19/10/2011

Un tsunami d'amour pour contrer l'UDC

Des affiches comme s'il en pleuvait dans notre pays en pleine dérive fasciste. Ne laissez pas la peste brune triompher en Europe. Plus jamais ça. Fini le mépris de tous les camps. Fini la guerre des clans. Fini cette came qui nous bouffe l'âme et l'esprit. Laissez respirer la liberté. Le plus grand des scandales n'est pas la femme adultère. Le plus grand crime est celui qui porte à son visage la première pierre. Car derrière elle viennent tous les holocaustes perpétrés contre celles et ceux qui nous sont différents et étranges. Ne glissez pas une carte d'électeur ou d'électrice dans l'urne avant de vous demander si vous n'allez pas frapper la femme adultère et épargner le criminel qui viole les droits des humains en installant la haine et appelant à la destruction de l'Autre.

23:47 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

Pause cigarette

 

Il joue,

assis à sa table de poker.

Nous nous tombons dessus

tous les trois

dans la salle de jeu.

 

Elle allume sa cigarette.

Un grand silence s'installe entre nous.

Puis elle me regarde

et se met à rire comme une enfant.

 

Je demande ce qu il y a de drôle.

Elle dit: «  c'est la situation, le jeu de rôles. »

Je lui réponds qu'en ce moment précis

c'est la cour de la récréation

quand j'avais 10 ans.

(Mais je pense aussi qu'ailleurs,

ce serait le peloton d'exécution

en propre et due forme).

 

Je lui demande si rasé

ça lui convient mieux.

Elle me réponds:

« Oui. Hier, t'avais l'air d'un terroriste désespéré

prêt à jeter sa bombe.

Je lui réponds:

« Les enfants m'aiment trop pour que je fasse ça. »

 

J'ajoute que j'ai envie de lui coller

une bonne gifle

comme un garçon qui a été éconduit

par une petite peste pleine de cruauté.

 

Elle me réponds:

« Ma mère, elle, elle me faisait un sandwich. »

 

Silence.

Il regarde sa table de poker.

Et ne dit rien.

 

Je ne dis plus rien non plus.

 

Je pense à la métaphore graveleuse

incroyable qu'elle vient d'oser balancer

à nous autres coeurs d' Occidentaux.

Je pense évidemment à la réalité du réconfort

qu'une maman offre à sa fille tous les matins

quand celle-ci est seule pour se défendre,

pour nous autres coeurs de Musulmans.

 

Je suis en voyage entre deux cultures.

Entre deux mondes qui ne se comprennent jamais.

Suis-je plus doué ou plus fou

pour oser naviguer entre les deux?

 

Elle fait craquer le filtre de sa cigarette.

Je lui demande pourquoi ça.

Elle répond:

« ça change de goût.

Maintenant c'est à la menthe. »

 

Elle part aux toilettes.

Nous restons seuls tous les deux.

On ne se dit rien.

 

Puis je vais au bar

en lui disant avec douceur, bonne soirée.

 

Il me fait un clin d'oeil de sympathie.

 

C'est à tomber, renverser de Dieu sur un champ de ruines,

liberté de la femme,

hommes morts et vivants de trop aimer l'amour.

 

22:13 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (5)

Le sourire de ma Joconde

Fécondes sont nos détresses

nous descendant au fond des tombes.

 

Fécondes les rêveries d'amour

quand les conflits tuent nos enfants.

 

Féconde.......l'énigme de ma Joconde

quand elle fait la colombe

dans l'enfer de nos nuits éperdues.

 

Bambi, le trophée de Miss Universe...

à Buenos-Aires

 

à voir et à revoir

pour un ultime au revoir

 

Photos-0284.jpg

 

12:23 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (6)

Mon ange

A toi mon ange

exterminateur et inséminateur;

ä nous mon ange

les oracles funestes;

à Allah

la Paix, le Respect, et l'Amour.

 

A toi, ma douleur, ma soeur,

je t'endormirai dans un rêve sans fin

 

84 000 vues en 3 ans sur You Tube

c'est seulement 84 000 vies qui ont frémi à l'amour

quand tout part au consumérisme et à la bestialité.


11:21 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)

18/10/2011

Si seulement je pouvais te manquer

 

 

Elle évolue dans un autre univers.

Galaxies et étoiles loin de notre Terre.

Notre hymen fait sa révolution dans les labours

comme un vol au-dessus d'un nid d'amour.

 

Des psychiatres nous examinent

comme des animaux durement blessés

que l'on ramasse K.O. sur la route

après une grave nuit de cyclone.

 

Que faire de l'amour

quand elle a cherché un père?

Que faire de l'amour

quand un père a cherché la pureté

du sentiment d'adolescence en elle?

 

Que faire de ce couple à l'agonie

qui tente de croire au possible

d'une situation impossible?

 

Ils vont tomber de l'arbre;

Ils sont tombés de l'arbre.

Et leurs écorchures sont des éclaboussures

sur les sacrements de leur union.

 

Vont-il survivre dans cet univers fait de lois,

de contraintes financières et laborieuses?

Vont-ils avancer vers leur futur

ou mourir à leur passé?

 

Après leur séance respective,

elle l'a fait rire,

d'un rire cruel à sa question:

"Et si tu quittes ton copain?

Va-t-il souffrir autant?"

"Personne ne peut m'oublier

dans les bras d'une autre",

a-t-elle répondu sans ciller.

 

Elle lui a ensuite demandé de se raser

et de lui envoyer un sms pour confirmer.

 

Elle se lève.

Il veut l'embrasser d'un vrai baiser.

Elle lui signifie que non.

Il a les yeux embués.

Mais déjà elle est loin.

 

Elle traverse la rue

et va rejoindre l'Autre

dans sa voiture.

 

Il reste l'arbre de vie

dont elle a scié les branches.

 

Photos-0303.jpg

clichés du 18 octobre 2011,

centre psychiatrique neuchâtelois,

Préfargier

 

Photos-0304.jpg

 

Elle: « C'est pour toi, bb »

Facebook, 17 août 2011

Lui: "Pour toi BB. Love 7sky,

Paris by night with you.

Everytime in my heart for life."

17 août 2011, Facebook

23:22 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0)