15/06/2012

Comédie grecque sur fond de drame.ch

 

Ils avaient la drachme. Puis ils ont succombé au charme de l'euro quand l'euphorie de l'argent facile, plastique, et factice a triomphé partout. Ils n'avaient même pas connu Christoph Blocher pour les sauver des sirènes européennes. Pourtant, Christoph, notre Christoph à nous Helvètes, personne n'a du l'attacher au mât du navire suisse. Au contraire, il n'a même pas eu besoin de partir en exil avec une poignée de combattants tous morts sur la route et durant vingt ans pour revenir en réfugié politique triomphant, terrassant les prétendants qui lui avaient piqué sa place auprès de sa Pénélope helvétique.

Il faut vous dire que ces gens-là, Madame, on ne boit pas, on ne baise pas, on n'aime pas. On fait semblant. On spécule, on spécule. Il faut vous dire, Monsieur, que ces gens-là, on pense pas à l'amour, on prie pour sauver la banque, les traders, les flambeurs. On spécule. On spécule. Il faut vous dire, Madame, que ces gens-là, on ne joue pas aux riches, on ne vit pas trop chiche, on triche en devenant riche, très riche, très très riche. On spécule, on spécule. Et on attend... que la vieille Europe crève...que l'Europe jette par la fenêtre son rêve... pour encore piquer le reste d'oseille et le mettre dans les seilles des coffres-forts, forts, très très forts. Et puis il y a Frida la brune, Frida le frigidaire du désert, sortie de mon orient imaginaire qui avoue au docteur des urgences que le frigo de son mari est vide, très très vide, trop trop vide. Et je la crois. S'ouvrir les veines pour un frigo trop trop vide, c'est pas de vaine, c'est pas la peine. Mourir un quart d'heure de sa vie pour sauver une déesse, c'est plus que de l'politesse. C'est de l'détresse. C'est le bal d'amour, le Grand Soir. Et je m'encule, je m'encule, je m'encule, seul dans mon miroir, seul dans mon mouroir, seul pour lui dire au revoir et reviens. Alors je parle aux murs, je jure et je parjure, que mon flamant rose a pris entre son bec le melon de Tunisie pour un bec d'amour, par un bec d'amour. Faut vous dire, Madame, que chez nous c'est migration d'été au 30 juin... et que ça risque d'être suicidaire. Il faut vous dire, Madame, que chez eux, les riches, on ne pense pas au calendrier. On spécule, on spécule, on spécule. Un faux mariage, de faux papiers, de drôles de gens, pas très sympathiques, pas très dans les lois, pas du tout normaux, comme la Hollande. Il faut vous dire, Monsieur, que chez eux, ils n'ont plus connu chez eux depuis si longtemps. Ils ne sont plus chez eux...ni nulle part...ni nulle part. Il faut vous dire, Madame, que chez ces gens-là, un mari ne peut rien dire, ne peut rien faire, ne rien décider quand Madame s'en va et qu'elle ne revient pas. Je m'encule, je m'encule, je m'encule. Il faut vous dire, Madame, que chez ces gens-là on est ridicule, on perd tout honneur, tous droits, toute plainte et qu'on se tait, et qu'on se tait en fermant sa gueule pour ne point abuser. Il faut dire, Monsieur, que chez ces gens-là on fait cui-cui, comme un oiseau qui gazouille, et on twitte, puis on se quitte... pour un twitte chez un autre...pour une autre...chanté en plein vol, en plein vol. Et je la crois, Frida...en silence...dans son urgence...dans son absence.

 

13:08 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1)

14/06/2012

Du Serment de Tobrouk à Malbrough s'en va en guerre

Bernard Henri Levy rêve d'héroïsme. On l'a vu en Libye, hier. On le voit en Syrie, aujourd'hui. Et demain?... Il fera encore la guerre sans l'aimer en espérer toujours faire l'amour en aimant. La maladie des héros romantiques c'est de faire le contraire de ce qu'ils voudraient faire en réalité. Partir à la guerre, pour un héros romantique, c'est comme demander à Dieu pardon pour la malédiction qui le frappe et tous les crimes qu'il va commettre au nom de la liberté. Le héros romantique restera à jamais un incompris. Car il haït la guerre mais il est le plus fervent défenseur à la demander au nom de la liberté de l'être humain quand en face de lui se dresse le spectre de la dictature et de la passion sanguinaire des assassins. Le héros romantique ne peut être que malheureux en amour comme dans la vie. Il va de déception en déception; de désillusion en désillusion.

Pourtant le héros romantique ne perdra jamais sa foi en l'Amour des êtres humains. Bernard Henri Levy laissera une trace singulière comme philosophe et homme de culture: un chevalier perdu, le cheveu libre au vent, chemise blanche ouverte, veston et pantalon noirs impec, nu dessous, sans armure ni armes dessus, photographié et filmé au milieu de fantassins de la liberté, armés et prêt à mourir pour leur liberté, protégés du ciel par des avions survolant un territoire afin de détruire les colonnes de chars blindés kadhafiennes venant transformer des êtres humains en chairs à canon. Un héros qui a fait la guerre sans la faire mais qui a contribué au renversement d'un pouvoir absolu. BHL est sans doute narcissique. Mais sans narcissisme, il n'y aurait point de héros romantique. Car pour aimer les autres, il faut d'abord s'aimer soi-même et oser s'armer et lutter contre toutes les vagues de pessimisme, de nihilisme, de cynisme sabotant l'âme la plus sensible de ses intentions les plus nobles. Accordons du crédit au témoignage de BHL. Il n'est pas tout blanc, pas tout noir non plus. Il est surtout imprégné d'une sorte d'innocence juvénile qui forge les grands héros romantiques de notre temps. Bernard henri Levy se pavanait sur la Croisette (en même temps que votre serviteur:)) pour la bonne et juste cause. Il y a comme une sorte de douce et amère mélancolie ironique qui se lit à la vision de ses yeux profonds. BHL veut entraîner la France dans la guerre contre El Assad en Syrie. Là où je le crois trop naïf c'est d'imaginer que Bachar est moins fou ou démoniaque que Muammar. Je pense qu'il se trompe. En cas de guerre en Syrie, j'imagine les piscines de sang de plus en plus vastes et se transformant en mer rouge humaine. Bachar ressemble à Hitler dans la démence. La finesse de l'esprit allié à une sorte d'art oratoire occidental qui cultive l'opéra wagnérien. Là où Muammar était un animal féroce du désert, Bachar est un urbain atroce des villes qui a appris la pire et maléfique des perversions: celle de se faire passer pour un ange quand on est un authentique démon.

 

Fix me. Just over the border, Mister BHL.

Erotic and romantic War is a majestic power against the terror

 

http://sphotos.xx.fbcdn.net/hphotos-snc7/c66.0.403.403/p403x403/292144_10150862108099753_212100829752_9656145_1552024186_n.jpg

Arielle lave plus blanc et ne tombe pas des airs...en amour

11:03 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

La Marsa et la peur de l'anéantissement de Dieu

"Atteinte au sacré et provocations". C'est en ces termes que le gouvernement tunisien s'est exprimé suite au chahut perpétré par des sympathisants salafistes lors de l'exposition du Printemps des Arts, chahut qui s'est propagé dans 8 autres villes et régions du pays. Ces termes utilisés par le Gouvernement ne s'adressent pas aux intégristes islamistes auteurs du saccage. Ces termes s'adressent aux artistes qui auraient « profané » l'islam.

Que dire de cette prise de position du gouvernement à majorité islamique? D'abord que vivre dans la crainte de la provocation et de l'atteinte au sacré n'est pas source de confiance envers Son Dieu. Car si l'islam reconnaît la Toute-Puissance décisionnelle de Allah, alors les pratiquants musulmans de l'islam doivent se résoudre à accepter cette Toute-Puissance et renoncer à vouloir imposer la Loi de Dieu sur Terre. Allah est seul Juge et décidera du sort réservé aux mécréants, aux méchants, aux rebelles, aux dissidents de Son royaume. Vivre dans la crainte c'est déjà montré à l'adversaire d'Allah que Allah n'est pas capable de discerner Seul le bon du mauvais, l'indispensable au nuisible. Vouloir imposer la Loi de Dieu sur notre Terre, c'est vouloir imposer par l'homme l'avènement de Dieu. Erreur tragique. Erreur capitale. Dieu nous a fait homme pour subir et apprécier l'expérience terrestre dans la souffrance et la jouissance. Dieu nous laisse la joie de l'expérience et de l'innocence. L'art est expérience et partage, jeu et symbole, hymne à la vie, à la souffrance intime, à la jouissance intime. L'art n'est pas contre Dieu car à travers l'art, l'âme humaine s'exprime librement et individuellement.

Ce qui est dérangeant de la part de l'islam, c'est son collectivisme d'un autre âge, un collectivisme qui ressemble étrangement au collectivisme marxiste athée. L'islam moderne ne peut plus accepter les directeurs de conscience ne laissant aucune place à la liberté individuelle de s'épanouir et de créer des espaces de vision sacrée hors du cercle admis par la dictature religieuse. Ce n'est ni acceptable ni souhaitable pour la paix, pour la fraternité entre les peuples, pour l'avènement de l'unité des êtres humains sur une planète Terre en paix et en harmonie avec la nature et le cosmos. Allah ne cherche pas la division, ni les guerres, ni les meurtres, ni les viols, ni les tortures sur les enfants. Si Allah voulait tout cela, Il ne serait pas Allah, il serait Satan. L'Islam doit avoir confiance en sa capacité d'aider les gens, les peuples, le monde entier, pour la gestion d'une planète terre qui a l'avenir devant elle et non le passé comme chemin à parcourir avant d'atteindre le Royaume des Cieux. L'Islam doit laisser la liberté et la responsabilité à chacune et chacun de mener à terme sa vie selon ses propres critères d'existence. L'Islam n'est pas la justice terrestre. Ce n'est pas la solution par le Coran qui mènera à Dieu une personne ou, au contraire, la fera se diriger vers des zones obscures de perdition. Imposer la rigidité de la Loi à toutes et à tous, c'est imposer la monstruosité, la dureté, la méchanceté, l'hypocrisie, la fausseté radicale au coeur même des êtres humains. Car Allah ne peut être remplacé par l'homme. Car Allah ne permet pas à l'homme de prendre sa place. Car Allah est un mystère qui nous dépasse tellement qu'il ne faut pas se mettre à interpréter toute Sa parole par des méthodes barbares, anti-démocratiques, radicales, violentes, et finalement nuisible à l'ensemble de la communauté humaine. Allah est le Guide de la femme et de l'homme qui a confiance en Dieu, de la femme et de l'homme qui ose l'expression individuelle et accepte la critique mais non l'intolérance, la violence, le meurtre.

Si les musulmans ne veulent pas de l'anéantissement de Allah, ils doivent faire confiance en Allah et le laisser guider le monde par la paix, le partage, la fraternité, la sincérité, la liberté, et la responsabilité. Nul artiste digne et saint d'esprit ne se prétend Allah. Mais nous pouvons craindre que de trop nombreux musulmans extrémistes se prennent pour Dieu en voulant imposer leur façon de voir au monde entier. Et se prendre pour Dieu, c'est déjà se condamner à l'Enfer, la Syrie, après tant d'autres pays, en est une preuve sanglante de plus sur la route d'Allah en direction de Damas.

Faire confiance en Dieu. Il est notre Ami sincère, le Seul absolu désintéressé qui nous aide et nous fait progresser sur un chemin spirituel conduisant à l'Amour et non à la Haine. Un monde sans Dieu est un monde qui se divise et s'entre-tue. Mais un monde avec le Tout Univers, Dieu comme charte et centre unique d'intérêt, est un monde idolâtre qui se prépare et se condamne à vivre l'épreuve de l'Enfer du feu et des flammes sur la Terre. Hors Dieu nous appelle en Son paradis fait d'Amour et non d'Idolâtrie.

 

 

 

Deux des oeuvres incriminées exposées au Printemps des Arts de Tunis

 

07:12 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (10)

13/06/2012

Printemps des Arts: "Tunis-moi si tu oses ton Dieu"

 

Connaissez-vous la contraction qui tue? Non, ce n'est pas celle trouvée entre les deux plus célèbres chiennes de garde du corps de François Hollande et de la France Républicaine et athée, la vilaine Valène Trieroyal.

Non. La contraction de la femme enceinte qui tue, c'est celle qui contracte l'impératif du verbe tuer et le nom qui définit le sexe de tout mâle religieux qui ne supporte pas la liberté de l'art. Donc "Tue" car Dieu te le commanderait de sa Très Haute et Distinguée Dictature céleste et dit "Pénis" Toute-Puissance car tu es le mâle (ou le Mal, c'est comme vous voudrez) qui domine la femme. Cela donne le mot magique "Tunis".

La Marsa, ville emblématique d'une Tunisie en paix, d'un pays joyeux et heureux, d'une humanité hospitalière et tolérante, est en feu et en flammes par la faute des extrémistes. Un leader islamique, un fou de Dieu comme il y en a de plus en plus, appelle à la guerre sainte et à l'imposition de la charia pour la Tunisie; une galerie d'art est détruite, centre de la vie et de la liberté émotionnelle comme culturelle. Une oeuvre d'art représentant une femme nue cachant pudiquement son sexe d'un bon plat de couscous (ah, quels plaisirs, quelles sensations divines!) surveillée et menacée, en arrière plan, par la police des barbus islamistes, est détruite et brûlée. D'autres oeuvres subissent le même sort. Le Printemps de Jasmin se meurt sous le regard du monde entier qui se délite et se corrompt de partout. Dieu ou le chaos. Je dirais plutôt Dieu et le chaos. Immonde. Vous ne comprendrez jamais rien à Dieu si vous croyez, vous les hommes, que la violence vous offre gratuitement et opportunément votre droit d'abus de pouvoir sur les femmes et les enfants. Vous ne comprendrez jamais rien à l'athéisme si vous les femmes croyez falacieusement et par vengeance millénariste que les hommes vous sont tous soumis à vos caprices de reines, que vous pouvez les tourner en bourrique et en ridicule de votre hauteur sur talon-aiguille toute-puissante qui laisse les couilles des hommes bavant devant vos pendantes et baveuses séductions alors que votre cerveau féminin enfle et se met à développer la testorénone  mâle vous donnant des allures faciales de couilles dures. Je suis hard, ce matin. Mais mon hardcore à moi ne tue personne et offre la liberté de croire en Dieu comme l'âme le désire ou alors de le renier dignement face à la folie actuelle d'un monde humain contemporain qui nous donne plus que jamais la légitimité de ne pas croire en Lui, du moins à la façon des interprétations erronées, fallacieuses, et scandaleuses dont certains se permettent pour commettre leurs atroces crimes en toute impunité. Le monde coule. Il n'y a plus qu'une seule urgence sur cette Terre: Aimer et Construire plutôt que Haïr et Détruire.

Quant à toi, mon ami le salafiste, le terroriste d'Al-Qaïda, Tunis-moi si tu oses encore ton Dieu. Le miens, Il est d'Amour et Enceinte.

 

DSC05677_GF

 

Dors bébé, dors en son sein féminin.

Demain, ils voudront acheter ton âme,

et alors te violer, te torturer, te tuer l'âme sensible.

Demain, ils voudront diriger ton corps,

ton esprit, tes croyances, tes désirs.

Demain, ils voudront t'éduquer,

te socialiser, t'intégrer, t'assimiler.

Demain, ils feront de toi un petit soldat,

une femme ou un homme emprisonné

dans un schéma de pensée humaine absolue.

 

Mais Dieu, l'Amour, te dit que tu es libre,

que ton éducation doit te servir à te rendre libre

et non à t'asservir aux voeux et aux obscurités des Autres.

A toi de te servir de ton coeur,

de ton amour, de ton âme

pour servir Dieu et Sa lumière au plus près de ta Conscience.

 

Car Dieu est Amour.

Car Dieu ne peut être assassin,

dictateur, profanateur de liberté,

accusateur et censeur.

Dieu est Vie.

La Vie t'est donnée par Amour.

 

Et même si c'est un violeur qui force une femme à la vie,

c'est encore Dieu qui t'aidera à Aimer,

à Grandir, à Partager, à Cultiver

l'Art et la Vie.

 

Allah est Grand.

Et sinon, l'Esprit est Grand.

 

L'homme sans Esprit est petit, dictateur,

calculateur, profanateur, violent, assassin, violeur.

Et la femme qui suit les pas de cet homme sans Esprit

est pareille au venin du serpent

qui donne la mort par séduction frelatée.

 

Ô Femme

ne laisse pas l'Infâme

dirigé notre monde vers les flammes.

D'enfer, tu ne dois vouloir.

Mais d'Amour tu dois donner et recevoir.


08:58 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1)

05/06/2012

L ultime victoire d'Adolf Hitler

 

Rappelons-nous. Israël a été construit de toute pièce par l'Occident pour donner (ou rendre) au peuple juif (un peuple qui n'existe qu'à travers la religion à l'exclusion des autres car tout autre peuple, même musulman dans sa majorité communautaire, se définit sous la dénomination de multiples pays aux cultures et traditions multiples.

Les Juifs ont obtenu leur terre d'élection. Ils se sont battus pour la garder contre la coalition des peuples arabes. Israël existe en tant que superpuissance nucléaire plus qu'en tant que nation élue de Dieu. Ce qui est bien triste, ma fois. Et ce qui est le plus désolant c'est que le schéma hitlérien de la race pure y est reconduit jusqu'au gouvernement. Refus aux Palestiniens de devenir citoyens d'Israël, Une majorité communautaire arabophone serait forcément le pire cataclysme pour Israël. On peut le comprendre, pas l'approuver. Autre constat. Le racisme violent envers les personnes venues du Continent africain. Cerise sur le gâteau. Avec le coup de pouce spirituel d'Adolf Hitler, Israël pourrait être à l'origine de la IIIème et dernière guerre mondiale qui détruira notre Civilisation. Mais ne pas l'écrire serait mieux. Devenir disciple du pire criminel fasciste qui a fracassé 6 millions Juifs, les propres frères et soeurs de sang du peuple d'Israël en reproduisant sa même idéologie de pureté et d'exclusion des Autres, il faut le faire et il faut être Juif pas très bien dans ses baskets pour oser l'impensable. Dommage qu'en Israël certains et certaines ne retiendront jamais le message le plus sensé de la religion: "Ne fais pas aux autres ce que tu n'as jamais aimé qu'on te fasse. Car pire encore deviendrait alors la situation". C'était juste un message pour se rappeler l'Horreur. Celui de l'existence dans l'Histoire des êtres humains de la Shoah. Un Holocauste qui devrait rendre grâce et sagesse au peuple "élu de Dieu". L'Histoire écrite par Dieu ne dit pas  aux hommes qui sont les élus et les proscrits du Royaume céleste...

Adolf Hitler hante notre Histoire moderne dans tous les pays du monde. Et on se demande bien quand est-ce que la malédiction de son oeuvre  prendra fin sur les consciences humaines.

 

07:57 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (59)