15/02/2010

Belle journée à Aven pour la Saint-Valentin

Une belle ballade dans un petit village au-dessus de Sion. Voilà qui convenait parfaitement bien à ce jour de la Saint-Valentin. Une ballade pour les gens heureux qui savent en chaque circonstance de la vie faire contre mauvaise fortune bon coeur.

 

Photos-0033_22.jpg


Photos-0034_22.jpg


Photos-0033_2222.JPG

 

09:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

14/02/2010

Je l'emballe pas!

 

Hors j'avais donc rendez-vous avec une fille en cette nuit J de la Saint-Valentin. En me rendant sur un site de rencontre, j'avais décidé que je chatterais pour une chatte qui faisait miaou-miaou de sa jolie frimousse à travers l'écran de l'ordinateur, ce Grand Niquateur de la blogosphère. Et moi, dans mon fort intérieur je me pourléchais déjà les babines de vieux matou bien organisé au faîte de toutes les combines en escroqueries amoureuses. J'avais juste envie de faire miam-miam avec le chat en visant bassement le plat de chair fraîche et appétissante de moules poulette qui allait bientôt passer à ma casserole de chef des culsines.

Mais je m'emballe dans mes explications emberlificotées d'amateur de restos gastroérotiques (ça sonne gastro- entérique, vous ne trouvez pas? Bref, passons. En fait, je déballe ma vie intime comme un dérouleur glacé de papier Q. Faut dire que le Q sous toute ses formes, je connais relativement bien et que les filles, les malheureuses, elles passent souvent par les égouts avant même d'avoir trouvé le chemin de mon plumard. Il suffit que son parfum arrose toute la République, que son rouge à lèvre lui explose les lèvres, que ses seins débordent à la manière « fesses en l'air », que son string vise la vue saccagée du voisin, que sa voix strille de catalyses cataclysmiques comme si Jeanne d'Arc était en train de brûler vive en « live » sur son bûcher aux vanités, que des mots plus orduriers les uns que les autres viennent remplir sa grande bouche de pétasse à la petite semaine, que je me dis alors « Mais bon dieu, merde, qu'est-ce que tu dragues là, mon vieux? Une pétasse restera pétasse toute sa vie. Tu ne vas pas réussir à la convertir aux Dix Commandements de la Romantique* et à la remettre à s'en tenir ferme une dragée nuptiale autrement qu'en tenant sa pompe amoureuse qui ne dépassera jamais que le stade anal de la bien baisée retournant seule dans sa tanière une fois le forfait accomplit ». Et encore quand je parle de forfait en emberlificotant mes coups d'un put magistral, comme pour Tiger Woods, cela ne consiste qu'au prix de la passe. Le reste vient en sus. Le resto, les bijoux de la Saint-Valentin pour la Castrafiole qui te pompera les bijoux de famille, l'hôtel, tout ça c'est vraiment en sus et pas compris dans le prix du rendez-vous amoureux.

Le pire, c'est quand elle te remballe toi et tes petites affaires amoureuses pas honnêtes du tout. T'as la vague impression d'être une putain de merde avec qui elle a joué au chat et à la souris. Alors la belle mécanique s'emballe. Alors là encore, je pare net avec mon joker et je sors mon coup magique du latin lover. Je lui pose ma petite bombe de terroriste à l'amour dans le hall de son hôtel de Cali en fornication. Las Ketchup sur la platine, je lui dégueule « Eh! Stop petite Gourdasse. On va danser dans tes dunes maintenant pour la putain de contredanse salée que tu m'a infligé pour parking interdit dans ta zone commerciale ». Alors là je sens la brise et les alizés se lever. J'ai mes voiles qui gonflent instantanément et la pseudo princesse sur mon navire qui commence à tanguer et à apprendre à tenir la barre toute allumée de ma splendide libellule des mers. On tourne autour du Cap de Bonne Espérance sans plus rien espérer de l'amour, on suit par son Pot au Noir, elle descend sur mon Cap Horn, et je m'enfonce dans son triangle des Bermudes en toute impunité histoire de réputation de bonne famille au retour du match-racing en inventant une perte de boussole, et une rencontre avec une extraterrestre qui m'aurait enlevé mon bermuda à l'insu de mon stricto sang suce. Assez yéyé, ah, hé, j'vais te niquer ton joli... La fin, je censure, des fois que des enfants lisent toute cette inintelligence crasse.

Voilà. Il es 5 heures. Delémont s'éveille. La musique boum-boum s'arrête. C'était mon carnaval de Saint-Valentin rien qu'à moi. Inventée dans ma tête, évitée sur le terrain du réel, Y'en a marre de cette vie d'intermittant du sexe avec des comédiennes qui ne savent plus jouer la comédie de l'amour qu'en faisant aligner les précieux dollars sur mon corps billard. Tu te crois vraiment sur une table d'opération et t'as le choix de décider qu'entre les pleines ou les cassées. Mais à la fin de la partie, t'a visé tous les trous et t'es le seul à payer les parties de jambes en l'air. Les miss, elles, se retirent après avoir tiré tout ce qu'elle pouvait tirer de ta queue alors que jusqu'à preuve du contraire c'est encore toi qui te retire de son chat d'amour après lui avoir offert son petit ou grand orgasme super bien privé.

Je vous offre 2 vidéo qui ne portent pas sur la plainte amoureuse, mais sur l'exemple de mes ex nuits déjantées, quand j'en avais encore régulièrement. Ce qui se fait trop rare pour manque à l'amour, manque à l'intimité, manque à une fille qui m'aime pour de vrai avec ma putain de situation matérielle.



 

 

 

Les Dix Commandements de la Romantique

Tu ne niqueras pas son porte-monnaie mais tu le niqueras lui.

Tu ne lui porteras pas préjudice mais tu le nourriras de ton amour.

Tu ne le tromperas qu'avec son consentement mais sans son assentiment.

Tu lui joueras la comédie de l'amour sans attendre son retour.

Tu ne liras pas dans ses pensées obscènes.

Tu lui liras des contes érotiques.

Tu l'emmèneras au paradis en lui offrant tes enfers.

Tu le rassureras sur ton amour pour lui.

Tu ne le quitteras que si c'est un con.

 

Quand au 10ème, inventez-le pour votre couple!


 

 

 

05:08 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (4)

12/02/2010

Un avant-goût de Saint-Valentin (part 10)

 

Coupe de l'America, c'est parti... dans la désolation malgré la beauté des libellules des mers! Aucun suspens... et deux bateaux si différents dans leur conception que les marins ne peuvent être jugés sur leurs valeurs respectives. C'est comme si on posait une locomotive à vapeur sur un rail, et un TGV sur l'autre rail et qu'on demandait au public de parier sur laquelle allait gagner la course de vitesse. D'accord, j'exagère un peu, et ce n'est pas flatteur pour Alinghi mais ma fois c'est aussi la réalité de leur course d'aujourd'hui. Et vous voulez encore que le public se passionne pour vos prouesses et pirouettes juridiques, Messieurs Bertarelli et Ellison?

Et vous, Madame, Monsieur? Votre rendez-vous de la Saint-Valentin, vous le fignolez avec amour? Ci-dessous je vous propose trois chansons sympa pour une soirée à domicile avec repas de cuisine aux mollécules compatibles. Pour jouer avec les coussins avec la première, pour vous blottir et vous câlinez avec la seconde, pour vous faire monter en flèche avec la troisième (classé catégorie « poetic vulgarity »). Le gars, Francky Vincent, réussit là ou Rihanna échoue lamentablement, John. C'est une ficelle bien connue. Savoir jouer des mots crus tout en racontant de petites histoires de fleurs et de papillons aux adultes.

Voilà. Je m'arrête à J-2. J'espère que vous avez apprécié mes petits billets et surtout les clips vidéos présentés sur mon blog. Au jour J, pensez une seconde que je tiendrai la chandelle en célibataire à tous les couples qui auront été inspirés peu ou proue (attention à la quille!) par ces articles sortis tout droit d'un chapeau de magicien de l'amour.

Au fait, il y a une femme qui me met de bonne humeur à chaque fois, même quand elle me hérisse le poil que j'ai dru, que je la lis. Hallali ha la la! C'est Madame la Baronne Nadine de Rothschild. J'ai raté ma carrière de châtelain mais sûr que si j'avais eu l'argent pour l'entretenir et mon silence obtenu pour ne pas divulguer certains de nos petits secrets sur un blog, on n'aurait pu faire une belle paire de nouilles adorables en cuisine. Je lui dédie l'ensemble de « Un avant-goût de Saint-Valentin ».

 

 

 

 

 

 

 

picture032_11.jpg

 

 

picture041_11.jpg

picture068_22.jpg

16:44 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (1)

Un avant -goût de Saint-Valentin (part 9)

Jour J-2. Vous commencez à paniquer? Oui, je vous vois venir, vous préféreriez bien niquer ce jour-là. Mais voilà, Les idées vous manquent. Vous avez bien ce plan cinéma avec « Valentine's Day ». N'y allez pas. Rien que le titre vous annonce la catastrophe de votre nuit. Vous pensez immédiatement à « The Day after » ou à « Apocalypse Now » ou en encore « D Day » et « Indépendance Day ». Que de la destruction, que de la confusion, que du meurtre. Comme aphrodisiaque, c'est aussi fort que le bouquet de roses convenu. Bien que vous ne vous considériez pas con du tout et très romantique.

Vous voulez de l'humour, du décalé, de l'érotique? Oubliez le cinéma, et regardez ceci. Et n'oubliez pas la petite morale première de l'amour. Sans argent, vous n'êtes qu'un pauvre clochard abandonné de tous, y compris de vos enfants. Faites gaffe à votre porte-monnaie...

 

 

 

 

 

 

P.S. 9 régates pour Pacha K Mac, peut-être la 1ère pour Oracle-Alinghi tout-à-l'heure. Le vent censure, le vent assure, le vent rassure et les tam-tams de l'amour jouent leur danse du ventre.

08:16 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

Un avant-goût de Saint-Valentin (part 8)

Nous sommes le 12 février 2010. Dans deux jours, nous fêterons dans le monde entier la Saint-Valentin, la fête de l'amour, la fête des amoureux.

Pour beaucoup, cette fête ne rime à rien sauf à faire carburer le business. Pour d'autres, elle rime avec le cynisme et les comportements trash. Pour la dernière catégorie, les romantiques, elle signifie encore l'aventure amoureuse, le plaisir de partager ses sentiments et de ne pas seulement consommer du sexe, cette jouissance rapide et bâclée dans les vapeurs alcooliques et stupéfiantes plutôt qu'honorer les sentiments humains par des gestes érotiques et raffinés.

Nous nous faisons peut-être la guerre parce que nous préférons le cynisme à l'engagement de partager nos biens avec nos semblables. Il ne faut y voir là aucun moralisme. Juste une consternante constatation que l'humain peut se comporter en con à n'importe quel moment de sa courte existence. Par contre, chacun et chacune d'entre nous pouvons choisir notre connerie. Celle de croire en un Dieu tout-puissant pour certains, celle de croire à l'Amour pour d'autre. Ceux qui ne croient en rien s'appellent des scientifiques. Ils n'examinent que les preuves formelles d'une vérité qui se transforme pourtant sans cesse au cours des millénaires. Je préfère les preuves d' Amour à toutes les autres preuves. Car l'Amour nous oblige à choisir, à souffrir, à s'engager pour une cause ou une autre.

Voici deux vidéos à partir du film « Dune » de David Lynch. A deux jours de la Saint-Valentin, nous pouvons réfléchir à l'importance de l'eau et du désert dans nos existences.

 

" Tu es né de la poussière d'étoile et tu retournera poussière "

 

 

 

00:22 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)