23/03/2008

Aimer le machisme, c'est encore aimer la violence et la guerre

On peut s'accommoder de tout. D'un homme riche, d'un homme ivrogne, d'un homme violent, mais pas d'un poète. Une femme ne peut pas vivre avec un clochard qui a gagné sa liberté au prix de perdre ses amours et ses biens matériels. La femme qui refuse de se battre pour sa liberté pour préférer le confort d'un conformisme désolant a bien des raisons d'abandonner le combat. De même, le poète. Se rendre à l'évidence d'un réalisme froid sur la situation du monde. Se faire violence pour admettre qu'une femme vend ses charmes et qu'un homme achète ceux-ci, et non l'inverse. Avez-vous vu beaucoup d'hommes se prostituer pour des jeunes femmes? Un ou deux gigolos, par-ci, par-là, pour quelques vieilles beautés riches en mal d'ivresse. Alors que beaucoup de jeunes femmes se prostituent pour des hommes de 17 à 77 ans. L'argent, le nerf de la guerre. L'argent, source de pouvoir sexuel. Le poète n'a plus le droit d'être pauvre. Le poète doit faire comme tout le monde. Le poète doit devenir riche, célèbre, adulé. C'est sa seule façon d'être respecté, d'être aimé et de vivre en société. Mais il est comme la femme au côté d'un nabab. Quand il a accepté de se rendre au monde, il tombe dans un conformisme affligeant. Alors mort au poète, mort à la femme libre et vive le machisme, la Révolution des barbus et des Rambos, la violence et la guerre. L'être humain ne changera jamais de millénaire et d'histoire. Nous sommes restés des animaux communs qui préférons et imposons la loi du territoire à l'imagination de la poésie qui navigue dans nos cerveaux. Les femmes au bercail, les hommes aux affaires et aux muscles, et les esprits machos seront bien conservés. Et vous, femmes et hommes, vous tous qui me lisez sans jamais me répondre, vous voulez quoi pour nos enfants? Des armes, des bombes, des murs, des génocides, des enlèvements, des tortures, des enfermements à jamais dans une nature humaine obscurantiste qui continue à demander aux hommes une forme de puissance et de domination du monde? Relisez votre vie et battez-vous pour ce qui vous semble obsolète ou alors couchez-vous devant le conformisme et attendez l'Apocalypse, celle de la Bible mal lue, mal interprétée, mal comprise. Les hommes disparaîtront non de la main de Dieu mais de leurs propres mains assassines, d'avoir oublié de prendre la liberté engagée que Dieu, ce fantasme obsessionnel des civilisations, leurs donnait dans son immense Amour pour ses enfants, nous les humains qui partons dans le troisième millénaire galactique et technologique avec des cerveaux d'hommes des cavernes. Il y a comme une erreur à regarder les dieux dans le rétroviseurs. Dieu est toujours devant nous. Dieu mène son leadership dans les cerveaux les plus libres et les moins corrompus par les idées dominantes du passé.

 

P.S Merci à Angelo Manzetti, soprano mâle et proche parent de Moritz Leuenberger, qui nous a enchanté une traversée du bouchon ferroviaire au Simplon en hommage à nos amis tessinois de "Trafic Cargo CFF", orchestre philharmonique de thriller syndical dirigé par son pape, Moritz Leuenberger, chef confédéral à la baguette magique qui n'en sort plus de sa longue grève ferroviaire. Quand le train siffle dans la nuit, il faut éviter de tirer son vin pascal. Dans les couvents, les locomotives roulent silencieusement devant le Christ alors que les âmes féminines bougent harmonieusement du train express... Maintenant, Lapp et Simon, une rediffusion d'Angelo Manzetti pour nos amis Tibétains qui permettra peut-être à une avalanche de faire taire les dictateurs.

 

09:54 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

16/03/2008

Néo-conservateurs de la Terre, l'illusion d'un ethno-centrisme ravageur et suicidaire

Quand un enfant est traumatisé par un événement négatif, il se referme sur lui et voit le monde extérieur comme une menace permanente si personne ne lui porte secours, explications et bienveillance.

Pour un adulte, c'est la même chose. La mondialisation remet en cause, et de manière permanente, son système de pensée violenté par tout ce qu'il voit et ingurgite. Quand il lui devient impossible d'absorber l'eau potable avec ses égouts et ses stations d'épuration, il referme les robinets et décide de ne boire plus qu'à la source de son éducation primaire: la famille, la communauté restreinte, la religion d'origine, la nation… un peu comme un amour qu'on a bafoué et sali dont on rechercherait les couleurs d'origine. Il tombe alors dans un système sectaire.

Hors le monde n'avance pas comme cela. Les bouleversements technologiques nous entraînent, voir nous imposent à surfer en plein Océan de contradictions et de paradoxes. Celui qui veut imposer ses idées sur la planète en ne pêchant que dans son ruisseau originel voit le Grand Large le renvoyer à ses chères études guerrière. G.W.Bush en est l'élève emblématique lui qui a ramassé dans la figure les tsunamis afghan et irakien après le désastre du 11 septembre. Terreur et mort des Empires par l'impossibilité d'ouvrir des échappatoires vers le rêve et la créativité…des poètes universels.

Si nous voulons construire une planète respirable pour les hommes plutôt qu'un cimetière humain nous ne pouvons suivre le courant néo-conservateur qui sévit actuellement sur toutes les régions de la planète. Si chaque ruisseau refuse toujours davantage de se relier à l'Océan, il n'y aura plus ni rivières, ni fleuves, ni mers mais seulement des terres désertiques boueuses et organiquement mortes où la mort idéologique l'emportera sur toute autre considération de vie artistique.

17:09 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Burka, prostitution, et business

Il est plus facile de parler du fascisme islamique et de la burka que d'accepter à découvert nos propres libertés sexuelles qui égratignent méchamment notre pureté amoureuse et les normes puritaines de la société occidentale. Geert Wilders, le Hollandais qui va déclencher avec son film extrémiste une cassure encore plus grande entre eux et nous, cet homme si fier de son libéralisme et de son combat anti-islamique, serait-il capable de filmer la vie dissolue d'un super sénateur américain qui s'écrase lamentablement sur le mur de nos hypocrisies permanentes?

Les hôtesses des salons de prostitution, sont considérées trop souvent comme des caniches qu'on loue pour flatter notre ego. La liberté n'est pas plus présente dans la construction de réseaux de prostitution que dans certains pays musulmans où les femmes sont privées de leur mouvements pour assouvir les besoins d'un maître. Sommes-nous capables d'accepter cette critique, nous les champions de la libre morale? L'économie de marché nous donne la possibilité de la liberté. Elle nous donne aussi la possibilité d'exploiter et de posséder les êtres humains.

 


 

Chaz Maviyane-Davies

 

Article 4 de la Déclaration universelle

des droits de l'homme:

No one should be subjected to slavery or servitude

 

"Cendrillon? C'est quoi ça? Je t'appelle pas Obélix ou je sais pas quoi. Attention STP! Merci pour crédit. Et reste cool. Pas trop de fantasmes dans ta tête. Bisou, comte de Dracula. Fais gaffe!" sms d'une danseuse de cabaret.

"Cendrillon parce qu'une call-girl, même belle, même baisée par les riches profiteurs du système reste encore une princesse vaguement sale et corruptible. Mais ton Dracula combat les idées toutes faites des gens. Obélix? Si, si, tu peux. J'adore manger les petites cochonnes sauvages comme toi. Bisou. Fais gaffe aussi. Bouffe pas trop de soldats romains pendant la nuit." sms d'un acrobate du triangle des bermudas.

16:56 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

02/03/2008

Rends à César ce qui est à César et à Dieu…

Le fisc allemand a engagé une taupe et pourchasse tous les rats du système qui s'échappent de leurs égouts comme ils peuvent en passant par les parapluies de Singapour.

Dans les petites rues de Singapour, mon cœur helvétique s'est planté, et pour toujours. L'industrie du luxe fleurit. Ce n'est pas pour rien. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Nos mœurs se transforment, nos idéaux aussi. Tout le monde, ou presque, se réclame de l'idéal bling bling et ça fait un sacré big bang au final.

En amour, il y en a qui font presque rien, qui se comportent en vrais voyous des cœurs, et qui obtiennent tout. D'autres qui rament, qui riment, qui saignent leur cœur et qui ne récoltent presque rien. Elle est où l'injustice de Dieu?

Non. Non. Chères sœurs, chers frères, le seul chemin qui vous mène vers l'intégrité et le respect que vous vous devez à vous-même, à vos proches, et aux autres est de réaliser votre destin. Vous pouvez payer votre part à l'Etat et être un gros profiteur de subventions. Vous pouvez ne plus rien payer et être sur un chemin qui vous guide vers une sorte de sainteté collective. Regardez-vous simplement dans le miroir. Si l'image qu'il vous renvoie considère que vous faites pas trop mal votre boulot sur cette Terre, c'est que vous êtes à la bonne place, au bon moment. Si vous n'êtes pas en accord avec votre image, que vous vous bourrez aux tranquillisants, aux stups et autres façons d'échapper à la nuit, lectures mal digérées comprises, vous subissez sans doute un grave conflit avec vous-même et avec la société.

Entre les deux, mon cœur balance… Et il me semble que pas mal parmi vous partagez cette communauté vague de destins pas très stables. Le chaos arrive quand les dogmes sont remis en question. Mais avec le chaos arrive l'art libérateur et générateur de nouveaux modes de vie.

Dans ces conditions, les divorces deviennent nombreux et celles et ceux qui crèvent en se retrouvant dans le caniveau sont l'exact opposés de celles et ceux qui ont marché sur leur partenaire et sur les autres pour rester en vie. Peut-on réfléchir un instant à cela avant de compter les gros sous qui excitent tant les convoitises? Cela me paraît, philosophiquement parlant, important à la survie des Etats en général et de l'être humain en particulier.

Baiser ou être baisé, t'en souviens-tu mon amour?…ça nous a pas vraiment réussi à toi et à moi.

 

P.S. Chers Patrick et J.-C., vous savez, vous, quand un artiste est indisposé? Tu sais pas. Na. tu veux la réponse? Quand il sort sa clef USB avec sa ficelle de la poche et la branche sur le light machin, l'artiste déclenche ses règles et son corps expulse tout le sang du Christ dans le pick-up. Et y'en a en permanence. C'est pour ça qu'il peut plus baiser les filles, le pauvre. ça inonde de partout mais l'USB fait tampon pour éviter de dégueulasser la nappe. Nana, la clef USB pour vos instants de relâchement en toute intimité et toute sécurité, même en cas de sport intensif. Assurément un gage de qualité et de bon goût pour Aqua Concert…

 

17:34 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Théologie des droits humains

Dieu s'oppose-t-il à la réalisation de l'homme? Quel dieu?

La Foi en l'être humain s'oppose-t-elle à la Foi en Dieu? De nombreuses questions interpellent notre monde. Les droits humains rentrent en contradiction avec les Dix Commandements. Cela n'est que partiellement vrai. Les devoirs de la Charte moderne des droits de l'homme sont contraignants. Ils imposent la liberté, l'égalité, la fraternité, la solidarité, la recherche de la vérité, la véracité des faits, la transparence dans les relations, la clarté des aspirations, la protections des populations, des biens (c'est vital en ce jour-ci) et des ressources naturelles, le respect des conventions privées et collectives signées, l'amélioration des conditions d'existence pour tous, etc.

En lieu et place de commandements orchestrés par le Ciel, les droits humains proposent la liberté en toute conscience et en toute connaissance de cause. Avoir la Foi en ce qu'on dit, en ce qu'on fait et pourquoi on le fait. Cela s'oppose-t-il au plan de Dieu des chrétiens, des musulmans ou des juifs? Nous pouvons y voir, plutôt qu'une opposition, une convergence supérieure d'intérêts mutuels: protection de l'humanité et de son environnement. Avec un avantage substantiel en faveur des droits humains: la liberté souveraine, intellectuelle et corporelle, de l'être humain. Et un avantage définitif en faveur des droits humains: les dogmes laïques sont en perpétuelle évolution sans jamais exclure la possibilité de Dieu. Ce qui, en démocratie, est prioritaire devant, par exemple, l'infaillibilité papale ou les fatwas de l'islam.

En se nourrissant du corps et du sang du Christ, les chrétiens ne se nourrissent-ils pas de la plus belle des libertés proposées par un citoyen du monde mort pour ses convictions: celle de la puissance universelle de l'amour?

Après l'Apocalypse, l'être humain régnera sur le Royaume de Dieu, en paix et en harmonie sur la Terre. C'est écrit dans le Livre de Jean mais ce sont les humains qui sont chargés de réussir cette tâche suprême… avec le retour du Christ… Au boulot, le bonhomme est parmi nous. Il ne faut pas l'attendre plus longtemps. Tout seul, il est un humain vraiment si marginal et si faible. Il faudrait lui donner un sérieux coup de main à ce cinglé-là qui ne parle qu'avec ses foutus mots d'amour, ses mots de tous les jours, ses idioties de toute éternité qui n'ont aucune valeur en Bourse... Un peu comme les actions divines d'Ospel, le saint patron de la banque suisse intouchable sur son trône d'argent…

Quand le Christ n'aura plus le désir de Marie-Madeleine, il perdra sa verve et se souviendra de la Croix. Ne s'est-il pas donné aux Romains par chagrin d'amour pour elle, elle qui le voulait fortuné et people parmi les people du Trône? C'est ma question iconoclaste du jour. Roméo et Juliette du Christianisme, nos deux acteurs…

 

P.S. Saint-Germain, Saint-Martin, et les Dits de Saint-Marcel au fond du trou économique d'Aqua Concert avec le Loch Ness en prime et les vierges du paradis en subprime… C'est pas merveilleux tout ça?

 

 

"Du dessus des nuages et du Ciel

Moi, Marcel Ospel,

Vous dis à vous mes enfants du dessous du brouillard

Que bientôt veut pleuvoir dividendes et dollars.

Je vais singapouriser nos emplois et nos fonds

Mais vous, actionnaires, resterez à l'abri de la lame de fond."

 

Sur ton dos, invisible, et même un peu plus lourde

que celle de chacun, pèse par trop ta croix.

La mode n'étant plus aux miracles de Lourdes,

tu pries Dame Lulu de t'aimer, à bon droit.

 


 

Les amours inventées ne restent jamais sourdes

au cœur en feu de qui est condamné au froid!

 

Toi qui voguais heureux, au piano des Abbesses,

sur un Danube bleu, à tes doigts soutirés.

 

Les cloches mécaniques sonnent tes départs

vers les Atlantides secrets de ton esprit!

 

N'empêche que tu sais alléger ton fardeau.

E urêka! Quel plaisir de vivre en eau profonde,

S ans le poids de la croix qui te casse le dos!

T ant est qu'à la piscine, en plus, ton œil s'inonde,

I nspiré de voir tant de Lulus en cadeau!

 

Georges Pélégry, Les Dits de Saint-Marcel, extraits, 1989, Presse du Démocrate, Delémont

 

 

The Mist, film de Frank Darabont 2008

"ça pourrait être pire"

"Actionnaires de l'U.B.S.

attendant l'Apocalypse devant la Halle Saint-Jacques

et les Non-Dits réfléchis de Saint-Marcel du Ciel,

le monstre qui perd sa boule pour toujours

dans les petites rues de Singapour"

(d'après une idée originale de Joëlle Kuntz, journaliste au Temps)

 

17:31 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)