle n'aide pas le Christ lui-même en le faisant passer pour Dieu se glissant au-dessus des êtres humains. Jésus n'a jamais voulu cette déification. Il a accepté de mourir comme un contestataire qui doutait des autorités religieuses et civiles en place, et cela à côté de deux vrais brigands.

 

Cela dit, rien n'empêche de faire du message du Christ le message d'amour par excellence, un magnifique chant d'espoir et de non-violence, et d'une humanité bouleversante valable pour toute la communauté humaine.

 

Au Vatican d'évoluer vers un discours moins dogmatique et plus centré sur les connaissances et les réalités historiques de l'époque du Christ. Cela pour l'amour du Christ et de sa vérité.

 

Les Evangiles, écrits plusieurs dizaines d'années après les événements, ne nous parlent jamais de la vie de Jésus durant les trente premières années de sa vie, restées anonymes alors que Noël l'annonce comme Roi dès sa naissance. Pourquoi ce silence?

 

Jésus est en fait un anonyme parmi d'autres qui vit en marge de la société en compagnie du petit peuple et des prostituées. Le contexte de l'époque est au messianisme. L'Egypte vient de connaître quelques pharaons qui ont essayé d'imposer un Dieu monothéiste, sans succès. Les sectes pullulent. Les croyances les plus farfelues se répandent. Le terrorisme agite la société. L'argent est roi.

 

Jésus est très intéressé par la spiritualité et les textes sacrés. Il se sent placer devant son destin extraordinaire. Il a des dons de guérisseur et de magnétiseur. Il possède aussi le don d'ubiquité. C'est à lui qu'incombera le poids du basculement vers la croyance en un Dieu unique.

 

Il endosse la tunique. A 30 ans, il se lève et accompli l'œuvre de sa vie. La défiance des prêtres et des autorités est immense. Qui est donc ce petit rabbi sans titre qui vient de la plèbe et qui fréquente les prostituées? Que veut-il? Jouir d'un statut d'autorité parmi le patriarcat de Jérusalem? Cela dépasse l'entendement. Les puissants ne peuvent admettre cet être si étrange qui bouleverse la Loi juive, la retourne brutalement contre les hypocrites, la malaxe pour en faire une nouvelle dialectique spirituelle.

 

Jésus aime Marie-Madeleine. Il veut sans doute sauver son amour, la libérer du joug de la prostitution. Jésus demande à Judas de le "trahir" pour obtenir un procès. Pile, il sera condamné. Face, il triomphera et pourra offrir une belle vie terrestre à sa fiancée. Il perd son procès car il tient tête aux prêtres. Il va mourir sur la Croix. Tout le monde, même ses disciples, se détournent de lui. Seule Marie-Madeleine et quelques femmes restent discrètement dans son entourage. Au lendemain de sa crucifixion, Marie-Madeleine atteste de sa disparition. Aucun puissance de l'époque n'en fera de même. Aucun écrit ni récit au sein des clercs du patriarcat faisant référence pour notre Histoire viendra confirmer la Résurrection du Christ. Pas de témoins neutres, le doute est persistant. Jésus est oublié, pour un temps, des élites.

 

Marie-Madeleine, très malheureuse, est chassée du clan des disciples de Jésus. Elle est accusée, comme Judas, d'avoir provoqué l'arrestation, la condamnation et la mort du Prophète.

 

C'est ainsi que je vois les derniers instants de la Passion du Christ. Le vrai miracle de Jésus, finalement, tient lieu sans doute dans son image d'humanité plus puissante que celle laissée par Socrate, Jésus est du peuple, Jésus appartient au peuple, le peuple continuera à l'aimer. Jésus ne philosophait pas. Il vivait sa vie de passionné. Il finira par influencer toutes les élites, et aujourd'hui il est à l'origine de la Déclaration des droits humains…

 

Quel succès!

16:12 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

Veste cuir Armani et caisse maladie

Pâque orthodoxe.

Elle m'a écrit ce sms en catimini:

"Dis, chéri, Aux Jardins de Gethsémani,

tu m'offres cette jolie veste Armani?

J'attends avec impatience que tu réussisses.

Je veux une vie normale en Suisse

avec toi et ton garçon, Jojo,

avec nous deux en kimono.

Je t'attends, j'attends ta Victoire, mon amour,

pour vivre enfin notre amour."

 

Jolie, jolie veste Armani,

Aux Jardins de Gethsémani,

j'ai trouvé mon Adjani.

Elle vit au paradis

et moi je n'ai pas un radis.

 

Demande à Jésus de faire un miracle

pour que cela ne tourne pas en débâcle.

Ma chérie est folle amoureuse

d'un SDF inscrit à la Rue des Gueuses.

 

Jolie, jolie veste cuir Armani,

Aux Jardins de Gethsémani

j'ai trouvé l'amour de ma vie.

Elle vit au paradis

et elle me dit "oui".

 

Qui va me rendre ma chance?

O dis, jolie fille de ma romance

et de ma douce démence.

 

Lui offrirai pour sa pâque orthodoxe la veste Armani

Ne prendrai plus de veste en retour de mes amis;

ne retourneront plus leurs vestes Dior en catimini.

 

Vingt ans de travail dans le vide glacial.

Vingt ans. Ulysse de Suisse revient au bercail

sans Pénélope mais avec sa nymphe Calypso.

Elle est venue l'heure de s'expliquer ipso facto.

 

picture046.jpg

 

Etamines et pistil

et ta mine de gamine si gracile, érectile

 

N.B. Pourquoi les petites gens n'ont jamais droit à l'estime des riches ni le droit de s'offrir des petites et des grandes folies? Ni même le droit de se soigner correctement? Mais le devoir de payer leurs impôts et leurs assurances, d'être en règles avec les lois, de se taire s'ils veulent garder leur place de travail, ou de parler aux journalistes dans l'anonymat recommandé d'une existence pas si rose que ça? En Suisse, beaucoup de gens souffrent en souriant aux gens. Comme à Bombay ou à Rio. Mais qui croit en Europe qu'un(e) citoyen(ne) suisse peut se voir refuser des consultations médicales par les bons médecins et les bonnes assurances d'aujourd'hui? Solidarité, mon œil gauche! Que vise la politique actuelle avec la folie des primes obligatoires? Payer et ne pas se faire soigner sur vingt ans pour cause de franchises… ou refuser de payer et être poursuivi légalement… et un jour de grande maladie s'entendre dire que les primes ne sont pas à jour, que personne ne va donc vous soigner! Qui profitent de cet argent sorti des poches les plus fragiles? Les riches? Ceux qui ont accès aux dernières technologies? C'est quoi cette folie du système helvétique? C'est quoi une maladie complémentaire indue découlant d'une maladie de base non soignée? Dis-le moi cher pays à l'idéal démocratique si élevé. En tubes, en boîtes, en comprimés. Nous sommes les entubés du système des riches. 130.000 personnes en Suisse sont en danger de non couverture maladie, poursuites garanties en prime, prises de tunes judiciaires sans garantie de soins. Au vol!

 

Je propose que toutes les primes anciennes déjà payées à la caisse maladie par un assuré ayant coûté moins cher à cette caisse au prorata des primes déjà versées soit immédiatement remboursé de la différence à son crédit si son assurance refuse d'entrer en matière pour rembourser les soins urgents de cette personne. Ce n'est qu'un simple principe de justice élémentaire vis-à-vis de ces personnes ne demandant pas l'aide de l'Etat, maltraitées par des assureurs cyniques et sans aucun devoir humain envers leurs assurés ayant néanmoins versés des sommes importantes au cours de leur vie. Pour les personnes ayant déjà coûté plus cher que la totalité des primes versées à la caisse maladie, je ne vois hélas que le seul moyen d'assumer leurs primes mensuelles d'une manière ou d'une autre ou de tomber à l'assistance sociale pour se faire soigner.

 

Qui ose contester le principe d'égalité de traitement entre assurés? Qui opte pour le vol des assureurs auprès des plus fragilisés de nos concitoyens qui ne paient plus leurs primes obligatoires? "Eviter le piège du pigeon" (Myret Zaki), voilà les vrais enjeux et la dignité des salariés pris à la gorge.

16:11 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

Couple, travail et enfants, sortir de l'irrationnel

"Voilà le tarif". Beat Kappeler ne dit pas toujours des vérités vraies mais là, à 100%, il a lâché un morceau de bravoure pour qu'un couple moderne, avec enfants ou pas, fonctionne de manière durable et respectueuse.

 

Oui. La femme doit exiger dès le départ des conditions d'équilibre, une harmonie globale à viser et à obtenir. Le prétexte à l'amour ne doit pas être un faux-semblant pour faire du n'importe quoi et de l'irrationnel.

 

La femme doit obtenir des conditions cadres qui lui permette d'envisager une relation de longue durée avec un homme. Si ces conditions ne sont pas réunies, le couple ne devraient plus emménager dans le même appartement et faire des enfants. Garder de la distance aide autant la femme que l'homme à savoir ce qu'ils veulent, à relever les défis qui sont obligatoires à la réussite commune au lieu de s'installer dans un train-train insatisfaisant, voir catastrophique, qui sera fatal au couple à plus ou moins court terme.

 

En fait, il faut apprendre à faire durer une relation dans la liberté de l'autre avant de l'engager durablement sur un plan commun. Et profiter de tout ce temps-là pour trouver la clef de la réussite à la mise en commun des intérêts.

 

"Voilà le tarif". L'amour ne suffit pas. Il est la condition centrale à une union réussie. Il n'est pas le centre de toutes les décisions. Bravo Monsieur Kappeler. Sur ce coup-là, c'est sûr, vous êtes en avance sur notre temps. Nous devons apprendre à nos enfants à se respecter d'abord dans leur sphère intime avant de respecter les exigences de l'amour pour un Autre. Apprendre à vivre l'amour à distance n'est de loin pas si évident pour tout le monde.

16:09 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)