06/11/2011

Réponse à Louis Jouvet

 

Le coup de foudre est tombé à côté. Et puis le tonnerre a grondé. Et puis l'averse nous est tombée dessus. Et puis...nous nous sommes noyés dans l'amour. Et puis...le soleil est revenu. Et puis...elle a d'abord voulu mourir. Et puis...elle est partie. Et puis...elle a voulu revivre sans son...père...son mari. Et puis... son père a ensuite voulu mourir... pour sa fille...son épouse. Et puis...il a voulu écrire et mourir après.

Elle vit d'amour pour elle-même. J'écris d'amour pour elle-même. Elle m'aime. Elle se parfume. Elle fume. Mes mots s'enflamment à nos cendres.. Notre dispersion et notre disparition représentent un drame liturgique. Renaître à notre amour quand l'amour portait déjà le mauve. Fauve fut notre union. Une fille, un père. Sa génération, celle de son père. Et l'amour...pas incestueux. Seulement le rêve d'une petite fille qui rencontre Zorro dans sa nuit et qui d'un Z lui signifie que Zeus a choisi pour elle. Zorro porte un masque. Zorro n'a rien. Zorro vit comme n'importe qui. Le charme perd tout son attrait. Il a l'âge de son père qu'elle n'a pas connu. Il est inconnu au bataillon des people. Il est pauvre et sans amis. Le rêve se transforme peu à peu en cauchemar ordinaire.

Elle est libre sur un nuage. Je suis mariée à elle dans un mirage. Je porte son alliance. Il y a des grandes histoires de dingues. « Vol au-dessus d'un nid d'amour ». Sans doute le titre d'un futur oeuvre cinématographique.

En attendant, les chef-d'oeuvres du passé pour vous tous, chères lectrices et lecteurs.

Alors, cher Docteur Knock, ça me chatouille ou ça me gratouille? Un indice: Pourquoi dans les chansons et les romans d'amour, les actrices et les acteurs sont toujours jeunes et beaux? Question qu'elle m'a posé un jour qu'elle m'aimait encore. Factice l'amour...ou physique  plutôt que métaphysique?

 

10:48 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (18)

05/11/2011

Les musulmans ont de l'humour...et de l'amour

 

Assimilation de Charlie hebdo à la Mosquée de Paris! La vision d'une France Républicaine et laïque, voir athée, celle de Charlie Hebdo, accueillie sur le lieu saint des musulmans. Voilà la proposition audacieuse de Abderrahmane Dahmane, ancien conseiller en charge de la diversité auprès du président de la République.

Certains musulmans sont plus que charitables et l'humour ne leur fait pas froid dans le dos. Reste à contrer tous les blocs identitaires de France et de Navarres.

Quand tout se fige, quand tout se bloque, quand tout dérape, quand tout devient irrespect, quand il ne te reste que ton bloc identitaire pour te faire valoir et t'exprimer au monde, tu fais courir à la Terre sa dégradation, son meurtre, son suicide.

Montre qui tu es sans signifier à l'Autre qu'il n'est rien pour toi. Affiche et affirme ton identité mais laisse respirer la différence et la liberté.

Car de la différence tu apprendras et tu offriras une meilleure vision de toi-même aux autres; elle te donnera de ta vision de l'amour une nouvelle porte à ouvrir sur le monde. Alors que l'indifférence, le mépris, le rejet, la haine, te fermeront toute porte te conduisant vers une saine et infinie vision d'Allah et de ses commandements.

Charlie hebdo accueilli à la Mosquée. Une belle et bonne vision, comme jadis Oskar Freysinger accueilli à la Mosquée de Genève durant le vote du "oui" nationale suisse sur l'interdiction des minarets... Amour du prochain, prochain train qui te passera dessus...Si c'est pour te faire l'amour, c'est bien. Si c'est pour te tuer, c'est bien aussi. Car celui qui tue commettra un crime alors que celui qui meurt rachètera tous les péchés. Comme Jésus sur la Croix. Car Allah donne et enlève toute vie.

Toi, tu tues. Moi, je t'aime.

l’Amour et la Mort miracle des voyelles

amours et mort

Hé ! toi l’Amour-adolescent où es-tu ? Comment vas-tu ? Peut-être un jour me diras-tu de tes nouvelles ? Dans quel coin sombre te caches-tu ? Es-tu resté accroché à un rocher dans un quelconque détroit ? As-tu eu peur des monstres de Charybde pour préférer t’écraser contre Scylla et te laisser engloutir avec tes espérances ?

À l’engagement dans l’Amour aurais-tu préféré la Mort cette grande voyageuse? Et si oui, t’aurait-elle amené ailleurs dans un autre pays pour te réchauffer sous les soleils de l’utopie ?  Et t’empêcher de croire, en partant,  que l’amour est une triste et belle invention des hommes et non   un roi- enfant-de-bohème-qui-n’a-jamais-connu-de-loi ?

Hey! Amour, quand tu voudras, tu diras lors de ta prochaine et brève apparition, la nature du voyage dont on ne revient pas, voyage qui pour toi s’est confondu avec  le bout de ma nuit.  À persister dans le mutisme le silence emplit  ce qu’il reste d’espoir à enterrer avec les illusions, celles d’avoir cru encore et encore à la bonté des hommes.

De toi, Amour-à-cheval-sur-la-Lune qui demain sera pleine, qu’ai-je gardé sinon nos nuits qui rejoignaient nos jours dans la pâleur du petit matin ? Et au creux du cœur, un son distinct venant d’une île des Caraïbes qui  encore aujourd’hui rub-a-dube en sourdine à mes oreilles.

Et toi, Amour-œil-aux-aguets, tu as immortalisé sur les murs de ma chambre les êtres chers, où es-tu à cette heure ? Guitare et œil de lynx à fixer l’horizon d’une dernière échappée en fond d’écran?

Et toi dans Sarajevo mon Amour, quand me tenant par la main nous déambulions dans les ruelles étroites, rendues glissantes par la neige fondue, tes pas nous conduisaient près de la tour du minaret qui côtoyait la synagogue et le clocher de l’église sans autre revendication qu’un partage des cultes. T’en souviens-tu ?

Ô, Monsieur Pao ! Que sont devenues tes cendres répandues dans les oliviers ? Envolées ? Mais il reste de toi, un cahier d’inventaires où sont consignées les lettres  qui racontaient tes îles.  Ta passion pour les îles, toutes les îles. Des lointaines Kho Samui, Kho Tao, Kho Phi Phi à l‘île de Beauté toute proche. Toutes visitées ensemble ou séparément, mais chacune relatée en mots l’amour  pour elles comme unique mesure sacralisé par ta mort. Tu es partout chez moi ! Les herbes corses ne suffisent plus pour te cacher ni les rochers pour te servir de sofa, mon poète pour toujours disparu.

Ferré chantait : L’Amour et la Mort miracle des voyelles/ Il semble que la Mort soit la sœur de l’Amour/ La Mort que l’on attend et l’Amour qu’on appelle / S’il ne vient pas elle viendra un jour/La Mort, la mort, la Mort

texte superbe, auteur anonyme?, tiré du site « Libido Sexualité Conseil »

 


16:09 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (16)

De la barbe à papa au G20

 

La maison Europe tangue. Nicolas veut un nouveau monde. Son ami américain Barrack lui renvoie l'ascenseur. On dirait un monde devenu presque parfait où nos dirigeants font tout pour nous rendre heureux. Sauf qu'ils ont du passer dans le bac à confiseur de George le fin Grec qui leur a confectionné une jolie barbe à papa pleine de candeur. Encore de la sueur, des larmes, et du sang. C'est ce qu'on nous promet à nous les citoyennes et citoyens d'Europe. C'est l'amicale des golfeurs qui nous annoncent un autre monde, bien meilleurs, plus propre, plus honnête, plus sincère, plus mieux bien. Alors moi je retourne en enfance et je regarde les dessins animés en me marrant. Barbe à maman, Miss Market, Barbe à papa, Mr Papanpandréou, Barbe à boulons, Sa Volonté Sarkosons, Barbe à magouille, Tartarin de Berluscon, Barbie dur, Mr O Grand Bama, Barbie Chinatown, Houuuu Jintao.

Tout va plus mieux bien dans le meilleurs des mondes. Vous n'auriez pas une petite pilule euphorisante à offrir à votre blogueur préféré...ou détesté?

P.S. Pour mes soeurs et frères musulmans, Charlie Hebdo devrait aussi dessiner des barbes à papa. Cela passerait avec douceur et rires.

Voir sur Y Tube, Barbapapas (intégration malheureusement désactivée)

Quand même une petite chanson pour rire et rêver quand même. Cons m'aiment ou cons m'aiment pas


11:12 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

04/11/2011

Limites démocratiques, où placer le curseur de la pudeur?

 

"L'affaire Charlie Hebdo" nous fait rentrer dans une zone de turbulences considérables. Que pouvons-nous dire, entendre, voir en démocratie? La culture, les faits de société, nous rappellent à tous moments que nous nous confrontons à l'Autre, au différent. Sans cesse et sans aucune possibilité de nous enfermer sur une île, à moins de jouer à Robinson Crusoé.

Ici, nous parlons de religion, sujet ô combien explosif. Dans un monde interconnecté nous nous adressons aussi à une multitude de personnes qui géographiquement et culturellement sont foncièrement différents de nous dans leur façon de vivre et de penser. Mais même en s'adressant à notre voisin de palier que nous connaissons un peu, les points de friction et les incompréhensions peuvent surgir. Alors quand on saccage aussi brutalement le chemin de la religion, attention les dégâts.

Je ne connais qu'un seul autre domaine qui sensibilise autant la société. C'est celui de la sexualité et de ses représentations. Et il faut bien le dire. Le curseur de la liberté et de la visibilité d'expression dans ce domaine se promène au gré de la tolérance du moment. Il y a 40 ans, certains artistes faisaient des clichés de nus d'adolescents et d'adolescentes à peine entrés en puberté sans choquer grand monde. Aujourd'hui, ce serait impossible tant la sensibilité en matière de pédophilie a investi les couches de la société. En matière de moeurs sexuelles, on parlait encore beaucoup du libertinage il y a 10 ans. Aujourd'hui, le sujet est presque tabou. Il a investi le monde opaque de l'internet où les rencontres se font discrètes, ni vues ni connues. On parle à nouveau de fidélité à son couple mais qui en réalité tient vraiment ses engagements intimes quand on voit l'offre effarante déployée sur toutes sortes de réseaux informatiques ainsi que la prostitution galopante qui a explosé un peu partout. Au lieu d'en parler, les gens pratiquent...et se taisent. Vies privées gênantes...

En matière de religion, je crains que nous allions vers un monde identique. Si les gens n'osent plus dire ce qu'ils pensent, ils se réfugieront dans le secret et parleront là où ils sont sûrs de ne pas se faire dégommer, voir tuer. En fait, plus la Toile se développe, plus les secrets se font grands. On parlait d'ouverture démocratique. On se renferme aujourd'hui dans un monde de parfaite hypocrisie où chacun à envie de s'enfermer sur son quant-à-soi. Qui va prendre des risques? Qui va provoquer la semaine prochaine? La bande à Charlie Hebdo...ou les copains de Ben Laden? On aurait bien voulu assister à une condamnation mondiale lors de l'attentat du 11 septembre 2001. Loin s'en faut. Beaucoup se sont réjouit du massacre, y compris en Occident. L'humour de Charlie Hebdo est une sorte de terrorisme intellectuelle dirigée contre la communauté musulmane. J'écris le mot terrorisme parce qu'en retour ce genre d'humour reçoit la guerre et une dose d'incompréhension si haineuse que Charlie Heddo met en danger la communauté d'intérêt démocratique par son manque de lucidité et de responsabilité. D'ailleurs plusieurs humoristes, et non des moindres, émettent des doutes sur le genre d'humour que pratique Charlie Hebdo.

L'art, la culture, a pour but de provoquer la réaction d'un public qui va aimer ou ne pas aimer, adhérer ou ne pas adhérer à un spectacle présenté. En fait, Charlie Hebdo en s'attaquant de cette façon orgiaque à une religion produit de la pornographie spirituelle. Pas de l'art humoristique. Alors produire de la pornographie grand public, et dans un domaine aussi sensible, c'est à coup sûr drecevoir le bordel en retour. Le mot « infidèle » en grec, c'est le mot « pornéa ». Etre infidèle à Dieu, manquer de respect à son acte créateur, peut conduire les humains à s'entredéchirer au lieu de s'entraider. A Charlie Hebdo, je ne donne qu'un seul conseil. Faites de l'humour artistique. Pas de la pornographie humoristique...ou alors faites-le entre gens qui aimer ça. L'espace public ne se satisfait pas, en général, de la pornographie. C'est aussi évident que cela. Mais pas si évident à le comprendre et à l'appliquer pour soi et pour les autres.

 

 

 

 

18:29 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)

Intimidation des djihadistes, et le masque de Zorro

 

Vive la cyberguerre! Charlie Hebdo dévasté physiquement et virtuellement, l'humour grinçant et décapant n'aura bientôt plus sa place en démocratie pour jeter ses acides sulfuriques au visage d'une quelconque religion. Marine le Pen trouve un super terrain d'entente avec les fascistes d'en face pour prendre le pouvoir et aller mener ses marin's à la guerre. 2012, c'est l'année prochaine, sauf erreur.

Vive la cyberguerre! C'est un gag. Tandis qu'Israël songe à jeter une « petite » bombe atomique sur les lieux de la fabrication de la future bombe iranienne, la France se réveille avec un islamisme qui redouble de violences verbales et de menaces terroristes. La fin du monde c'est pour 2012 selon les prophètes de malheur. Et le but du reporter démocrate c'est de la reporter a plus tard en travaillant pour la paix., la justice, la fraternité, la mixité, l'universalité de la condition humaine.

Alors jouons à Zorro pendant qu'il est encore temps. Jouons notre rôle de chevalier masqué à la rose. Des millions, que dis-je, des milliards de Zorro dans le monde entier qui disent merde à la haine, le mépris, l'irresponsabilité, le racisme, le fanatisme, la saloperie dont l'humanité est capable.

Tu détiens la Vérité, toi ma soeur., toi mon frère? Tu as déjà rencontré Dieu qui t'a assuré que ta place est au paradis et non en enfer? Tu possèdes ton ticket pour le martyr? T'en est sûr? T'as bien regardé dans ta poche si ton cinéma personnel t'avais réservé une place de héros sanguinaire allant faire exploser des petits enfants, des femmes, des hommes qui ne t'ont jamais rien fait de mal si ce n'est qu'ils ne sont pas de la même confession que toi ni porte ta culture dans le sang? Occidentaux et corrompus qu'ils sont? Et en terre d'islam, il n'y a ni corrompu, ni pourri, ni faux prophète de l'islam? Ben Laden, un exemple de djihadiste, un vrai soldat d'Allah?

La vérité que je connais, je vais te la dire car je n'ai pas peur de mourir. La vérité c'est que Dieu n'aime pas les violents, ni les assassins, ni les fourbes, ni les trafiquants, ni les comploteurs, ni les conspirateurs, ni les terroristes, ni les esclaves d'une religion. Allah aime les gens libres en recherche de Lui. Allah aime les humbles qui ne connaissent pas la Vérité mais qui la cherche avec humilité dans le respect des êtres humains, êtres humains qui existent par Dieu. Il t'a donné la vie. Ce n'est pas pour que tu t'autorises du haut de ta vérité personnelle à la retirer aux autres. Dieu châtie les criminels. Il n'offre pas la Paix et l'Amour de son Paradis à des suppôt de Satan qui ont suivi les traces maléfiques de la division universelle et du rejet identitaire. Le Prophète n'a jamais terrorisé les foules. Le Prophète n'a jamais levé la main sur les menteurs, les blasphémateurs, les tricheurs, les corrompus. Il a demandé de se tenir à distance d'eux. Exclusivement. Aujourd'hui, démocratie existante, se tenir à distance d'eux c'est tenir un discours ferme, un discours critique, un discours plus vrai, moins matérialiste, moins axé sur la recherche des besoins matériels et plus tourné vers la profondeur spirituelle. Défendre Dieu, c'est prendre la défense de la vie. Le Prophète n'a fait que défendre Dieu. Il a aussi défendu militairement la communauté musulmane sur ordre de Dieu contre les agresseurs qui voulaient leur mort et leur disparition sur Terre. C'est devant cette seule extrémité qu'il a fait la guerre aux Autres. Pour survivre et transmettre le message de Dieu. Pas pour survivre et corrompre à son tour le monde de tous les vices et les fourberies imaginables tels qu'on les ressent dans une bonne partie du monde dit musulman actuel..

Charlie Hebdo agresse la religion avec un humour mauvais. Charlie Hebdo te fait une mauvaise guerre humoristique des mots. Contente-toi de lui répondre par une bonne guerre humoristique des mots. Oeil pour oeil, dent pour dent. Justice pour justice. En cherchant le Bien. C'est un talion de bon aloi. Quand la démocratie fonctionne, la seule victime qui reste sur le carreau, c'est le crime d'un être humain. Car un démocrate saura mieux que quiconque ce qu'est la liberté individuelle et ce que Dieu demande comme exigence à l'être humain. Tu as accès à Internet, à l'imprimerie, à la Toile mondiale, qui soit dit en passant, a été inventé, grâce à Dieu, par les occidentaux et non les musulmans. Alors use de la Toile avec respect et dignité. Emploie ton intelligence à transformer les coeurs, à les rapprocher de ton amour pour Dieu. Mais pour cela, tu ne dois point tuer, point insulter, point maudire. Tu dois juste tenir ta ligne de bonté, de fraternité. Car tu as le droit de tenir un discours dur, utilisé un humour ravageur, tout en te faisant reconnaître par l'Autre, celui que tu aimes bien détester dans ses travers, ses erreurs de jugement, ses égarements, ses abus de pouvoir, etc. Détester n'est pas haïr car quand tu détestes ton épouse, tu l'aimes encore et tu aimerais qu'elle progresse pour rassembler votre amour dans la jubilation de l'existence. Alors que quand tu l'as haï, tout est déjà trop tard. Le mal est définitif et il te faudra beaucoup de temps pour te comporter sainement avec elle. Dieu est Amour. Satan est la Haine.

Au printemps, sur Terre, tout refleurit toujours car le crépuscule de l'hiver appartient aussi à Dieu. L'Amour est plus fort que la Haine. Range-toi du côté du plus fort et de ton espoir de Paradis. L'Amour c'est ton arme fatale.

Ci-dessous la chanson préférée de mon épouse musulmane si loin de mon coeur, si près de mon coeur aujourd'hui.

08:47 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)