21/02/2010

Ostalgie d'un amour perdu

Toi et moi, on jouait tout le temps à la roulette russe avec notre amour. Toi, dans ton cabaret, à descendre tes coupes de champagne sur un tapis vert en tirant les cartes du tarot masculin qui allait nous donner la mort. Moi, sur mes blogs, à tenter l'ouverture et le poker d'as qui allait nous donner un succès médiatique.

Toi et moi, pourtant, on jouait comme des enfants lors de nos rendez-vous amoureux. Tu exigeais. Je t'obéissais comme je n'ai jamais obéi à une femme. Tu étais cette petite fille dans la cour de la récré qui dirige la manoeuvre, la petite peste de service qui se fait critiquer par toutes les gamines mais qui se fait courtiser par tous les garçons à l'exception de celui qui n'avait peut-être pas de goût pour une provocatrice de ton espèce.

Et ton espèce ne tient pas de l'animal de compagnie. Non. Ton espèce à toi c'est l'animal de galanterie. Tu es une grande prédatrice, une terrifiante séductrice, une abominable infidèle qui joue les vierges et les coeurs purs. Je te comparais tout le temps à Mylène Farmer. D'ailleurs tu as l'oeil de la vilaine Mylène. Sauf que, hélas, tu n'as ni sa voix ni son talent de chanteuse. Pourtant ta petite voix fluette, quand elle me parlait la nuit, c'était celle d'un ange, de mon ange adoré. Et cette voix, je ne l'oublierai jamais. Elle me hante encore aujourd'hui et pour l'éternité.

Tu joues toujours dans ta cour de récré, entourée de tous tes courtisans. Et moi, parfois, je pleure de n'avoir pas pu trouver le chemin qui nous amènerait à notre maison, à notre bonheur, à notre confort. Car je sais ça de toi: même le plus glacial animal de galanterie a besoin d'un refuge quand dans sa vie tout tombe autour d'elle.

 

 

 

10:16 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

20/02/2010

De la vermine et des gens

Des gens perdent leur temps à gaspiller leurs secondes sur l'écran d'un ordinateur. Des heures infécondes à dire du mal d'autres gens, à raconter des histoires d'êtres inférieurs et barbares opposés à des êtres d'une grande et rare intelligence, supérieure à tout ce que l' Histoire a pu offrir comme intelligence humaine au monde.

Des gens jettent toute leur énergie à fracasser les fleurs contre des murs de pierres juste parce que cela apaise leurs pensées destructrices et réductrices. Ils ont besoin d'un guide qui dicte blanc contre tous ceux qui ont des idées bleues, des idées neuves, des idées de peinture, de mélange des couleurs, des images d'art voyageant dans leurs têtes et dans leurs coeurs; des envies d'amour et de sexe libérées des impositions et des incantations ancestrales, libérées des impostures et des imposteurs, libérées des nouvelles entraves sexuelles commerciales.

Des gens veulent du sang, encore du sang pour digérer leur haine, pour libérer leur trop-plein de complexes liés à leur supériorité supposée. Ils ont l'animosité à la bouche, comme des serpents qui sifflent et persifflent à toutes heures du jour et de la nuit. Ils laissent leur bave et leurs vomissures sur le coin d'une page dédiée à la poésie et au charme. Ils ont l'art du sacrilège dans le sang et leur bouillonnement de crapauds et de fée Carabosse naît d'une marmite hantée par le Mal.

Des gens pauvres et secs comme une source d'enfance tarie par les années d'amertume. Des gens qui ne verront jamais rien de la beauté diversifiée du monde. Des gens qui ne constateront que les malheurs, les désastres, les haines, les incompréhensions pour appuyer leurs discours voués à la vindicte ou à l'approbation du peuple. Pourvu qu'ils occupent le terrain avant la mort. Pourvu qu'ils commettent le maximum de dégâts dans les têtes et dans les coeurs avant de disparaître de la planète.

Des gens qui vivent on ne sait quels amours et quelles amitiés. Des gens bien dans leur logis en train d'être attaqué par la vermine à travers la poutre vermoulue de leur oeil. Mais cette vermine est belle. Elle chante des fois tard le soir avec les oiseaux de nuit, elle rit, elle boit aussi. Et elle fait l'amour tout le temps sans se dire que tout est noir ou tout est blanc. Juste des personnes prises comme vermine  par des gens tellement supérieurs. Juste des personnes fragiles et fortes qui se disent qu'aimer avant de vieillir rend jeune d'esprit pour la vie entière.

 

01:46 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1)

18/02/2010

Petit coeur d'amour

« Bonjour mon petit coeur. J'vais mieux, amour, et tu me manques tellement, bébé. Bisou. »

 

Sms en provenance de Tunis, 18-02-2010

 

picture0700.jpg

Oh mon petit coeur

boum! boum!

ta chaleur d'orient

boum! boum!

est un likoum à ma bouche

boum! Boum!

Et comme du rhum à ma langue

boum! Boum!

Je perds la tête pour toi!

Je perds la tête pour toi!

Et je ferai la fête avec toi!

picture07000.jpg

Oh mon petit coeur

boum! Boum!

Les deux, on n'a jamais fait la boum

boum! Boum!

Que déjà ton opium

boum! Boum!

Me ravage le sternum

boum! Boum!

Je perds la tête pour toi!

Je perds la tête pour toi!

Et je ferai la fête avec toi!

 

Mon petit coeur fait

Boum! Boum!

Pour la vie avec toi.

Et mon petit coeur fera

Boum! Boum!

Pour la vie avec toi.

Nous serons reine et roi

d'une famille heureuse en amour.

picture068_33.jpg

20:31 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

17/02/2010

Larmes on The Djerba Streeet

Deux jours d'absence, et ce silence qui angoisse. Comme un tremblement de terre, comme une communication rendue impossible. Je ne sais rien. Je ne connais personne là-bas à part toi et même pas le lieu de ton opération. Tu m'as plusieurs fois dit au téléphone que tu ne veux pas gêner, que tu ne veux pas ennuyer avec ton problème. Tu n'aimes pas mettre les gens en difficulté pour toi. Alors tu ne m'as rien laissé. Au cas ou tu ne reviendrais pas, au cas ou le vent t'emporterait et le désert te recouvrerait. Ton dernier message sms datant de trois jours est si laconique:

« Désolé si je t'ai pas répondu. J'étais avec mon docteur. Demain mon opération ». Message sms 15 février 2010, 20:07:14

Pas de Bébé, pas de Chouchou, pas de Chéri ni de bisous. Juste le silence. Ce silence qui est parfois pire que la mort. Je suis accroché à mon portable en attendant un signe de ta part.

Appelle-moi, Bébé! Ton téléphone reçoit mes sms. Alors je sais que tu vas t'en sortir. Pour toi, ces belles chansons qui touchent mon coeur. Comme des lettres musicales déposées sur le ciel tout gris et qui traverseront la Méditerranée pour venir se déposer au soleil sur ton lit d'hôpital.

 

 

 

 

 

 

 

15:18 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (4)

15/02/2010

Une opération sous haute tension

Rien que pour nous deux...


Les jours de grisaille

et les roses que le froid cisaille.

Tu as la chevelure en bataille

prête à livrer ce combat de taille.

De tous tes supplices,

je prendrai le calice,

et je le boirai s'il le faut jusqu'à la lie

pour que les anges épargnent ta vie.

Je ressens tes frissons dans le corps

et je devine nos corps à corps

quand enfin nous serons arrimés au même port

attachés l'un à l'autre par nos transports.

Garde foi et courage en notre amour

Bébé, Chouchou, Chérie, Amour.

Demain tu te réveilleras guérie

entourée de roses des sables de Tunisie.

Car le bonheur appartient à celles et ceux

qui protègent leurs désirs amoureux

des méchants et des corruptibles

ne connaissant que l'insensible

bêtise des cyniques et des cupides.

N'aie aucune crainte, Bébé.

Mes mains jointes, un brin de blé,

les fleurs illuminant nos champs d'été,

nous irons à Djerba danser et chanter

pour que notre amour gagne sur l'adversité.

 

* I * L O V E * Y O U *

 

 

Photos-0014_1111.jpg

 

 

 

 

 

 

23:41 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (3)