11/02/2010

Un avant-goût de Saint-Valentin (part 7)

Recevoir des sms brûlants de la part d'une fille que tu connais aussi peu que ton exploration personnelle du Sahara, te donne des idées d'aventure et d'ouverture sur un imaginaire difficilement transmissible. Tu te retrouves dans une sorte d'atmosphère rarissime ou le mirage fiction prend la forme d'une réalité irréelle. Tu es projeté dans une oasis d'une telle clarté et d'une telle beauté que tout te paraît trop incroyable pour être vrai. Alors même que tu croyais être abandonné à jamais dans une sorte de désert sentimental définitif et sans retour possible, te voilà l'amoureux d'une fille des dunes. Les cantatrices du désert roulent sur ses hanches pareilles à des sons sortis d'un instrument  nouveau. Elle laisse deviner les formes de l'absolu pureté, de l'amour, du bonheur partagé. Son corps chante, son corps m'aspire et m'inspire et je crois avoir perçu l'avenir d'un amour durable là devant moi. La rejoindre, seulement la rejoindre bientôt sur les dunes et voyager avec elle dans « Dune », notre Thriller rien qu'à nous deux. Quel cadeau divin reçu du ciel pour Noël!

 

 

 

 

Notre tête à tête amoureux,

Princesse Imen Imri,

se réalise en direct sur la blogosphère.

 

Et bientôt dans la réalité pour toujours.

 

 

 

16:47 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

Un avant-goût de Saint-Valentin (part 6)

 

Un univers sans amour, un monde sans enfants, une nature sans animaux ni plantes, et vous vous retrouvez sur Mars. C'est peut-être très tek-poésie de vouloir partir tout là-bas. Mais si vous avez la fibre sentimentale, les petites fleurs bleues et les papillons qui volent autour de vous, je pense que vous allez mourir de rire avec moi en répétant à tous ces idiots l'espace: « Aller! Ouste! Envoyez-vous en l'air, Allez visiter Mars, Jupiter, Vénus, Neptune, la Lune, ou n'importe laquelle ou lequel de ces dieux et déesses, et laissez-nous la Terre avec nos déesses et nos gosses qui nous font pleurer de rire avant de nous faire pleurer de souffrir ».

Je vous entraîne ce matin pour une Saint-Valentin des Mille et Une nuit exceptionnelle avec la mutine Haifa Wahbi... De l'érotisme et de l'humour à dose concentrée. Et un final à faire mourir de rire les féministes, et à pleurer de souffrir les machistes. Façon de prouver que le monde musulman évolue souvent plus vite que nos ombres jetées sur nos stupides préjugés. En avant la musique. Si vous choisissez le plan oriental, Madame ou Monsieur, n'oubliez pas de faire passer en boucle « Lebanon » sur votre poste. La voix de la dame ouvriront vos sens à des ébats torrides... Mais en amuse-bouche, une danse orientale de toute beauté présentée à votre partenaire ferait bien dans le paysage...Ou bien l'inverse aussi. Vous le travestissez en danseuse orientale et hop, déhanche-toi mon petit vieux que j'examine ta souplesse. La chanson s'y prête bien.

 

 

 

09:02 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (5)

10/02/2010

Un avant-goût de Saint-Valentin (part 6)

 

PÔVRE CLOCHE !

 

T'a passé le témoin

comme dans une course de relais.

Tu m'as dit du moins

j'me donne jamais au rabais.

 

Du vent, du balais dans la chambre.

J'suis parti en fumée très loin

de toi dans cette fusée de novembre

en pleurant, et serrant fort mes poings.

 

J'avais tout prévu,

l'argent, l'amour, le chalet

et même de l'imprévu

pour q'tu restes libre sans délai.

 

J't'avais promis de changer

ma vie et ma misère en succès.

Mais voilà je suis resté en danger

de disparaître sans succès.

 

On a tenu six ans

comme des enfants de coeurs croyant

au bon dieu pour nous sauver

et aux humains pour nous aimer.

 

Aujourd'hui, t'es partie.

Notre conte de fée est fini.

La barre était trop haute

et je l'ai prise dans les côtes.

 

Mais quand tu sautes

dans l'amour tu deviens cosmonaute.

Tu crois toujours à la gloire,

au respect, à l'honneur de la victoire.

 

Tu crois pouvoir décrocher la lune

alors qu'c'est son pouvoir d'attraction

qui t'attache ferme à sa lune.

C'est alors que la lune décroche

et qu'tu tournes en gravitation

comme une toupie en perdition.

Pôvre cloche !

 

By By Milky Way.

Et que Dieu te protège dan ta galaxie nuptiale

parmi les hommes et les chacals.

23:39 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

Un avant-goût de Saint-Valentin (part 5)

 

Putain, ça penche, jolie Pervenche. A vent couvert, Alinghi se prend l'or olympique en pleine pomme tandis que du haut de son Oracle, Larry Ellison Flint se prend la barre Terelli d'Ernesto en pleine poire. Drrrring! Tirelire! Putain, ça penche et va falloir que Kirsty présente un sacré tour de hanche à son barreur de mari pour oublier que son ex maîtresse russe elle coûte devrait son saladier d'argent au Larry Ellison Flint de la voile. Putain, ça penche salement sur leur planche à voile. On dirait que ça va chattement virer sec dans le coeur des derniers supporters. Mais pourquoi ils ne sont pas à Verbier en train de faire du ski, ces deux équipes de nazes? A force de jouer les Brice de Nice, ils vont finir par demander à Dieu le secours d'Eole. Et dire que le luxe, c'est sensé rendre calme et voluptueux. J'ai comme l'impression qu'ils commencent à énerver tout le monde sur leurs petits navires de guerre économique déguisés en vamps gracieuses et volatiles des mers. Putain, ça penche. Et pourquoi pas un joli Big Bang et un Hublot qui se prend les talons aiguilles d'une copine jalouse dans la tocante pour ce match-racing pas piqué des Biver? Et en Alaska, j'te dis, y'avait de quoi tenir les harengs au frais. Au moins tout le monde se les gèlerait, et on aurait fini d'entendre parler d'eux. Congeler pour l'éternité, le duo Alinghi-Oracle. C'est le couple maudit parfait crucifié comme Jésus en pleine gloire dans sa 33ème Coupe de l'America. Cela tombe bien. C'est Carnaval. On va envoyer la Guggenmusikr de Delémont sur les deux bateaux ivres. Déjà qu'ils dorment, on va les réveiller ces marins prodigieux qui jouent les gros malins en plein hiver.

C'est l'été à Vancouver, c'est l'hiver à Valence. Allô chérie, on mets les voiles pour un été de porcelaine? Mais avant ça, On va aller taquine le goujon avec ce diable de Souchon qui jette son bouchon et joue au cornichon avec la jet-set. On suit avec notre grande histoire d'amour toute fraîche assaisonnée par Indochine qui l'a dédicacée « Au Nombril du Monde », c'est-à-dire à Bibi, votre commentateur. Ensuite, on s'envole pour Vénus, histoire de dire que notre Saint-Valentin, on la passera par téléportation einsteinienne pour éviter toute bavure meurtrière. Enfin notre été de porcelaine, rien que pour nous deux, et aussi pour tous les amoureux qui reconnaissent la fragilité et la solidité de chaque amour naissant et durable.

 

Vous êtes sur Radio Pacha K Mac, la radio qui vous rendra possible l'impossible amour.

 

 

 

 

 

 

15:07 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)

09/02/2010

Un avant-goût de Saint-Valentin (part 4)

Pour les couche-tard, pour celles et ceux qui travaillent ou qui rentrent du travail, pour celles et ceux qui vont se réveiller bientôt, à toutes celles et tous ceux qui vivent par amour et pour l'amour, voici trois superbes et luxueuses vidéos. Les deux premières sont destinées à vous endormir avec de beaux rêves à l'esprit, ou alors à vous réveiller tout en douceur depuis votre bureau. La troisième, c'est pour vous secouer l'esprit et le corps. Faites gaffe, c'est comme si vous étiez en train de rêvasser à votre dernière nuit de folie, et que soudain votre chef bondisse dans votre espace privé et vous sommes de vous secouer. Alors, comme on dit, mieux vaut prévenir par une décharge électrique envoyée dans l'échine dorsale par une musique envoûtante plutôt que guérir le rêve amoureux langoureux par la voix épouvantable du pitbull de service qui vous aboie ses ordres. Avec un peu de chance, vous allez même entraîner votre chef de meute dans la danse. On peut toujours rêver d'une hiérarchie cultivée et passionnée...

Ici Radio Pacha K Mac, la radio qui vous parle d'amour tout en douceur pour vous aider à préparer votre soirée galante de la Saint-Valentin.

 

 

 

 

23:54 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (0)