15/12/2011

Teddy Bear Baby by by

 

Parfois nous nous demandons pourquoi nous sommes capables d'aimer celles et ceux qui nous font tant de mal. Parfois, le message christique ne passe pas. Il reste en travers de la gorge et nous appelons à la vengeance coranique. Parfois, il nous est impossible de pardonner à celle ou celui qui nous a offensé, trahi, abandonné. Parfois, on aimerait haïr Dieu et les hommes, surtout, et crier à Lui comme à eux que la religion c'est de la merde organisée par des manipulateurs et manipulatrices de la pire espèce bien rodés pour enrôler des personnes naïves dans la combine céleste. Opium du peuple comme disait un certain philosophe.

Parfois, nous tombons amoureux d'une fille qui a la moitié d'âge que nous. Nous faisons tout pour elle, sans hésiter, sans avoir peur de Dieu et de Ses exigences culturelles. Et alors nous nous faisons traiter de pervers, de dépravé, de vieux cochon, de grand-papa pas très digne complètement dingue de se fourrer dans des histoires de gamine qui chercherait en fait autre chose que l'amour avec vous. Et nous culpabilisons tellement de cet amour que nous finissons par avoir de la peine à croire que cette fille vous aime sincèrement de tout son coeur, de tous ses moyens et arguments de jeunesse. Nous laissons alors passer notre chance. Pire, nous sabotons notre relation privilégiée avec elle parce que nous nous mettons trop à l'écoute de nos familles et de nos amis qui nous répètent que cette fille triche avec nous et qu'elle n'est pas faite pour nous.

Au résultat, nous nous rendons compte que la rupture obligée nous a amené dans une impasse catastrophique pour elle comme pour soi. Et que nous désirons tous les deux rétablir cette relation privilégiée mais très étrange. Alors nounours prenons tous les deux pour des peluches et nous nous serrons très forts dans les bras comme des petits enfants qui ont commis une grosse grosse faute dont nous ne savons comment réparer le mal fait et subi.

Alors l'amour dépasse tout entendement et les cultures peuvent se rencontrer à nouveau sur une vision extra-existentielle. Une sorte de sentiment spirituel intense qui va bien au-delà de la relation physique. Dieu revient alors au galop sur son cheval à bascule, Il nous dit avec conviction que nous sommes restés ses enfants à travers son Amour et non Ses religions. Nous avançons désormais comme un couple d'inséparables, libres de nos fréquentations, de notre lieu de domicile, et de notre amour. Prends pension d'amour chez nous, BB. Ainsi va notre vie. Ainsi vont elle et lui dans ce monde si prompt au jugement définitif.

 

Tell me why. by Amna

 

Please tell me why, you said goodbye
And then you come back to me, to love me high
Please tell me why
Tell me why.

Please tell me why, you said goodbye
And then you come back to me, to love me high
Please tell me why
Tell me why.

Now when I saw you first time
You got into my mind
Baby I want you to know.
With every thing I see
With every word I say
I love you more and more every day.

Now tell me why,
You said goodbye.

Now tell me why,
You said goodbye.

Now tell me why,
You said goodbye.

Please tell me why, you said goodbye
And then you come back to me, to love me high
Please tell me why
Tell me why.

Please tell me why, you said goodbye
And then you come back to me, to love me high
Please tell me why
Tell me why.

Now when I saw you first time
You got into my mind
Baby I want you to know.
With every thing I see
With every word I say
I love you more and more every day.

Now tell me why,
You said goodbye.

Now tell me why,
You said goodbye.

Now tell me why,
You said goodbye.

Please tell me why, you said goodbye
And then you come back to me, to love me high
Please tell me why
Tell me why.

Please tell me why, you said goodbye
And then you come back to me, to love me hïgh
Please tell me why
Tell me why.

 

Resuscitate Me by september

 

You can pick up the phone and
I know, no one’s home but
I don’t think you know how much it means
just to hear the sound of your voice even if
it’s your voice on the answering machine
I’m holding my breath until you come back again
but the air is getting less and less
I need love CPR, but you’re so far away

Don’t you let my heart die boy
this is an emergency
you’re what I need
All it takes is for you
to come and put your lips on me
you help me to breathe
resuscitate me
I’m begging you please
you’re all that I need
I want you to be the air that I breathe
resuscitate me

Although there is a time in the place
that I will see your face
it’s still hard to wait around
the problem is this seems so easy to miss
don’t you know boy
I need you here and now
you are the place that I fall apart and now
[ Find more Lyrics on http://mp3lyrics.org/ZUmQ ]
I don’t know where to start
I need love CPR, but you’re so far away

Don’t you let my heart die boy
this is an emergency
you’re what I need
All it takes is for you
to come and put your lips on me
you help me to breathe
resuscitate me
I’m begging you please
you’re all that I need
I want you to be the air that I breathe
resuscitate me

Put your hands on my heart
you touch come so deep
but boy when you’re gone
and I’m all alone
It gets hard to breathe
resuscitate me, baby
resuscitate me, come on
resuscitate me, yeah yeah yeah, yeah yeah

So don’t you let my heart die boy
this is an emergency
and you’re what I need
All it takes is for you
to come and put your lips on me
you help me to breathe
resuscitate me
I’m begging you please
you’re all that I need
I want you to be the air that I breathe
resuscitate me

 

18:36 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)

Hors-saison

 

Hors-saison, la fille otage de sa religion. Hors-saison, le garçon volage qui n'a plus d'opinion. Hors-saison les femmes et les hommes qui s'aiment et se séparent par une nuit d'orage puis s'aiment à nouveau dans une marée de pleine lune. Sur le quai, la mer. Sous la mer, le train. Un voyage et des odeurs hors-saison, un déshabillage au milieu de nos maquillages. Au centre du monde est un village qu'on appelle "Los Indignados"... Des revolvers et des balles pour des enfants perdus que l'on condamne avant même de comprendre ce qu'ils vivent et ce dont ils rêvent. Ils étaient des mille, vingt et cent... Indignés qui ont fini leur vie dans un silence mortel. C'était dans une autre saison.

Merci de l'isnpiration, homme libre

15:34 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1)

Le Palais fédéral a cassé la vaisselle

 

Statu quo ou révolution? Ce matin, la Suisse entière s'interroge. Le plus grand parti de Suisse n'est plus le meneur et c'est un petit bout de femme sorti de ses rangs, par expulsion du parti, qui est à l'origine de ce grand chambardement national. Eveline Widmer-Schlumpf, celle qui jadis sortit de la mer confédérale le requin Blocher, est à nouveau au centre de tout. Eveline c'est un peu l'orpheline de papa Blocher qui a été reniée parce qu'elle ne faisait pas tout comme disait papa. Pire, elle a osé accepter prendre sa place sous la Coupole. Crime de lèse-majesté.

Ce matin, c'est la même Eveline qui porte le poids de la révolution qui s'annonce en Suisse. Celle de l'élection du Gouvernement par le peuple. Car les Parlementaires ne sont plus à la hauteur de la fameuse concordance, de cette fameuse formule magique née en 1959 et définitivement morte ce 14 décembre 2011. Plus jamais la Suisse ne reviendra en arrière. Nous sommes à l'aube d'une nouvelle ère. L'UDC quittera-t-elle le Gouvernement? L'élection du Conseil fédérale par le peuple sera-t-elle finalement préférée par le peuple lors de la votation à venir? Ce qui serait une ultime victoire post-mortem du fantôme de Blocher.

A Berne, les Parlementaires se félicitent du bon tour qu'ils ont joué aux UDC. On entend même plus la grande gueule d'Oskar Freysinger. Aphone, le leader valaisan a regagné son chalet par la petite porte. Etre cocu, il n'aime pas ça du tout, l'Oskar. Et pourtant c'est ce qui est arrivé à son parti. A force de jouer sur l'arrogance et la morgue, son parti a perdu toutes ses chances devant l'Assemblée nationale. La vaisselle est cassée. Blocher, ce héros national qui a réussi a conservé la Suisse neutre et indépendante face à l'invasion européenne, est en perdition. La Suisse se retrouve dans un étrange vide du pouvoir. Car le petit père de la nation suisse dictait jusqu'ici l'ordre de marche à suivre. Les bilatérales étant le fil rouge et le chemin obligé. Dans une Europe qui doit faire face à de monstres difficultés, que fera la Suisse alors que depuis ce fameux 6 décembre 1992 elle vivait sous le règne de Blocher?

Sa fille adoptive, Eveline Widmer Schlumpf n'a pas fini de porter un très lourd fardeau. Car son nouveau parti, le PBD, ne représente guère plus que 5% du peuple. C'est à elle maintenant de réussir à attirer par sa politique et son rôle de Présidente de la Confédération helvétique de nombreux nouveaux membres issus d'une Union Démocratique du Centre en perte de vitesse globale avec la mort politique annoncée de son leader maximo Christoph Blocher et de ses lieutenants les plus fidèles...

Une chanson pour décrire l'état d'esprit actuel et la fin de la formule magique, de cette concordance helvétique à l'ancienne.  Pour donner aussi du courage, et non jeter l'éponge, à Evelin Widmer-Schlumpf, notre nouvelle égérie nationale malgré elle, de trouver un chemin au milieu du pierrier actuel. Merci ma Coccinelle.

Dulce Locura (Douce folie)

"Dulce Locura" (douce folie) est une chanson qui décrit l'état d'esprit d'une fille qui sort d'une relation amoureuse. Elle essaie de se détacher de tous ses précieux souvenirs (elle "vend" quelque chose à chaque couplet^^), elle essaie d'accepter la fin de cette relation, mais elle déprime et a perdu le gout de la vie ("entiendo que te fueras y ahora pago mi condena pero no me pidas que quiera vivir" : je comprends que tu sois parti et maintenant je purge ma peine, mais ne me demande pas de vouloir vivre).
Elle se trouve diminué sans tout ce que son conjoint lui apportait, et qui faisait partie d'elle.
Elle finit par laisser son âme s'en aller le retrouver, même si son corps ne le peut pas.
"mi alma despega y te busca, en un viaje de el que nunca volvera" mon âme se détache et te cherche en un voyage d'où elle ne reviendra jamais.

Vendo el inventario de recuerdos
Je vends l'inventaire des souvenirs
De la historia mas bonita que en la vida escuché
De la plus belle histoire que j'ai entendue de ma vie
Vendo el guion de la pelicula
Je vends le scénario du film
Mas triste y mas bella que en la vida pude ver
Le plus triste et le plus beau que j'ai vu de ma vie
Vendo los acordes, la brillante melodia
Je vends les accords, la brillante mélodie
Y la letra que en la vida compondré.
Et les paroles que je ne composerai jamais de ma vie
Vendo hasta el carcel donde se anuncia
Je vends jusqu'à l'affiche qui annonce
El estreno del momento que en la vida viviré
Le début du moment que je vivrai dans ma vie

Entiendo que te fueras y ahora
Je comprends que tu sois parti et maintenant
Pago mi condena
Je purge ma peine
Pero no me pidas que quiera vivir
Mais ne me demande pas de vouloir vivre

Estribillo
Refrain
Sin tu luna, sin tu sol, sin tu dulce lucora
Sans ta lune, sans ton soleil, sans ta douce folie
Me vuelvo pequena y menuda
Je me retrouve petite et menue
La noche te suena y se burla
La nuit rêve de toi et s'en moque
Te intento abrazar y te esfumas
J'essaie de t'embrasser et tu t'évapores

Vendo una camara gastada
Je vends une caméra usée
Que captaba la mirada que en la vida grabaré
Qui attirait le regard que j'ai enregistré dans ma vie
Vendo dos entradas caducadas
Je vends les entrées périmées
Que eran de segunda fila que en la vida romperé
Qui étaient au second rang et que j'ai déchiré dans ma vie
Vendo dos butacas reservadas
Je vends les places réservées
Hace siglos y ahora caigo que en la vida me senté
Depuis des siècles et où aujourd'hui je me suis sentie au plus bas
Vendo hasta el carcel donde se anuncia
Je vends jusqu'à l'affiche qui annonce
El estreno del momento que en la vida viviré
Le début du moment que je vivrai dans ma vie

Entiendo que te fueras y ahora
Je comprends que tu sois parti et maintenant
Pago mi condena
Je purge ma peine
Pero no me pidas que quiera vivir
Mais ne me demande pas de vouloir vivre

Estribillo
Refrain
Llorando como un dia de lluvia
Pleurant comme un jour de pluie
Mi alma despega y te busca
Mon âme se détache et te cherche
En un viaje del que no vuelve nunca
En un voyage d'où l'on ne revient jamais

Subiré cada noche a buscar a tu luna en mi tejado
Je passerai chaque nuit à chercher ta lune dans mon ciel
El recuerdo de un abrazo que aun me hace tirtitar
Le souvenir d'un baiser qui m'a même fait greloter

Estribillo
Refrain

En un viaje de el que nunca volvera.
En un voyage d'où elle ne reviendra jamais

 

14:13 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1)

14/12/2011

L'UDC dans l'opposition, c'est une évidence

Après le désaveu cinglant de la matinée, l'UDC n'a plus rien d'autre à faire qu'à quitter le gouvernement d'autant que son représentant actuel, Mr Ueli Maurer, est un ministre falot et sans envergure nationale.

Le parti du bouc Zottel et premier parti politique de Suisse a reçu un deuxième coup de bélier magistral dans sa structure organisationnelle. Encore plus fort que l'éviction surprise du Conseil fédéral de son leader il y a 4 ans de ça. L'année 2011 aura été tout-à-fait catastrophique pour le prophète de l'UDC, Christoph Blocher. La vieille garde du parti ne tient plus la corde et le parti va exploser de toute part. 20 ans de pouvoir usurpé à la démocratie helvétique pour en arriver là. Le constat d'échec est cuisant pour le vieux baroudeur qu'est devenu le petit père de la nation suisse. Christoph Blocher ne s'en remettra pas.

Mais il faut être franc avec les mots. La concordance datant de 1959 est belle et bien morte de sa belle mort ce matin. Le bug confédéral est confirmé. Il n'y aura plus jamais de concordance à l'ancienne puisque le plus fort parti actuel va sans doute s'auto-éjecté du gouvernement pour non-respect du jeu arithmétique par les autres partis. Pourrait naître alors une nouvelle concordance qui se ferait sans le parti agrarien marginalisé et en perte de vitesse. Nous aurions alors 2 PS, 2 PLR, 1 PDC, 1 Vert libéral, 1 PBD, soit 5 partis représentés au pouvoir.

A moins que l'esprit de nuisance dont a fait preuve l'UDC depuis 20 ans continue à sévir au Gouvernement sur la décision de son comité directeur.

Suspens. Quoiqu'il en soit, l'UDC a perdu. La concordance est morte. Vive la concordance!

Et que l'on parle désormais de plate-forme politique plutôt que de tactique politicienne. S'il vous plait, gens du monde politique.

Un nouveau souffle, une autre respiration commence au pays du Réduit national. Merci aux politiciens et politiciennes d'avoir osé prendre leurs responsabilités pour un nouveau départ.

 

Merci Madame Micheline Calmy-Rey. Bonne route. Vous avez été une Ministre des Affaires étrangères exemplaire pour un pays comme la Suisse

 

C'est Comme ça

Dice que la vida se hace con la suerte
On dit que la vie se vit avec de la chance
Yo tengo la suerte de vivir en paz
Moi, j'ai la chance de vivre en paix
Fui un poco de todo, un poco diferente
J'ai été un peu de tout, mais toujours un peu différent
Sin politizar y sin poetizar
Sans politiser et sans poétiser
C'est comme ça, c'est comme ça... corazon

Como no me gusta la melancolia
Au lieu de me laisser aller à la mélancolie
Ando sin remedio buscando que hacer
Je marche en cherchant toujours quelque chose à faire
El amor prefiero hacertelo de dia
Je préfère te faire l'amour au jour le jour
Me gustan tus ojos y tu timidez
J'aime tes yeux et ta réserve
C'est comme ça, c'est comme ça... corazon

Refrain :
Porque yo no quiero dejar de creer
Puisque je ne suis pas du genre à me décourager
No tengo mucho que perder
Je n'ai pas beaucoup à perdre
Tengo la vida que quise tener
Je mène la vie dont j'ai rêvé
Pero no, no tengo nada que ocultar
Mais non, je n'ai rien à cacher
Lo que vivi se olvidara
Ce que j'ai vécu disparaîtra avec le temps
Lo que aprendi fue para continuar
Ce que j'ai appris, je l'ai appris pour évoluer
Sabes bien, que hace ya tiempo
Car tu sais bien qu'il y a déjà un bon bout
Que deje, de ser un tipo
Que je ne suis plus le type
Que hace todo bien, como los demas
Qui fait bien les choses, comme les autres

Aprendi la vida con la diferencia
J'ai reçu une leçon de la vie par la différence
Que aprendi a mirarme sin ambiguedad
Et cela m'a appris à être honnête avec moi-même
Vieron malos ratos sobre la conciencia
Bien sûr, j'en ai eu par moments sur la conscience
Pero no me gusta la fatalidad
Mais je ne me laisse pas abattre par la fatalité
C'est comme ça, c'est comme ça, corazon

El mundo se hace cargo de la cobardia
Le monde prend conscience de la lâcheté ambiante
El dinero le hace daño a la felicidad
L'argent met le bonheur à rude épreuve
Quedate un poco mas que esta llegando el dia
Au jour qui se lève, repose-toi un peu mais (1)
Recuerda que mañana es solo un dia mas
N'oublie pas que demain est un autre jour

15:20 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (5)

Ar-men-ir rock'n rôle (la pierre longue)

Je n'ai rien d'autre à faire

qu'à méditer et me taire

je n'ai rien d'autre à faire

qu'à partir pour te plaire

Je n'ai rien d'autre à faire

qu'à mentir ou te satisfaire

Je n'ai rien d'autre à faire

m'occuper de mes affaires

 

Je n'ai rien d'autre à dire

puisque t'a inventé le pire

Je n'ai rien d'autre à dire

puisque tel est ton désir

Je n'ai rien d'autre à dire

puisque tu joues au vampire

et que de tous les martyres

le tiens me suce à mort mourir

 

Pourquoi t'aimer;

Pourquoi t'attendre.

Pourquoi m'étendre;

ton corps brûlant, le violenter.

 

Je n'ai rien d'autre à faire

que partir seul en enfer

Je n'ai rien d'autre à faire

me prendre la tête entre tes fers

Je n'ai rien d'autre à faire

finir mes jours dans le désert

Je n'ai rien d'autre à faire

que devenir ton homme solitaire

 

Je n'ai rien d'autre à fuir

je ne pourrai plus rien t'offrir

je n'ai rien d'autre à fuir

tu m'as déjà tant fait souffrir

Je n'ai rien d'autre à fuir

je resterai dans mes délires

puisque tes plus beaux empires

naviguent en terre d'émir

 

Pourquoi t'aimer;

pourquoi t'attendre.

Pourquoi m'étendre;

ton corps brûlant, le violenter

 

Je n'ai rien d'autre à prendre

qu'à rechercher nos cendres

je n'ai rien d'autre d'attendre

que ton vibant phénix tendre

Je n'ai rien d'autre à pendre

que tes guirlandes au ciel me rendre

Je n'ai rien d'autre qu'apprendre

ton amour divin tu en décembre

 

Je n'ai rien d'autre à courrir

puisque je porte ton ménhir

Je n'ai rien d'autre d'avenir

qu'à puiser le puits de ton zéphir

Je n'ai rien d'autre que ton sourire

la terre entière me fait maudire

Je n'ai de maux pour te l'écrire

mon amour mon coeur se déchire

 

Pourquoi t'aimer;

pourquoi t'attendre.

Pourquoi m'étendre;

ton corps brûlant, le violenter

 

Pourquoi t'aimer;

pourquoi t'attendre.

Pourquoi me rendre;

ton corps satisfait, le protéger

 

14 décembre 2011

 

Objection (Tango) (Objection)

It's not her fault that she's so irresistible
Ce n'est pas sa faute si elle est si irrésistible
But all the damage she's caused isn't fixable
Mais tous les dommages qu'elle a causé ne sont pas réparables
Every twenty seconds you repeat her name
Toutes les vingt secondes tu répètes son prénom
But when it comes to me you don't care
Mais quand c'est de moi que l'on parle tu te fiches de savoir
If I'm alive or dead.
Si je suis vivante ou morte

[Chorus 1]
[Refrain 1]
Objection
Objection
I don't wanna be the exception
Je ne veux pas être une exception
To get a bit of your attention
Pour avoir droit à un peu de ton attention
I love you for free and I'm not your mother !
Je t'aime gratuitement et je ne suis pas ta mère
But you don't even bother
Mais tu ne t'en inquiètes même pas
Objection
Objection
I'm tired of this triangle
Je suis fatiguée de ce triangle
Got dizzy dancing tango
J'ai la tête qui tourne à force de danser le tango
I'm falling apart in your hands again
Je tombe à nouveau dans tes bras
No way I've got to get away
Pas d'autre solution je dois partir

Next to her cheap silicone I look minimal ! ! !
A côté de son silicone bon marché j'ai l'air minime ! ! !
That's why in front of your eyes I'm invisible
C'est pourquoi devant tes yeux je suis invisible
But you gotta know small things also count
Mais tu dois savoir que de petites choses comptes aussi
You better put your feet on the ground
Tu ferais mieux de remettre tes pieds sur terre
And see what it's about.
Et voir de quoi il est question

[Chorus 2]
[Refrain 2]
So objection,
Alors objection
I don't want to be the exception
Je ne veux pas être une exception
To get a bit of your attention
Pour avoir droit à un peu de ton attention
I love you for free and I'm not your mother
Je t'aime gratuitement et je ne suis pas ta mère
But you don't even bother
Mais tu ne t'en inquiètes même pas
Objection
Objection
The angles of this triangle
Les angles de ce triangle
Got dizzy dancing tango
J'ai la tête qui tourne à force de danser le tango
I'm falling apart in your hands again
Je tombe à nouveau dans tes bras
No way, no no no no
Pas d'autre solution, non non non non

I wish there was a chance for you and me
J'ai souhaité qu'il y ait une chance pour toi et moi
I wish you couldn't find a place to be
J'ai souhaité que tu ne puisses pas trouver un endroit
Away from here...
Loin d'ici...

This is pathetic and sardonic
C'est pathétique et cynique
It's sadistic and psychotic
C'est sadique et psychotique
Tango is not for three
Le tango ne se danse pas à trois
Was never meant to be
Ca n'a jamais été prévu pour cela
But you can try it
Mais tu peux l'essayer
Rehearse it
Le préparer
Or train like a horse
Ou t'entraîner comme un cheval
But don't you count on me
Mais ne comptes-tu pas sur moi
Oh don't you count on me boy
Oh ne comptes-tu pas sur moi mec ?

[Chorus 1]
[Refrain 1]

Get away. . get away hey hey hey get away
Partir. . Partir hé hé hé partir
Uh huh uh huh Uh huh hooooooo
Uh huh uh huh Uh huh hooooooo
Uh huh uh huh... Uh huh uh huh oooooo
Uh huh uh huh... Uh huh uh huh oooooo
Oh I'm falling apart in your hands again
Oh je tombe à nouveau dans tes bras
Get away hey hey hey
Partir hé hé hé
I'm falling apart in your hands again
Je tombe encore dans tes bras
Get away... Get away
Partir... Partir

07:30 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (8)