10/10/2010

Dorloter son ego, miroiter son minois

 

J'emprunte l'expression jolie « dorloter son ego » à Mr Daniel Cornu, médiateur d'Edipress, répondant à un lecteur au sujet de la publicité gratuite faite aux avocats par les divers médias.

Notre modernité s'est construite un nombre considérables de barrières en même temps qu'elle donnait une place toujours plus grande à la liberté d'expression. Répondant aux principes des vases communiquants, la société a dû contre-balancer la libre parole par des lois toujours plus fines demandant force arguties et débats nourris pour arriver à une conclusion de justice. On pourrait dire que l'éloquence a remplacé le droit à la censure. Mais qu'au final, c'est quand même le plus finaud, le plus malin, le plus stratège des avocats qui va faire balancer la cause de son client en sa faveur.

D'une justice arbitraire et autoritaire, nous sommes passés à une justice de finesse démocratique où la pléthore des avocats a remplacé en quelques sortes l'armée pour faire régner un certain ordre et un certain pouvoir dominant.

S'il est plus agréable de rencontrer sur notre chemin des hommes et des femmes en robe plutôt que des treillis militaires, il n'en reste pas moins que la puissance de cet ordre est redoutable et peu s'abattre à tout moment sur une liberté d'expression qui a pris ses aises et s'est répandue telle du fumier sur un parterre de fleurs ou telle autre liberté d'expression qui a pris le risque de s'ouvrir un peu trop à la vie privée en engageant alors sa sphère amoureuse ou amicale sur un terrain qu'elle n'aurait pas forcément souhaité pour elle-même (voir facebook...ou certains blogs...).

Délicate question que la liberté d'expression et, en contre-partie, cette armée en robe prête à fondre sur le premier des candidats kamikaze qui tentent de sortir des rangs de la liberté civile généralement consentie à tout un chacun.

Alors, quand on parle de liberté d'expression, faisons tout de même attention à ces champions de l'argutie et de l'éloquence qui se mettent sur notre chemin tels des garde-fous de l'autocensure. Car devant un juge, ils peuvent tout aussi bien nous détruire comme l'homme placé devant un peloton d'exécution.

Avoir le meilleur avocat a remplacé le meilleur tireur d'élite. Et quand on a envie de faire fructifier son ego et de faire miroiter son minois devant un public de curieux et de journalistes, rien de tel qu'un bon procès...pourvu que l'on parle de soi...

Voilà pourquoi l'armée en robe fleurit de partout et que les people ont en bien besoin pour rassurer Narcisse poussant dans les champs médiatiques entouré de corbeaux prêts à s'abattre sur lui pour lui crever les yeux, jaloux d'une telle Beauté. Vénus et Narcisse forment un très beau couple...

En attendant, la justice des hommes ne sera jamais l'égale et l'équivalent de la justice divine. Car si la première peut se fier à certaines apparences, la seconde ouvre au scalpel l'âme du candidat au paradis céleste. Et là, mes amis, cela risque d'être un sacré passage à savon pour tout le monde de la part de notre Seigneur. Préparons les eaux parfumées et les encens. Et prions. Car Dieu sera l'Avocat, le Procureur, et le Juge. Omnipotent et Omniscient, nous n'aurons plus qu'à nous faire tout petit devant sa Justice et nous taire. Je m'y prépare. La liste risque d'être longue.

Ainsi va la vie de celui et celle qui croit en Dieu.

En espérant que les athées auront pris ce billet à la légère pour ce jour dominical afin de ne pas gâcher leur journée qui s'annonce ensoleillée.

.

 

 

 

10:11 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

08/10/2010

Plus de divertissement, plus d'abrutissement, plus d'avilissement

 

Genève vit dans la tristesse. Genève a besoin d'un « plan divertissement ». Et cela ne s'arrête pas à Genève. Toutes les villes de Suisse et d'Europe vivent du même syndrome festif et aimeraient s'éclater davantage pour compenser leurs frustrations du quotidien. On se croirait presque faire partie des étudiants de Téhéran privés de fêtes...

Nous aimons faire la fête, boire plus que de raison, draguer et copuler plus que de raison. Faire comme si le monde allait bien alors qu'il ne va pas vraiment bien. Faire semblant, et proclamer que la culture est chiante, qu'elle nous demande à réfléchir sur nos rapports au monde..

Chez nous, on fait la fête. Chez les Autres, on fait la guerre ou on prie Dieu. Entre deux, rien. Les Autres ont envie d'exporter la guerre chez nous car ils détestent nos fêtes et notre débauche. Nous, on aimerait exporter nos fêtes là-bas, chez les enturbannés, les voilées, et les barbus, afin de mettre bas un nouveau-né démocratique et un monde libéral décomplexé de la religion.

Ce qu'on ne veut pas savoir, c'est que les Autres, ils aiment aussi beaucoup faire la fête. Mais ils l'a font avec plus de décence et de joie. Ils n'ont même pas besoin d'alcool pour cela, ou alors ils se modèrent et se contrôlent très facilement dans sa consommation. Les Autres savent aussi danser et inviter à la danse sans penser au lit, conclusion fatale plutôt qu'heureuse chez nous. Alors les filles se sentent moins agressées et les garçons beaucoup moins sûrs d'utiliser leurs sexes comme des pistolets automatiques qui ne réfléchissent jamais aux conséquences et à l'engagement en amour. Ce sont des pistolets à eau boueuse qui giclent leur imposture amoureuse dans des vagins plus ou moins consentants. Ici, on pratique nos petites morts s'achevant au bout de la nuit dans le glauque des odeurs de sexe frelatées, si ce n'est frauduleuses, des vapeur alcooliques,de coke, et d'extasy. Chez eux, la nuit s'achèvera peut-être par le rêve ou la promesse de revoir une amoureuse ou un amoureux qui nous a donné le tournis durant la nuit en nous entourant de son regard et de son désir. Leurs matins sont heureux comme l'aube d'un nouveau jour car la souillure n'a pas touché leur corps. Un roman d'amour s'ouvre peut-être tandis que nous, nous refermons notre parenthèse sexuelle du samedi qui sera très vite oubliée lors de la prochaine sauterie organisée par la Ville triste.

Ce qu'on ne veut pas savoir, mais que nous aimerions bien savoir, c'est pourquoi les Autres résistent alors que nous, on se vautre dans nos luxures. C'est si bon la luxure. C'est excitant et enivrant, comme un chaudron du diable ou une fête de sabbat, une fois qu'on y a trempé dedans. Alors pourquoi les Autres, ils ne nous suivent pas? Peut-être parce qu'ils savent grâce à leur conscience que nos divertissements mènent aux égouts et au dégoût de nous-même. Peut-être parce que Dieu les aide à ne pas plonger dans les tentations du Séducteur. Peut-être parce qu'ils savent mieux que nous qu'une fête réussie, c'est une fête où chaque participant évite une trop évidente concupiscence menant aux crapuleries et escroqueries amoureuses.

Quant à la guerre... Il y a bien des terroristes qui tentent de nous empêcher de festoyer en paix. Il y a bien quelques fous d'Allah qui mettent les femmes sous des burquas et vont s'amuser la nuit avec de très jeunes adolescents déguisés en fille durant des fêtes travesties qui font la honte d'un bon musulman sachant que ce n'est pas du tout ça le Coran.

Quant à la guerre...Elle est verbale chez nous, et se pratique dans les deux camps avec un net avantage au camp des noceurs de divertissement. Et les mots d'oiseau, les insultes et autres marques de dévalorisation de l'Autre, ne font qu'attiser le feu qui un jour brûlera sur nos têtes.

A force d'abrutissement forcené, nous nous dirigeons vers l'avilissement de notre société, puis à terme, à son ensevelissement. Jeunesse de Genève et d'ailleurs, demandez plus de cultures partagées à la place de divertissements outrageants. C'est mon cri d'alarme. J'aime faire la fête. Mais j'aime d'abord me cultiver. Si mon discours d'aujourd'hui est tourné vers la paix et l'échange, c'est que mon être a toujours fait une grande place à l'étude malgré ma vie qui fréquentait parfois la débauche et l'obscurité de nuits toxiques. Ne vous interdisez pas tout mais apprenez à connaître et à fréquenter. Peut-être que nous sauverons la paix ensemble et que nous recevrons alors tous le Prix Nobel de la Paix.

Le divertissement bien pratiqué peut être source de grande joie pour tous.

 

 

 

 

09:17 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (32)

06/10/2010

Islam et démocratie: le grand écart

 

Le verdict de la justice américaine concernant le terroriste Falsal Shahzad est tombé. Prison à vie pour cet homme qui a tenté de faire sauter une voiture piégée au milieu de la foule.

Pour toute réponse, l'homme a eu un sourire narquois pour la justice et le peuple d'Amérique; et ces quelques mots détestables:

« Ce verdict ne veut rien dire pour moi. Nous n'acceptons pas votre démocratie nie vos libertés, parce que nous avons déjà la charia. »

Cet homme prend au pieds de la lettre certains éléments peu clairs et simplificateurs du Coran comme « Tuer les infidèles » sans pour autant tenir compte de tous les avertissements, très nombreux, du Prophète quand à l'attitude envers les peuples étrangers qui n'ont pas la même culture ni la même Foi.

L'encouragement à tuer les infidèles ne peut être qu'un encouragement de circonstance au moment d'une agression militaire imminente de ces derniers et en aucun cas une volonté d'éradiquer des innocents, fussent-ils mécréants et anti-religieux.

S'améliorer personnellement pour se lier à Dieu n'est pas tuer au nom de Dieu tous les ennemis de la volonté de Dieu qui ne nous font rien du tout si ce n'est de nous agresser visuellement et psychiquement par des comportements qui ne nous correspondent pas ou plus du tout. Mais que font d'autres les Croyants à l'égard des mécréants? Exactement pareil! Si je ne crois pas en Dieu, je peux être déranger par celles et ceux qui y croient. Si on transfère la croyance en politique commune, c'est comme un socialiste qui dispute à un libéral une méthode économique qui pour l'un est une façon hérétique et dangereuse de mener la société dans le mur, et pour l'autre la meilleure façon de donner plus d'aisance et de liberté à l'être humain...

Un idéal religieux ne peut pas virer, ne doit pas virer, au fanatisme et au fascisme religieux. Si Muhammad notre Prophète – que Dieu lui offre Grâce et Bonté – vivait parmi nous, il ne pourrait pas accepter le meurtre d'innocents au nom de sa religion. Par contre, il accepterait que les peuples de l'islam se défendent contre une agression armée d'un pays. Donc, entre l'Amérique qui agresse l'Afghanistan et l'Irak, refuse de consolider le droit aux Palestiniens à gouverner sur leurs territoires en partageant le pouvoir avec les Israéliens, et cette autre Amérique citoyenne qui demande la paix et le retrait des troupes d'invasion de ces pays, il ferait sans doute la guerre à l'Amérique sur les territoires islamiques où les Américains agressent militairement et il renoncerait aux actes terroristes exportés en Occident afin de gagner le coeur des Occidentaux innocents, sans arrière-pensées ni racisme à l'égard des muslmans, scandalisés eux-mêmes par les agressions militaires et impérialistes du gouvernement américain.

C'est ainsi que je vois la situation actuelle, ma position envers tout terrorisme, et un bon comportement pour un musulman. Mais bien sûr, personne n'est obligé de partager mon point de vue.

 

Photos-0176_1.jpg

 

Le Prophète a dit à travers les Révélations:

 

Ne convoite pas la terre qui n'est pas à toi.

Ne convoite pas la femme qui n'est pas à toi.

Ne convoite pas les richesses qui ne sont pas à toi.

Aime Allah. Car lui t'aime et connait ton coeur parfaitement

dans ses perfections, ses lâchetés, ses gouffres, et ses élévations.

Allah voit tout et sait tout.

Et si tu vas à Lui avec la haine en toi,

et des innocents morts à cause de ta main,

l'enfer est pour toi une porte plus sûre que le paradis.

 

 

17:50 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (9)

04/10/2010

Bertrand Cantat: toujours être ailleurs, et après?

 

L'homme pressé est remonté sur scène. Certains prétendent que c'est franchement obscène. D'autres pensent, plus lucide ou plus confiant en cet artiste qui a commis l'horreur du crime abjecte sur sa compagne et qui a perdu sa femme par suicide, que c'est désormais hors scène que se joue le drame et la vie de cet homme.

Bertrand Cantat n'a plus rien à dire sur scène sauf qu'il est toujours Bertrand Cantat malgré ses terribles brûlures. Il tente de donner le change à ses fans qui l'admirent toujours. Mais Bertrand sait mieux que quiconque qu'il n'est déjà plus le même homme. Qu'il a un autre message a délivré aux humains qui viendra sans doute plus tard, beaucoup plus tard quand les feux de la scène se seront éteints et que la sérénité aura fait place à l'horreur des visions cauchemardesques qu'il a subit en grande partie par sa propre faute.

Cet homme a tué. Cet homme a aussi vécu le départ de celle qui le soutenait dans sa détresse. Mais le meurtrier n'est pas sans arme ni défense devant ses propres turpitudes. Par la poésie, il va refaire surface. Par la musique, il va se doter d'une aura et d'un bouclier d'amour. Il reviendra. C'est une quasi certitude et un espoir pour nous autres humains qui l'avons aimé dans ses chansons. Car disparaître dans l'abîme à tout jamais n'est pas dans la lignée des poètes dignes de ce nom. Comme Baudelaire, Rimbaud, Verlaine, l'homme aux semelles de vent l'emportera au paradis. Car Dieu, si ce n'est l'homme, est sur son chemin prêt à faire le reste du chemin avec lui, sans prosélytisme, sans forfanterie, sans mégalomanie, sans maniaquerie. Juste des mots et des couleurs, des tons pastels et rouge vif, une respiration profonde et une inspiration divine. Dieu t'accompagnera, Bertrand, si tu le veux, dans ton coeur et dans la forme qui te conviendra.

Vas-y Bertrand, nous sommes avec toi dans ce combat pour la rédemption.

 

12:46 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (4)

02/10/2010

Message d'un frère musulman à l'Iran

 

La guerre approche et personne n'en parle de peur de jeter de l'huile sur le feu. La guerre est à nos portes et les portes de l'enfer risquent de s'ouvrir sur un désastre dont seul Dieu connaît l'ampleur.

Nous, Croyants sincères de diverses religions, n'acceptons pas le fait accompli de la guerre au nom d'intérêts économiques et de puissances obscures tapie dans l'ombre de leurs délires de Toute-Puissance. Nous, Croyants sincères, savons que Dieu refusent la guerre et la violence, demandons à toutes et à tous la Concorde et non la Discorde, oeuvre et arme absolue de Satan. Nous, Croyants sincères de toutes religions, ne rentront pas dans cette logique de l'escalade nucléaire, escalade qui anticipe la disparition de l'humanité et de la vie sur Terre. Nous, Croyants sincères de l'Islam, savons que le juste milieu ne commande pas à la guerre mais commande à des comportements humbles et bénéfiques aux êtres humains.

De ce préambule, je demande aux communautés d'Iran de participer à la vision d'un autre monde que celui de la précipitation nucléaire. L'Iran a encore d'immenses capacités pétrolières. De ses richesses, elle peut en faire profiter la recherche dans les énergies renouvelables, engagés les meilleurs scientifiques du monde dans leur domaine grâce aux richesses pétrolifères retirées de son sous-sol. L'Iran a une grande carte a joué dans la promotion des énergies renouvelables dans tous le Proche-Orient et les pays du Maghreb.

Si l'Iran le veut, elle peut, au lieu de suivre bêtement l'Amérique et l'Europe sur la voie du nucléaire, voie inadmissible devant l'accumulation des risques et des déchets, accomplir de grandes choses au nom de l'islam qui, selon les Révélations d'Allah par son Prophète Allah – que Dieu bénisse son parcours terrestre – demande le respect de la nature et l'interdiction du gaspillage des ressources. Le nucléaire étant source de dangerosité indéniable pour la vie, l'Iran pourrait dès lors mettre sur les rails un autre programme national pour son approvisionnement en énergie qui plairait à Allah.

Si les citoyennes et citoyens d'Iran sont en pleine Conscience avec Dieu, elles et ils verront très bien que le nucléaire n'est pas la solution mais l'arme de la destruction pour Satan.

Que Dieu bénisse et envoie ses anges de Bienveillance sur les peuples d'Amérique et d'Iran afin que leurs gouvernements respectifs renoncent à la guerre et à la destruction fatale de notre Civilisation en engageant, dès demain, des moyens très importants dans le domaine de la recherche en énergies renouvelables et en renonçant définitivement à la bombe atomique.

Ce serait là pour l'Iran, comme pour l'Amérique dans un deuxième temps, un très bel exemple de leur humilité devant Dieu et un exemple formidable à suivre pour tous les peuples de la Terre.

 

 

18:12 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (7)