30/01/2011

Jazzmine de Bouazizi en l'honneur de Rached Ghannouchi

 

O Jazzmine de Bouazizi

sur ta charrette de fruits

le feu céleste des armées de Dieu

avait pris rendez-vous pour monter vers les cieux.

 

Jazzmine danse pour Mohamed

et pour le peuple de Sidi Bouzid

Jazzmine de Bouazizi

Allah t'es venu en aide.

 

Jamais si terrible catastrophe humaine

c'était transformée en si splendide victoire.

 

Fallait-il un ange pour changer le monde?

Fallait-il un archange pour une nouvelle alliance?

Fallait-il ce sacrifice humain pour purifier la bête immonde

de sa corruption, de sa mafia, de sa débauche?

Fallait-il l'immolation de Mohamed pour cette Renaissance

à la vie et à Dieu?

 

Une aile de papillon peut toujours tout changer

mais combien de battements d'ailes avant le changement?

 

Jazzmine de Bouazizi

fille imaginaire et rêvée du désert

née de la Révolution du Jasmin

et de son héros national tunisien Mohamed Bouazizi.

 

Bienvenue au monde à toutes les futures Jazzmine de la Terre.

 

« Mon mouton, je l'appellerai Vendredi

Evasion spéciale île occidentale

Sac à dos partir loin d'ici.

 

J'aurai toujours les youyou qui résonnent dans ma tête

à la quête du bonheur

à la quête d'un grand amour

loin de ma misère sociale.

 

Viens mon amour hors de ma misère

mon plus fidèle compagnon

limite frontière noire.

 

T'es qu'un malade mental

plus rien à perdre en orient

sur cette route pour gagner mon eldorado.

 

Perdu les otages d'une dictature

revenu à la maison avec toi au fond du coeur

rose et jasmin pour l'été suivant.

 

J'mens pas

valeur sentimentale

ça va de soi.

 

Moi je suis de Kabylifornie

Algérie Maroc Tunisie

Maghreb United tous unis derrière lui

Viens avec moi Jazzmine mon amour.

 

Lève-toi et danse

avance comme ça

ça fait plaisir tu vois.

 

Me lâche pas

Laisse-moi vivre toujours

au pays de tes jasmins.

 

j'me considère heureux d'être encore en vie

pourvu que ça dure

des lustres de miel entre toi et moi.

 

Un beau bébé pour l'heure

caché au monde

Jazzmine

Révolution de Jasmin

Renaissance

Maghreb United

pour Ennahda »

 

 

picture04222.jpg

En souvenir de Djerba et d'une chanson d'amour, 31 décembre 2009 (Réveillon en blanc d'une future union bénie).

P.S. Vendredi 17 décembre 2010, immolation de Mohamed Bouazizi + 7 = 24 décembre, première victime de la révolte populaire, Mohamed Ammari est tué par balle par la police + 7 = 31 décembre, la fleur de jasmin arrive à sa maturité + 7 = 7 janvier, Kasserine et Thala, à la veille des tueries, vont être les villes de la 1ère vague de la Révolution partie sur Tunis + 7 = 14 janvier 2011, jour de la fuite de Ben Ali + 7 = 21 janvier, 2ème vague de la Révolution caravane de la libération en route vers Tunis pour faire sauter le gouvernement provisoire + 7 = 28 janvier, lendemain de l'annonce de l'exclusion au pouvoir des ex-ministres du parti de Ben Ali, à l'exception du 1er Ministre Mohamed Ghannouchi lui-même auto-exclu du parti RCD. La rue est en fête. Fin des manifestations. Préparation des élections présidentielles et législatives par le gouvernement provisoire. Retour au calme à Tunis.

Rappelons ici que le 7 était le chiffre fétiche de la magie noire des Ben Ali Travelsi. Et que leurs illusions du veau d'or ont été vaincues à travers le messager envoyé par Allah, Mohamed Bouazizi.

Rappelons aussi l'importance du 4 dans le déroulement des évènements avec le 24 décembre et le meurtre de Mohamed Ammari, le 4 janvier, mort de Mohamed Bouazizi, le 14 janvier, départ de Ben Ali, le 24 janvier avec la grève générale des lycées et des universités.

La révolution islamique ce n'est pas la prise du pouvoir du religieux par des barbus du Moyen-Age mais la prise du pouvoir de l'intégrité et de l'engagement personnel, de la dignité et la fidélité à l'amour, de la démocratie, de la spiritualité, de la beauté, et de la vérité sur la corruption et la démission des élites, leurs débauches, leurs dictatures, leurs bassesses des instincts, leur laideur, et leurs mensonges. Fasse qu'Allah protège la Révolution de Jasmin des mauvais sentiments et de la perversion.

LE SINGLE DU GRAND ORDRE DE LA KARABOUM

 

10:24 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

29/01/2011

Sortie d'Egypte: Hosni Moubarak et mon ami Nicholas Sarkosy

 

Parler de l'Histoire d'un peuple, c'est à la fois mythique et beau. On se rattrape comme on peut quelques mois plus tard....

 

 


Conférence de presse - M. Mohamed Hosni Moubarak
envoyé par elysee. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

EGALITE FRATERNITE PATRIE

22:20 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

La sortie d'Egypte pour le Pharaon Moubarak

 

L'Egypte n'était plus aux Egyptiens. Elle appartenait à la clique des "Poudres à perlimpin" qui avait ésemé dans tous les territoires du sud où le désert fleurit de mirages plus ou moins bien imaginés par des Machiavel sachant rendre fidèles tout un peuple grâce au prestige, je dirais plutôt, les tours de prestidigitation préparés et mis en scène par de grands prédateurs de l'Histoire. Même l'Italie, contaminée par les terres du Sud, a placé un des ces personnages grotesques et fantoches au pouvoir. Seulement, le Signor Berlusconi utilise la démocratie et non s'appuie sur la dictature pour faire régner un même style de gouvernement que ses amis authentiques du sud de la Méditerranée pratiquent avec un art consommé du cynisme le plus raffiné.

L'Egypte va appartenir désormais à son peuple. Si l'Italie y pense bien, elle a aussi une botte secrète pour à la fois foutre dehors d'un coup de botte au cul le grand fasciste interne et son ami tout près de lui dans le banga banga qui se tient au Sud, j'ai écrit le Grand Pervers Frère Muammar.

Après les peuples du Sud, l'Europe, et l'Italie en particulier, serait bien inspirée de faire pareil avec leurs retrousseurs de mineures.

Miss Kiss Bang « Coup de Botte au cul » aux grands dictateurs de la planète

 

16:02 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (3)

28/01/2011

Double-jeu des Américains. Savent-ils encore où ils vont?

 

Les Egyptiens donnent de plus en plus de voie. La Jordanie, le Yémen, et d'autres pays manifestent aussi de plus en plus puissamment. Les Etats-Unis n'en demandaient pas tant. Ils sont pris dans une tourmente géostratégique sans précédant. Soutenir encore les dictatures? Soutenir les populations quitte à voir basculer les régimes autoritaires arabes vers des démocraties soutenues fortement par les forces islamiques? Dilemme cornélien pour l'Empire.

Les incidences dans le monde arabe vont sans doute avoir des répercussions directes sur la Présidence Obama. En cas de perte d'influence sur ce qui constitue une bonne partie des réserves pétrolières du pays, Obama ne sera certainement pas réélu en 2012. S'il se montre autoritaire et du côté des régimes en place, il sera considéré comme un chef fort. S'il se montre conciliant avec les foules et son désir de démocratie, il sera considéré des Américains comme un président faible et sorti comme Jimmy Carter de son rôle de Président.

Le Président Obama n'a plus beaucoup de jours devant lui pour faire son choix. Si les régimes dictatoriaux tombent les uns derrière les autres, la stabilité du Moyen-Orient ne sera plus automatiquement assuré. Et alors gare au règlement de compte en Amérique. Si Obama parie sur la démocratie, ses chevaux seront dans un premier temps comme de jeunes poulains fougueux et désordonnés qui ne se laisseront pas guider facilement. Obama est-il un bon éleveur de chevaux et sait-il parler à leurs oreilles? Si il parie sur la répression et la dictature, la montée du terrorisme anti-occidental sera au rendez-vous avec de plus en plus d'acharnement.

Toute la tension du monde et son équilibre sont désormais réunies dans cette équation-là.

16:32 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les Frères Musulmans ne passeront jamais

 

Révolution de Jasmin, jour j + 14. Le gouvernement égyptien durcit le ton. Ce matin, jour de grande manifestation de l'opposition en Egypte, Internet n'a plus accès au territoire des anciens pharaons. Les arrestations se multiplient, surtout parmi les têtes pensantes des Frères Musulmans. Le miracle tunisien ne prendra jamais son essor pour la libération dans d'autres pays musulmans. L'Amérique a offert le vase électronique et l'eau médiatique à la fleur de jasmin des Tunisiens permettant ainsi sa survie pour deux raisons essentielles: premièrement, le mouvement islamique y est décimé et la population tunisienne y est très largement laïcisée; deuxièmement, la Tunisie connaît le bonheur de vivre pratiquement sans pétrole sur son territoire.

Il ne faut pas se leurrer. Si la force médiatique moderne et stratégique que représente l'Internet a été coupée en Egypte, c'est avec la bénédiction américaine même si celle-ci dit le contraire officiellement et demande à Hosni Moubarak de rétablir les droits à la liberté d'expression et à l'accès aux moyens de s'informer. Double langage de notre première puissance mondiale.

Pauvres peuples égyptiens et d'ailleurs. La dictature économique ne finira jamais, la realpolitik des puissants gagnera toujours sur les peuples opprimés. Mohamed ElBaradei est peut-être revenu au pays dans une sorte de fièvre idéaliste. Cela ne sera largement pas suffisant.

La dictature gardera son rideau de fer dans les pays arabes. La Tunisie, uniquement, sera un test à l'échelle d'un pays musulman, une sorte d'observatoire de la démocratie proche-orientale mis en place pour et par le monde occidental. Si la Tunisie réussit sa démocratisation, il y aura peut-être d'ici à 20 ans d'autres révolutions possibles. Si c'est l'échec, on peut oublier de notre vivant, que le monde arabe et africain se libère des dictatures.

L'Amérique n'est pas un enfant de choeur. C'est notre empire global des Pharaons. C'est aussi la première puissance mondiale qui tient à garder toutes ses ramifications et ses réserves en matière première face à une Chine des Samouraïs de plus en plus gourmande en ressources stratégiques. Ce matin, l'Amérique a repris la main sur sa région pétrolière. Après la bombinette tunisienne qui a explosée par surprise uniquement à cause d'un Président dépassé par la cupidité de sa vorace épouse, il ne laissera pas la bombe atomique démocratique explosée dans les contrées à régimes et vocation autoritaire. Trop risqué. Les dégagements de radiations islamiques seraient trop nombreux. Le clergé du dieu matérialiste continue à soigner ses ouailles les plus fidèles et à persécuter celles qui lui sont infidèles à la cause cherchant ailleurs le bonheur, dans d'autres idéaux moins axés sur le vide régénérateur de gadgets fabriqués pour et par la main de l'Homme. Les musulmans, tournés vers les sources spirituelles du Ciel, n'auront hélas pas la chance de voir une autre forme de démocratie poussée sur les champs de jasmin tunisiens.

Notre monde restera à deux vitesses. Une qui vit sous des régimes tournants élus politiquement par les peuples, monde occidental faisant la leçon aux dictatures du monde. Et l'autre qui vit sous dictatures artificiellement créées, élues stratégiquement et défaites à travers la guerre par les chefs d'Etat les plus influents du monde, dictatures d'abord privilégiées puis parfois honnies exploitant et torturant leurs peuples essentiellement pour leur propre confort et le confort des masses du Nord occidental dans le but de maintenir leur niveau de vie et de consommation.

« Les colonies dictatoriales de l'Occident ». Voilà l'état des lieux maudits en ce début de XXIème siècle. Les esclaves modernes n'ont pas fini de souffrir, et le terrorisme international a encore de très beaux jours devant lui.

Merci la Tunisie d'y avoir cru jusqu'au bout. Vous serez les seuls à rejoindre le camp des élus démocratiques grâce à votre courage et votre volonté exceptionnels, à un Président à bout de souffle et sa femme too much, et à vos martyrs morts pour la cause. Un coup de poker menteur qui vous a réussi.

P.S. Ne relâchez surtout pas la pression, ô peuple de Tunisie. Le loup est encore dans la porcherie occidentale de Carthage prêt à fariner sa patte pour dévorer vos moutons d'Allah. La Tunisie devra rester extrêmement vigilante si elle ne veut pas voir revenir à la tête du pays le spectre d'un cleptomane. Elle est seule dans sa lutte. Et même la France officielle, son soi-disant allié, semble soudainement moins empressée à envoyer des bataillons de flics défendre la Révolution de Jasmin comme elle aurait voulu défendre la « Corruption connexion de Ben Ali ». L'Occident choisit bien mal ses amis.

 

08:51 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)