10/08/2010

Canicule ou Toutou circule

 

Canicule ou Toutou circule. Wouaf! Wouaf! Milou a soif soif. Et c'est l'asphalte qui nous colle aux chaussures et c'est les rats quittant le navire. Et c'est moi qui m'accroche aux lampadaires pendant que Philippilus le Prophète annonce la fin du monde et frappe du gong en exhortant les gens à se confesser. La Place Rouge est vide et toute enfumée de ses vapeurs toxiques. Natalee ne répond plus depuis longtemps à l'amour de cette bombe atomique lancée ce mois de septembre de l'an 2002 sur mon amoureuse pour l'informer que moi aussi j'étais libre d'aimer ailleurs, de jouer la bête à bon dieu avec une coccinelle aux yeux bridés.

Mais pourquoi toutes ces catastrophes naturelles et humaines animent nos vies et hantent nos souvenirs? Mais pourquoi tant de sécheresse dans nos coeurs chamboulés? Mais pourquoi ce bitume qui colle à nos cerveaux remplis d'amertume et de haine de soi et des autres? Le puits de pétrole est colmaté que déjà la chaleur nous asphyxie, que déjà en Orient les crues détruisent maisons et cultures, que déjà les rizières se noient alors que les jolies paysannes aux yeux bridés et leurs grands chapeaux pointus circulaires ne se penchent plus avec grâce dans un tableau imaginaire de Van Gogh.

Canicule ou Toutou circule. Renoncule et ridicule. A Berne, ils se bousculent sur leurs chaises musicales. Cela fait du brouhaha. Une cacophonie au coeur de l'été. Je reste dans le vestibule et joue avec les libellules. Ma baignoire fait de jolies bulles. Et j'attends mon étoile qui s'approche et donne de la chaleur à mon corps en veilleuse. Ce sera une belle et grande Apocalypse. Le temps de l'Amour retrouvé et des plaisirs partagés. Elle arrive. Elle s'approche de ma Terre. Et je l'aime, mon étoile, mon cataclysme planétaire, mon bouleversement, mon tremblement de terre, mon Amour OMRI.

Imen Omri Bambi, JE T'AIME!

09:01 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (3)

27/07/2010

Nous sommes à deux millimètres de l'Amour

 

Dans la douceur d'un été qui ressemble à un chaud-froid perpétuel, je reviens alimenter mon blog en espérant que vous aurez toujours, chers lectrices et lecteurs, quelques minutes à perdre ou à consacrer aux réflexions d'un blogueur toujours en avance d'une marginalité. Je n'aurai malheureusement plus l'occasion d'être aussi actif sur ce site vu que mes nouvelles obligations professionnelles m'appellent à plus de présence et plus de concentration afin de réussir mon nouveau challenge auquel je me suis engagé.

Cela dit, je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui ont la patience de lire, billet après billet, les sautes d'humeurs et l'humour parfois assez déjanté de votre serviteur. Nous attaquons donc par le chaud-froid de l'été djerbien où comme pour la Coupe du Monde, les rebondissements ont parfois été aussi bizarre que les trajectoires de Jabulani. Voici donc "Nous sommes à deux millimètre de l'Amour" qui sera suivi d'un récit photographique.


Le retour de vacances a été cauchemardesque. Prendre l'avion à Djerba et désirer qu'il s'écrase tout simplement parce que dans votre tête vous vous imaginez l'amour de votre vie perdu à jamais.

C'est ce genre de sentiment qui m'accablait lors de mon retour très tôt ce samedi matin. Un sentiment d'oppression, de fin du monde, de désastre planétaire... Et pourtant, cela ne touchait que ma petite personne. Et fort heureusement, pour tous les autres passagers et l'équipage, l'avion reliant l'île de Djerba à l'aéroport de Bâle-Mulhouse n'a pas voulu accéder à mes désiderata.

Comme parfois l'amour auquel on croit n'est que le fruit de nos fantasmes et que dans les faits il n'est pas réel du tout de la part de l'autre personne concernée, il arrive aussi que l'on s'imagine trop violemment que la femme que l'on aime ne nous aime pas du tout. C'est à cette bizarre expérience de stress d'avant retour de vacances à laquelle j'ai participé bien malgré moi. Une peur panique, et dans le noir opaque de ma dernière nuit blanche djerbienne, que mon amour, mon grand amour, ne n'aime pas. Il faut dire que nos quinze jours de vacances ensemble ont été plus que perturbés par une atmosphère hyper occupée, pour elle, par son job tandis que de mon côté, j'étais condamné au farniente le plus ennuyeux qui soit puisque j'étais parti seul, là-bas, pour la retrouver. En fait, c'était stupide de ma part. J'aurais dû prendre mon fils avec moi. Las, elle ne savait pas encore que j'avais des enfants. J'avais peur de la perturber avec mon fils sur le porte-bagage. En réalité, elle a accepté la réalité de mes enfants comme une lettre à la poste.

Et nous avons passé ainsi quinze jours à nous abandonner non dans le lit de notre amour tout neuf mais elle sur son lieu de travail et moi sur la plage. Terrible désillusion. Un homme si affamé qu'un lion prêt à bondir sur tout ce qui bouge; une splendide femme gazelle faisant ses entrechats, enchaînant spectacles et répétitions sur un rythme endiablé; une mauvaise fracture du pied de surcroît n'étant pas soignée correctement avec repos et massage; une fatigue quasi permanente entraînée par des nuit de répétition jusqu'à 3 heures du matin et un sommeil qui ne vient pas à cause de l'absence de climatisation dans les appartements du personnel; des jours qui commencent à 9.30 heures et qui finissent à 3 heures. C'est la réalité de l'animation des club hôtels en Tunisie!

En fait, et pour terminer sur ce sujet syndical, durant la journée, les danseurs et autres animateurs tentent de trouver des minutes ou des heures creuses pour s'étaler et s'endormir dans les fauteuils de la discothèque qui, elle, est climatisée! Quel programme pour ces jeunes gens et jeunes filles qui n'ont qu'un seul jour de congé par semaine, et encore, le soir de leur congé, ils doivent venir dès 21.30 h. assister au show proposé, et participez à chauffer l'ambiance avec le public... en terminant la soirée, sur les coups de minuit, par une petite répétition sympathique d'un de leurs spectacles. Et oui, mesdames, messieurs, ces jeunes gens proposent pas moins de sept spectacles différents sur trois semaines et révisent les grandes comédies musicales connues sur les pointes de leurs pieds. Bravo à toute cette troupes de comédiens aux talents multiples et multiplicateurs!

Le décor posé, chacun peut aisément s'imaginer le climat pour ce couple nouveau-né, Monsieur se bronzant la pilule sur la plage, Madame jouant les fantômes de l'opéra dans la costumerie du club. Bienvenu chez le couple de vacanciers le plus flingué et sado-maso de l'univers!

Voilà. Je n'en dirai pas plus, sauf que cela a failli très mal se terminer. D'où le titre référence à la désormais célèbre petite phrase de Madame Micheline Calmy-Rey, notre conseillère fédérale, prononcée dans le cadre de l'affaire des otages qui, par ailleurs, entretient un lien mystérieux avec notre histoire d'amour.

A part ça, la marée noire continue à progresser en Louisiane, le Tour de France n'a plus de dopés, la Love Parade a connu une fin très tragique, Polanski a purgé sa peine de prison en Suisse et est libre de ses mouvements, l'Espagne est championne du monde... Au fait, durant cette fameuse finale, je prenais mon 1er repas en tête à tête avec Elle dans un petit restaurant maghrébin. Le son de la télévision, en arabe, hurlant dans nos oreilles de l'autre côté du rideau. Nous, nous nous regardions intensément, et dans mon coeur ça marquait plein de goals alors que dans ma tête je me disais: si l'Espagne marque, elle sera ma femme; si la Hollande marque, elle va m'enterrer et déposera sur ma tombe la rose rouge sang qu'elle m'a offerte au soir de mon arrivée à l'Hôtel. C'est l'amour! Et parfois, on est totalement cucul la praline dans ces instants-là. Aujourd'hui dimanche, je ne sais vraiment pas pourquoi j'ai eu cette peur panique qui a failli me la faire perdre réellement. Elle m'a envoyé un sms très particulier. Une chose est certaine: elle m'aime. Mais je vais devoir faire pas mal d'effort sur moi pour bien m'en persuader. Il y a celles et ceux qui sont aveuglés et trop sûrs de l'amour. Il y a aussi celles et ceux qui doutent après avoir tant et tant été aveuglés par l'amour. La lumière revient pourtant un jour. Il est grand temps que mes yeux se persuadent qu'ils ont retrouvé la lumière du jour et du Grand Amour. Le tunnel est derrière. Il fallait bien cette nuit en solitaire pour que cet homme cesse enfin d'imaginer que l'amour finit toujours en débâcle et autres catastrophes. La Berezina n'aura pas lieu. D'ailleurs il faisait beaucoup trop chaud dans nos corps pour qu'un pont autre que le Pont de l'Amour ne soit construit et nous gardent unis au-dessus de la Méditerranée.

« On va bientôt s'envoyer en l'air. Et là, je vous le dis, cher équipage, chers passagers, il faudra bien vous accrocher car le spectacle va commencer. C'est toujours la même histoire, la même chanson depuis la nuit des temps, soyez indulgents, nous ferons tous pour vous satisfaire et améliorer nos performances ». Passage remixé de la chanson d'introduction des spectacles offerts par le Laïco Djerba. Merci encore à eux. Ils sont magnifiques! Il faut encore le dire et l'écrire.

Nous reviendrons en image et en texte dans nos prochains billets sur cette quinzaine de la gastronomie amoureuse. Parce que oui, quand même, si j'ai pratiqué le farniente à outrance et elle l'absence par excellence, mon petit oiseau du paradis à quand même pu pratiquer le clic-clac Kodak sur la plage.

 

Photos-0104.jpg

La rose de son amour et le vase magique

Photos-0118.jpg

Nous deux, notre lien, notre amour

21:09 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (11)

11/04/2010

Deuil national en Pologne et en Russie

Un avion tombé dans les arbres, un peuple choqué qui a perdu son président ainsi que des dizaines de personnalités du pays. Des familles en deuil, des enfants qui ont perdu un ou deux parents. La Pologne souffre et pleure ses morts. Nous nous associons à la douleur de ce peuple de l'Est dont l' Histoire a déjà connu de très nombreux épisodes tragiques. Ces images faites ce dimanche 11 avril et cette chanson en hommage aux populations en deuil.

 

Photos-0042_333.jpg


Photos-0041_33333333.jpg


Photos-0041_3333333.jpg


Photos-0041_333.jpg


Photos-0041_333333.jpg


Photos-0041_3333.jpg


Photos-0042_33333.JPG


20:09 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)

03/03/2010

Lettre à l'auteur(e) des photos envoyées à la TdG

Madame, Monsieur,

 

Le fils du Président Libyen, Mr Hannibal Kadhafi a accompli un geste symbolique très important en rendant visite à Mr Max Göldi.

Désormais la pression est sur vos épaules. Les photos judiciaires de H. Kadhafi que vous avez remis en toute illégalité à la TdG et qui ont provoqué il y a plusieurs mois le retour avorté de nos deux ressortissants, vous mettent aujourd'hui dans l'obligation morale de vous dénoncer.

Car de deux choses l'une. Soit vous avez commis une grosse bêtise, vous le reconnaissez, vous faites votre mea culpa à la famille Kadhafi ainsi qu'à la police genevoise et la justice pourra se montrer clémente avec vous; soit vous gardez le silence. Dans ce cas là, vous prolongez inutilement la détention de Mr Max Göldi, vous continuez à empoisonner les rapports diplomatiques et commerciaux entre la Suisse et la Libye, entre la Suisse et l'Europe, entre l'Europe et la Libye. Dans ce cas, si c'est la justice qui doit vous retrouver un jour, vous vous verrez reprocher d'avoir voulu nuire au clan Kadhafi, nuire à la Libye, nuire à la Suisse, nuire aux familles Rachid Hamdani et Max Göldi. Pour cela, vous serez sans doute exclu de la police et serez puni relativement sévèrement vu votre obstruction à la résolution de cette crise.

Nous sommes au terme de la partie d'échec, Madame ou Monsieur. Le match nul est d'ores et déjà acquis et reconnu des deux parties même si chaque camp revendiquera la victoire pour des raisons de politique interne aux deux pays. Seulement il y a une pièce qui gêne Mr Muammar Kadhafi. Et cette pièce, c'est le fou helvétique, donc vous. Le Président libyen refusera de jeter l'éponge et jouera les prolongations aussi longtemps que le fou ne sera pas tombé de l'échiquier. A cause de ce fou suisse qui ne sert pourtant plus à rien dans cette partie, vous continuez à laisser dans la souffrance une famille, celle de Max Göldi, et même celle de Rachid Hamdani, car ce dernier porte le poids de l'incarcération de son collègue et ami d'infortune. Vous continuez à empoisonner aussi, tout-à-fait stupidement, notre Conseil fédéral et contribuer à mettre notre pays dans une situation de plus en plus délicate dans ses relations avec le monde musulman. La reine et le roi des deux pays sont désormais à l'abri d'une défaite mortifiante en annulant tout à tour leurs coups car aucune des deux équipes ne peut plus abattre l'autre. Nous jouons des coups dans le vide avec la montre qui tourne et ne s'arrête pas pour Max Göldi.

Madame, Monsieur, je vous demande de vous rendre à la raison en vous dénonçant spontanément. Cela ne sera qu'une étape indispensable à un maintien possible de votre poste de travail dans le corps de police genevois.

Avec mes salutations sincères et en vous assurant que vous risquerez beaucoup moins en vous livrant à la justice qu'en gardant votre anonymat déplorable.

 

P. S. Cette chanson est pour vous dans l'espoir qu'elle vous aidera à vous confesser...

 

14:58 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (24)

22/02/2010

Une grâce de Mr Kadhafi pour Max Göldi

Rachid Hamdani arrive en Tunisie. Max Göldi est en prison, officiellement pour 4 mois. Nous demandons, nous les Suisses, que Max Göldi obtienne la même faveur de sortie du territoire libyen.

Cette demande est adressée à Mr Muammar Kadhafi, guide de la Révolution libyenne, qui est le seul à pouvoir obtenir cette grâce pour Mr Max Göldi.

 

 

 

 

Photos-00366_11.jpg
Photos-00922.jpg

14:53 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)