22/10/2011

Sophia Aram... ou Halal?

Une artiste menacée. En présentant un spectacle humoristique ayant pour thème les trois religions du Livre, le spectacle de l'artiste Sophia Aram présenté à Saint-Genis-Pouilly a été saboté par des inconnus.

Triste monde où le dogme gagne du terrain . Triste société qui demande plus de justice et de droit d'expression et qui en même temps se réfugie vers Dieu pour faire des interdits des tabous absolus. Le Livre saint est sacré. Mais il vaut mieux des humains pacifiés qui tolèrent la différence dans l'approche de Dieu que des humains enragés qui croient détenir la vérité au Nom de Dieu. Car les premiers aimeront d'abord Dieu en protégeant la vie des humains alors que les seconds saccageront des vies et la planète au nom de leurs convictions personnelles, ce que Allah ne recommande nullement.

09:30 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2)

La solitude de l'artiste

 

Elle n'a aucun visage, celle qui se pare de silence dans la nuit des tombes. Au cimetière, elle hante tous les ossements délavés de leurs chairs putréfiées. Dans la rue, elle se couche avec les SDF ou les détraqués mentaux. Ou même les artistes à la dèche qui planquent leurs talents sous des artifices particuliers afin d'épargner à leur entourage des dégâts d'images irréparables, comme on dit lorsque l'indiscrétion se fait tout public. Les images intimes possèdent leurs artistes de l'ombre. Elles ne peuvent apparaître car elles sont condamnées à disparaître telles des fantômes défilant devant les gens en donnant frissons et chair de poule au secret public venu prendre connaissance au chevet de leurs âmes avant de s'évanouir on ne s'est trop où pour dix, vingt ou cent ans où elles réapparaîtront alors grand public avec explication de texte, débats, et autres sorties littéraires. Au mieux de l'art. Ou, au pire, l'artiste n'avait point de talent en s'étant persuadé d'en avoir et toute son énergie développée, tout son amour à la chose, aura été vaine et inutile. Orgueil et vanité de l'être humain. Chaos d'un être humain pas fait pour souffrir autant dans sa chair, pas fait pour créer avec du talent.

La solitude de l'artiste a un goût d'amertume et d'effroi. La famille du poète cherche sa normalité alors que ce dernier cherche sa folie créatrice enfuie à l'intérieur de lui-même. Comme il est ce rien qui perturbe et dérange, ce personnage étrange qui fascine un secret public ne le lâchant plus, il s'est condamné à un numéro de corde raide qui le précipitera brutalement un jour vers sa fin. Il a un discret talent, le poète solitaire. Dans la famille, on attendrait presque de lui qu'il se fasse minuscule et qu'il reconnaisse qu'il n'a aucune forme de don pour l'art tellement cette vie pour rien, ce don pour rien, ce silence de rien qui l'entoure fait de lui un être de l'obscur, un cas à part, un cas patent pour l'asile de fou, un cas hélas désespéré et désespérant qui fait souffrir la famille. Un cas tout simplement et radicalement insupportable.

La solitude de l'artiste, mes amis, mes soeurs, mes frères, a le goût du sacrifice au service de la communauté de bien. Il ne s'embrigade définitivement dans aucune demeure religieuse ou communauté d'intérêts. Il signe sincèrement avec Dieu pour la vie et parfois pactise avec le Diable pour établir le constat du monde, de ce monde tel qu'il le voit et le vit en lui-même. Car ne faire qu'avec Dieu en ignorant Satan le mènerait tout droit au monastère ou dans le désert. Il ne ferait plus alors que prier pour Lui, le Très-Haut, et laisserait son talent d'artiste galvaudé. Ce que Dieu, évidemment, ne veut pas pour l'artiste aussi longtemps que l'artiste est capable de tenir debout dans son rôle de vivant parmi les vivants. Sa solitude est pourtant celle d'un homme de Dieu s'emmurant derrière les façades d'un lieu sacré. Il ne porte déjà que des espadrilles aux pieds et se tient prêt à tous les départs vers l'inconnu de sa propre existence, libre de ses attaches sentimentales. L'artiste solitaire se place régulièrement sous le clair de lune de l'actualité en demandant aux étoiles de l'emporter ailleurs.

Car le poète solitaire reste un humain parmi les humains. Un homme fait de chair et de sang, d'un coeur et de sentiments. Il a besoin d'aurores fraîches et d'amours verticaux, de femmes chaudes et amoureuses qui le rassurent sur sa réalité et lui glissent à l'oreille qu'il est un don vivant et non un fantôme en train de hanter les tombes parmi tous les cadavres de l'humanité à travers une sorte de danse macabre qui l'emportera lui et son art. Le poète solitaire reste unique. Il n'a pas de doublon comme à l'usine ou au bureau. Le poète solitaire marche vers sa propre destinée en semant sa mie de pain. Les moineaux viennent alors lui picorer dans la main puis s'envolent ailleurs en ne l'oubliant jamais. Le poète est un ami. Il a pris un billet aller-simple et signé pour un voyage de non-retour à la normalité. Il n'a même pas besoin qu'on lui dise d'aller se faire soigner. Il guérit régulièrement et comme il peut ses blessures à l'ombre de lui-même.

L'artiste solitaire est un cas à part. Il a oublié trop de choses pour réussir à faire sa place dans la société.

 

« La solitude est le fond ultime de la condition humaine. L'homme est l'unique être qui se sente seul et qui cherche l'autre. » Octavio Paz, Le Labyrinthe de la Solitude

 

08:11 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (45)

21/10/2011

Kadhafi: le visage de Satan

La mort du dictateur libyen a été salué partout dans le monde libre. Comme la disparition d'Hitler, la fin de Muammar Kadhafi produit un grand ouf de soulagement parmi les populations qui ne supportaient plus la tyrannie de cet homme, de son système pourri jusqu'à la moêlle, et ubuesque plus que Jarry lui-même pouvait le décrire dans son oeuvre le Roi Ubu.

Kadhafi c'était clairement l'image de Satan régnant sur la planète Terre. Le portrait d'un homme assoiffé de pouvoir et de gloriole qui n'hésitait pas à supprimer des innocents ou à en retenir d'autres en prison durant des années par simple décision arbitraire de sa part. Kadhafi est mort et jusque dans le portrait de sa mort, son image porte les marques de Satan. Cela peut effrayer. Mais cela peut aussi nous aider à avoir la Foi ou au moins le sentiment de se dire que le paranormal côtoie nos vies au quotidien et que nous nous devons de vivre en paix avec nous-mêmes et avec tous ceux et toutes celles qui ont envie de créer un monde meilleur, plus sensible et ouvert aux droits humains, à l'égalité et à la justice entre les hommes et les femmes de ce monde. Les forces du Mal sont en nous. Combattons-les avec les armes du Bien.

 

11:50 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Je t'aime, donc...(anticipation amoureuse)

 

L'amour, donc.

Quoiqu'en disent les grammairiens, l'amour est un verbe.

Le verbe sourire, caresser, nourrir, réconforter, partager, compatir, écouter, parler, ou échanger.

"Je t'aime mais je te hais", ce n'est pas de l'amour.
"Je t'aime mais de loin", ce n'est pas de l'amour.
"Je t'aime mais... blablabla", ce n'est pas de l'amour.

"Je t'aime" est logiquement suivi par donc.

"Je t'aime donc je te soutiens".
"Je t'aime donc je passe du temps avec toi."
"Je t'aime donc je fais l'effort de te comprendre."
"Je t'aime donc je t'aide à réaliser tes objectifs."
"Je t'aime donc j'essaie de te faire plaisir en te donnant ce que tu aimes ou en t'aidant à l'obtenir."
"Je t'aime donc je suis ton allié."

extraits de Marre de la vie? Tuez la dépression avant qu'elle ne vous tue!

Essayé. Pas pu. Trop tenté. Pas pu. Trop bu peut-être à l'alcool enivrant de tes paroles. Sans doute trop crû à tes moments chauds pour retomber ensuite dans la déprime à tes moments glacés. J'ai tout tenté. Et même le diable. Pour te garder. Tout simplement te garder à mes côtés. Pour que tu reviennes à plus d'estime de nous deux, à plus d'amour de nous deux, à plus de bonheur de nous deux. Tu vis dans un rêve rose bonbon. Tu crois qu'il ne peut rien t'arriver de mal car c'est toi seule qui décide de tout. Déjà tu n'écoutes pas les conseils de ton mari. Les as-tu même écoutés un jour? Déjà tu fuis son regard quand il parle vrai et d'amour. Déjà tu t'es enfuie pour une fuite en avant qui te causera une sorte de perte vertigineuse de toi-même. Tu crois me tenir en tous les cas et pour toutes tes causes. Tu as oublié le cas extrême. Celui qui te dira que je ne t'aime plus et que ton destin t'attend ailleurs, loin d'ici, loin de moi.

J'aurai tout fait et tout accompli pour changer la donne. Mais si fausse-donne il y avait dès le départ, rien n'était permis et rien ne sera jamais possible. La porte se referme sur notre chapitre désastreux. J'attendais le « je t'aime, donc » et pas le « je t'aime, va te faire foutre ».

C'est horrible. Pourtant, en ce jour, une macabre et excellente nouvelle arrive de Libye. Le tyran Kadhafi est mort. Et dire que c'est grâce à lui et sa folie ordinaire que je t'ai connue par une belle matinée sur une plage d'azur de Djerba. C'était écrit. Notre histoire devait avoir comme début le sanguinaire Kadhafi et comme fin le même Kadhafi baignant dans son sang. Quelle drôle d'histoire que la nôtre. Et quel sacrifice étrange au nom de la démocratie chérie par ton mari. Mon épouse, on s'est manqué mais ce manque était peut-être dû à ce père et ces frères inexistants pour toi qui ont fait de ta personne, peu à peu, une délinquante de l'amour prête à tout pour mettre les hommes à tes pieds sans tenir compte qu'un homme solitaire comme ton mari cherchait tes lèvres pour t'aimer et t'accompagner dans la vie.

Je n'ai pas ici ton point de vue. J'aimerais bien le connaître. Mais tu ne me le dis jamais. Et si un jour tu lis enfin mes billets pour t'assurer que je t'aimais, les commentaires seront ouverts. Tu pourras y laisser ton dernier sentiment.  S'il te plaît écris-moi autre chose que « Va te faire foutre ». Même effrontée comme tu es, ne te risques pas à m'écrire malgré tout « Va te faire foutre ». Au moins je pourrai alors reconnaître que la réponse que tu donnais au sens premier de notre amour était mieux que ça. Mais rien n'est jamais impossible avec toi. Sauf l'amour, le vrai. Bonne chance, Bébé. Dans l'avion, pense à l'enfant que nous n'aurons jamais ensemble.


00:26 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (9)

20/10/2011

Miroir, ô mon beau mirage!

Une histoire d'amour qui commence mal est comme une symphonie brisée que l'on aimerait reconstruire pour accomplir les promesses du  premier baiser. Finir l'histoire autrement dans le bonheur des sincères retrouvailles... Comme si l'amour pouvait renaître d'un premier reniement.

{Miroir}

[Lil Wayne]
Avec tout ce qui se passe aujourd'hui
On ne sais pas si on arrive ou si on part
Mais on pense qu'on est sur notre chemin.
La vie est alignée sur le miroir alors ne le brise pas.
Regarde-moi quand je te parle,
Tu me regardes mais je regarde à travers toi
Je vois du sang dans tes yeux,
Je vois de l'amour déguisé
Je vois de la douleur dans ta fierté,
Je vois que tu n’es pas satisfaite,
Et je ne vois personne d’autre
Je vois que c’est moi que je regarde dans le

[Refrain - Bruno Mars]
Miroir sur le mur, nous voilà de nouveau
Durant mes hauts et mes bas,
Tu as été ma seule amie,
Tu m'as dit qu'ils pouvaient comprendre l'homme que je suis,
Alors pourquoi sommes nous ici à parler de nouveau ensemble ?

[Lil Wayne]
Oh, je vois la vérité dans tes mensonges,
Je ne vois personne à tes côtés
Mais je suis avec toi lorsque tu es toute seule
Et tu me corriges lorsque je fais une erreur
Je vois la culpabilité derrière la honte,
Je vois ton âme à travers la vitre,
Je vois les cicatrices qui restent,
Je te vois I***, je regarde dans le..

[Refrain - Bruno Mars]
Miroir sur le mur, nous voilà de nouveau
Durant mes hauts et mes bas
Tu as été ma seule amie,
Tu m'as dit qu'ils pouvaient comprendre l'homme que je suis,
Alors pourquoi sommes nous ici à parler de nouveau ensemble ?


[Lil Wayne]
Regarde moi maintenant, je peux voir mon passé
Merde, je ressemble juste à mon p*tain de père
S'éclairer, cela enfume les miroirs.
Je suis même beau dans le miroir brisé,
Je vois ma maman sourire, c'est une bénédiction
Je vois le changement, je vois le message
Et aucun message n'a pu être plus clair
Alors je commence avec l'homme dans le...

C'est MJ qui me la dit

[Refrain - Bruno Mars]
Miroir sur le mur, nous voilà de nouveau
Durant mes hauts et mes bas
Tu as été ma seule amie,
Tu m'as dit qu'ils pouvaient comprendre l'homme que je suis,
Alors pourquoi sommes nous ici à parler de nouveau ensemble ?
Uh...
Miroir sur le mur, nous voilà de nouveau
Durant mes hauts et mes bas
Tu as été ma seule amie,
Tu m'as dit qu'ils pouvaient comprendre l'homme que je suis,
Alors pourquoi sommes nous ici à parler de nouveau ensemble ?
Miroir sur le mur...
(alors pourquoi sommes nous ici à parler de nouveau ensemble ?)

{Traduction réalisée par AudreeyV}

 

13:00 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (8)