15/11/2011

Non à la Chine de la dictature

The Chaux must gon on! Les Fonds de culotte de la ville helvétique de la Chaux-de-fonds remplacent les indignés de "Occupy Wall Street" et ceux de Zürich. Pendant ce temps, les dirigeants chinois conditionnent leur aide à l'Europe avec ces mots: "Obsolètes vos acquis sociaux. Débarassez-vous d'eux. On verra après". (Ce matin sur France24).

C'est aussi clair que de l'eau  de roche confucéenne. Ces salauds de dirigeants dictateurs nous menacent clairement. Alors, tout ensemble, tous ensemble, pour lutter contre l'influence grandissante et envahissante des dirigeants chinois et de la dictature sur la planète Terre.

Tous les peuples du monde deviendront libres et démocrates. La Chaux.de-Fonds à votre Muraille du Pod pour contrer l'envahisseur à vos portes.

Le Bien-être d'un peuple se mesure à la façon dont il est respecté et écouté par ses dirigeants.

 

 

« L’homme sage n’est pas comme un vase ou un instrunent qui n’a qu’un usage ; il est apte à tout. »

de Confucius

F * * *   T O   D I C T A T U R E !

 

12:11 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Revue citron-orange du 15.11.2011

 

 

 

Syrie: le roi de Jordanie appelle le président Assad à quitter le pouvoir

Papadémos lui répond: le maintien de la Grâce dans la zone éros est «le seul choix»

 

Dossiers à la une

 

Contestation

Une féministe égyptienne pose nue sur son blog pour défier les conservateurs

Jeune étudiante "individualiste" et "athée", Aliaa Elmahdy lance un débat de société dans son pays à coups d’actions chocs.


Aliaa Elmahdy et un sympathisant de sa cause, sur son blog. © Keystone

à la une

Un berger malinois (Photo d'illustration).

 

Il tue son chien à coups de massue

 

Les plus jolies «indignées» de New York

© dr
189772_1955409886239_1272456574_32383067_2052744_n.jpg

Aliaa Elmahdy et un sympathisant de sa cause, sur son blog. © Keystone

George Clooney: «J’ai songé au suicide »

 

g67.jpg

George Clooney: «J’ai songé au suicide »

 

g67.jpg

DOULEURS

George Clooney: «J’ai songé au suicide »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:02 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

14/11/2011

De la liberté des peuples

 

Nous sommes toujours confrontés au joug d'une dictature si nous n'osons pas ou ne pouvons pas rééquilibrer l'abus que l'on nous fait subir.

« Liberté », ce mot tant gaspillé, tant manipulé, tant renié, tant saccagé. Comme le verbe « aimer ».

Pour être libre, il faut s'élever, non seulement se soulever par haine de la dictature. Car le schéma est toujours le même. Il y a un système mis en place, des lois mises en place, des pouvoirs mis en place. Idem au sein d'une famille. Si le système est démocratique, il restera toujours des moyens de mettre une dictature au pouvoir. L'avènement d'Hitler en est le plus flagrant exemple.

Les peuples arabes se sont soulevés. Ils apprennent à s'élever pour obtenir le royaume de leur liberté individuelle et collective. Des votations ont eu lieu en Tunisie. Le jasmin continue lui de faire chavirer les coeurs des demoiselles romantiques rêvant à la liberté d'un grand amour. Mais la dictature sommeille toujours quelque part en nous après la beauté du jour des noces. Y aura-t-il trop de la confusion d'Allah au pouvoir et pas assez de liberté construite au sein du couple?

Les indignés sont dans la rue chez nous. Ils combattent la dictature des marchés. Mais ils n'ont aucune méthode pour abattre cette dictature qui nous étouffe. Car le marché c'est nous, mais sans les bénéfices. Il faut modifier les règles du marché pour le rendre à la démocratie. Transformation des coeurs avant modification des lois qui contraignent mais doivent aussi protéger des abus terrifiants. Régulation des marchés impossibles? Interdire ou placer des garde-fous à la spéculation, est-ce possible? Les têtes tombent, des techniciens du marché sont nos nouveaux chefs d'Etat. Ils ne vont plus parler politique. Ils vont se river sur les marchés. Dehors, les gens perdent leurs emplois, n'arrivent plus à vivre de leur salaire, les gangs et la violence explosent, les gens ne se respectent plus et ne se considèrent plus. Mais nos chefs d'Etat sont à la tête de la « Business Plan Dictature ». Et Dieu dans ce monde d'incroyants voués au veau d'or?

En entête de nos démocraties américaines et européennes, jadis, pas si longtemps de ça encore, il y avait Dieu. On a voulu tuer Dieu. N'y aurait-il plus assez d'Evangile au pouvoir? Nous récoltons le Néolibéralisme comme d'autres eurent jadis le Communisme. « Tout le monde doit souffrir et faire des efforts au nom du bien commun. Plans de rigueur sur 20 ans ». Exactement le même vocabulaire chez les Staliniens que parmi nos Néolibéraux au pouvoir. Pendant ce temps, les chefs du marché s'amusent royalement sur leurs yachts monstrueux, dans leurs villas luxueuses et piscines-jacuzzis installées dans tous les paradis du monde. La classe moyenne tombe. Reste les super riches dingos et les super pauvres mégalos qui rêvent de changer ce monde déséquilibré et fou.

La liberté est un équilibre fragile entre devoir envers les règles communes et droit d'indépendance. Esprit du juste milieu. Esprit des religions, qu'elles soient issues du Livre ou du confucianisme, du bouddhisme, d'autres encore. La liberté, Dieu, nous l'a donnée. Encore savoir en faire un bon usage n'est pas la chose la plus facile. Il fait si bon établir sa propre dictature au nom de Dieu ou au nom de l'idéologie du Marché ou du Communisme une fois que Dieu en a été éjecté. Quand ont tire la couverture à soi, l'autre est nu. Il a froid, il a peur, il se sent menacer, il se tait, il vote pour le roi, il est fasciné par le roi. Avant de le déposséder de sa couverture mal acquise dans la violence des révolutions.

Kadhafi est tombé presque en même temps que Berlusconi. Etrange coïncidence. Voir que là-bas comme chez nous, manipuler Dieu, ou l'oublier dans sa Vérité et sa sincérité première envers nous mène à la dictature de quelques-uns et à l'asservissement de tous. Reste une Europe au pied du mur. Reste un Maghreb au pied du mur. Allons-nous construire un autre monde ou resterons-nous dans un chaos permanent? Dieu nous guide pour nous affranchir du néant existentiel. A nous tous de comprendre Son message avec le plus de sincérité possible.

La Foi est individuelle comme la liberté mais tous ensemble nous portons la Foi et la liberté.

 

« Depuis quand avez-vous assujetti les gens alors que Dieu les a créés libres ! » (Paroles du 2ème calife Omar Ibn Al Khattab)

tiré du message de Hafid Ouardiri « Les révolutions arabes. Et après ?» sur le blog « Planète Photo » de Haykel Ezzeddine


12:06 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (12)

13/11/2011

Michel Strogoff aux temps modernes

Pour vous tous, un ancien souvenir d'enfance qui se répand comme un vent frais et nouveau sur l'Europe.

 

A Cristal gagnante, une femme sur cette Terre.

18:38 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)

L'euroïne, une monnaie qui marche sur l'eau

 

L'Europe est stupéfaite par l'état de sa propre crise. Une monnaie unique qui n'est pas fédérale, est-ce une monnaie stupéfiante qui fonctionne dans un rêve artificiel voué à l'échec? Faire du monde un nouveau monde, une symphonie de couleur, de partage, d'amour, et d'amitié.

Avons-nous vécu dans un monde psychédélique comme les baba cools de 68 qui vivaient en communauté et partageaient tout y compris les filles? Le bunga bunga inventé par Kadhafi est-il la version moderne de ce rêve fou de liberté romantique se retournant vers sa face nocturne et devenant cynique, déshumanisé, et sadique? Les plans de rigueur installés un peu partout par les maître du bunga bunga (Berlusconi et DSK comme leaders incontestés) sauveront-ils les salariés pris en otages alors que les multinationales continuent de licencier à la pelle? Si on écoute la logique des spécialiste de l'économie, le système social ne doit pas seulement être à nouveau revu à la baisse. Il doit être carrément démanteler et considérer comme obsolète. En d'autres temps, sous d'autres régimes, on aurait dit que la Bourse est terroriste et ennemie numéro 1 du public et qu'il faut donc l'anéantir sans aucun sentiment de remord.

Car l'économie réelle n'a jamais brassé autant de milliards. Le tissu industriel européen est solide. Mais les marchés mènent la barque à leur guise et font démissionner les chefs d'Etat les uns derrière les autres. Y compris les maîtres du bunga bunga devenus trop exposés aux réalité du marché de jupes. Lapsus. De dupes et de dope. Mais les marchés tiennent le monde et ils ont le droit de vie et de mort sur les entreprises cotées en Bourse. Mais les marché décident désormais de l'avenir funeste des plans sociaux de tous les pays.

J'ai pris ma petite dose d'euroïne ce matin au petit déjeuner. C'est pourquoi je vous écris joyeusement malgré ma nuit de grande dépression. Je suis euphorique et je m'exerce comme d'habitude à ma propre méthode Coué que j'ai mise au point il y a 20 ans consistant à me dire que je peux me contenter de très peu pour survivre. Hélas mes femmes et mes petites amies n'ont pas suivi ma méthode un peu trop chiche. Je ne suis pas maître de bunga bunga. Je dois avoir un pois chiche à la place du cerveau, et une cellule de moine pour méditer tout seul.

Comme d'habitude, il va falloir assurer seul quand je ne peux plus rien assurer à personne, même pas à mes enfants. Car si nos pouvoirs s'emploient à rassurer les marchés, qui va rassurer les employés à la limite de tout perdre ou qui ont même déjà tout perdu? Les politiciens dorlotent les places financières, se mettent au chevet, plient le genou, distribuent les milliards en des lieux mystérieux, et prient devant le malade et grand gourou, écoute ses doléances et son mal, sa souffrance, ses crises à répétition, son risque de suicide imminent. Au chevet du loup famélique bourré de milliards de tonnes d'or par les chasseurs de primes mirifiques, les petits Chaperon rouge aux dents longues offrent du miel et de la confiture à Mère-Grand qui s'empiffre encore et toujours plus, vivant sur la peur de ses fidèles craignant d'être dévorés par leur Maître et Seigneur. L'effet euroïne fonctionne à merveille sur les chefs d'Etat. Ils deviennent hyper volontaires, hyper concentrés, hyper décidés à sauver les marchés, et ils jettent l'argent dans les puits sans fond. En enfer, ils doivent bien s'amuser celles et ceux qui reçoivent les dons providentiels du peuple offerts gratis par les chefs d'Etat. On se croirait en République Africaine quand l'aide de l'Europe donnait aux dictateurs au nom du secours aux peuples démunis. Le peuple, lui, peut crever. Il se voue à son idole le Marché mais celui-ci garde tout pour lui. Les gens du peuple connaissent l'addiction, la peur du manque, l'angoisse de la chute, la sensation affolante que la fin est proche. Les politiciens ont oublié leurs électeurs, celles et ceux qui ont glissé un nom dans une urne. Les gens du peuple pourraient bien glisser un NON de protestation radicale à tout ce trafic de stupéfiants. Car les politiciens ont oublié les personnes et les coeurs. Ce matin, comme les autres matins, ils ont l'oeil rivé sur les chiffres de la Bourse. Heureusement nous sommes dimanche. Ils peuvent lâcher le manche pour un jour de paix sur la Terre. Le départ de Berlusconi va-t-il enfin rassurer le marché et le sortir de son chantage permanent au suicide? C'est la question sur toutes les lèvres tremblantes pour demain. Berlusconi a disparu du pouvoir qu'il détenait depuis 17 ans par une porte dérobée. Tout un symbole de lâcheté durable.

DRIIIIIING! Mon réveil a sonné J'ai dormi 3 heures en vous écrivant. Je dépense beaucoup d'énergie sur mon blog. Pour rien, me dit mon frère. Pourquoi s'occuper de choses qui nous dépassent? Le réveil des peuples a donné rendez-vous au peuple. Adieu le marché artificiel. Bonjour l'économie réelle. Un président me sert la main, puis un autre, et encore un autre. Je rêvais, cette nuit. Ils m'applaudissaient tous pour les avoir secouru et ils réalisaient enfin que l'addiction à l'euroïne allait nous massacrer. Comme BHL en Libye,, je n'avais aucune légitimité mais j'alertais le monde sur notre manque d'humanité et notre devoir absolu de nous distancer des marchés artificiels qui nous menacent comme le tyran Kadhafi et nous mettent en miettes. Hélas, je devais trouver ma dose d'euroïne pour me réveiller et continuer de croire à une vie en rose, au retour de flamme de ma femme pour son homme sérieux et fidèle, non ce prétendu fantôme gore mégalo qui gaspille son énergie pour rien sur l'Internet.

J'avais plus envie d'euroïne. C'était trop tard

Je suis en manque. Mais plus du tout d'euroïne. Les soucis me submergent. Les factures s'accumulent. Je veux sortir de ce cauchemar. Je suis en manque. Alors commencera mon internement parmi les dingues afin que j'apprenne à me passer totalement du rêve que j'avais fait pour elle. Je suis en manque. Je resterai seul dans le désert, comme un être humain qui n'a jamais existé physiquement; comme ces millions d'enfants qui n'ont jamais eu accès au minimum pour exister parmi nous. D'amour et d'eau fraîche, ils auraient voulu vivre plus loin, plus haut, plus fort. Ils sont morts. Et leurs ombres hantent nos mémoires. Je suis en manque d'eux.

Je pourrais peut-être construire une pyramide...et partager son habitat. Je pourrais bâtir un monde d'amour et de partage...et partager les bienfaits. J'ai réalisé cette pyramide sur Internet. Elle n'a aucun pouvoir. Elle est toute virtuelle. Mais elle dégage de la sueur, des odeurs, des histoires, du coeur. Toucher les coeurs de mes mains et de mes doigts qui courent sur le clavier, c'était mon but. Je suis en manque. Et vous représentez tous mon manque.

La loi des marchés rend l'humain inhumain. Dans le désert, il y aura peut-être un enfant qui sera heureux de me sourire et de me parler. Pour de vrai, dans la vraie réalité.

Bon dimanche à toutes et à tous. Ne priez pas pour les marchés mais pour Celui qui Est l'Amour.

 

13:37 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (15)