12/05/2008

Ecran total, Force 7, Séance 2

134515337.jpg


Bâle / Basel, ville de zoo international,

du numéro 1 mondial, Roger Federer et de Mirka.

Dimanche de Pentecôte 08.

C'est Woodstock Remix en Suisse et personne ne le sait,

sauf les internautes qui se marrent à fond.

Hélas, les mollahs chrétiens ou athées veillent et tous le monde se tait.


215477523.jpg


Ecran total, Force 7, Séance 2,

excellent tartare mexicain et,

Au solarium, un tango joué sous le soleil.

Une explosion dermonucléaire pour elle et moi.

A son poignet, elle portera demain une montre Rado,

un luxe, pour survivre à ce monde qui ignore ses bateaux blancs.

Elle est belle, elle est presque heureuse,

et sa ligne de conduite ressemble étrangement

à un ange qui a conquis le ciel.

Garce romantique oui mais…

avec le talent de la grande tragédienne racinienne.

A la société de transformer cette passion fatale

en comédie de Molière qui sauvera ses artistes

et les feront reconnaître du monde entier...

Une Rado comme planche à voile bourgeoise

pour nous faire arriver en princes dans la banque…


"Nous n'avons pas le droit de vivre sans identité.

Qui nous reconnaîtra notre identité?"


"Donnons de l'impulsion sexuelle à nos vies

plutôt que de subir nos pulsions destructrices de bonheur."


"Le PDC valaisan de Darbellay

offre son chamois à l'UDC

qui tire encore plus au centre de la cible.

Nous, on sort le chamois de la neige

pour qu'il s'échappe de sa condition de victime

et combatte le bouc UDC face à face

sur la terre battue de Roland-Garros.

Un chasseur démocrate respectable

ne tire pas son chamois isolé et blessé dans la neige."


"Un flic roule parfois à une vitesse excessive

et avec de l'alcool dans le sang.

C'est un être humain.

On ne va pas l'interdire d'amender

dans le rôle de sa fonction

s'il sait s'amender aussi lui-même."


"Il est parfois plus utile de dépasser la règle

que la respecter strictement.

Ainsi on devient compréhensif à autrui

et nous apprenons à faire preuve de tolérance.

Le dogme est aussi un danger pour l'homme."


"La tolérance zéro absolu est la porte d'accès

à la folie, l'enfer et le goulag."


"Il n'y a plus ni maîtres, ni gourous.

Il n'y a que des élèves qui plongent à corps perdus

et âmes gagnées dans l'art révolutionnaire."


"C'est la plus belle révolution. La dernière.

Celle qui mènera la démocratie à son âge adulte."


"L'art du monde entier nous est à tous disponible.

Qu'en faisons-nous?

Un simple objet mort de consommation

ou un sujet vivant de nos conversations?"


"Chassez l'utopie de nos vies?

Liquidez nos rêves?

C'est quoi ce discours marxiste-capitaliste

qui nous mène au goulag de nos vies?"


"La bourgeoisie est issue de la révolution.

Qui veut la mort de la bourgeoisie

veut la mort de la révolution.

Mais le bourgeois qui refuse la révolution,

qui camoufle sa vie sous le tapis d'Orient,

qui ne regarde plus la vie circuler

dans les grands yeux étonnés des enfants,

n'est plus un bourgeois gentilhomme.

C'est un être qui s'est trahi à lui-même.

Vive le Printemps de Bourge!"

14:43 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

La moitié folle de nous-mêmes amputée et censurée par la morale publique

Xavier Bagnoud démissionne du PDC, entre autres démissions. L'homme est lynché. Combien de cordes pendent aux arbres qui attendent leurs victimes? Xavier Bagnoud n'aurait jamais du entrer en politique ou alors jouer ruser comme tous les renards bouffeurs de poules de luxe.

C'est décevant pour tout le monde. Pour lui, d'abord, qui passe maintenant pour une personne infréquentable aux yeux de la société. Pour nous, ensuite, qui savons très bien que c'est sa naïveté qui le perd et non pas l'acte commis, c'est-à-dire une ligne de coke. Les politiciens sont-ils plus des modèles pour la société que les artistes? J'y crois pas. Johnny H. dit que la came c'est de la merde. Il pourrait être dans le camp des conservateurs pour éviter à nos jeunes de tomber dans ce trou. Cela ne l'empêche pas d'en prendre, du H, et d'être une idole de la société française. Si on déballait tout de tout le monde sur la place publique, combien de parlementaires aurions nous encore en place à Berne? Et les derniers qui resteraient, ne seraient-ils pas aussi les gardiens rigides d'une religion archaïque? On reproche le régime des mollahs à l'Iran, le manque de liberté d'expression, les privations de liberté pour les femmes. Mais nous, on fait quoi avec nos dissidents dérangeants? Xavier Bagnoud a fait une grosse connerie avec deux femmes et des comparses pas très délicats avec lui. Mais n'en faisons-nous pas une plus grosse encore en le larguant, le défigurant de lui-même, de la part de son intimité fêlée, de son moi profond? Maintenant il fera quoi? Comme les autres, il ira planqué sa folie au fond des Bois Dormants. Et demain, nous verrons toujours des filles violées, des enfants sodomisés, des tortionnaires et des guerres. Révolution! les gars. Révolution! les filles Faut nous regarder face à face et ne plus nous voiler devant notre miroir. Les burkas poussent ailleurs, pas encore dans nos contrées. Où bien?

Il ne reste plus qu'à faire de l'humanitaire. Convoquer la Fondation François Xavier Bagnoud pour corriger nos errements, nos lâchetés, nos horreurs qui ont conduit les humains à se massacrer. C'est ce qui s'appelle avoir recours à l'ambulance pour pallier à nos défections plutôt que de prendre le train artistique pour s'expliquer sur nos comportements pas toujours très maîtrisables. Mais l'art est-il maîtrisable? Mais l'amour est-il contrôlable? Mais change-t-on une tigresse sexy en un toutou à mamie et un gorille incorrigible en un gentil mouton des campagnes? Mais Xavier Bagnoud doit-il monter dans l'ambulance du PDC ou monter aux barricades? Et a-t-il les moyens de l'artiste pour défendre sa délicate posture hors norme?

On peut dire que la prostitution c'est de la came. Mais en consommer, un bon palliatif pour libérer nos esprits de tous nos interdits et soigner nos naufrages personnels.

Et dire à nos enfants que, comme la cigarette, c'est déconseillé et dangereux, que ça risque de déformer la vision des garçons sur les filles, que ça risque de nous foutre le sida et autres cochonneries vénériennes si on ne prend pas nos précautions, que ça vide notre porte-monnaie mais que ça fait du bien à nos c…, qu'on risque d'y laisser notre âme… où alors monter au ciel et montrer au monde entier des trésors artistiques d'humanité.

On ouvre le débat sur nos ébats amoureux.


14:41 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Un film X privblick sur le Léman Bleu comme acte révolutionnaire

Inventons un nouveau mot: "le privblick" pour un acte d'ordre privé étalé de toute ses grandeurs, ou couché de ses langueurs vertigineuses, si vous donnez votre préférence au tennis plutôt qu'au rugby, dans les médias.

Le privblick prend de l'importance chaque jour un peu plus dans les mœurs. Nous avons toujours préféré prendre les devants. Montrez une partie forte de notre intimité de façon volontaire plutôt que ce soit les médias qui nous rattrapent un jour ou l'autre et qui nous donnent pas du tout raison en nous accablant à la sauce Bagnoud. Nous avons été éliminé de la place publique pour cette audace. Sommes-nous devenus plus monstrueux, plus moches, plus stupides, incapables d'analyser la société, pervers absolus, tortionnaires de jeunes demoiselles timides et sans aucune personnalité? A vous de juger. Cela fait quinze ans que nous vivons dans une prison symbolique dressée par un certain cercle médiatique que nous respectons et apprécions par ailleurs…

Le problème du privblick c'est le consentement et le devoir d'assumer de toutes les parties. Jusqu'où ce que j'accorde aux autres, aux inconnus, à la société en général est partagé par mon entourage, mes partenaires de vie, de jeu, de combat? C'est extrêmement complexe et risqué, nous le savons, car nous touchons à la personnalité de chacun/e. Mais comme la nitroglycérine, l'instabilité de la matière peut aussi être maîtrisée par de bons chauffeurs on the road again. Une vie sans humanité autour de soi, ce n'est pas une vie; c'est un affreux goulag qui s'enferme dans ses fantasmes sans possibilité de transmettre un message d'importance au monde. Nous n'avons encore jamais fait l'amour avec des poupées mécaniques qui ne posent pas de questions, qui ne se révoltent pas, qui disent ni oui ni non. Et nous ne le ferons jamais. Alors nous n'avons pas trouvé d'autres moyens d'expérimenter notre art qu'avec des personnes bien réelles. Victimes consentantes…ou actrices extraordinaires?

Avez-vous envie d'en débattre une bonne fois pour toutes les autres où l'on s'est lamentablement raté et ignoré durant toutes ces années endeuillées de nos incompréhensions réciproques?

14:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Des idées simplement complexes aux idées simplificatrices de l'UDC, aile blochérienne

Ce que révèle aussi l'affaire Bagnoud, c'est le degré de complexité atteint par la pensée moderne. Du simple écran de fumée en images noires et blancs manipulées par les grandes puissances mondiales, nous sommes passées à l'écran couleur pixelisé et internationalisé avec toutes ses nuances esthétiques et contradictoires.

L'UDC de Blocher prône d'abord un rapport à l'obéissance toute hiérarchique ainsi que l'observance stricte des schémas sociétaux mis en place par les leaders spirituels du parti. Soit la stricte observance de l'autorité du chef de meute sur ses troupes. Au-delà de ce schéma de société rétrograde, ce que les chefs de l'UDC prônent c'est la vérité, leur propre Vérité. Quand la Vérité devient Absolu, nous savons tous où cela mène… Le noir est assassiné par le blanc et vice versa. Nicolas Sarkosy n'aurait jamais pu être Président de la République il y a trente ans. Divorce et scandales sexuels l'auraient coulé. Est-il pour autant contre l'ordre moral, le mariage, l'abstinence en matière de drogues et en faveur de la cocaïne de son grand ami Johnny qu'il n'a pas exclu de ses intimes pour cela.

Quand la confusion règne, quand le flou artistique des idées flotte dans l'air, les gens prennent peur et perdent pieds. Ils votent alors pour des solutions simples et radicales en prenant le risque des grandes catastrophes et des guerres meurtrières. Aux partis du centre de mieux structurer leurs complexités, leurs innovations et leurs idées. A Xavier Bagnoud de convaincre les Valaisans qu'il reste quelqu'un d'estimable et de crédible… Dans son jeu chinois tout en technicolor où ses pétroleuses bariolées carburent toutes aux eurosex en allumant de furieux incendies aux zizis, il doit bien avoir établi une ligne de conduite plausible plutôt qu'une ligne de coke en stock déviant sur son radeau en guise de morale… A-t-il les moyens de la présenter au grand public? C'est là que nous pourrons voir quel style de politiciens représente Xavier Bagnoud: le conservateur Branleur monarchiste qui planque durant toute sa vie ses peintures rupestres sous les tapis d'Orient couvrant ses murs de Versailles ou le révolutionnaire Pinard qui risque la guillotine pour dégustations divines en présence du Matin Orange et autre Temps Jadis? Je prends mon propre risque et parie personnellement sur le néorévolutionnaire en devenir qui habite cette étrange personnalité qu'est Xavier Bagnoud, oenologynécologue émérite de sacrées créatures terrestres. Allumez la mèche sur l'Internet, qu'on y voit plus clair sur les qualités de son zizi.

Nous terminons par la cerise sur le gâteau en l'honneur des comparses d'Aqua-Concert, l'émission la plus compromettante de la RSR1. Ils pourraient bien vous servir ce scoop découvert sur PachaKmac une de ces après-midi hilarantes. Attention. Il faut taper le mot de passe "Stanislas" sur Aqua-Concert pour comprendre de quoi retournent nos rappels vertigineux de l'amour:


"Ce qu'il y a de plus scabreusement physique renvoie

à ce qu'il y a de plus durement (il ose l'écrire, ndlr) spirituel.

La théologie découvre l'érotique suprême.

On pourrait presque parler de pornographie divine."


Fabrice Hadjadj, La Profondeur des sexes


"Sinon, attention, froid." J.M. dans le canard Lire et Délire. A croire qu'ils ont tous déjà atteint le sommet de l'Everest avec leur flamme olympique beige bling-bling.


30412167.jpg


Portrait qui couvrait mon mur d'adolescence

dans les années septante… "La pomme ne tombe jamais

loin de son arbre" rappelle Newton par la voix

de son pithon Mousqueton femelle qui gambade

dangereusement avec ses cordes buccales dans le sac de couchage.


Quand le philosophe s'interroge sur la marche du monde,

la fille aux mœurs légères embrasse le philosophe

sur l'échelle logarithmique de sa valeur pécunière*

en lui signifiant du regard de se taire

d'un chatoiement du pied érotique sous la table.


* "telle que les grandeurs représentées graphiquement le sont par des nus féminins ou des langueurs proportionnels au logarithme de ces grandeurs". (dédié à ce cher Stanislas), artiste conceptuel exposant son trois pièces et demi à la Galerie suisse de Paris éclairé par la lampe magique d'Aqua-Concert .


677483393.jpg


Là où tout le monde et la prostituée voient le cul de son propre "cul"

le philosophe répond, primesautier:

"Non tu regardes assez mal, ma chérie.

Seulement mon Doigt recourbé de la main.

Ton Cul est beaucoup plus mystérieux."

14:39 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les cachots de l'esprit et autres hypocrisies ambiantes

"On a peur d'attraper le sida, mais on a peur aussi d'attraper le sexe, tout simplement, on a peur d'attraper quoi que ce soit qui ressemblerait à une passion, à une séduction, à une responsabilité. Et, dans ce sens, c'est encore le masculin qui est le plus profondément victime de l'obsession négative du sexe. Au point de se retirer du jeu sexuel, harassé d'avoir à assumer un tel risque, fatigué sans doute aussi d'avoir assumé historiquement pendant si longtemps le rôle du pouvoir sexuel." Jean Baudrillard, Ecran total, Galilée (1997) in Lire Mai 2008


Xavier Bagnoud, œnologue en chef valaisan, riche commerçant, propriétaire immobilier reconnu et politicien corrompu aux charmes féminins est-il si scandaleux dans le paysage actuel des élites qu'il mérite radiation du PDC? On peut se poser la question à l'heure où le commerce sexuel n'a jamais aussi bien fonctionné que cela soit dans les milieux d'affaires, politiques ou sportifs. Le seul vrai reproche à faire à ce politicien un peu trop généreux avec de belles dames vénales, c'est d'avoir pas bien choisi une de ses partenaires amoureuse et de n'avoir pas su s'empêcher de faire l'idiot avec une ligne de coke devant la caméra. Quand on défend une politique répressive en la matière, c'est pas très malin. Mais le papa lambda de notre société ne dit-il pas à son adolescente de fille que le porno c'est dégueulasse et à éviter si possible tout en visionnant à l'occasion des cassettes X en cachette ou alors que l'alcool c'est nocif alors que le même papa prend de temps en temps des cuites magistrales?

Un élu doit-il être un saint et défendre les dogmes de ses choix politiques de manière absolue? Nous ne sommes quand même pas à l'Eglise ou bien? Un politicien n'est pas encore un curé ou alors bonjour les dégâts. Dans les cachots, il y aura de nouvelles affaires Fritzel qui germeront. Laissez respirer l'humanité, critiquez, opposez-vous à des idées et des comportements mais n'excluez pas les gens de leurs convictions et de leurs engagements dans la société s'il vous plaît. Tant que le comportement individuel n'a pas atteint un certain degré criminel et condamnable sévèrement par la justice, il est dangereux d'exclure un homme ou une femme de ses responsabilités sociales. Car l'exclusion agit sur les esprits comme un acte répressif et collectif sur la société. Et les gens alors se mettent à camoufler de plus en plus leurs comportements occasionnels limites voir marginaux. Hors c'est au début des comportements déviants que l'on peut éventuellement éviter le pire pour la suite. Fritzel prit la main dans le slip au début de sa relation incestueuse n'aurait jamais pu mettre à exécution son plan machiavélique et dramatique. Xavier s'est fait piégé? Il faut lui laisser sa chance de se construire mieux à l'intérieur de ses propres structures mentales et sociales. L'exclure c'est prendre le risque qu'il fasse pire encore.


Cet homme peut-il rester crédible? Peut-il continuer en politique? Il faut peut-être se demander combien de leaders politiques, de têtes économiques, de puissants (leur refus de tirer sur l'ambulance Bagnoud est révélateur) qui tiennent les rennes du pouvoir ont des parcours pas pires ni meilleurs que cette personne et restent toute leur vie en haut de l'affiche parce qu'ils savent, ou ont su, jouer ruser. C'est comme dans les contes de fée. Pour croire à l'amour, il faut croire au prince sans taches. Ne serait-il pas temps de changer d'époque, d'assumer nos vies aussi dans les recoins sombres de notre humanité, et de regarder la vie autrement, c'est-à-dire avec ses dérapages, ses aspects de petits matins glauques et ses grandeurs? Le PDC pète-t-il finalement plus l'esprit que l'UDC qui veut voir le monde en noir et blanc? On dit vraiment n'importe quoi dans ce monde stupéfiant.

Le pire encore est d'apprendre par un cinéaste qui a osé faire un film, ô le kamikaze, que le milieu journalistique est un milieu féodal et clanique où la hiérarchie est absolument respectée, comme à Rome! Que fait-on de la liberté d'expression dans le temple même de la liberté d'expression? Comme à l'Eglise: que fait-on de Dieu dans le temple même de Dieu? Des affaires sortes, d'autres restent planquées sous le tapis, d'autres encore sortent et c'est le dénonciateur qui est puni de licenciement par l'entreprise médiatique qui couvre le dénoncé alors que la justice renifle du côté coupable d'actes illicites, donc le dénoncé!… Le monde est en pleine confusion comme à l'aube des révolutions…

Xavier Bagnoud prend ses actes pour des nécessités, soit l'exact contre-pied de l'illustre Lénine qui écrivait: "La Révolution exige la concentration des énergies (…) Elle n'admet pas l'excès des plaisirs sexuels qui est un défaut bourgeois, un symptôme de décomposition." Et dire que nos grands écrivains soixante-huitards trouvaient Lénine sexy… Quelle faute d'esprit, d'intelligence et de goût! Quelle hypocrisie également. On dirait Calvin en chaire et, camouflées sous les crucifix, dans la sacristie, les partouzes et les baisades – immondes parce que accusées dans le même temps par des servants de messes pratiquants du culte moral officiel – des apparatchik bénissant le prédicateur, petit père du peuple, délivrant son message spirituel d'ordre, de propreté, et de stabilité. Lisez les artistes de 08'Art. Vous allez les trouver en chair et en os au septième ciel accompagnés de beautés vénusienne appelant à vous libérer de vos chaînes sociales… C'est Mai 08. Qu'est-ce qu'on se marre, cher Dany le Rouge. Sous la Grande Bleue, l'absinthe. Les filles culs par-dessus têtes et les culbutes comme barricades contre l'asphyxiant ordre établi… Maintenant, ce cher Général Blocher peut-il mettre fin aux gauloiseries des écrivains rebelles… Peut-il réussir son come-back? A voir. Nos enfants lancent les pavés libérateurs avec leurs parents contre les parents et les enfants des milieux conservateurs botuliques qui encaissent derrière leurs boucliers. Quarante ans plus tard, les mêmes ont toujours envie d'en découdre. C'est parfaitement enivrant.

On ouvre le forum. La démocratie n'est certainement pas arrivée à son âge adulte. La plume a besoin de vos lumières, chères lectrices et lecteurs. On commence par la théorie du verre d'O glacée. Il est cinq heures, Paris Hilton Xavier Bagnoud sniffe de la coke et trempe son bouchon dans la bouteille à cancres. Mais de quelle bouteille s'agite-t-il? aurait transmis le Belge Magritte dans Les Amants de 1928, une autre année en 8, huitante ans plus tôt…


1276685454.jpg 


Pravda la Survireuse, l'héroïne qui détruit le vieux monde.

1903723838.jpg

 

Printemps de Prague 08.

On va quand même pas se laisser écraser par les tanks conservateurs.

Ou bien?

14:36 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)