17/12/2011

Elle chante, Cesaria Evora

Elle s'en va

sur une voix divine

partie sans laisser d'adresse

dans une caresse

destinée aux enfants.


Elle s'en va, Cesaria,

et reviens déjà vers nous

comme la marée haute de mer

qui charia sa vie en douceur

sur les écumes noires

des boues déversée

par les hommes.

 

Elle reviendra en chanson

sur le tapis volant des ondes

et elle fera encore des vagues

dans nos coeurs chavirant.

 

Adieu Madame.

Vous étiez la fidélité à la Conscience humaine.

20:29 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Culture précolombienne et amérindienne

 

Que subsiste-t-il de cette Civilisation brillante, si proche de la nature, à l'aube de 2012?

 

L'oracle de Pachacamac
Selon des mythes très anciens rapportés par les chroniqueurs espagnols, le dieu Kon, fils du Soleil et de la Lune, venu du nord par la mer et qui n'avait ni os ni chair, créa le monde et les premiers hommes. Pour les châtier de leur inconduite à son égard, il aurait attiré la malédiction sur leurs terres en les privant de pluies. C'est alors qu'apparut le dieu Pachacamac, le "Soutien du Monde", qui transforma les habitants de la côte en animaux et créa une nouvelle humanité. Celle-ci, reconnaissante, lui dédia dans la vallée du Lurin, un sanctuaire qui attira des foules de pèlerins.
Pour les anciens péruviens, Pachacamac était l'animateur du Monde. Non pas le Créateur dans un sens judéo-chrétien, mais le dieu qui met dans les êtres, les choses et le temps la puissance qui leur permet d'exister, de fonctionner et de durer. A l'origine, il n'est pas à confondre avec le dieu Viracocha.
Etymologiquement, le nom de Pachacamac est composé de Pacha qui est l'univers, et de camac , qui selon Cieza de Leon, veut dire "créateur". Mais Garcilaso de la Vega a tenté de corriger cette interprétation : selon lui, camac est le participe présent du verbe cama , qui veut dire "animer". Pachacamac serait donc "l'animateur et l'âme du monde".

Passage du 4ème au 5ème soleil, 21 décembre 2012

 

Le bâton de Pachacamac

(tête du bâton)

 

Dans notre monde, la conscience est devenue avant tout matérielle. Dans le monde Maya, la conscience est d'abord d'ordre spirituel permettant d'établir des concepts scientifiques et politiques tout-à-fait révolutionnaires. Ce basculement n'est pas d'ordre sectaire. Il est d'ordre naturel et prioritaire. Notre façon électronique de nous connecter tous ensemble sur la Terre permet cette Evolution vers un monde qui va utiliser ses ressources à sauver la planète et l'Humanité d'une fin du monde qui n'est qu'un nouveau Commencement dans une autre Dimension cosmologique où l'apport de toutes les religions vont se concentrer pour nous amener vers une Unité d'esprit et de conscience nous permettant d'envisager une Paix durable entre nous tous. La Science sera l'outil indispensable qui nous permettra de mieux vivre avec nos énergies et à mieux partager avec les autres. Quant à la la Spiritualité, très personnalisée, mais tendue vers le centre universel de la Conscience, elle sera présente dans les intentions de nos vies et de celles de nos proches.

Trois belles chansons sur de superbes images pour porter l'espoir d'un nouveau monde et honorer Pachamama, notre bonne vieille Terre. Comme dit un chaman descendant Maya, n'ayez pas peur du 21 décembre 2012. Le film catastrophe n'est pas la réalité qui nous attend.

19:37 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)

Tomber enceinte pour réinventer le monde

 

17 filles enceinte ensemble

quelque part sur la planète en 2008

17 décembre 2011 au cinéma.

Où sont passés les garçons?

17 décembre 2010,

un garçon s'allumait.

 

Réinventer le monde.

Car on n'est pas sérieux

quand on a 17 ans.

 

Quand tout est à refaire,

il n'y a déjà plus rien à faire.

Familles divorcées,

études avortées,

avenir bouché,

chômage programmé,

marginalité forcée.

 

Les filles feront des enfants

sans les garçons.

Les garçons iront se suicider

sans les filles.

 

Elles font la révolution

en donnant la vie.

Ils font la révolution

en se donnant la mort.

 

Deux manières extrêmes

de dire au monde de changer son théorème.

 

Des filles et des garçons

embarquées dans la folie du monde.

 

Noël arrive...

 

10:18 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1)

16/12/2011

Mohamed Bouazizi, un suicidé qui dérange

 

Un an déjà. Demain 17 décembre. Un an est passé depuis son immolation. Une torche humaine qui s'éteindra le 4 janvier de cette année sur son lit d'hôpital presque en direct devant l'ex président Ben Ali. Le petit marchand de légume ne connaissait pas son destin.

Aujourd'hui, l'étoile du déclencheur de la Révolution de Jasmin dans le monde arabe pâlit. Son histoire ne serait pas aussi reluisante que ça. Il aurait même été un "salaud" qui traitait mal les femmes par la parole. D'où la gifle (peut-être bien inventée) reçu de l'agente des forces de l'ordre.

Sa famille, sa maman en particulier, subirait la jalousie de ceux qui n'ont jamais rien reçu du Gouvernement. 20'000 dinars peuvent-ils remplacer un fils disparu? On se demande pourquoi certaines personnes musulmanes attachent tant d'importance à l'argent... Aujourd'hui, le héros de la Révolution n'est plus vraiment encensé. Il faut y voir aussi la religion derrière cet effacement de Mohamed. L'islam ne peut porter au pinacle des martyrs les personnalités qui se sont suicidées. Le problème, il est de taille, c'est que les terroristes qui font de gros dégâts humains autour d'eux sont souvent plus aptes à obtenir les honneurs des familles musulmanes qu'un pauvre suicidé qui n'a touché qu'à sa propre existence.

Voilà. Alors Mohamed, tu n'as été peut-être qu'un jeune homme un peu vulgaire avec les filles. Tu n'a peut-être pas fait les études qu'on te prêtait. Mais une chose est certaine. Tu as été le déclencheur d'un mouvement qui s'est transformé en une vague géante sur tout le Maghreb. Et sans statue à décerner en ton nom, on ne peut que te dire que ton geste fou aura été l'aile du papillon qui a provoqué un sacré chambardement sur la planète. Allah a-t-il voulu cela?

A toi, Mohamed Bouazizi, ces deux chansons.

15:52 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1)

Péripataphysicienne de l'amour

 

Voilà. Ce matin très tôt, vers 4 heures, je cherchais comment définir celle que j'aime (pour celles et ceux qui s'inquièteraient de savoir si je suis encore un nouveau parasite chômeur de la société où si je retravaille, je leur réponds que j'ai trouvé un nouveau job de cuisinier depuis 1 semaine). Donc, vers 4 heures ce matin, je lisais quelques pages de la "Métaphysique de l'amour" par Arthur Schopenhauer.

A la fois comique et tragique, notre mariage ne trouve pas grâce auprès de mes proches. Et comme je persiste et signe dans ma passion amoureuse, j'en essuie tous les reproches. C'est alors que j'ai pensé à la pataphysique chère à Alfred Jarry vu l'absurdité de ma situation devant les Hommes. En même temps, j'ai pensé à l'émission de Temps Présent de hier soir qui présentait la vision tunisienne très crue et définitive d'une femme non-vierge au moment de son mariage: une pute.

Et j'ai essayé de trouver un mot poétique pour définir celle que j'aime et qui est incomprise de tous, chez elle, dans son pays, comme chez nous, dans son pays d'adoption: péripataphysicienne de l'amour. Si je devais en donner la définition je dirais qu'une péripataphysicienne est une femme qui joue de ses charmes pour mettre en pièce la dictature masculine en tenant sa pièce amoureuse emprunte de surréalisme avec l'instinct cruel d'une enfant et une grande souffrance de femme adulte. Une femme qui serait capable d'avoir un enfant de son mari réalisé avec son amant, ou l'inverse. Un monde troublant et troublé où le rire de la comédie amoureuse ferait place aux larmes de la tragédie; où les sentiments profonds se confondraient avec une apparente superficialité et banalisation de la sexualité en lieu et place d'une mise aux enfers religieux des rapports amoureux illicites. Hors rien n'est moins sûr et plus ambigüe ou plus faux chez une femme issue de la communauté musulmane puisque l'amour exprimé par une péripataphysicienne place au second plan l'acte sexuel comme la matérialisation physique de ses amours.

Un monde assez absurde et irréel provoqué par les tensions et les pressions communautaires où les princesses vivent détachées de leurs passions amoureuses, dans une sorte d'imaginaire où leurs nombreux princes d'amour sont présents sur Facebook, sur les chaînes de télévision, ou Youtube en train de leur chanter des tubes romantiques. Quant aux hommes réels de leur vie, ils seraient les projections physiques, nécessaires, amoureuses, et protectrices de leur idéal romantique...

Péripataphysicienne de l'amour. Retenez ce très beau mot savamment intelligent. Il pourrait bien avoir de l'avenir dans notre monde interconnecté où garçons et filles cherchent l'idéal de l'amour, ici chez nous, comme là-bas dans mon pays d'adoption.

 

07:46 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (3)