19/04/2009

Tourisme et centrales solaires, le couple futuriste parfait?

picture040.jpg

Portique nord de l'entrée de l'U.S.E.F.

 

La place de l'énergie solaire est à la montagne, à la mer, dans les déserts ou les zones polaires… et aussi dans l'espace. Ce sont dans ces lieux que le soleil s'éclate le mieux et le plus fréquemment. C'est aussi dans ces lieux que les humains profitent de leurs vacances, loisirs et temps libres.

 

Plusieurs organisations écologiques s'opposent à des projets de centrales solaires pour cause de dommages à Dame Nature. Un comble de l'absurde!

 

Alors voilà. Le plan vert par excellence de demain se trouve peut-être dans le couplage de l'énergie solaire avec des complexes hôteliers et commerciaux construits dans des stations et villes touristiques.

 

Les promoteurs, architectes, banques, spécialistes du tourisme et de l'énergie solaire devraient s'intéresser à cette option et rentrer dans une nouvelle ère: celle de la collaboration entre science solaire et tourisme afin de créer des villes ou villages touristiques 100% compatibles avec les énergies propres qui, en plus, pourraient redistribuer de l'énergie vers les villes industrielles prisent dans des climats moins avantageux aux rayonnements solaires.

 

Monsieur Oswald Grübel, patron de l'UBS pourrait initier par exemple un forum sponsorisé par cette banque qui réunirait les entreprises concernées par ce nouveau deal vert. De quoi trouver de nouveaux marchés et investisseurs tout en offrant des emplois au secteur bancaire touché de plein fouet par la crise financière.

 

Et pourquoi pas appeler cette réunion mondiale l'UBS SOLAR ECONOMIC FORUM (USEF) et l'organiser dans l'Engadine, en lieu et place du WEF actuel? Let's go UBS*.

 

picture021.jpg

 

Portique sud de l'entrée de l'U.S.E.F.

 

*Tiré de la fiction futuriste "Confessions d'un agent d'influence vert, l'affaire UBS, une histoire de tournesols. Comment un homme sans reconnaissance publique va jouer un rôle de meneur dans la révolution green tech d'un petit pays comme la Suisse."

 

Ecouter Jean Leclerc donne un effet tout à fait paradoxal à votre vie…et pourquoi pas la nouvelle fortune d'un petit pays riche qui a été acculé à rompre son secret bancaire par les grandes puissances commerciales soucieuses de trouver des capitaux neufs dans le but d'enrayer leur propre faillite économique. Passer de la formation de richesses artificielles (drug deal) à la formation de richesses naturelles (creativ deal)…

 

John King Perse, prince du Flowers Power

16:09 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Tabula rasa chez UBS, terra incognita (2)

J'ai une version "City" tout aussi sexy, moins hollywoodiennes et plus directe avec les exigences des clients potentiels de la banque.

 

picture027.jpg

 

Version "City": Comme dans la version "Country" même vision de la Terre depuis la Lune. Mais Quand Google Earth s'approche du point recherché, le LEM s'est posé sur la Paradeplatz rebaptisée pour l'occasion la Paradisplatz à Zürich. Trois Terronautes femmes américaines sortent du LEM avec un drapeau américain. La première fille qui pose le pied sur la place zürichoise déclare:

 

"Un petit pas pour mes économies, un pas de géant pour le développement durable".

 

La foule s'agglutine autour des Terronautes. Elles s'avancent toutes les trois en direction de l'UBS. Au moment d'entrer dans le halle de la banque, elles enlèvent toutes leurs casques. La deuxième fille plante le drapeau américain, à côté d'un drapeau suisse déjà là, dans un carré réservé à des tournesols en terre. Les trois filles se dirigent parallèlement d'un pas décidé vers un guichet libre. Dans l'arrière fond, un globe terrestre géant. Les trois superbes filles s'adressent dans le même souffle au banquier, ni trop jeune ni trop bedonnant, assis derrière son guichet:

 

"Nous exigeons tout de suite votre plan vert d'investissements UBS 0% d'impôts."

 

"Notre plan vert 0% d'imposition? Yes, you can! répond malicieusement le banquier.

 

Le spot se termine comme dans sa version "country".

 

On peut imaginer une troisième version "Belle époque" avec nos trois astronautes de 1969 qui débarquent en 2009 sur la Paradeplatz à proximité de la banque zürichoise. Au guichet, cette fois une banquière. La phrase de Neil Amstrong au moment de poser le pied sur la place est exactement la même qu'en 69 alors que la réplique centrale au guichet de la banque deviendrait:

 

"On a trouvé des tournesols sur Mars pour obtenir votre plan vert d'investissements Vénus UBS 0% d'impôts."

 

"Hello les Martiens! Il vous a fallu 40 ans d'errance intersidérale pour découvrir la planète des filles?" répond en rigolant la banquière.

 

Le spot se termine idem à ses versions "Country" et "City"

 

On aurait pu garder ces scripts top secret bancaire jusqu'au 21 juillet. Encore aurait-il fallu que je sois accueilli dans la sphère UBS au lieu de végéter en orbite, totalement solitaire, coincé dans mon satellite tout autour de la Terre…

 

picture008.jpg

 

Le LEM UBS "Low Energetic Mooney"

à l'origine de la bonne nouvelle de mai.

(le LEM, véhicule sol-air aux infrastructures légères

et habitacle modulable garantissant à l'échelle planétaire

la circulation et la grande indépendance des capitaux verts UBS

issus d'investissements dans les produits industriels au label vert,

relié aux Etats par un pool de compétences green tech

reconnu à travers le monde entier).

 

Londres et ses îles jouent vieux jeu. Peu de transparence des produits financiers inclus dans les trusts, peu de traces fiables sur les investissements industriels des grosses fortunes. A la banque helvétique de jouer les pionnières en matière de compétences financières en industrie green tech. Quitter le poids du boulet économique laissé par une épouse pétroleuse, guerrière et dispendieuse pour préférer la nouvelle poule aux œufs d'or exigeante et coûteuse mais pleines de promesses d'avenir et de paix. Ainsi sont les avantages conséquents des green tech sur les technologies pétrolières pollueuses, corruptives (comment se financent et se commercialisent les investissement en industrie de l'armement?) et condamnées à disparaître partiellement sous la poussée de l'éthique verte.

 

Energie solaire, pourquoi y croire? Ecoutez l'émission d'Impascience, chers banquiers. Cela peut vous aider dans vos choix stratégiques. Convertir l'énergie solaire diffusée dans l'espace et la ramener au niveau du sol avec des panneaux solaires envoyés dans l'espace. Cela se passe déjà en Californie...

16:06 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Tabula rasa chez UBS, terra incognita (1)

picture020.jpg

 

"Il est plus facile d'agrandir le trou d'incompétence

dans la coque d'un navire avec de vieilles méthodes

qui ont prouvé leurs limites que de fonder

une autre technologie qui permettra au Titanic

d'être réparé et de continuer sa route sereinement."

Li Chi Zi, poète dramaturge du XXIème siècle

 

Défendre l'empreinte suisse. L'UBS fait partie de l'empreinte. Elle est même la matrice irriguante de tout le secteur économique de notre pays.

 

Si j'étais l'agence publicitaire de l'UBS, je fabriquerais pour elle un spot TV dans le plus grand des secrets à sortir pour le 21 juillet 2009, quarante ans après l'année lunaire:

 

Version "Country": Des images de la Terre vue de la Lune; puis à la façon de Google Earth l'objectif vise un champ, avec des vaches fribourgeoises, et un LEM au logo UBS 11 posé au milieu du champ. Trois astronautes, portant le logo UBS 11 sur leurs casques et leurs combinaison argentée, sortent du LEM. Dans les bras d'un des terronautes un drapeau suisse. Ils portent des chaussures à grosses semelles marquant le terrain d'un bel écusson suisse. Oswald Grübel suivi de Kaspar Villiger, deux des terronautes revenu du voyage intersidéral, déclarent:

 

"Un petit pas pour l'économie, un pas de géant pour le développement durable."

 

Dans le champ, une jeune paysanne terrienne, magnifique, interloquée, en train de traire une vache à proximité du drapeau suisse planté par Villiger, sur arrière-fond un champ de tournesols et un ciel radieux. Le troisième terronaute, banquier au visage d'E.T., enlève son casque et s'adresse avec candeur à la jeune fille.

 

"Bonjour Mademoiselle. La Mission UBS 11 s'est chargée de vous rapporter la lune."

"Il était temps. Je ne pensais plus que E.T. existait" répond la jeune fille.

 

E.T. le Banquier tend sa main et son index en direction de la jeune fille comme dans le tableau de Michel-Ange et dans le film de Spielberg.

 

Le spot se terminerait simplement par:

 

"Optez pour le plan vert d'investissements UBS 0% impôts et vous obtiendrez la lune. United Bank of Switzerland. The green bank for our Earth; the best bank for your mooney, the human bank of Switzerland."

 

Durant la semaine précédent les flashs publicitaires, tous les soirs avant le téléjournal, des shot spots de 10 secondes qui défileraient sur la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak avec ses mots:

 

"21 juillet 2009, l'événement économique mondial qui changera l'Histoire de l'humanité."

 

C'est ce qui s'appellerait faire la conquête du green tech avec des arguments poétiques et ludiques en frappant les imaginations des concurrents et des clients. Impacter, comme ils disent dans le jargon financier. Ce cher Stanley Kubbrick est mort. Mais en Suisse, on ne l'a pas oublié.

 

C'est trop tard pour le secret absolu. Mais pour la réalisation, c'est encore possible à moins que des petits malins pas très astucieux et très opportunistes piquent l'idée et la recycle. En même temps, l'idée devrait se travailler sérieusement au niveau de l'UBS, des entreprises green tech existantes ou en projets avancés, et des gouvernements, en priorité suisse, puis américain, européen et autres pour trouver des critères considérés verts pour obtenir ce fameux 0% de fiscalité…

16:04 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Bénie soit Joumana Haddad, celle qui Ose

Cette femme Ose! Cette femme? Oui, Joumana Haddad a créé la première revue érotique du Liban! Jasad , le corps, tel est son nom. Le "jim" le "j" en langue française a été calligraphié sous forme de menottes ouvertes.

 

Soyons clairs et plutôt sympas avec nos amis musulmans qui suivent le Coran à la lettre. Le monde arabe n'aime pas moins le sexe que le monde occidental. Preuve en est la vitesse à laquelle se passe cette revue sous le manteau… jusqu'en Arabie saoudite. Soyons doublement clercs: si les censeurs assassinent Joumana, Allah ne les emmènera jamais dans son paradis musulman fait de musc, de jeunes vierges, et de femmes merveilleuses.

 

Je ne veux pas choquer les quelques prudes sincères qui n'aiment pas les représentations érotiques. Mais les hypocrites, les menteurs, les profiteurs de la femme, ceux-là n'ont pas mes faveurs. On peut être musulmans et laisser la vie courir dans les prés. Personne n'est obligé d'aimer le sexe et les échanges sexuelles (alors pourquoi tant d'enfants en terre musulmane?). Personne n'ont plus n'a jamais été obligé par le Prophète de tuer les gens qui s'adonnent aux jeux de l'amour et de sa représentation.

 

Bonne chance, Joumana. Le Ciel n'abandonnera pas celle qui Ose. Et la Terre verte de la liberté sera à vos côtés aussi longtemps que le souffle de Dieu nous poussera à dessiner, peindre, filmer, théâtraliser, sculpter, dire et écrire l'amour.

 

P.S. Si vous me lisez, chère Madame, communiquez-moi un no de compte en banque. Je vous enverrai 50 euros en guise de roses tous les mois pour vous soutenir vous et votre revue. Merci. Je pourrais faire ce petit geste de manière anonyme. Je préfère le crier sur les toits pour provoquer un effet. Honte à l'Oréal et aux autres représentants de la Beauté qui refusent de mettre de la pub dans cette revue par peur des représailles de leurs clients du Golfe. Ils ne savent pas, ces patrons sans courage de chez nous, l'affront fait aux femmes de là-bas et d'ici. Car, ce n'est un secret pour personne, les princes du Golfe aiment coucher avec les plus belles courtisanes d'Occident posant en petites tenues, si ce n'est nue, et épouser les plus belles femmes d'Orient enfermées sous le voile de là-bas. Quelle goujaterie! Quelle machisme! Quelle trahison! de tous les riches hommes des deux côtés de la barrière du Golfe.

 

Point 7 de la Beauté: la beauté est l'art de se montrer à nu devant une meute de chiens enragés tout en sachant les tenir à distance et les faire reculer devant le sacre suprême de la beauté.

 

Point 7 de l'Erotisme: art le plus élevé de l'amour humain qui, à travers la représentation ou le texte, appelle de manière artistique à s'aimer sur la Terre plutôt qu'à s'entre-tuer pour le Ciel.

 

Internet ne devrait pas être une machine à espionner les gens pour vouloir nuire à leurs intérêts mais une machine à explorer les gens pour construire du bien multiple entre eux.

 

picture029.jpg

 

Le "pendule de Prague"

du Professeur Buzz Tournesol

offert par Priscilla, fille cadette du professeur

16:03 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Partage des bénéfices, la France de Sarkosy bouge

Est-ce un coup de bluff du Président ou la sincérité d'un homme qui met en jeu son honneur présidentiel?

 

La France demande à ses patrons de céder une partie de la participation aux bénéfices des entreprises aux employés sur le modèle de la règle des trois tiers ( un tiers pour les investissements, un tiers pour les actionnaires et le derniers tiers pour les employés).

 

Cela mérite d'être relevé. Si le capitalisme y avait pensé un peu plus tôt, nous n'aurions pas des patrons enlevés dans leurs taxis avec leurs jolies maîtresses toutes auréolées du sceau du pognon.

 

Bon passons. La remarque était destinée aux aquaplongeurs souteneurs de qui vous savez et qui jouent les chefs d'orchestre à l'heure grave de la sieste crapuleuse où, en principe, Mihaela joue cabaret dans l'opéra de Carmen avec son violon magique, sa table d'harmonie et l'ouïe appuyés sur le piano à queue de son comte avec la grâce d'une ballerine moscovite.

 

Soyons sérieux. La France et son roi font la Révolution . Les ouvriers n'ont même plus besoin de prendre la Bastille ni d'aller fêter à Lyon en tenue Tournesol pour obtenir gain de cause. Ah douce France, qu'il est revenu le temps des cerises, de la fraternité, de l'égalité, de la liberté.

 

La France des ouvriers faisait peine à voir sous Chirac. Et voilà que notre nouveau roi soleil libéral et sa chanteuse brunissante au coup de soleil d'avril nous la jouent concerto socialiste en chantant l'Internationale. Les Guignols de l'info doivent tourner le clip vidéo qui en fera le signe du ralliement ouvrier chaque fois que Nicolas et Carla manqueront à leurs nouveaux engagements révolutionnaires. C'est la lutte finale de Carlala et Cocolas. Oh nouvelle France! Plus besoin de la voie Royal!

 

Mais que pourront faire les soixante cinq millions de Français pour donner le goût du partage du tiers industriel à la planète entière? Sont-ils si solides que ça nos Bleus pour tenir tête aux capitalistes qui délocaliseront à outrance devant les propositions révolutionnaires du chef de l'Etat? "Français, Françaises, la France se lève. La France existe. La France persiste. La France signera. A vous, Français, Françaises, de rendre la France à sa Bastille. Vive la France révolutionnaire! Vive le salaire participatif. Vive Sarkobruny!" Un ange passe…

 

Nicolas Sarkosy est un Président qui laissera le souvenir d'un sacre royal. Mais est-ce que la volonté du roi sera respectée dans ce monde global où tous les coups sont permis?

 

Bonne chance la France. Le courage vrai ou feint qui anime votre Président ne sera peut-être jamais récompensé mais personne ne pourra écrire que votre bon roi opportuniste n'aura pas essayer de soulager les ouvriers du lourd fardeau de leur labeur mal récompensé par les puissances financières.

16:01 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)