07/09/2010

Sakineh, un nouveau 11 septembre de discorde entre les peuples?

Il se pourrait que la fin du Ramadan coïncide avec la mise à mort par lapidation de l'Iranienne Sakineh suite à l'adultère qu'elle aurait commis, et reconnu sous la pression des autorités si ce n'est sous la torture, et au meurtre perpétré sur la personne de son mari.

Il se pourrait. Mais rien n'est joué autour de ce drame qui prend de plus en plus d'ampleur et de place dans les médias et dans le coeur des gens qui suivent ce fait divers, devenant du même coup un fait politique d'importance internationale.

L'Europe et l'Amérique se mobilisent pour obtenir la clémence du régime iranien. Les ONG s'occupant des droits humains font de même. Les cercles musulmans bougent et essayent, par la diplomatie plutôt que par médias interposés, d'influer sur le sort de cette femme iranienne.

L'Iran n'est pas revenu à ce jour sur sa sentence qui fait référence à certains principes coutumiers de la loi islamique mais qui, de toute évidence, ne ressort que des principes coutumiers de certains pays et non d'une norme définitive et absolue édictée une bonne fois pour toute dans le Coran.

Je ne vais pas exposer ici les versets du Coran qui pourraient éventuellement signifier que la mort par lapidation est un châtiment reconnu des textes sacrés. Je vais m'arrêter à un double événements précis et très forts de la Vie de Mahomet. Il s'agit de la bataille d'Uhud durant laquelle l'armée de Mahomet va perdre un combat contre les Quraysh alors qu'elle avait tout en main – le courage, la force, le secours de Dieu – pour le gagner.

A la sortie du combat, les musulmans sont défaits. Mahomet est même blessé. Il y a de nombreux morts dans les rangs de son armées alors que leurs ennemis se retirent en ordre dispersé, eux aussi atteint gravement dans leur chair. Certains corps des musulmans avaient été sciemment mutilés, dont le corps de l'oncle de Mahomet, Hamza. Sur le coup de l'émotion, Mahomet jura qu'il mutilerait 30 adversaires lors du prochain combat pour se venger de cette mutilation. Mais la Révélation vint lui rappeler l'ordre, la mesure, la patience: « Si vous endurez, ce sera mieux pour celui qui sera patient ». Coran 16, 126. Le Prophète exigera que l'on respecte les corps des vivants et des morts, qu'aucune torture ni aucune mutilation ne soit jamais acceptée ou promue, au nom du respect de la Création, de la dignité et de l'intégrité de la personne humaine.

N'était-ce pas ici la base inébranlable des Droits de l'Humain édictés par Allah Lui-même à travers l'intermédiaire de son Prophète bien-aimé?

Et Mahomet a eu cette Révélation alors même que 1) Son oncle avait été tué et avait subi des mutilations 2) Il avait perdu la bataille alors que la victoire était promise aux siens. Il avait fallu l'indiscipline de ses archers et leur cupidité pour détruire la force de son armée. 3) Il a été lui-même mis en danger de mort et blessé dans la bataille à cause de l'abandon au combat d'une partie de son propre camp, les archers, ainsi que de la sécession hypocrite de dernière minute de Abd Allah ibn Ubayy le privant de 300 combattants (lire « Vie du Prophète » de Tariq Ramadan pour en connaître la raison douteuse)*.

Mais écoutons ce que le Très-Haut réservera comme Révélation envers les archers indisciplinés qui ne recevront par ailleurs ni coups de fouets, ni subiront la mort pour leur abandon stupide au combat. Un des enseignement à tirer, et que relate Tariq Ramadan, est que l'attitude des archers (l'abandon du poste pour se saisir des biens matériels abandonnés des ennemis) était le réflexe coutumier et non religieux des arabes d'avant leur conversion à l'Islam. Ils se ruaient sur les biens sans réfléchir outre-mesure aux conséquences de leur cupidité. Ce réflexe restait ancré en eux et rendait ardu le chemin prit en direction de Dieu. Nous ne sommes pas homme de Dieu au premier jour de notre naissance spirituelle, nous devenons tous les jours homme de Dieu en fortifiant notre Connaissance et notre Coeur. En améliorant aussi notre compassion et en rendant la justice de manière humaine et non barbare.

Mahomet sera conciliant avec ses hommes ayant fauté. Absolument pas rude, ni méchants, ni barbare. Au contraire doux, bienveillant, cherchant à leur enseigner de leurs erreurs graves commises sur le champ de bataille. Il va en tirer un enseignement majeur: Dieu accompagnait leur Destin dans la mesure où eux-mêmes s'en sentaient responsables.

Et voici le verset de la Révélation concernant cet épisode:

C'est par un effet de la grâce de Dieu que tu fus conciliant (doux) à leur égard et si tu t'étais montré rude, dur de coeur, ils se seraient détournés (détachés) de toi. Pardonne-leur et implore le pardon de Dieu en leur faveur! Consulte-les quand il s'agit de prendre une décision! Une fois la décision prise, place ta confiance en Dieu car Dieu aime ceux qui mettent leur confiance en Lui.

Puisse le Gouvernement iranien dans son ensemble prendre exemple sur cet épisode de la Vie de Mahomet et offrir à Sakineh le droit de se racheter et d'implorer Allah pour ses crimes commis. Je confie ce texte à toute la communauté musulmane qui, si elle pense qu'il peut être d'un quelconque secours et utile à modifier la position définitive des autorités iraniennes, le fera parvenir à qui de droit.

Inch'Allah! Salla Allabu 'alaybi wa sallam

*Dernier point essentiel. Réunie en assemblée, fonctionnant sur un mode démocratique, la majorité des cadres militaires de Mahomet a voté contre sa stratégie qui consistait à attendre l'armée ennemie à Médine, stratégie défendue aussi par plusieurs chefs dont le responsable de la sécession. Mahomet a accepté ce vote remporté par la jeune garde de son armée plutôt favorable à combattre à l'extérieur de la ville. On voit ici que Muhammad, malgré son statut élevé, était tout sauf un dictateur théocratique mais déjà un démocrate qui respectait son peuple, y compris la jeunesse moins expérimentée et aguerrie à la stratégie militaire... Beaucoup parmi nos démocrates déclarés pourraient en prendre de la graine... Et pendant ce temps, un groupe d'Evangélistes chrétiens et américains veulent brûler publiquement un Coran le 11 septembre de cette année. Vade retro, Satanas!

 

 

23:44 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (20)

23/08/2010

Ultime clair de lune d'une blonde

 

Hier soir, la lune était pleine. Pleine d'amour, brouillée par des nuages empressés de lui offrir un voile de pudeur sur son éclatante démonstration de volupté.

Je venais de passer ma soirée avec ma première épouse et notre fille qui va bientôt accoucher de son premier enfant. Nous avons discuté de tout, du bébé à venir, de décoration d'intérieur dont mon ex exprime des talents évidents pour la transformation de vieilles maisons en havre de paix et de théâtre de vie. Un grenier réaménagé en terrasse de jardin qui m'a littéralement mystifié et d'un charme extraordinaire tellement on se croyait en pleine air dans le jardinet d'une maison de campagne. Une belle réussite poétique qui vaut à elle seule le détour.

Mon ex avait posé au plafond un attrapeur de rêve, oeuvre chamanique qui permet de réaliser de beaux rêve. Nous avions à peine parler d'Indiens et de symbolisme que mon portable a sonné. C'était ma chérie d'aujourd'hui. Je me suis éclipsé un instant pour prendre l'appel. Et qu'a-t-elle dit, ma chérie? Qu'elle était prête, qu'elle avait une bonne nouvelle, qu'en novembre on allait se marier si je le désirais toujours, qu'en début d'année prochaine, elle serait là. Du coup, quand je suis remonté au grenier magique, j'étais bouleversé. Des années entières que j'attendais une femme qui ose, qui prends des risques, qui s'investit, qui me bouscule. J'étais là, en compagnie de ma première femme et de mon premier enfant. Elles ont été les premières à être informées de la nouvelle. Il y avait un clair de lune à l'extérieur. Et je leur ai dit: « Bon. Ben maintenant, je flippe grave. Cela fait tellement d'années que je suis seul que je ne sais plus si je sais encore vivre avec une compagne ». Mon ex m'a rassuré. Elle m'a dit qu'il fallait laisser tranquillement les choses arrivées et ne pas se stresser pour rien.

J'allais oublier. Ce petit appartement transformé en maison des rêves est un triplex. A mon arrivée en fin d'après-midi, mon ex m'a accueilli sur le pas de porte avec une petite fille merveilleuse de 8 ans surnommée « Princesse Aztèque » pour ses origines péruviennes. Cette demi-indienne m'a présenté les lieux avec une grâce et une légèreté qui semblaient sortir de la pellicule d'un film tourné par un réalisateur proche de la vie extraordinaire des gens ordinaires.

Ce matin, en vous écrivant, je me dis que la lune a changé mon cycle de vie. Et que pour la première fois depuis 7 ans, j'ai rejoins le monde des gens heureux qui ont dans leur vie un amour puissant, sincère, complet, fertile, cultivateur de rêves et de projets en commun. Oui, le grenier magique, dont une sorcière hante les lieux au bas de l'escalier qui y mène, restera inoubliable à ma mémoire. J'ai retrouvé l'Amour avec un grand A. Une jeune femme qui s'engage en amour avec une profonde confiance en un homme qu'elle connaît à peine, efface les souvenirs glacés d'une autre jeune femme qui n'avait que trop revêti les habits de la prudence et pris l'habitude de n'engager que ses désirs personnelles et jamais sa vie dans la relation sentimentale qu'elle entretenait avec l'homme qu'elle prétendait aimer...

Derniers souvenirs dédiés à cette fille aux cheveux blonds qui m'a fait visiter la lune avant de m'abandonner dans le froid sidéral de ses espaces fantasmatiques infinis...

 

 


Photos-016344.jpg



Clair de Lune ou Trou Noir ? 22 août 2010



picture031_111.jpg



picture044_3.jpg



picture031_1111.jpg



Photos-01634.jpg



picture031_111111.JPG


10:44 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (4)

22/08/2010

La rentrée...C'est par où la sortie?

J'ai comme été saisi par une crise d'urticaire en ce mois d'août. Comme si quelqu'un m'avait jeté dans les orties par malveillance. J'ai aussi les fourmis dans les jambes. Cela doit venir du surmenage ou du sous-ménage que je pratique avec ma colocataire habitant de l'autre côté de la Méditerranée.

J'aimerais être un enfant retournant sur les bancs d'école, histoire de faire toutes les pitreries que je n'osais pas quand j'étais gosse. J'ai envie d'ouvrir ce nouveau chapitre à ma vie avec elle, cette beauté attendue du côté de l'Ile au Bleu d'Azur.

Il y a plein de bombasses qui surgissent du désert. Dans un film de plage, à la météo, aillleurs, qu'on se croirait à la mer, en permanence. Sur la jetée, tout frétillant et fringuant, en train de lancer notre bouchon pour voir si l'une ou l'autre de ses damnations mord à notre hameçon d'enfer. J'en ai même une, Vanessa, une superbe Canadienne, vu les photos de la supercherie ou de la super lotterie amoureuse qui m'envoie, grâce à mon blog, des mail enflammés et qui a déjà créé un lien amoureux avec moi plus vite que son ombre ou que la mienne. Elle est belle à croquer... Mais le ver est dans le fruit de l'homme. Et même si c'était vrai son joli blablabla, j'ai mon coeur qui m'attend de l'autre côté de la Méditerranée. Et même si l'homme est retord, je sens que ces photos ont été volés et que c'est un homme qui tente quelques maipulations d'argent. Bref, un monde de coquin ou une rentrée très coquine. Il faut savoir ganger à la loterie...

Mais pourquoi donc ai-je toujours le chic de poser une mer ou un continent entre elle et moi à chaque fois que je tombe amoureux? Ça, c'est une sacrée question de philosophie appliquée à ma vie d'homme solitaire que je soude à mon comportement affectif depuis 6 très longues années. Et je me demande si l'amour longue distance n'est pas un joli prétexte à toute fille moderne digne de ce nom pour garder...son amour et sa belle et sauvage liberté. Suave, latine et slave, plus jamais esclave de l'homme, mon ex savait bien concilier l'amour à sa liberté. Avec en prime, l'assurance de se faire longtemps désirer...avant la rentrée érotisée vers un de ses hommes de sa vie...

La rentrée... Comme l'enfant prodigue revenant au pays après un long naufrage. Ulysse sur l'Ile de Djerba trouvant tant d'amour et d'eau fraîche qu'il n'hésitera pas à tromper sa Pénélope avec une muse de là-bas. Finalement, quand on me parle de rentrée, j'ai envie de dire "sortie des artistes", c'est par ici, dans les coulisses. Un va et viens langoureux perpétuel qui sied aux mouvements des corps encanaillés. Elle rentre, je sors. Je sors, elle rentre. Oui. Parce qu'être amoureux qu 21ème siècle, c'est aussi le chassé-croisé permanent à la maison. Elle va au travail alors que je reviens du turbin. "Salut chéri, oublie pas de passer à la banque pour partir ce week-end à Berlin, de vider la poubelle, de passer l'aspirateur. Je reviens vers 5. Ah, au fait, je t'aime, mon Joujou. Bisou". Et voilà. J'ai même pas eu le temps de l'embrasser ni de lui dire quoi que ce soit qu'elle a sauté dans son Audi turbo. Car elle est sportive, ma môme visible sur Internet. C'est une bimbo jumbo avec airbags à haute valeur ajoutée. Elle s'appelle Vanessa, je vous l'ai déjà dit. Et c'est drôle qu'à notre époque je me souvienne encore du prénom de mes amoureuses. Car le défilé de mode est long, très long... Surtout sur 24 HEURES. Il y a des jolies poupées partout si bien que l'on se croirait devant une vitrine de cabaret en train de surfer sur les surfaces silliconées prêtes à tout même au pire... Mais c'est la rentrée... Et je m'égare. Et en plus, je vais dépasser le nombre de signes autorisés.

Aller. Pas de tabou avec vous. Je vous souhaite à tous une très bonne rentrée. Au fait, sans retouche, ni bavure, ce billet m'a pris 16 minutes 26 secondes à créer. Je vous le livre avec toutes ses fautes et ses maladroitesses éventuelles. C'est le résultat de ma performance acquise sur mon stress quotidien.

P.S. Billet paru ce jour sur "Blog Collectif" de la TdG, à consulter évidemment pour les autres très bons billets qui ont été écrit par Conrad, John, et Haykel.

 

picture00999991.JPG

picture029_55.jpg


09:42 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1)

19/08/2010

Vivre pour devenir star

Beaucoup de jeunes gens rêvent de devenir riches et célèbres. Ils utilisent parfois les chemins de la séduction à outrance ou l'arrogance par trop démontrée, ou encore la manipulation permanente, pour arriver à chaque coup à gagner un peu plus de prospérité, acquérir du bien-être matériel, obtenir des excitations passagères et du semblant d'estime personnelle.

Viser droit dans la cible. Ne chercher aucun compromis. Juste laisser sa personnalité agiter les consciences qui font peut-être preuve de plus de moralité et de scrupules tout au long de leurs existences. Le calcul froid de certaines femmes m'abasourdit encore aujourd'hui. Je peux concevoir qu'un homme soit un soutien matériel à une femme qui prétend lui offrir son amour. Je ne pourrai jamais accepter que la même femme puisse sans autre mettre un terme à une relation durable juste parce que l'homme en question ne peut plus être aussi généreux au porte-monnaie de Madame...

Passe le temps sur nos amours. Tu rêvais d'être une étoile. Certaines nuits, je pense que tu n'étais qu'une naine blanche à la blondeur peroxydée qui n'a jamais voulu sortir de sa nuit glauque ton Comte Dracula. Mihaela de l'Ange, tu m'as pourtant sauvé la vie et l'amour quand j'étais comme mort et enterré, humain déchu de sa famille, de sa prospérité, de son estime, de son intellectualité. Tu as été la seule à ce moment dramatique de ma vie pour me dire que je valais quelque chose et que tu croyais en moi. Pourquoi alors es-tu partie? Juste parce que je ne suis ni devenu célèbre, ni devenu riche? C'est triste, tu vois, car l'amour est plus important que la célébrité et la richesse.

 

Aujourd'hui encore, je pense à toi. J'en aime une autre que toi, sans doute plus fidèle et sérieuse que toi. Sans doute belle comme le jour d'Orient quand son prince se présente à sa porte. Mais tu resteras pour moi celle qui jouait à la star dans son petit cabaret attendant que les hommes te couvrent de bijoux pour le simple et unique plaisir de te posséder pour une seule nuit.

Mais était-ce bien l'amour qui te guidait ou plus sûrement le plaisir dévoyé de mettre tous les hommes, jeunes et beaucoup moins jeunes, à tes pieds?

 

picture037_999.jpg

picture005_77.jpg

 

 

picture013_100.jpg

 

17:32 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (3)

12/08/2010

Barbare (l'amour de toi)

Bien après les jours et les saisons, et les êtres et les pays,
Le pavillon en viande saignante sur la soie des mers et des fleurs arctiques ; (elles n'existent pas.)
Remis des vieilles fanfares d'héroïsme - qui nous attaquent encore le cœur et la tête - loin des anciens assassins -
Oh ! Le pavillon en viande saignante sur la soie des mers et des fleurs arctiques ; (elles n'existent pas.)
Douceurs !
Les brasiers, pleuvant aux rafales de givre, - Douceurs ! - les feux à la pluie du vent de diamants jetée par le cœur terrestre éternellement carbonisé pour nous.
- O monde ! -
(Loin des vieilles retraites et des vieilles flammes, qu'on entend, qu'on sent,)
Les brasiers et les écumes. La musique, virement des gouffres et choc des glaçons aux astres.
O Douceurs, ô monde, ô musique ! Et là, les formes, les sueurs, les chevelures et les yeux, flottant. Et les larmes blanches, bouillantes, - ô douceurs ! - et la voix féminine arrivée au fond des volcans et des grottes arctiques.
Le pavillon...

Arthur Rimbaud

 

Ce poème énigmatique du roi des poètes pour engager le mois du Ramadan. j'en ai tiré une explication de texte très personnelle...

 

Le pavillon serait-il ce havre d'abondance au milieu de la nuit, dressé sur notre table habillée de sa nappe aux broderies orientales mises en robe des champs face aux retombées traçantes laissées par les larmes de Saint-Laurent et surgissant dans le ciel d'août? Perséides aux histoires de milles voeux souhaités en silence pour nos amours, nos amis, nos enfants. En farandole, la musique des étoiles filantes, virement des gouffres et choc des glaçons aux astres. Lumières majestueuses qui nous envoûtent dans le noir de nos corps penchés aux balcons des princesses. Et cette voix féminine profonde, au timbre nimbé de mystère, arrivée au fond des volcans et des grottes arctiques, givrées de chaleur et d'humidités vagabondes; l'oeil grisé, cristalin au désir du fauve, tes peaux assoiffées se déshaltérant, pleuvant des gouttes de sang aux raffales de mon givre enivrant. Douceur sensuelle que ta main qui glisse et dessine une arabesque sur mon ombre chimérique dessinée par l'astre lunaire. Loin, si loin de tes dunes jouant avec les marées d'eau salée, de ton île turquoise au muscat glacé de Carthage, de ton sable brûlant mes chrysanthèmes rouges écarlates. Dans le charbon de tes yeux, se mire le diamant de l'astre solaire. Nuit et jour, tu es absente à mes jeux charnels. Mais nos corps de Channel se réunissent chaque nuit de cannelle au creux lové du corps astral de l'univers. Ta patience prospère sur la mienne. Ton désir et le miens s'exaspèrent en miaulements de miel et d'épices. Je sens le curry et toi l'agnelle sacrifiée à mes désirs. Le pavillon en viande saignante sur la soie des mers et des fleuves arctiques (elles n'existent pas.). Pas encore sur nos corps. Pas encore affleurant les rives de nos sensations extatiques. Se pourrait-il que dans un an, Ramadan prenne fin pour nous deux? Que nous fêtions nos noces dans un lit de satin? Que tout devienne clair quand tout était condamné à l'obscur? Que tes mains joignent les miennes dans l'allégresse de nos deux âmes réunies! Toi et Moi pour un Nous Majesté.

 

Et les larmes blanches de mon corps, bouillantes - ô douceurs, ô brûlures! - et ta voix féminine arrivée au fond de mon volcan et de tes grottes arctiques. Extases solitaires enfin partagées à deux!

Le pavillon... et notre enfant unique pour notre Amour, unique et poétique.

 

 

 

17:18 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)