26/07/2012

Je passe le ramadan à Anchorage, soleil soleil...

 

 

 

Après ma mort sur la blogosphère, et mon dernier festin royal avec Brel, je passe le ramadan sur la banquise, histoire de ne pas boire ni manger pendant 30 jours continus et de ressortir comme une momie pétrifiée du Temple du Soleil. Quelle injustice! A l'équateur, ils sont toujours à 12 heures de jeûne, chaque année. Mohamed n'avait pas reçu de Dieu le message du Jour où la Terre entière serait convertie musulmane, il faudrait penser aux Esquimaux des glaces et leur pénitence à jeûner trente jours dans le risque absolu de mourir de faim, de soif, et de froid sidéral d'une communauté mondiale musulmane qui les abandonne à leur triste sort, condamné par Dieu à jeûner si durement. Donc je suis solidaire avec le peuple Inouit.

C'est juste un petit signal humoristique à mes soeurs et frères musulmans qui s'entre-tuent au lieu de s'entre-aimer pour leurs signaler que le dogme, c'est hyper dangereux quand il est suivi à la lettre et non en esprit.

C'était mon message amical du jeûne du ramadan. Il y a des enfants qui meurent en Syrie. Il y a de l'espoir en Syrie. Mais la troisième guerre mondiale se pointe sur nos visages et je me demande si le virus AC/DC qui sévit sur les centrifugeuses nucléaires d'Iran n'est là point le signal de la fin du monde...pour un règne de 1'000 ans de paix, d'harmonie et de rock'n'roll:)

AC/DC, sigle découvert par un chanteur du même groupe sur une machine à coudre ou un aspirateur ressemblant à une centrifugeuse et signifiant nullement, à l'origine, AntéChristDeath of Christ, nom donné par des chrétiens extrémistes, genre islamiste, au groupe rock mais "alternating current/direct current, courant alternatif, courant continu, soit la Lumière de Dieu...ou la Foudre de Dieu...

Aller. On se passe le grand et génial AC/DC pour s'amuser durant cet été meurtrier, surchauffé de violence et de guerre. Il fait si bon sous le chapiteau du beat endiablé d'AC/DC lors d'un festival d'été alors que les tarés s'entre-tuent pour la victoire d'un dieu qui n'est pas Allah mais Satan et sa soif de chaos totalitaire. Allah vient au secours des femmes et hommes remplis d'amour et de bonté.

 

09:45 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

24/07/2012

La Vitesse du Passé ( Damas Viral Peace)

 

« Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas l'amour, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. Et quand j'aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j'aurais même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien. Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas l'amour, cela ne me sert de rien. » (1 Co 13, 1-3).

Paul de Tarse, clochard céleste, leader of the Beat Generation

 

L'avenir ne se prédit pas.

Il s'imagine.

Paradis ou enfer,

you have the choice.

 

image

Go Go God 2000 children

for the east door of Damascus

like two Angels

with the come back

of Jésus

Je reviens. Et sur la route, j'ai vu l'alchimiste qui allait renverser l'antéchrist. Là, dans ce pays d'Orient où la monstruosité se développe tous les jours, où les nations se jettent peu à peu les unes contre les autres dans les flammes de l'Enfer, où les ethnies se haïssent en se combattant chaque fraction de seconde davantage, la paix reviendra en toutes religions, en toutes cultures, en toutes nations. Il est temps de croire à notre fin du monde. L'Apocalypse de l'Amour advient et va régner sur la terre en anéantissant la Haine entre communautés humaines. Il est temps...Le Jour et l'Heure. Pour ne pas finir dans le propre enfer de nos propres bombes, de nos propres crimes, de nos propres incendies qui sont notre Enfer. Il n'y a plus d'au-delà. L'au-delà est ici et maintenant, à l'Aurore d'un nouveau monde, le bouleversement des croyances par la rencontre spirituelle entre tous. Nous sommes les enfants de Dieu, de l'Amour. Alors pourquoi user des armes de Satan, devenir terroriste, se terroriser, s'entre-tuer pour un paradis au-delà qui a été imaginé par l'Artiste de l'Univers ici sur cette Terre magique et unique, à la portée humaine de nos rêves les plus fous, offert par Dieu à nos âmes en terrain d'expériences et de jeux? A toi de prendre la route de ta révolution spirituelle en devenant ton propre beat, ta propre liberté, ton expérience mystique et ta passion pour l'offrir au Peuple de Dieu. Deux milles enfants sur la route de Damas comme deux anges accompagnant le retour du Christ. Un cierge qui brûle à chaque instant dans le beat de ta vie.

Sal Paradise, mort et ressuscité comme le Christ à chaque fois que tu penses à lui et à sa bande de fous célestes. L'au-delà est ici et maintenant. Penses-y. Nous n'avons qu'une seule Terre à défendre contre le Mal et la Haine de Satan qui nous veut morts, détruits, anéantis. Vivants, amoureux, et fous, nous sommes.

20 décembre 2011, « La Vitesse du Passé », l'avenir ne se prédit pas, il s'imagine.

 

Photos-0374.jpg
Photos-0375.jpg
Photos-0376.jpg
Photos-0377.jpg
Photos-0378.jpg

 

 

 


Tunisie : La traversée du désir par lejournaldepersonne

11:51 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

20/07/2012

33 Tours et quelques secondes avant l'Amour

Avignon et son théâtre. Derrière le virtuel froid, se cache un jeune homme libre qui se bat pour sortir les religions de leur carcan religieux. Il n'est ni asocial ni areligieux. Il est juste dans son monde, libre, épris de rapports humains, amoureux de la vie. Mais la vie lui répond qu'il n'existe pas sous ce rapport de force et sous cet angle-là réservés aux savants de la religion. On lui signifie que sa parole est sans valeur, sans portée, sans lien avec la réalité, les divisions, les cultes, les haines profondes et irréconciliables entre communautés religieuses. Il est Libanais, tout près du volcan syrien. Il va se suicider. C'est à ça que la parole des hommes libres en est parfois réduite. A la disparition. Avant l'Amour de la mort, les médias ne passent jamais sur leurs ondes le 33 Tours de la vie de ces gens-là. Ils auraient pourtant tellement de choses à dire à la société, ces gens-là... La période du Ramadan, une fête, un état d'esprit. Avant de partir, il fallait que je vous parle de cette pièce de théâtre présentée en ce moment à Avignon. Avec, pour l'accompagner, Ibrahim Maalouf, ce soir en spectacle magique à Nyon. Une belle fin pour la marche funèbre d'un blog.

 

33 Tours et quelques secondes...avant la Mort

 

17:16 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

09/07/2012

Sortir de la blogosphère

Donner sa vie à l'Amour

à la Source d'Eve

j'ai fait le rêve

d'une Humanité riche et libre,

affranchie de tout esclavage

aux cultes du passé.

 

Demain n'est pas la frontière.

Demain t'appartient

pour que tu fasses régner

le monde de l'Amour

sur celui du rejet de l'Autre et de la Haine.

 

A toutes et à tous, merci de m'avoir lu et apprécié.

 

A Najiba, 22 ans, assassinée par des tortionnaires abuseurs, incultes d'Allah.

La parole des fous, le silence des sages.

Mon islam, c'est du napalm qui triomphera de la Haine des hommes et des femmes pour la Beauté de Dieu.

Je suis Afghane de toi, Najiba.

 

140920jpg.JPG

 

 

 

 

14099jpg.JPG


 

12:41 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

06/07/2012

Ansar Eddine, l'islam du pétrole

 

Soutenu par le gouvernement algérien, financé sans doute par les princes du Golfe, les Talibans du Mali se sentent tout-puissants.

Nous autres Occidentaux ne savons plus à quel saint musulman se vouer et même se dévouer pour empêcher les barbares de prendre le contrôle des populations arabes. L'islam des origines, c'est bien beau. Les wahhabites, en français cela sonne très mâle et très mal, veulent imposer leur loi dans le monde entier. C'est clair. L'impérialisme n'est plus, de nos jours, du côté américain. Il est du côté de l'Arabie Saoudite et des pays qui soutiennent l'implantation des djihadistes mercenaires dans des contrées qui pratiquent un islam ouvert et tolérant avec les étrangers et les adeptes d'autres courants religieux.

« Notre culture, notre islam » dit avec arrogance le bras droit direct d'Ansar Eddine. Sauf que les Maliens ne demandent pas à ce type d'imposer sa loi et celle de son groupe de terroristes. Le plus grave est que ces terroristes semblent avoir le soutien et de l'Algérie et de l'Arabie Saoudite. Dans le contexte actuel de la démocratisation des pays arabes, il semble que certains pays jouent à fond double jeux et pratiquent d'une main sanguinaire ce que l'autre montre d'angélisme à l'Occident.

Et bien entendu, dans cette affaire, c'est la puissance du fric qui domine. Les pétro-dollars, la richesse et les immenses fortunes accumulées par quelques personnages sombres et nébuleux grâce à un don d'Allah: le pétrole, produit naturel créé sur des millions d'années dont ces gens profitent honteusement pour créer la terreur sur la planète et désespérer des populations entières vivant déjà dans la pauvreté et le dénuement. Honte à ces souteneurs d'un islam criminel. Il est temps pour les musulmans de faire un choix entre l'idolâtrie religieuse tenue par des chefs sachant très bien manipulé l'islam et un islam libéré dont chacun et chacune peut pratiquer en toute liberté et indépendance spirituelle leur propre voix. La liberté d'expression contre le bâillon et la torture mentale comme physique. Il est temps, grand temps, que l'islam ouvre son chemin vers la liberté. Allah est Grand et Son prophète a toujours dit: nulle contrainte en religion. Donc acte. Et tout de suite. Les rois du pétrole ne sont pas les rois du monde.

Cheikh Ibrahim Ramadan : La liberté est à la créativité ce que l’âme est au corps. Le Coran affirme la liberté individuelle en soulignant son importance en tant qu’elle a trait à nos décisions individuelles. Même la question qui est au cœur même de la religion, croire ou ne pas croire en Dieu, est laissée à la liberté individuelle: "Quiconque le veut, qu'il croie, et quiconque le veut, qu'il mécroie" (Coran 18:29).

Ainsi, le comportement humain en islam est laissé à la discrétion de chacun. Le désaccord entre les gens est donc intrinsèquement inévitable, plus, il est attendu: “Et si ton Seigneur avait voulu, il aurait fait des gens une seule communauté. Or ils ne cessent d’être en désaccord (entre eux), sauf ceux à qui ton Seigneur a accordé la miséricorde. C’est pour cela qu’Il les a créés.” (Coran 11:118-119).

L’islam ne restreint en rien la liberté de l’homme, mais il fait des hommes des êtres responsables, individuellement aussi bien que collectivement, des conséquences de leurs décisions: chacun doit réfléchir à ses actes et bien peser leurs conséquences. La possibilité de devoir supporter certaines conséquences pourrait sembler être une limitation à la liberté individuelle. Mais elle apporte en fait un grand avantage à la société, dans la mesure où elle réaffirme constamment l’adage social: “La liberté des uns s’arrête là où commence la liberté des autres”. N’était cette restriction, la grâce de la liberté se transformerait en malédiction du chaos. La liberté individuelle, devenue nuisance pour les autres, empièterait sur leurs intérêts et leurs choix.

Mais voyons comment la responsabilité de nos choix est mise en oeuvre dans le cadre islamique.

Tout d’abord, elle est imposée par la responsabilité punitive chargée des affaires publiques, y compris le devoir d’établir l’ordre. La possibilité de déléguer la responsabilité à une autorité supérieure permet effectivement de prévenir le conflit, ou de le résoudre s’il vient à éclater. Dans la mesure où cette responsabilité disciplinaire vise à prévenir la transgression, elle correspond au hadith (dit du prophète Mahomet). “Pas de mal, pas de dommage”, ainsi qu’au verset du Coran : “Certes, Allah n'aime pas les transgresseurs!” (Coran 2:190).

Ensuite, l’islam place sur chacun de nous une responsabilité morale perpétuelle, qui procède directement de notre rapport à Dieu, qui tiendra l’homme responsable de ses actes au jour du Jugement. Portant le poids de cette responsabilité, l’homme se rappelle qu’il doit respecter les valeurs morales que porte le Coran lorsqu’il promet le pardon divin et la paix éternelle au paradis, ou encore lorsqu’il menace le pécheur de ses foudres. Aucun autre être n’a le pouvoir de punir ou de pardonner. Dieu seul, dans la vie après la mort, juge les actes d’une personne. Chacun doit donc s’efforcer de purifier son âme des désirs et passions de ce monde et de parfaire sa relation à son Créateur.

La représentation islamique de la liberté est cohérente avec l’injonction faite à l’homme par la divinité de façonner son comportement et d’utiliser ses talents et son art dans l’intérêt commun, tout autant que pour son bonheur personnel. Les hommes de savoir, de science et des arts jouissent d’un plus grand respect dans la société parce qu’ils sont capables d’élucider diverses questions et d’agir comme les yeux et les oreilles de la société. De plus, leur rôle concret dans la société rend plus grave leur responsabilité envers les autres.

La poésie, l’écriture et autres formes d’expression artistique sont bienvenues et respectées en islam pour peu qu’elles ne heurtent personne. Toute transgression contre les autres entraînerait une mesure punitive contre l’artiste, car il faut préserver la fibre morale de la société contre toutes les transgressions commises au nom d’une liberté individuelle mal comprise. Nul ne peut revêtir le manteau de l’autorité si ce n’est celui qui exerce l’autorité religieuse.

L’art tire sa valeur de la cause humaine qu’il dessert. A ce titre, l’oeuvre du novateur doit soutenir de justes causes humaines et incarner de nobles et splendides valeurs. Après tout, les rapports entre l’art et l’homme sont réciproques : de même que l’homme vit par l’art, l’art vit par l’homme. Tout art qui porterait atteinte aux idéaux humains de vertu et de vérité et qui dévoierait les aspirations de la société tomberait sous le coup du dit du Prophète Mahomet: Quiconque croit en Dieu et au Jugement Dernier dira ce qui est bon ou gardera le silence.

Dans le cas où une création artistique offenserait une autre personne ou serait un délit puni par la loi, il est du devoir de l’autorité de prendre les mesures expéditives qui s’imposent pour contenir la transgression et prévenir tout conflit qu’elle pourrait déclencher. Il n’est permis à personne de convaincre les autres ou de se persuader lui-même qu’il est envoyé par Dieu pour infliger la punition ou pour faire répondre les autres de leurs actes.

Du point de vue spirituel autant qu’humaniste, l’art qui ne dessert pas des causes humaines est foncièrement inférieur aux canons d’une créativité respectable. Il est par nature de courte durée. Toute tentative d’empêcher ou d’éliminer une telle forme d’expression artistique – ce qu’on appelle parfois l’art pour l’art – est de toute façon vouée à l’échec. Il faut donc plutôt nous efforcer d’apporter une contribution positive à nos sociétés et à notre monde par tous les moyens à notre disposition. Cette manifestation de la liberté d’expression que Dieu nous a donnée atteint les plus hauts sommets.

*Cheikh Ibrahim Ramadan a fait des études à l’Institut Al Azhar de Beyrouth, où il a reçu un certificat supérieur de charia islamique, et un diplôme de jurisprudence comparative (Fiqh) délivré par l’Université Islamique de Beyrouth.

 

Des questions en vrac pour Cheikh Ibrahim Ramadan:

Actuellement, qui provoque le chaos et la guerre dans le monde? La culture islamique rigoriste du wahhabisme où la liberté d'expression permissive de l'Occident?

Si personne n'est obligé de croire en Allah, les mécréants ont-ils pour obligation de se taire, de tuer leur propre culture libertaire humaniste et droit de l'hommisme au profit des courants sectaires religieux et rétrogrades de l'islam qui exigent, par exemple, la lapidation ou les coups de fouets pour l'adultère, la main coupée pour les brigands, la burqa intégrale pour les femmes?

Enfin, l'islam, à cause des courants extrémistes, est-il condamné à disparaître ou à entreprendre une guerre mondiale pour imposer son mode d'existence à tous et à toutes sur la planète Terre, mode d'existence dictées par une élite religieuse qui édite et dit les dogmes et les lois?

J'attends une haute et intelligente réponse de votre part sur ce blog, Cheikh Ibrahim Ramadan. Qu'Allah vous protège et surtout qu'Il nous éclaire d'une nouvelle lumière pour l'avenir de cette petite planète bleue d'Amour. Nous avons tous à partager des expériences de vie et de spiritualité. Aucune Vérité définitive ne sort de la bouche, de la main, et de l'esprit d'un être humain. L'Islam a un devoir de paix et de liberté vis-à-vis de l'Humanité entière. C'est aussi de sa responsabilité.

 

16:38 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (7)