27/01/2012

Bayrou, seul candidat à sortir du tout nucléaire

 

Il parle d'énergie de transition alors que les autres continuent à parler d'énergie d'avenir. "Il" c'est François Bayrou quand il se prononce sur le nucléaire.

La France est en retard flagrant dans le domaine des énergies renouvelables. La France, ne l'oublions pas, à ses influences au Maroc, en Algérie, en Tunisie, et depuis la guerre à Kadhafi, en Libye. La France a un immense désert à exploiter autrement que par le pétrole acheté aux pays du Maghreb. La France, par sa dynamique écologiste, peut créer des dizaines de milliers d'emplois en France et dans les pays du Maghreb grâce aux nouvelles technologies solaires à développer. La France a un candidat qui a une vision solaire. En avant toute, amies et amis Français, donnez-vous la chance de l'impulsion énergétique naturelle, non-polluante à l'extrême, et durable pour des millénaires plutôt que mortelle pour des millénaires. Avec une économie et des emplois à l'avenir certain et une décentralisation du poivoir énergétique. Plusieurs compagnies exploitantes, des unités individuelles et privées, contre actuellement une grosse machinerie exclusive et totalitaire qui fait la pluie radioactive et le beau temps de l'hiver nucléaire.

Tous et toutes avec François Bayrou.

Ci-dessous un passage télé de François Bayrou qui ne parle pas d'énergie renouvelable mais de la fondation d'un pacte de tous les Français Françaises autour de leur Président.

 

12:42 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

26/01/2012

Le changement c'est maintenant (Dernière Danse)

 

Le WEB a récupéré la vidéo publicitaire du PS français pour en faire des actes humoristiques sur l'Internet.

Elle s'appelait Natalee. Elle fut la responsable d'une passion déchirante qui provoqua le désastre le plus douloureux de mon second mariage. C'était du temps où je voulais absolument rester solidaire de mon épouse et vivre avec ma famille et mes enfants. J'ai abandonné Natalee très vite pour plaire à la jalousie destructrice de mon épouse. Las, cela ne suffit pas à nous sauver. Mon coeur était malade de cette fille asiatique perdue pour toujours. Et ma femme, que je n'avais jamais cessé d'aimer, me violenta l'âme, me tortura le coeur, s'agrippa et me rejeta. Une période horrible durant laquelle une famille prise par la jalousie et les frustrations perd tout sens de la solidarité, de l'égalité, de l'amour,

Une période où j'ai beaucoup appris de l'importance de la juste mesure, de la justice, de l'égalité. Une période où non seulement je perdis ma famille mais où je fus jeter à la poubelle par un ami médiatique (qui n'en était pas un) que je croyais être un confident qui recevait des tonnes de courrier de ma part. Ancêtre du blog...  Photos d'archives, textes, tout y est dans la poubelle...Des milliers de pages, de sang, de bonheur, et de larmes. Ne jamais se fier au virtuel ni au réel. Sonder son âme individuelle et se souder à l'écriture pour en faire un tissu, un linceul qui nous part de la beauté éternelle. Le socialisme, le libéralisme, deux postures, deux impostures aussi quand on ne veut pas réfléchir au vrai sens des mots.

Elle s'appelait Natalee. Et Las Ketchup fut la mélodie joyeuse sur laquelle j'offris ma dernière danse à une gamine de 20 ans venue d'Asie.

 

07:02 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

25/01/2012

Obama, taille Costard; Sarkozy, taille Tocard

 

Pendant que Barack Obama tient son premier discours de campagne et montre une impressionnante détermination à gagner avec beaucoup de crédibilité et de conviction dans le ton et la voix, Sarkozy dit à son épouse, la France: « Ecoute, chérie, c'est toi qui m'a élu. Je te dois tout. Tu me dois rien. J'ai été Président de ta vie. 5 ans ou 10 ans, ce n'est pas important. Je vivrai très bien sans toi si tu me jettes. J'ai des tas de choses à faire dans la vie ». S'occuper de sa femme, Carla Bruni, par exemple, fantôme sur la scène présidentielle française, qui se cache on ne sait où avec leur enfant Giulia. Et finalement, si Carla avait peut-être lancé un ultimatum secret à l'homme Nicolas: « C'est elle (la France) ou nous, Giulia et moi! ». Sarkozy ne pouvant dire ça à sa France, la honte lui en tomberait sur les genoux, il joue la défaite en faisant encore croire à la victoire.

Obama écrit pendant ce temps l'Histoire: « Ô peuple d'Amérique, je suis solidaire avec les plus faibles d'entre vous qui avez droit à une vie décente, à un statut social qui vous protège de la déchéance. On va poursuivre le job bien fait et modifier celui qui est encore perfectible. Je vais augmenter les impôts des plus riches, chercher des solutions pour plus de justice, plus de travail, plus de sentiment d'être heureux sur terre d' Amérique. Obama, c'est le Président Costard qui assure le chemin tracé sur la durée au milieu du cyclone économique et politique mondial.

Obama, c'est un homme un pays soudés à travers une démocratie responsable et dynamique, avec une vice-présidente (Hilary Clinton, qui sera à ses côtés pour la victoire) et une femme dans la vie qui le soutien ardemment dans son projet.. Sarkozy, c'est un homme tout seul qui dit au revoir à son épouse la France sans aucune passion dans le ton, sans regret sur ses erreurs, sans tristesse et sans pleurs pour ce peuple qu'il abandonne plus que c'est le peuple qui le quitte. « Le pays n'est pas à moi », pense-t-il. Certes. Le pays n'est pas à lui. Mais le pays lui avait demandé de l'habiter, de l'incarner avec sûreté et confiance, pas de le déserter pour incompétence comme un tocard qui n'a pas assuré. Nicolas, il faut remonter sur « La France » et lui chanter votre amour. Sinon, restez à Sainte-Hélène après votre fanfaronnade et votre débâcle du Bosphore.

A moins d'une énorme surprise, Nicolas Sarkozy ne sera jamais Franky Obama. Dommage pour lui. Franky Sarkozy, ça frimait pourtant bien.

Fruits de la passion, c'est tout ce qui manque à Nicolas Sarkozy. Les effets de manche et les gesticulations ne marchent plus devant la mariée  France qui s'est laissée abuser par lui.

 

08:52 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)

Sarkozy: la débâcle du Bosphore

 

Il était contre l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne. Il est ce soir le fossoyeur de la bonne entente entre Turcs et Français. Nicolas Sarkozy a signé, peut-être, son dernier acte de politique étrangère par un chamboulement des consciences invraisemblable. Cette loi sur les génocides, bonne dans ses intentions, est certainement diabolique et catastrophique dans les faits, Même les défenseurs Turcs d'une reconnaissance du génocide arménien par le Gouvernement d'Ankara voyaient d'un mauvais oeil ce texte inscrit dans la loi française et avaient instamment demandé à la France de ne pas brûler leur travail sur place en Turquie et leur cervelle influente en votant « oui » à ce texte.

L'Assemblée nationale et le Sénat français ont fait preuve d'arrogance dans leur majorité. Mais qu'avait donc Nicolas dans la tête en prenant fait et cause pour cette loi? Il savait qu'il allait droit dans le mur. Sur le Costa Concordia, le Commandant Schettino tenait à frapper un grand coup à l'approche de l'ìle du Giglio. Peut-être que Nicolas croyait que le paquebot France ne tomberait pas sur un gros caillou du Bosphore et que tout allait bien se passer malgré les sirènes d'alarme...

Le Capitaine Sarkozy est encore sur le navire...mais il fera peut-être comme Schettino. Il débarquera à 50 jours de l'élection présidentielle du Paquebot France en regardant s'affoler son équipage, l'UMP, et sa population, la France, enfilant ses gilets de sauvetage et se jetant dans les barquettes pour choisir à la sauvette un nouveau candidat crédible.

Sur cette plage turque, le Commandant Sarkozy trouvera luxe, calme, et volupté, pour se refaire une santé après sa débâcle.,,tout en relisant le petit bêtisier de Bayrou, histoire de comprendre qu'il n'a strictement rien compris à la France et que la France ne l'a finalement pas compris. Histoire d'une méprise mémorable. Il aura gagné avec beaucoup d'honneur en Libye contre le pire des Tyrans. C'est ce que nous retiendront du conquérant Napoléon Sarkozy.

 

00:57 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)

24/01/2012

Si les maires refusent leurs voix à Jeanne la Pucelle

 

Elle ne serait pas crédible et n'obtiendrait pas les 500 signatures des maires de France parce qu'elle n'inspirerait tout simplement pas confiance. Dixit Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP.

Ce que semble oublier Mr Copé, c'est que l'UMP n'a pas du tout intérêt à diaboliser la représentante de l'extrême-droite française. Car si Marine le Pen ne trouve pas ses 500 signatures, il y a une certitude qui découlera de cette éviction à la Présidence de la candidate: le Président sortant ne rassemblera pas les voix de Jeanne d'Arc. Celle-ci se porteront dans leur immense majorité sur le centriste François Bayrou sans que ce dernier ne doivent faire du Le Pen. Mais simplement parce les électrices et électeurs du Front National ne font déjà plus confiance à Nicolas Sarkosy pour résoudre les problèmes de la France.

Donc, une autre certitude. Si Marine le Pen est sacrifiée sur le bûcher d'une loi française désuète, ses cendres iront tout droit dans l'urne électorale pour François Bayrou qui, au second tour, ne devrait pas connaître de grande difficulté à vaincre le candidat qui a dit que la finance était son ennemi juré. Entre un converti néo-communiste ex bobo et un centriste qui n'a jamais quitté sa ligne et la direction à prendre pour le pays, la France n'hésitera pas. En fait, Jeanne au Bûcher pourrait bien être à l'origine du sacre de François Bayrou...et devenir une sainte aux yeux d'une partie des Français. La politique et l'Histoire prennent parfois des raccourcis étonnants.

Histoire à suivre...

P.S. Madame Rama Yade, n'hésitez plus. Le candidat pour une Présidence sérieuse et sûre d'elle en faveur d'une nouvelle France conquérante, cultivée, ouverte, fraternelle, est celui dont vous savez le prénom mais surtout le nom.

 

 

15:34 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (6)