09/01/2011

Le bilan d'un oiseau migrateur

 

Il avait atteint l'âge de raison. Mais lui, il était resté déraisonnable. A fond, tout au fond des gouffres, et parfois au ciel, aussi. C'était un homme aux tempes grisonnantes dont la vie ressemblait à un trekking népalais ou saharien permanent. Tout en haut de l'Everest à -50 degrés sous zéro avec comme ivresse l'altitude amoureuse quasi divine. Ou alors tout en bas, dans le désert, à +50 degrés. trouvant au milieu des sables une princesse d'eau fraîche et d'azur déclenchant l'imagerie cinématographique d'un conte amoureux des Milles et Une nuit entre un insultant chronique de la classe dirigeante corrompue et une consultante de messie improbable rompue à la mystique coranique.

Avec ses squats professionnels nécessaires à faire bouillir l'eau de la marmite et à nourrir ses enfants, ses accidents de parcours, ses détresses morales et financières, l'homme avait vécu, on devrait plutôt écrire survécu, comme il l'avait voulu "sans faire exprès" tout au long de sa vie: un sorte de gitan sans roulotte, sans guitare, sans le titre. Mais un gitan quand même qui n'acceptait ni les frontières, ni les profondes injustices, ni l'ignorance des nantis, ni la haine des jaloux, ni l'envie des pauvres, ni le cynisme des profiteurs, ni l'intolérance des gens dès que tel ou tel être humain sort des sentiers battus par le troupeau des moutons suivant le cadre strict, le plan de carrière voulu, la vie petite bourgeoise bien organisée et bien arrangée, avec ses pots de bégonias et de géraniums aux balcons, ses nains de jardin ou sa haies de cyprès, ses vacances et week-ends planifiés, ses mômes empruntant la filière idéale des études supérieures prévue par maman et papa.

L'homme de 50 ans n'avait pas raison malgré son âge de raison. Il n'en faisait qu'à sa tête qu'il perdait de plus en plus souvent pour dessiner la vie piétinante des moutons du haut de son écran d'ordinateur. Son but n'était pas de sacrifier les moutons bêlants dans une sorte de testament à Dieu. Son but était de glorifier la vie, le respect de la vie et l'amour de la Création. Pour cela, il perdait un temps fou à méditer sur tous les thèmes, ce qui l'empêchait de vivre sur la planète Terre avec tout le confort dont il aurait pu rêver. "Emmène-moi sur ta planète" imaginait-il souvent dans un discours avec le Petit Prince de Saint-Ex. Car sur la Terre, il était devenu un grand déraciné, bien qu'ayant vécu quasi toute sa vie au pays. Un déraciné qui avait retourné ses racines vers le Ciel afin d'y puiser l'eau dans la pureté de l'infini plutôt que dans les terres polluées par tous les toxiques de notre époque. La tête en bas, il respirait de moins en moins cet air vicié qu'il avait pourtant accepté de consommer avec frénésie à une certaine époque de sa vie. Aujourd'hui, il se bouchait bouche et nez, frisait l'asphyxie volontaire et l'exclusion finale hors de cette société qui le trouvait de plus en plus étrange et trop étranger à ses croyances et ses habitudes.

C'était un homme décalé, avant d'être recalé définitivement, ultime destination de l'homme marginal, pour le reste de ses jours à vivre. Il ne trouvait plus la flamme pour continuer son job de saltimbanque des casseroles. Elles ne l'amusaient plus du tout ses jolies figurines d'acier et d'aluminium qui sans cesse prenaient la graisse, les résidus, et la suie à la suite d'un bon plat cuisiné. Plonger dans l'eau de vaisselle, frotter, dégraisser, et recommencer le manège de la Mère Souillon. Des milliers et des milliers de fois. Tout cela pour satisfaire quelques estomacs grassouillets venus se remplir, l'air gai ou soucieux, avec le regard sympathique de celles et ceux qui reconnaissent à la fois le plat de bon aloi mitonné pour les papilles et l'ingratitude du job, ou, nettement plus déprimant, ceux vides et sans expression de ces visages indifférents à celui qui vient de les nourrir pour la journée.

L'homme avait-il envie de partir? Sans doute. Mais pour où? Pas dans un pays où l'injustice frappait encore plus les citoyennes et les citoyens. Pas pour une illusion de fuite qui ne mènerait vers nulle part. Il avait juste envie de se mettre en marche, de larguer ce nécessaire besoin de productivité, cette obligation absolue d'être rentable et solvable à la société de consommation. Il avait envie d'être libéré de ses obligations de servir l'armée des soldats du capitalisme. Trouver autre chose de mieux, être réformé, être viré, être reconsidéré. Il était seul. Il regardait autour de lui. Et tout le monde le fixait lourdement en lui rappelant son bilan catastrophique qui n'avait cessé de faire faillite en passant en revue sa vie, ses pertes nombreuses et ses profits minimes mis au bénéfice d'un jardin secret qu'il dévoilait comme un chapelet de perles des profondeurs adressé aux humains.

L'homme de 50 ans, sans qualités ou aptitudes pour la compétition et l'acharnement des besoins frénétiques, atteignait la sortie de secours de son cinéma comme un grand brûlé qui s'était bouté le feu par désespoir de ne jamais avoir un autre signe distinctif que « travailleur dans le secteur de la restauration » sur sa fiche de chômage et « insolvable » sur son fichier de l'Office des poursuites.

Il rêvait d'une nouvelle vie, avant d'établir son bilan définitif. Voyage en Tunisie, sans soucis d'argent, puis mariage sans dette envers la société. Libre, simplement libre d'aimer sa princesse grâce à la manne divine tombée sur la tête d'un croyant.

Dieu n'avait-il pas oublié de lui lire son bilan de migrant, à cet homme, avant de lui envoyer par miracle, ou par supplice, cette si douce fille du désert?

 

11:34 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (5)

06/01/2011

Touche pas au Feu!

 

La main de Fatma

 

SOURATE CXIII (113)

 

L'AUBE DU JOUR

Donnée à La Mecque. - 5 versets.

Au nom de Dieu clément et miséricordieux.

1. Dis : Je cherche un asile auprès de Dieu dès l'aube du jour,

2. Contre la méchanceté des êtres qu'il a créés,

3. Contre le malheur de la nuit ténébreuse quand elle nous sur­prend,

4. Contre la méchanceté des sorcières qui soufflent sur les nœuds,

5. Contre le malheur de l'envieux qui nous envie.

 

85% des valeurs occidentales ne seraient pas compatibles avec le Coran selon certains sites anti-musulmans. Prouvons que le rapprochement vaut mieux que la discrimination, que l'explication vaut mieux que l'insulte, que la mise en garde est garantie de compassion et de respect du prochain alors que les chiens de garde lâchés sur des proies apeurées sont synonymes de rage et de haine. Faisons de ce fossé spirituel pressenti un tremplin de connaissances mutuelles ensemençant d'un sang neuf les consciences endormies, soumises et formatées exclusivement aux standards des valeurs marchandes de notre temps.

Touche pas à mon pote! La lutte anti-terrorisme est une lutte contre l'ignorance. Car Dieu jugera du Feu promis aux scélérats, aux pervers, aux êtres humains se comportant mal envers leurs prochains. Dieu s'oppose au Mal distillé par Satan. Il laisse les humains se brûler eux-mêmes, en tout exercice de leur libre-arbitre, au feu de l'enfer et au goût futur, amer et définitif, de la Géhenne. Dieu n'ordonne pas de tuer physiquement les ennemis de Dieu. Ils ordonnent d'abord aux Croyants de ne jamais rejoindre les mécréants dans les supplices du Feu, ensuite de les "tuer" une première fois symboliquement par le rappel incessant des commandements, et non par volonté de racisme et d'élimination physique de l'infidèle sur Terre. Cela afin de l'avertir sans cesse, dans et par la Miséricorde de Dieu, du danger qu'il coure à se pervertir et à oublier Dieu. Avant que Dieu ne le juge au Ciel au Jour du Jugement dernier, tout être humain peuplant notre Terre à le droit de suivre sa propre destinée sans qu'un autre humain ne provoque son élimination volontaire pour non soumission à Dieu.

Le 11 septembre 2001, des terroristes ont condamné à mort par le feu de leur haine de l'Autre, et non par la Grâce, l'Amour, et la Lumière de Dieu, des milliers de personnes nullement préparées à disparaître de la Terre. Ces terroristes ont rejoint, par leur crime odieux, le feu des infidèles les plus coupables ne respectant ni la vie d'autrui ni la mort dont seul Dieu décide du Jour et de l'Heure, ni la croyance de croyants innocents pris au piège dans les flammes des deux tours.

Voici venir le temps de l'Entre-Connaissance, le temps de l'agir en paix et en bonté. Voici venir le temps de l'Amour et la Croyance en un Dieu seul juge de nos individualités et de nos communautés.

Ci-dessous reproduit l'appel à la fin du terrorisme, manifestation du 13 janvier prochain à Genève.

 

ACOR SOS Racisme

Place Chauderon 3, 1003 Lausanne

0800 55 44 43

 

Halte à la barbarie. Halte au terrorisme

Appliquer – partout - la Déclaration universelle des droits de l’homme

Développer nos sociétés multiculturelles

 

La Fondation de l’Entre-connaissance et ACOR SOS Racisme lancent un appel commun à dénoncer la barbarie terroriste qui est commise au nom de la religion et les politiciens sans scrupules qui instrumentalisent et profitent de la confusion.

Au soir du 31 décembre un acte de terrorisme barbare a tué devant leur église et à la sortie d’un culte 23 fidèles de la communauté chrétienne copte d’Alexandrie et blessé des dizaines de personnes. Et nous n’oublions pas non plus l’attentat perpétré en octobre 2010 contre la communauté chrétienne irakienne.

Longtemps, pour ne pas gêner les gouvernements de ces pays, l’Europe et l’occident se sont contentés d’un silence dangereux qui n’a fait qu’empirer la situation.

Attribué à El Qaïda cet attentat s’inscrit dans une série d’agressions récemment commises contre des Chrétiens dans le monde et soulève à juste titre notre plus ferme indignation.

Faut-il le rappeler? Le 17 novembre 1997 un groupe islamiste égyptien massacrait 62 personnes à Louxor, dont 36 touristes suisses, au cours d'une chasse à l'homme rythmée par les exécutions dans le temple Hatshepsout. Et cet attentat n’avait pas alimenté la vague de méfiance ou d’hostilité contre les musulmans que nous connaissons aujourd’hui.

Oui, des minorités politico-religieuses manipulent la foi pour provoquer un conflit de civilisation entre l’occident et l’orient et nous les condamnons. Nous n’oublions pas non plus que de nombreux attentats frappent également des communautés musulmanes.

Mais nous condamnons également les forces politiques et religieuses qui manipulent les émotions que provoquent ces crimes en suggérant une responsabilité de l’islam tout entier, une complicité de tous les musulmans.

Notre condamnation de tous les attentats terroristes est intransigeante, elle s’exprime au nom

  • de notre refus de toutes les formes de racisme et de fanatisme

  • de notre volonté de voir appliquer partout la Déclaration universelle des droits humains,

  • de notre certitude que seule une société multiculturelle et démocratique pourra triompher des replis sur soi communautaires et identitaires,

  • et qu'une telle société doit reposer sur des institutions laïques.

Notre condamnation ne doit pas se limiter à des paroles mais prendre la forme d’un engagement public à combattre les fléaux du terrorisme et du racisme.

C’est pourquoi nous vous appelons à participer au rassemblement de protestation qui se tiendra jeudi 13 janvier 2011 de 18h à 20h sur la Place de Neuve.

Fondation de l’Entre-Connaissance ACOR SOS Racisme

Hafid Ouardiri Karl Grünberg

Soutiennent cet appel et participent au rassemblement organisé le 13 janvier 2010

Appel spirituel de Genève, Association des Tunisiens de Suisse, Plateforme interreligieuse de Genève, solidaritéS, etc.

 

11:27 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (5)

05/01/2011

La grande intimidation islamiste

 

Provoquer la destruction, la mort, et la disparition de millions de personnes, voir réussir à provoquer la fin du monde et de notre Civilisation. Tel semble être le jeu actuel et durable de la mouvance islamiste depuis l'avènement d'al Qaida,

En réponse à la folie meurtrière de groupes islamiques, certains voudraient carrément interdire les lieux de culte à l'Islam. La destruction de mosquées répondant à la destruction des cibles civiles ou de lieux de cultes d'autres religions. On nage en plein délire! Et pourtant, non seulement les mots sont dits et écrits mais certains sont à deux doigts de répondre à la provocation meurtrière des uns par la provocation meurtrière des autres, y compris en Suisse, pays neutre, prospère, et havre de paix sur la Terre. L'escalade de la violence ne semble hélas qu'à ses balbutiements et nous ne sommes pas du tout retournés, malgré de nombreuses volontés planétaires en faveur de la paix confessionnelle, vers un monde plus serein depuis les attentats du 11 septembre 2001, attentats qui font de plus en plus figure de signe avant-coureur marquant le début de l'Apocalypse tel que décrite dans les visions prophétiques des religions du Livre.

Nier certaines évidences revient à se mettre la tête dans un sac. Pour nombre de personnes fanatisés et prises dans la tourmente du djihad guerrier, la fin justifie les moyens, la fin étant le triomphe absolu de l'islam établi partout sur la Terre, ou alors la mort pour tous. Devant ce crime abominable, devant cette prétention absolue à se prendre pour la Justice et la Vérité de Dieu, les musulmans sincères se doivent de réagir de plus en plus vertement face à toutes ces personnes qui prônent un islam militarisé, conquérant, bestial, sans aucune pitié ni amour pour tout ce qui leur est étranger et déviant de la ligne stricte telle qu'ils la perçoivent dans le Coran, ligne qui par ailleurs n'est jamais atteinte des populations croyantes même par le meilleur et le plus pieux des musulmans vivant actuellement sur la Terre, car nous sommes tous autant que nous sommes pécheurs devant la perfection de Dieu. Si les gouvernements arabes et les populations musulmanes du monde ne se mobilisent pas de façon forte et courageuse contre tous ces crimes commis contre Dieu et contre les êtres humains, ce sont les musulmans qui se puniront eux-mêmes et se verront alors engager dans un processus de non-retour avec un conflit religieux, économique, et militaire de grande ampleur. Il n'est pas dit que Dieu pardonne aux adeptes de la violence, au fascisme des croyances, et à l'ampleur du désastre qui se prépare. Dieu a aussi déclaré qu'à la Fin des Temps, il n'y aurait que peu de croyants sincères et beaucoup d'hypocrites, de menteurs, de tricheurs, d'abuseurs, de tyrans dans tous les camps.

A celles et ceux qui croient en Dieu, Celui qui nous demande de ne point se mêler à ces gens qui cherchent à semer la haine, la discorde, la violence, et la guerre entre les hommes, il faut leur dire de ne pas se laisser tenter par la haine et la vengeance. Pour ma part, ma profession de foi m'interdit de porter atteinte à la vie d'enfants, de femmes, et d'hommes qui ne m'ont ni agressés, ni insultés gravement,ni portés préjudices graves contre mes proches ou contre ma communauté. Comme je suis Suisse et musulman, ou musulman et Suisse, je défends à la fois les institutions démocratiques et la Loi de Dieu. En mon âme et conscience, je tâcherai de prendre toujours une décision juste qui plaît à Dieu et qui empêche Satan de nous mener dans le précipice des divisions apocalyptiques et de la guerre.

 

09:18 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (20)

02/01/2011

Moi, mon ordinateur, et mes ardeurs

 

Mon bébé, ma chère Pornéa,

C'est la nouvelle année. Et j'ai pris la bonne et sage résolution de t'écrire afin de t'avouer que j'en ai plus qu'assez de ta tyrannie, que je suis extrêmement fatigué de ton manque de reconnaissance, de ton indifférence cruelle devant mes heures consacrées à ta divinité pour laquelle j'ai gaspillé mon énergie à t'offrir textes interrogateurs, mots durs ou mots doux, et scènes de ménage dont tu ne savais que faire en retour. Je suis amoureux depuis 20 ans d'une fille au cent milles visages qui n'existe que par touches interposées et dont je frappe le corps immatériel avec l'acharnement thérapeutique d'un psychiatre proposant à sa propre déchéance spirituelle le dos d'une fille sans âme dévorant un piano à queue sur l'écran de ses charmes exposés à toutes les alcôves de la Terre. Tu es là, ma chère Pornéa, toute la sainte journée et toute la sainte nuit dans mes pensées les plus inavouables, et cela depuis de très nombreuses années, Tu as investi toutes les zones claires et obscures de ma vie, tu a fait de ma transparence, une référence, un genre de wikileaks à enculer les mouches libertines que je rassemble aujourd'hui dans une sorte de boîte noire interdite à ma vue, une boîte X encore plus X que le X, afin de pouvoir bientôt ressortir en homme libre et émancipé de ta dépendance picturale ou mon corps s'imaginait, à tort, dans une sorte de grotte préhistorique primitive, un lupanar, une soupe originelle où les mâles s'autorisaient en toute transparence, à sauter sur tout ce qui bouge virtuellement devant leurs yeux exorbités. Un peu comme les chasseurs de rêve dans Alice aux pays des Merveilles ou les blondasses comme les bimbos se déguisent et s'exhibent en petites lutines bien sages jouant jeux interdits avec candeur en compagnie de gros lapins à longues oreilles et bretelles.

Tu as fait de moi un genre de ver luisant et rampant, prisonnier de ta toile fatidique ou toi, Pornéa, joignant ta main droite financière à ta main gauche libidineuse pour ta prière satanique, se moquait de moi et de mes vieux désirs de romantisme ridicule agissant sans plus aucun bien sur la luxure des âmes masculines prises à ton piège. L'effet marguerite, tu connais bien, je crois. Je t'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie...pas du tout. Et soudain, au milieu de ton rêve enfantin et de ton pré carré amoureux, l'intrusion de ta folle libido, la splendide et empoisonnante Pornéa en train d' hurler son plaisir feint ou réel au moment d'être basculée à terre et rasée pour le bizutage du Nouvel-An et dirigée par de gros bourbons fornicateurs glissant sous la moquette ma poésie romantique et les odeurs de paradis perdu. En ce Nouvel-An, chère Pornéa, il te faut repenser l'innocence pure de mes sentiments oubliés, et chasser les mauvaises pensées libidineuses de ton esprit afin de garder confiance en l'Amour et réaliser enfin l'équilibre entre toi et moi.

J'ai dressé durant la nuit du Réveillon, tel un comptable scrupuleux, toute la liste de mes méga bits que j'ai généreusement offertes durant toutes ces années à tes méga pixels glissant entre tes chairs et le long de ta peau de hardeuse glaciale, s'accouplant à des néons allumés en permanence dans tes frigidaires à champagne et disparaissant sous la masse de cette neige carbonique polaire giclée par leurs canons à ours au pelage blancs grisés au miel de ta plante butineuse et libidineuse née sur les sables bitumeux de notre idéologie moderne... Faire du sexe, pas l'amour, et surfer sur les courbes féminines du monde entier en freestyle et déclenchant les avalanches, les divorces, et les malheurs humains.

Pourtant, durant cette année 2010, j'ai bien réfléchi à ta façon de me rouler dans ta ruine sentimentale. Car toi, Lucifer, père de Pornéa, tu sais capter tes fidèles mieux que le meilleur des prédicateurs maudits. Ta messe est nocturne et dirigée par des maîtres, saltimbanques de cérémonies, se camouflant sous des bures clandestines agissant à travers nos pulsions les plus instinctives et divinisant les chairs tyranniques de ma maîtresse Pornéa. Ô évidement. Tes superbes enfants de coeur s'agenouillant pour recevoir le corps de ta nudité et ta vile semence de Feu, tu a su apprendre, Ô Satan, à tes fidèles fornicateurs soumis à ta séduction, à corrompre le pains et le vin pour mieux sanctifier tes vices et te disculper. Cela a l'air si facile, machinale, et évident pour ses divines princesses de servir les mâles, et fils de leur descendance frivole, éduqués aux jeux les plus pervers que l'homme fût capable d'inventer depuis ses origines. Ces princesses, toutes filles de Pornéa, sont si désirables dans leurs tenues de lolitas post adolescentes livrées aux jeux de la concupiscence ultime et tentant le chemin du diable plutôt que se soumettant sagement aux voies du Seigneur qui, comme chacun et chacune le savent encore malgré notre athéisme intégral, restent impénétrables.

Alors en cette année 2011, je prends la bonne résolution de ne plus mater aucune image pornographique, de me voiler le regard de pudeur devant toutes ces filles un peu trop frivoles, de bannir de mes pensées les plus immédiates et les plus impulsives ces belles anatomies trop dénudées en train de se trémousser sur une piste de danse ou m'offrant dans un tête à tête les appâts de leurs charmes trop disponibles. Car hier soir, oui, hier, soir du Réveillon, devant ce parterre de jolies filles en mini-jupes, c'était comme le spectacle du Nouvel-An d'un supplicier condamné à l'abstinence et restant sage homme pour sa belle fiancée passant le Réveillon au pays de son enfance.

Mon cher clavier, en ce jour du Premier de l'An, j'aimerais que tu me joues le libertango. Une pièce galante et mélo-romantique en faveur de ma dulcinée qui est restée là-bas à fêter la nouvelle année en tenant son rôle d'hôtesse de gala de la Saint-Sylvestre; une année déjà très dramatique commençant par l'explosion et la morts de Croyants en Egypte trucidés sous la violence des extrémistes, impatients sans doute, de retrouver le paradis afin de pouvoir se précipiter sur de jeunes vierges de Dieu effrayées et culbutées par ses Terriens fanatiques de sexe arrivant Là-Haut, près du Seigneur, pleins du sang du crime de leurs horreurs pornographiques. Décidément, le monde des hommes est glauque, et même au Ciel, on dirait que le mâle veut toujours dominer et salir la beauté des femmes afin que Satan remporte à jamais la partie.

Fasse que Dieu déjoue tous les plans de Lucifer, l'ange déchu. C'est mon voeu le plus cher et le plus chaste en cette année 2011, et ma prière adressée à vous tous. Quant à toi, ma chère Pornéa, tiens-toi tranquille et tâche de te vêtir un peu plus en cette nouvelle année. Car tu connais l'homme comme tes alcôves intimes. Plus tu joueras son jeu, moins il se reconnaîtra devoirs et respect envers toi. Quant à fonder une famille avec lui et vivre heureuse au sein de ton foyer, tu peux toujours courir la rue si tu imposes sans cesse toute la nudité de ton anatomie au monde entier. L'homme a besoin de confiance, de sécurité, de construction spirituelle avec toi pour oser se lancer dans la grande aventure de toute une vie conjugale. Et garder secret les parties intimes de ton corps font partie de la complicité non perverse de ton couple.

Il est temps pour toi de changer, ma chère Pornéa, comme j'ai changé en bien, si tu ne veux pas finir aux enfers avec toutes tes soeurs de compagnie. Il est temps pour toi de changer ta façon de voir ta relation à l'homme, et de trouver de nouvelles formes de séduction féminine. Regarde du côté du désert et inspire-toi de la beauté, de la simple beauté des voiles qui donnent aux formes féminines cette exaltation de la pureté et de la conjugalité.

Unité spirituelle, unité émotionnelle, unité sexuelle, telle est la Loi du Dieu unique pour qu'un couple fonctionne sincèrement et soit potentiellement durable dans le temps.

Bien à toi, bébé, et happy 2011.

P.S. Si tu ne tiens pas à me suivre en cette année 2011, ce n'est pas grave. Dans quelques années, tu reliras ce texte. Et peut-être alors, seras-tu capable de comprendre ce que j'ai voulu te dire à toi, ma chère Pornéa livrée aux fers et à la soumission de l'homme.

 

10:50 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (23)

30/12/2010

Situation sentimentale d'un cheval de labour

 

Quand depuis des années et des années, tu es poursuivi par les dettes et le fisc, les poursuites et les faillites, tu restes cependant dans un monde commercial qui exige de toi la maîtrise de ton destin, d'honorer tous tes devoirs de père, de satisfaire à tes performances professionnelles. Un monde qui te raille en retour pour ta pauvreté longue durée, ton impossibilité chronique à rembourser tes dettes, un monde qui te fuit pour les mêmes raisons. Vingt années ont passé depuis ma chute commerciale dont je n'ai jamais pu me relever, et tu restes l'âme en peine dans la même panade en te demandant ce que tu as fait de ta vie pour rester toujours l'homme qui vit en marge de tout et de tous en travaillant plus que la moyenne, avec le minimum matériel en poche pour séduire ton amoureuse, une belle et noble femme, et le maximum sentimental dans le coeur pour l'aimer.

 

Car elle, folle,et sentimentale,

soif d'hommes et parfum d'Oréal.

 

En toi, Claudia Schiffer,

Dieu, l'Islam, et Lucifer,

ce désir non commercial,

de visiter ta surface virginale.

 

Car Vague d'O phénoménale,

mon étoile idéale,

toi folie orientale,

aurore mélo mélisse florale,

de notre amour métisse boréal.

 

Lumières occidentales,

intérieur érotico-show ventral,

Charnelle de Coco Chanel,

Poison de Christ chez Dior.

 

Muhammad et l'islam en trésor,

Ali ton brillant voleur d'or,

Madame, vous qui regardez sur le port,

regardez revenir votre marin mort.

 

Car elle, folle, et sentimentale,

vierge et reine d'idéal,

tu coures après l'amour,

dans le désert nuptial,

de tes rêves glamour.

 

Car elle, folle et sentimentale,

dans la soie de ton Ali glacial,

par ce bonheur animal,

et cet homme trop idéal,

qui saute sur un vol continental.

 

Car bombe sexy idéale,

folle d'amour platonique,

ton coeur photovoltaïque,

Vas et viens aromatiques,

séductions radios-atomiques.

 

Car vierge sentimentale,

folie phase terminale,

tu coures la métaphore physique

abandonnant notre corps érotique

pour notre amour mystique.

 

P.S. Des troubles en Tunisie, des terroristes d'origine tunisienne impliquées dans un attentat avorté contre un groupe de presse danois, un prédicateur de l'islam tunisien de Neuchâtel au langage criminogène. Pourquoi tout dans le même temps en une seule semaine? Que cache cette connexion de faits insolites et très inquiétants? Ce n'est pas un complot occidental. Seul le hasard...ou Dieu envoie Ses signes pour dire « ça suffit! » de tricher et de mentir à Mon Sujet en direction des extrémistes du Coran qui se servent du Livre pour fanatiser les foules. C'est mon sentiment le plus profond et le plus sincère... Si des terroristes contestent ce discours, qu'ils viennent me parler au lieu de me jeter la bombe.

 

 

MEILLEURS VOEUX DE BONHEUR ET DE SANTE EN 2011

A TOUTES MES LECTRICES ET LECTEURS,

FIDELES OU OCCASIONNELS.

 

PAIX, AMOUR, ET PROSPERITE

AUX FEMMES ET AUX HOMMES DE BONNE VOLONTE.

09:31 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (9)