28/01/2011

Le Colonel Kadhafi en faveur de la Révolution de Jasmin

 

Muammar Kadhafi a le sens du peuple tunisien. Il le caresse dans le sens du poil à gratter avec sa brosse à chameau après avoir tant aimé son ami Ben Ali.

A croire qu'il souhaite lui aussi un soulèvement populaire dans son propre pays pour le soulager de sa charge phénoménale, lui qui mérite amplement une bonne retraite anticipée avec l'agrément totalitaire des démocraties du monde.

« Mon ami Muammar », comme dirait Jean Ziegler, « il est temps de larguer l'oligarchie des dictature et de te mettre au service de la révolution populaire avec le peuple si tu veux rester populaire ».

A carnaval 2011, on aura peut-être droit à un Muammar qui se promène avec sa pancarte personnelle en Suisse dans le Jura ou à Bâle:

 

Dégage, Kadhafi

 

 

"JE SUISSE POUR LE DJIHAD POPULAIRE DU PEUPLE LIBYEN"


00:26 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

27/01/2011

Le boulet de la Révolution de jasmin passe par Djeddah

 

Vont-ils oui ou non être remis à la justice tunisienne? L'Arabie Saoudite doit désormais faire avec le mandat d'arrêt international d'Interpol adressé par la Tunisie contre le couple Ben Ali – Travelsi

Il y a sans doute très peu de chance pour que le Royaume se mette volontairement à la disposition de la démocratie naissante en Tunisie. Il serait sans doute permis de croire en la justice du Coran concernant un pays qui se permet de mettre en avant la Sharia comme seule loi valable du Royaume. Combien de mains coupées pour le clan Ben Ali?

Aucune, bien évidemment. Charité mal ordonnée ne commence jamais par celles et ceux qui revendiquent et 's'appuient sur le Coran pour torturer le peuple mais jamais ses propres princes et dignitaires archi corrompus, vicieux, et plein de cruauté, qui eux, par Allah, le leur pas le nôtre, ont décidé à jamais que la « justice divine » s'adressait au petit peuple désargenté mais jamais à eux, grandes splendeurs orientales présentant leurs faces de crabes aux pinces d'or devant les médias du monde entier. « La démocratie? C'est quoi ça? Un rassemblement d'Occidentaux dépravés qui veulent la mort de l'islam? » Non, Messieurs les Princes du Golfe. Juste la mort de toutes les puissances machistes et élitistes de ce globe.

Le vent de la liberté à Djerba. Le boulet de la Révolution de Jasmin à Djeddah.

Djerba la Douce se souviendra longtemps encore des parfums du jasmin et de Leila Travelsi, la vampire au service de la mort du peuple.

Ali pacha

La ballerine de Tunis et son boulet de la Révolution populaire

 

 

15:54 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

L'auto-défense: d'abord une attitude désarmante

 

Un bon citoyen est-il un citoyen qui sait renoncer au fusil à domicile ou au contraire un citoyen qui ne l'utiliserait que dans le cas extrême d'une agression extérieure à son foyer, que cette agression soit militaire ou civile?

Difficile de donner raison à un camp ou à un autre...lorsqu'on craint une attaque extérieure. Car il vrai que les armes remis à des criminels ont un potentiel de danger bien plus important qu'une arme remis à un honnête citoyen qui sait se servir d'un flingue qu'aux moments extrêmes d'une existence.

Hors, justement, ces moments extrêmes peuvent être aussi des instants de crise personnelle poussée à son paroxysme par toutes sortes de facteurs extérieures autres que le crime ordinaire ou une attaque militaire et donc interne à la famille (chômage, problèmes économiques ou sociaux, crise de jalousie, adultère avéré ou non, grosse colère non contrôlée). Donc l'arme est un risque potentiel pour toute famille qui habite notre pays possédant une arme d'ordonnance, ou autre, à domicile. Elle peut être rangée dans un placard pendant des années et soudain, comme un diable, ressortir sur les lieux d'une dispute familiale ou entre voisins dépassant les limites usuelles. Est-ce infantiliser le citoyen que de le priver de son arme? Je pense que non. C'est lui donner au contraire une confiance encore plus importante dans sa gestion des crises, y compris celles qui concernent une attaque criminelle contre sa famille. Il est certain que devant des gens hyper décidés de commettre un crime, il ne pourra rien faire sans armes si ces gens ont planifié un meurtre. Mais pourrait-il le faire avec un fusil si, pris par surprise, un homme ou un groupe de personnes qui ont planifié leur crime à l'avance les assassinent lui et sa famille? A moins de l'avoir à porter de main et chargé, sous le lit, comme Oskar Freysinger... On frise la parano et surtout l'accident familial où un enfant trop curieux se saisit de l'arme...

Hors nous parlons ici avant tout des personnes suicidaires ou qui, dans une crise de folie, passent soudain à l'acte et suppriment leur propre famille avec un flingue ou une autre arme sous la main (couteaux, objets permettant de causer la mort). Une personne sur deux perd la vie en Suisse dans un homicide commis à l'intérieur du cercle familial. Pour ma part, il me semble que l'attitude la moins dangereuse, lors d'une crise de folie d'un des membres de la famille, est encore d'éviter, dans un premier temps, toute discussion et de battre en retraite en trouvant n'importe quelle prétexte hors sujet (par exemple un des enfants qui a besoin d'aide scolaire) au lieu d'aller à l'affrontement soit par des paroles qui se voudraient rassurantes soit par un surenchérissement des attaques verbales. La personne atteinte trop gravement dans son intimité ne tuera pas l'être aimé d'une balle dans le dos car, dans sa folie, c'est le visage qui a trahi qu'elle veut voir mourir, pas la personne en elle-même qui lui tourne les talons. La personne folle furieuse pourra alors avoir un espace de survie respecté pour apaiser sa haine tandis que l'autre personne, objet de sa haine, ne fera plus obstacle à sa vision. Il se peut alors fort bien que la personne en état de crise décompresse et renonce à son geste fatal tandis que l'autre personne cherchera d'urgence, dans l'entourage immédiat, une personne neutre et capable qui pourra venir discuter tranquillement avec la personne en état de danger immédiat pour sa propre survie.

Le fusil à domicile est une sorte de diable poser dans un coin qui ressurgit au moment du service militaire. Un diable qui peut aussi très bien prendre l'apparence du Mal pour toute la famille si on le laisse dormir à la maison. A chaque citoyenne et citoyen de voter au plus près de sa conscience.

 

09:05 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (4)

26/01/2011

La Révolution de l'Olivier s'appelle Besancenot

 

Le postier marxiste de France à fait le voyage de Tunis pour vivre sa première révolution en direct. Complètement ému devant la révolution de jasmin et la volonté populaire, il s'est écrié:

« Vous imaginez ça devant L'Elysée? »

« ça » c'est la jeunesse de Tunisie, toute la jeunesse sans âge qui tient en haleine la planète mondiale depuis 1 mois. Besancenot rêve en trois dimensions, voir en quatre, en cinq, ou même en six. A la septième, il aura atteint Allah qui lui demandera pourquoi il est athée. Et Besancenot lui répondra alors: « Mais Seigneur, je croyais qu'un révolutionnaire ne croyait pas en Dieu, opium du peuple et objet de la tyrannie des rois, mais en l'Homme » Et Allah de lui répondre: « Olivier, si t'avais été musulman, t'aurais fumé du jasmin du Prophète mais comme t'es athée tu vas d'abord passer par le Jardin des Oliviers pour faire connaissance de Jésus qui te dira comment un bon révolutionnaire qui se respecte est d'abord proche de Dieu, puis ensuite des Hommes ».

Mais côté révolution, le gars sait déjà y faire pour brouiller le gouvernement dans sa mélasse. Petite vidéo pour vous montrer l'imagination du gaillard au service de la nation...

Amies et amis Tunisiens, engagez Besancenot pour changer de ministres. Vous verrez, lui sait faire parfaitement le tri entre les corrompus et les corrupteurs.

 

22:02 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Les jeunes Tunisiens ne veulent aucune récupération!

 

Ils sont fiers de « leur révolution » les jeunes Tunisiens et Tunisiennes. Ils veulent en récolter les jasmins. Alors pour eux, tous les politiciens de n'importe quel bord qu'ils proviennent sont des politiciens à la solde de l'Europe et de l'Amérique. Qui veulent-ils au pouvoir? Que cherchent-ils vraiment au-delà du rejet des leaders de « l'extérieur » opposés au régime Ben Ali et revenus en Tunisie pour participer aux prochaines élections?

Si tout le monde doit dégager, il ne restera qu'une nouvelle dictature au sommet de l'Etat. Les jeunes Tunisiens et Tunisiennes ne veulent sûrement pas de cela. Ils devront apprendre à devenir réaliste après l'utopie de vivre sans aucun gouvernement, sans aucune autorité, sans aucun pouvoir. Partout dans le monde, le pouvoir existe pour le meilleur ou pour le pire. Le pire, ici, serait que la Tunisie se transforme en nouvel Irak ou Afghanistan avec ces clans, ces tribus, ces attentats terroristes, sa détresse totale. Jeunes de Tunisie soyez conscients et lucides devant vos propres nouvelles responsabilités de construire une jeune et belle démocratie.

 

16:02 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)