18/04/2012

Breivik et Merah frères ennemis de la démocratie

 

Breivik en guerre contre les musulmans et les Indiens d'Amérique (!). Breivik a cité le chef Sioux Crasy Horse comme terroriste (!) lors de l'ouverture de son procès. Que vient faire un Sioux résistant dans le procès du criminel norvégien?

Et que vient faire le largage des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki? Breivik n'est même pas en phase avec le national-socialisme de Hitler. Il se revendique des Croisés en lutte contre l'envahisseur musulman. Breivik est un nostalgique. Comme tous les nostalgiques de l'Histoire, il veut refaire vivre le passé. Merah, de son côté, a suivi une même logique concernant son apprentissage du Coran. Faire revivre la Cité mahométane à la lettre, par la force et le crime. Deux frères ennemis qui ont décidé de leur seule initiative, mais aidé par des hommes d'influences idéologiques identiques, de créer des cellules terroristes autonomes et indépendantes.

Ce monde virtuel créé de toutes pièces intimes chez ces guerriers qui se détachent de la vision démocratique de nos communautés est soutenu par le renforcement des idéologies religieuses ou athées (fascismes d'extrême-droite ou d'extrême gauche). Breivik se revendique combattant de la chrétienté mais sa Bible à lui c'est la Bible de l'Ancien Testament et d'un monde obsolète. Merah se revendique de l'islam des origines mais son Coran à lui c'est un Coran qui ne peut survivre sous la domination d'une Civilisation démocratique. Ces deux hommes ont nagé à contre-courant de l'Histoire humaine. Comme des foules de nostalgiques, ils se revendiquent d'époques n'existant plus. Ils veulent faire revivre des mondes disparus. Quand Breivik compare Crasy Horse à un terroriste, il s'imagine clairement soldat du Général Custer et du Général Crook luttant contre les tribus indiennes agonisantes qui veulent conserver leur identité, leur mode de vie, leur culture contre l'envahisseur européen. Le problème, c'est que Breivik ne lutte pas comme soldat Norvégien se heurtant à un ennemi intérieur commun déclaré de tous (le musulman), il se bat comme idéologue de son combat "Mein Kampf" isolé et solitaire dans son monde virtuel inventé par lui, même si des sympathisants dans le monde entier peuvent comprendre et apprécier "l'héroïsme" de son combat pour les mêmes raisons que lui (haine de l'étranger, du multiculturalisme, de la démocratie).

Tous les individus qui se battent dan le monde contre les valeurs démocratiques de notre Civilisation sont des nostalgiques de l'Histoire. Ce sont des chevaliers de l'apocalypse. Ils veulent créer les conditions d'une destruction du monde global dirigé par une Civilisation multicolore ayant envahi tous les recoins de la planète. Aidés ou souvent massacrés par des Etats dictatoriaux qui les utilisent soit comme jouets et armes de propagande soit comme menaces intérieures qui servent au maintien de la dictature, ces individus sont comme des foyers autonomes d'instabilité voulant la destruction d'un monde aux valeurs démocratiques encore fragiles et en danger. Le poids écrasant des valeurs universelles de la démocratie créé les rebelles du style Breivik ou Merah qui se cherchent des causes dans des combats perdus à jamais. Isolés sur la planète, éloignés du sens de l'Histoire, créant des alliances à durée limitée avec d'autres groupes terroristes et rebelles, ils surfent sur la division des extrêmes politiques de toutes les nations et des Etats en crise de confiance ainsi que de toutes les dictatures encore installées dans le monde pour tenter d'imposer une idéologie par la violence et le crime, le passé toujours en référence, et l'avenir comme un précipice mortel aux êtres humains.

L'histoire des terrorisme s'inscrit dans une crise spirituelle mondiale. La démocratie, expression de la liberté de penser, se cherche un avenir à travers une force de conscience commune capable de perpétuer et de développer les droits humains sur tous les continents du monde. Cette force spirituelle commune fait partie intégrante de nos multiples croyances en Dieu ou d'un athéisme construit sur la foi en l'Humanité. Breivik comme Merah ont combattu la Civilisation et ont voulu le chaos apocalyptiques des guerres de religion. A nous tous, citoyens et citoyennes croyant aux valeurs de liberté et de démocratie de développer notre conscience commune pour s'opposer au développement des fascismes.

Karma Police (Police Du Karma)

Karma Police, arrest this man
Police du Karma, arrêtez cet homme
He talks in maths
Il parle en maths
He buzzes like a fridge,
Il bourdonne comme un frigo
He's like a detuned radio
Il est comme une radio mal réglée
Karma Police, arrest this girl,
Police du Karma, arrêtez cette fille,
Her Hitler hairdo is making me feel ill
Sa coiffure à la Hitler me rend malade
And we have crashed her party
Et nous avons saccagé sa fête

[Chorus]
[Refrain]
This is what you get, this is what you get
Voila ce que tu obtiens, c'est ce que tu obtiens
This is what you get, when you mess with us
Voila ce que tu obtiens, quand tu cherches les embrouilles avec nous

Karma Police, I've given all I can
Police du Karma, j'ai donné tout ce que je pouvais
It's not enough
Ca ne suffit pas
I've given all I can but we're still on the payroll
J'ai donné tout ce que je pouvais mais nous sommes toujours à sa solde

[Chorus]
[Refrain]

And for a minute there, I lost myself, I lost myself
Et pendant une minute ici, je me suis égaré,
Phew for a minute there, I lost myself, I lost myself
Pendant une minute ici, je me suis égaré,
For a minute there, I lost myself, I lost myself
Pendant une minute ici, je me suis égaré

 

16:13 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

16/04/2012

Breivik, la gloire des terroristes d'extrême-droite

 

Comparer Breivik à un terroriste d'Al-Qaïda et nous trouverons la même haine, le même désir de faire disparaître l'ennemi, la même folie idéologique l'un au nom de la race supérieure blanche, occidentale, se fondant sur l'idéologie nazie, l'autre au nom d'Allah, Dieu.

L'assassin froid et monstrueux a 33 ans aujourd'hui. L'âge du Christ au moment de sa crucifixion. L'idéologie fasciste se revendique parfois de racines chrétiennes. Dieu peut aussi être impliqué dans l'idéologie de la race pure. Breivik ne se revendique pas d'appartenir au peuple de Dieu bien qu'il se prend pour un Croisé. Mais il avoue sa haine définitive et totale contre le musulman. On peut donc affirmer que la source de sa haine a des racines de type théologique.

Guerre de religions? Guerre de Civilisations? Breivik est fier de son acte comme les terroristes islamiques le sont. Breivik revendique le rôle de chef de l'armée norvégienne, une médaille à la gloire de son "héroïsme" prétendu. Une indécence absolue devant la gravité de ses actes et de sa tuerie sauvage envers des gens pacifiques et sans défense. Breivik est un monstre. Le pire c'est qu'il est un monstre qui possède son fan club, ses admirateurs et admiratrices qui le suivent dans son idéologie. Comme pour les groupes terroristes islamistes, Breivik aurait pu recruter des jeunes gens prêt à s'investir comme "martyrs" kamikazes occidentaux. Breivik et Merah, le jeune Algérien solitaire qui a affolé Toulouse et toute la France ont des caractéristiques similaires de comportement et de pensée,

"Dans cette «Interview avec un Chevalier de la Justice», le tueur se questionne lui-même sur son idéologie, sa personnalité, son enfance ou son CV. «Je ne suis pas sûr que martyr compte comme profession», note-t-il, suivi d’un smiley. Il se décrit comme «optimiste, pragmatique, ambitieux, créatif, travailleur». Ou: «Je suis un type relax et assez tolérant sur la plupart des sujets.» Mais il admet avoir un «ego relativement gonflé» et être perçu comme «assez arrogant». "

Le terrorisme se nourrit sur le sentiment de toute-puissance et d'impunité. Le terroriste n'a pas à se justifier devant la justice. Il crée la fiction de son auto-justice. Lui seul a raison. Et s'il a raison c'est qu'il défend une idéologie totalitaire qui le rend serviteur de cette idéologie et légitime défenseur de cette idéologie. Breivik, comme Hitler à l'époque, a écrit les fondements de son combat qui rejoint celui de "Mein Kampf". Comparer le terrorisme islamique au terrorisme de Breivik, c'est chercher à explorer les racines profondes du Mal qui surgissent à chaque fois que l'on fait d'une idéologie religieuse ou athée un absolu de vérité sans autre possibilité d'y échapper.

Lors du procès Breivik, les médias auront surtout besoin de faire la démonstration que le monde chrétien n'est pas en guerre avec le monde musulman. Que l'idéologie totalitaire n'est pas la base de la démocratie. Que la Civilisation a construire et qui prépare l'être humain pour le futur n'est pas une Civilisation basée sur la haine de l'Autre mais sur l'Amour de la Connaissance. Cette démonstration des médias est indispensable pour détruire la tentation de la pensée fasciste chez des jeunes gens d'origine occidentale et chrétienne comme d'origine juive ou musulmane, jeunes personnes près à se réfugier auprès de leaders fascistes pousse-au-crime et néfastes à la communauté de bien que représente nos démocratie.

Breivik a un autre point commun avec Merah: l'abandon du père. Le refuge dans une idéologie totalitaire et violente aurait-elle aussi à l'origine la démission des pères? Tous les jeunes terroristes musulmans, tous les crimes commis par cette jeunesse prête à se sacrifier pour une idéologie totalitaire, sont-ils d'abord dus à un manque maladif d'autorité et d'existence du père?

Et dans la violence actuelle qui augmente dans les banlieues comme dans le centre des villes, y-a-t-il à la source un manque d'autorité paternelle? Et, en conséquence, les mères n'ont-elles pas aussi une certaine responsabilité dans l'absence du père et de son autorité? Le fascisme est une Toute-Puissance autoproclamée. Ce besoin de toute-puissance naît à l'intérieur d'êtres humains chez qui qui personne n'a su mettre les limites humaines et donner un sens équilibré à leur existence. Ces personnes se jettent alors dans la nécessité d'actes extrêmes et d'héroïsme macabre pour prouver leur foi et exister enfin. La haine est toujours du côté de la morbidité. Alors que l'amour est toujours du côté de la vie. Une fessée à 77 victimes? Voilà la réponse de Breivik à l'absence d'un père bienfaisant.

Breivik comme Merah nous portent tous à nous pencher sur nos comportements familiaux et sur nos relations fraternelles entre communautés. La Civilisation est une et indivisible. Il n'y a pas d'idéologie supérieure. Il n'y a que de la littérature et de l'Histoire des Hommes. Divine ou sacrée, l'Ecriture est notre pain quotidien. Les textes religieux, les Livres saint doivent être étudiés à hauteur humaine et critiquée à hauteur humaine. C'est notre seule façon de tordre le coup au fascisme islamique, chrétien, ou juif. Les 77 victimes de Breivik n'ont jamais demandé à mourir. Seul l'esprit assassin d'un homme a décidé de supprimer ces êtres humains. Il est temps de nous interroger sur la fascination pour la haine actuelle et le peu d'égard réservé à l'Amour au sens religieux du terme, Amour qui nous relie entre nous et qui empêche de nous diviser de façon irrévocable et définitive.

 

08:51 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (12)

13/04/2012

Nuits espagnoles

 

 

 

Cette nuit tu viendras

me raconter ce nouveau monde

créé de tes bouderies amaranda

 

 

 

Tu soulèveras à nouveau le ciel

à chaque battement de cils

et tes yeux me feront voir l'essentiel

 

 

 

Combien de jours papillon passés

à m'envoler seul dans tes silences

à deviner ton corps gracile labouré?

 

 

 

J'ai rêvé de notre unique religion

de celle qui de ses ailes parle de l'Amour

de celle qui se laisse aller à l'Abandon

 

 

 

Quel ange est capable de mourir d'aimer

si ce n'est celui de la femme et de l'homme

qui ne se sont jamais insultés?

 

 

 

De crachats et de maladive haine

nul n'a pu revivre de l'évanouissante Beauté

de cette Vierge qui porta en elle la Bonté humaine

 

 

 

Nuits d'amour

nuits espagnoles

mon coeur et puis tes chatoyants velours

 

 

 

Pour toujours

depuis des siècles et des siècles

notre terre ensemence cet Amour

Il est temps de revenir

à ton foyer et tes lunes

me conter assise sur la dune ton avenir

 

 

 

Puis nous étendre sur la nuit des temps

comme des amants étourdis

qui ont laissé passé l'ennui et le vent

 

 

 

Tu n'es pas un abysse

où ton roi de bohème

finit par mourir sur ton vice

 

 

 

Tu es ma page à ciel ouvert

où écrire à l'encre de tes yeux

fait de ton être mon univers

 

 

 

Noce d'amore

nuits espagnoles

tes frissons se transmettent à mon corps

 

 

 

Il a fallu ramasser

nos sentiments cruellement blessés

les couver dans notre rue dévastée

et enfin les cultiver en notre sainteté

en les sauvant de la ruine et de la saleté

 

 

 

Un combat

Une femme

Un homme

Une corrida

 

 

 

Réunis dans le désert et l'enfer de nos amours paradisiaques

 

 

 

17:01 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1)

2'500 francs ça fait 15'000 balles pour Sex Fam in The City

 

L'allocation universelle? Quelle belle utopie à jamais morte née! Je vivais heureux en ce temps-là mais pauvre comme Job, ou presque, car je travaillais alors dès potron-minet jusqu'à l'arrache-nuit pour sauvegarder ma jolie famille composée de six écureuils. Les écus j'avais pas. Mais les poursuites je connaissais déjà. Et le derrière de mon écureuil d'amour, celui de ma minette convoitée, il connut la visite inopportune de donneurs de glands qui nous bâtirent des chaînes sociologiques dont nous n'avons pas encore pu nous débarrasser tant elle et moi avons culpabilisé sur notre jardinage extra-conjugale qui ne dura pourtant pas bien longtemps. Le temps d'un hiver nocturne. Le temps de nous rendre compte du désastre psychologique que cela provoqua chez elle et chez moi. La tune, parfois, ça vous pousse à de ces choses dont on aimerait oublier mais dont il est impossible de faire le deuil. C'est pas d'avoir subi les affres d'un camp de concentration. C'est d'avoir subi la honte infâme de devoir se coucher à plus fortuné que soi pour survivre.

C'était du temps ou la société se foutait royalement d'une jolie famille anonyme qui s'aimait sincèrement comme elle aurait pu et du s'aimer jusqu'à la fin des jours que Dieu fait comme on parle d'un grand amour durable. Mais les bonnes choses ont toutes une fin et l'allocation universelle n'avait pas encore passé par notre maisonnée. Et puis je viens de lire l'impensable et l'irréalisable à la fois: 2'500 francs pour tous. Adieu les pensions alimentaires. Bonjour la richesse grâce à nos enfants! Nous aurions vécu heureux sans travailler, des vacances à la clef, des soins maladie appropriés, un passage régulier chez le dentiste, grâce à cette inestimable révolution: l'allocation universelle à 2'500 francs pour tous. Car si jeune adulte j'ai droit à cette somme sans rien fiche, pourquoi mon petit bébé d'amour devrait attendre 18 ans pour toucher le gros lot? Il a pas demandé à venir au monde, le petit. Et en quoi ses parents devraient être plus responsables que lui si à 18 ans le petit devenu grand ne prend pas ses responsabilités et engrange de facto un trésor de guerre (plutôt un trésor d'Ali Baba) gratuitement. Bref, si allocation universelle il y aurait, ce devrait être à partir du premier jour de vie afin de se retrouver totalement en cohérence avec cette idée farfelue. Donc, en arithmétique classique, ma famille aurait bénéficié de 15'000 francs par mois pour vivre! Vivre dans la douceur de vivre. On ne parle pas des familles à quinze enfants et plus qui ne manqueraient pas d'apparaître ici et là. Si la naissance d'un enfant peut nous ramener le magot en plus des plaisirs de la famille nombreuse pourquoi s'en priver, hein?

Je rêve. Je rêve à ces quinze mille francs alors qu'en travaillant dès potron-minet jusqu'à l'arrache-nuit, mon job me ramenait le tiers de cette somme. Le Tiers-Etat de la Royauté. Pas de droits de subsides à l'assurance-maladie car à l'époque, en terre bernoise, ça ne distribuait pas les subsides aussi facilement que cela à la population dans la dèche (renseignements pris, à l'époque, Neuchâtel nous aurait verser 90% de subventions à l'assurance). Et puis aux Services Sociaux de ma petite ville très bucolique, ils n'avaient pas la solution pour nous trouver un logement qui aurait permis d'assurer notre minimum vital ainsi que notre charge fiscale qui se montait quand même à 600 francs par mois. Gagner 5'000 francs par mois, cela vous mettait aussi hors du cadre légal au droit à un logement social. Et puis la pension alimentaire due pour le premier de mes enfants, elle était due hors territoire, en terre neuchâteloise. Donc, dans le budget familial d'une famille établie sur le sol bernois, on ne tenait pas compte de la pension due à un enfant dans un autre canton. Que ce dernier assume le recouvrement de la pension si par hasard le papa ne paie pas à la maman. C'est la logique de tous les cantons de Suisse Je payais. Avec toute les difficultés du monde, mais je payais alors.

Voilà. Cette petite histoire pour vous dire que si les idées rasent gratis dans les têtes de théoriciens un brin allumé, il y a des histoires de famille qui se paient cash et coûtent très chères à la société. Et que s'il n'existait personne pour trouver la solution et personne pour écrire l'histoire, elle serait restée cachée à jamais comme un tabou inavouable. Alors avant d'allocations universelles, il faudrait peut-être parler des vrais problèmes qui existent pour les working-poors dans ce pays. Non?

Une toute dernière chose. Trouvez-vous normal qu'un chef de cuisine avec une brigade de 8 personnes sous ses ordres se retrouve à vivre plus mal qu'un plongeur lavant la vaisselle à égale situation familiale? Pourquoi cela est-il arrivé? Parce que le casserolier est aidé par l'Etat et ne devra aucun impôts. Alors que le chef n'a droit à aucune niche prestataire et qu'il est condamné à se démerder avec son salaire de chef tout en devant des impôts qui mènent aux poursuites légales. Qu'est-ce qu'on répond au chef, alors? Oui, Chef! On a 2'500 francs pour toi, Chef!

 

11:17 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

11/04/2012

Si toi et moi c'était un remix

Peut-il y avoir plusieurs versions à un seul amour? Et sur un brouillon qui a fini à la poubelle des échecs sentimentaux, recréer et élaborer un autre style de language à la rencontre entre deux personnes qui se sont plantés dans leurs rapports?

 

si toi et moi c'était un remix

me donnerais-tu ta main

pour écrire un univers mixte?

 

on s'était perdu sur notre console

en affolant notre pôle magnétique

l'aiguille de notre boussole

indiquait grave notre fin pathétique


tu es partie chez lui

sans revenir chez toi

mais depuis chez moi

tu as rattrapé le temps pour me dire oui


de quel ennui

souffrais-tu?

et quel mal-être

combattais-tu?


je vais rester à t'attendre

et te regarder grandir

te savoir devenir maman et mûrir

avec ton coeur et apprendre

 

si toi et moi c'était un remix

me donnerais-tu alors ton coeur

pour soigner notre douleur?


 

01:55 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1)